Comment arrêter de penser et atteindre la Non-Pensée?

eveil tv - développement personnel

Chères âmes,

Il y a tellement de questions souvent posées concernant la vie spirituelle. Les plus populaires sont « Comment arrêter de penser ? », « Comment atteindre l’état de Non- Pensée ? ».

Laissez-moi vous dire une chose : la pensée ne peut pas être arrêtée. Quand je dis cela, n’imaginez pas qu’elle ne s’arrête pas, mais tout ce que je veux dire c’est qu’elle ne peut pas être arrêtée et si elle s’arrête alors elle s’arrête de son propre accord. Ceci doit d’abord être compris car sinon vous devenez fous en chassant vos pensées, en courant derrière vos pensées. L’état de Non-Pensée ne peut pas être atteint en arrêtant de penser ; mais quand la pensée n’est plus, la Non-Pensée EST. Chaque effort que vous ferez pour arrêter créera une résistance, un conflit avec vous-même et vous serez en dilemme constant à l’intérieur. Donc soyez sûr que cela ne vous aidera pas. Certains pourront forcer pendant quelques instants, quelques secondes, mais ce n’est pas du tout la réelle Non-Pensée car ces instants ne sont que la conséquence des efforts pour calmer le mental. On peut appeler ça le « calme » mais pas le « silence » qui se produit naturellement. Personne ne peut forcer le silence, c’est impossible, c’est un phénomène naturel. Mais quand vous forcez le calme ce n’est pas le silence du tout. Dans ces états forcés, en profondeur au niveau inconscient, le mental réprimé continue de fonctionner – donc vraiment il n’y a pas de moyen d’arrêter le mental mais cela ne signifie pas que le mental ne peut pas s’arrêter du tout. Il s’arrête mais le fait de lui-même.

Alors que faire ? Quelle est la technique ? La réponse est simple : juste observer, n’essayez pas d’arrêter, il n’est besoin de faire aucune action contre le mental. Et d’ailleurs qui le ferait ? le mental se battant contre le mental lui même. C’est une guerre civile avec votre propre mental. Ce serait simplement absurde. Cela peut vous rendre fou. N‘essayez jamais d’arrêter le mental ou de penser à quelque chose, juste observez-le, laissez le complètement aller en toute liberté. Laissez-le aller comme il veut, laissez-le avoir sa propre liberté, laissez-le aller aussi vite qu’il veut. Simplement, ne le contrôlez pas d’aucune façon, ne le jugez même pas. Simplement, laissez-le être. Tout ce que vous avez à faire, c’est juste d’observer. Soyez simplement un témoin. C’est très beau. C’est comme aller au cinéma et regarder un film où l’on observe juste l’image sur l’écran. De la même façon observez juste vos pensées. Le mental est quelque chose qui n’est pas compris par la science même aujourd’hui. C’est tellement compliqué et démesurément puissant à la fois. Simplement observez-le, juste observez ce qui se produit, ne jugez pas et ne le voyez pas comme un ennemi. Juste regardez, c’est tout, sans absolument aucun préjugé. Si vous jugez lorsque vous regardez vous avez déjà tiré une conclusion. J’insiste sur le fait que vous ne le voyiez pas comme un ennemi car une fois que vous voyez quelque chose comme un ennemi, vous ne pouvez pas voir profondément à l’intérieur, vous pouvez voir profondément à l’intérieur de quelque chose seulement lorsque vous regardez cela avec un grand respect, un amour profond. Le mental n’est pas mauvais, ni votre pensée, c’est juste comme des nuages qui se déplacent dans le ciel. Laissez les pensées aussi passer dans votre ciel intérieur. Soyez simplement un amoureux et non un combattant. Observez simplement les subtiles nuances de votre mental. Les soudains virages, les beaux virages, les soudains sauts, l’imagination, la mémoire, les millions de projections qu’il crée. Observez sans vous impliquer, juste en observant.

Plus profond devient votre sens de l’observation, plus profond devient votre niveau de conscience, et des espaces commencent à émerger et des intervalles commencent à émerger entre les pensées. Une pensée vient et une autre n’est pas venue : il y a un espace. Un nuage est passé, un autre vient : il y a un espace. Dans ces espaces pour la première fois vous aurez des aperçus de la Non-Pensée. Vous aurez le goût de la Non- Pensée. Vous pouvez appeler ce goût Satori, Zen, Yoga ou quelque autre nom que vous vouliez lui donner. Dans ces petits intervalles, soudainement le ciel est clair et le soleil brille. Soudainement le monde est plein de mystères car toutes les barrières sont tombées. L’écran devant vos yeux n’est plus là. Maintenant vous allez le voir clairement, toute l’existence va devenir transparente. Ceux-ci sont de petits moments mais ils vont vous donner un aperçu de ce qu’est le Samadhi, de petits paquets de silence qui viendront et disparaîtront mais au moins vous saurez que vous êtes sur la bonne voie. Vous allez commencer à observer encore, quand une pensée passe vous l’observez, quand un intervalle passe vous l’observez. Maintenant vous ne choisirez plus les nuages et le soleil comme je vous l’ai expliqué mais vous verrez juste la beauté des nuages aussi bien que la beauté du soleil. Maintenant à ce stade ne négociez pas seulement pour des intervalles. C’est de la folie car quand vous devenez attaché à vouloir uniquement les intervalles, alors vous avez décidé encore contre la pensée, alors maintenant ces intervalles disparaîtront. Ils se produiront simplement mais ne peuvent pas être fabriqués ou achetés, vous ne pouvez pas les forcer. Ils se produiront spontanément, continuez juste à observer, laissez les pensées aller et venir chaque fois qu’elles le souhaitent, laissez juste cela se produire et juste observez-le. Laissez les pensées bouger en totale liberté. Et ensuite de plus grands intervalles viendront. Vous serez bénis avec de petits Satoris. Quelques fois des minutes passeront et aucune pensée ne sera là. Il n’y aura pas de trafic, un état de total silence, imperturbable. Quand de plus grands espaces viendront, vous n’aurez pas seulement la clarté de voir à l’intérieur du monde, avec de plus grands espaces une nouvelle clarté émergera, vous serez capable de voir dans le monde intérieur. Avec les premiers espaces vous verrez à l’intérieur du monde. Vous serez soudainement dans la présence de Dieu, qui vous touchera bien que vous ne puissiez pas le saisir : à votre portée et pourtant au-delà. Avec de plus grands espaces, la même chose se produira à l’intérieur. Dieu ne sera pas seulement à l’extérieur, vous serez soudainement surpris, Il est à l’intérieur aussi. Il n’est pas seulement dans le vu ; Il est aussi dans le voir – en dedans et en dehors mais ne vous attachez pas à cela non plus. L’attachement est la nourriture qui permet au mental de continuer. L’observation non attachée est la façon de l’arrêter sans aucun effort pour l’arrêter. Et quand vous commencez à profiter de ces instants de félicité, votre capacité à les retenir pour de plus longues périodes se développent. Finalement, inexorablement, un jour, vous devenez un maître. Alors lorsque vous voulez penser vous pensez; si la pensée est nécessaire vous l’utilisez; si la pensée n’est pas nécessaire vous la laissez reposer. Non pas que le mental ne soit plus là : le mental est là mais vous pouvez l’utiliser ou ne pas l’utiliser. Maintenant c’est votre décision. Juste comme vos mains, vous pouvez les utiliser quand vous le souhaitez et quand vous ne le souhaitez pas vous pouvez les laisser se reposer aussi. Alors que j’écris cet article j’utilise mon mental également. Pendant mes satsangs ou mes retraites, quand quelqu’un me pose une question j’utilise mon mental aussi mais après cela quand ce n’est pas nécessaire, il se repose. S’assoir à un endroit en silence n’arrête pas le mental. Il continue encore et encore jour et nuit. Vous devez remarquer une chose ici : le mental pense jour et nuit en continu, pendant plusieurs décennies et emmagasine tellement de données. C’est vraiment mystérieux qu’autant de choses puissent être emmagasinées dans un aussi petit mental. Toute une bibliothèque est à l’intérieur, il est capable de tellement de choses, tellement illimité. Les scientifiques ne pourront jamais créer un ordinateur qui soit similaire au mental car le mental est fait de telle façon qu’il peut se rappeler tout, emmagasine tellement de choses et ne fait pas de bruit.

observé cela ? C’est le seul disque dur qui ne fait pas de bruit du tout. Personne ne sait quelle est la capacité du mental. Quand vous mourez, tout dans votre corps est prêt à mourir mais pas le mental. C’est pourquoi en Orient nous disons que le mental quitte le corps et entre dans un autre utérus, car il n’est pas encore prêt à mourir. La renaissance est celle du mental. Une fois que vous avez atteint l’état de Samadhi, la Non-Pensée, alors il n’y aura pas de renaissance, alors vous mourrez simplement et avec votre mort, tout sera dissout, c’est à dire votre corps, votre mental : seule votre âme observante restera. C’est au delà du temps et de l’espace. Alors vous devenez un avec l’existence, alors vous n’en êtes plus séparé. La séparation vient du mental. Mais il n’y a pas de moyen de l’arrêter de force. Juste observer est suffisant.

Certaines personnes font tout pour arrêter le mental. Ils sont trop pressés. Souvent j’entend des gens, particulièrement ceux qui vont dans les pays comme le Pérou où les drogues sont largement utilisées pour des pratiques spirituelles. Ils peuvent appeler ça un rituel pour accéder à un plus haut niveau de conscience ou quoique ce soit mais le but est le même :

arrêter le mental. Vous pouvez forcer le mental à s’arrêter en utilisant de telles drogues ou psychotropes, mais là encore vous êtes violents dans la façon de faire qui est destructive et de cette façon vous essayez de devenir maître de vous même, maître de votre mental, mais les drogues sont devenues votre maître maintenant et pas vous. Vous ne deviendrez pas un maître mais les drogues le deviendront car elles sont la source de l’interruption de votre mental. Vous avez simplement changé le patron et avez changé pour le pire en choisissant les drogues. L’importance de la méditation entre en jeu à ce stade. La méditation est la façon de comprendre le mental sans aller contre le mental, mais bien sûr vous devez être très patient car le mental est passé à travers toutes les expériences des animaux, oiseaux, plantes, pierres. Vous avez traversé tellement d’expériences d’humanité. Vous portez la complète expérience de l’existence. En fait, je veux vous parler d’un phénomène mystérieux. Dans notre vie nous pouvons rencontrer beaucoup de gens mais nous pouvons d’une certaine façon comparer tellement d’individus ayant chacun un mental propre, qui sont semblables à d’autres comme personne A, personne B, personne C … personne Z, ou personne A et personne X ont dû avoir la même façon de penser, les même pensées et le même être que j’appelle « inconscient collectif » car de cette façon nous pouvons dire que nous appartenons l’un à l’autre. Les corps sont séparés mais les « mental » ne le sont pas. Nos « mental » se superposent et nos âmes sont une. Les corps séparés, les « mental » superposés, les âmes sont une. Je n’ai pas une âme différente et vous n’avez pas une âme différente. Tout au centre de l’existence nous nous rencontrons et nous sommes un. C’est de cela qu’il s’agit quand on parle de Dieu, le point de rencontre de tous. Entre Dieu et le monde – ici le monde concerne les corps – se trouve le mental. Le mental est le pont, un pont entre le corps et l’âme, entre le monde et Dieu.

Juste observez, soyez en alerte et abandonnez cette idée d’arrêter le mental, car sinon cela arrêtera la transformation naturelle du mental. Laissez les pensées passer à travers votre mental, ne vous y attachez pas, juste observez et amusez-vous en. La Non-Pensée n’est pas contre le mental; la Non-Pensée est au-delà du mental, ce qui signifie que vous n’êtes plus dans le mental. La Non-Pensée ne vient pas en tuant ou détruisant le mental : la Non-Pensée vient quand vous avez compris le mental si totalement que penser n’est plus nécessaire : votre compréhension à remplacé cela. Au fur et à mesure que vous observez le mental de plus en plus, il vous amènera automatiquement vers l’état de Non- Pensée.

Love and Bliss to you

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Les vampires émotionnels : Le pervers narcissique

eveil tv

On les appelle des vampires émotionnels car ils se nourrissent des émotions de leur victime. Les pervers narcissiques sont des individus, hommes ou femmes, qui jouissent des émotions négatives qu’ils font subir aux autres. Ce sont des habiles manipulateurs qui utilisent des mécanismes que nous verront ci dessous afin de capter leur proie et de les tourmenter en toute habileté.

On les appelle des vampires émotionnels car ils se nourrissent des émotions de leur victime. Les pervers narcissiques sont des individus, hommes ou femmes, qui jouissent des émotions négatives qu’ils font subir aux autres. Leurs cibles sont très souvent des personnes en carences émotionnelles et sensibles. Ce sont des habiles manipulateurs qui utilisent des mécanismes que nous verront ci dessous afin de capter leur proie et de les tourmenter en toute habileté. Les pervers narcissiques sont des grands séducteurs, il est parfois difficile de s’en méfier car ils arrivent très souvent a attirer la sympathie.

Sachez détecter les signes pour les reconnaitre :

 

I ) COMMENT LES RECONNAITRE

  • Un ami qui vous veut du mal

Si le PN se présente comme serviable et bon camarade c’est avant tout dans une optique de baisser votre attention et mieux vous manipuler par la suite.  Le Pervers Narcissique veut  vous faire croire qu’il est votre ami et qu’il agit dans votre intérêt.  En réalité vous apprenez qu’il fait des choses à votre détriment dans votre dos, vous êtes toujours le dernier averti d’un événement.

Par exemple : A votre arrivé dans une nouvelle entreprise, vous ne connaissez personne dans le service, vous êtes intimidé, un peu perdu… Un collègue de travail -trop- sympathique, vous prend sous son aile, vous conseille, vous paye le café, vous complimente sur votre travail, il est très élogieux a votre égard, et vous prête toutes les qualités du monde…etc…  Trop beau pour être vrai ! Vous apprenez par la suite par d’autres collaborateurs du service qu’il colporte sur vous des rumeurs , des propos que vous n’avez jamais tenu, et vous prête des intentions que vous n’avez pas… Il prétendra toujours devant vous que les autres ont mal interprété ses propos ou niera les avoir dit.

  • Il souffle le chaud et le froid

C’est une récurrence systématique chez les Pervers Narcissique que de dire une chose et son contraire. C’est une technique intuitive qu’il utilise pour déstabiliser  sa « victime ». Dans un milieu fermer entre quatre yeux il vous dit une chose, puis dans un autre contexte en réunion ou avec un groupe de personne il affirme l’inverse…   Son but : vous faire perdre la tête ! Tantôt il sera aimant et agréable, tantôt il vous humiliera et vous essayera de vous faire culpabiliser… l’Alternance des comportements vis à vis de la victime provoquera des hauts et bas émotionnels voués à la détruire émotionnellement.

Par exemple : Un homme dévalorise sa compagne lorsqu’ils sont tous les deux au foyer, il dénigre systématiquement sa tenue, son apparence physique, ses repas, lui fait des remarques blessantes… Le soir ils sont conviés à un repas avec des amis et le compagnon dit à quel point sa compagne cuisine bien, qu’elle   et qu’il a de la chance d’avoir une compagne aussi belle.

  • Méfiez vous des compliments excessifs 

Le PN est un séducteur, il aime séduire et attirer la sympathie de ses victimes. Au début d’une relation sociale dans le cadre professionnel, associatif ou autre… le but premier de la relation n’est pas de séduire la personne mais de mettre en commun des compétences pour mener à bien une mission. Même si la personne qui vous fait des compliments excessifs n’est peut être pas pervers narcissique, derrière des flatteries se cachent souvent un intérêt dissimulé où la personne attend une chose en retour de votre part…

Évidemment ne rejetez pas les compliments qu’on peut vous faire car la plupart du temps ils sont sincères, prenez les, mettez les dans votre poche. C’est bon pour l’égo.

  • Il vous promet des châteaux de sable en Espagne

Le PN vous promet des choses qu’il ne peut vous obtenir ou qu’il ne vous donnera jamais. C’est une technique qu’il utilise pour que vous restiez le plus longtemps auprès de lui. Il vous fait miroiter des avantages qui se font de plus en plus attendre. Dans l’espoir d’obtenir cette chose la victime accepte malgré tout de subir les affronts de son bourreaux pour obtenir la chose promise. Soyez comme Saint Thomas, ne croyez que ce que vous voyez !

Par exemple : Un Directeur fait miroiter à l’un de ses salariés de son entreprise un poste. En attendant il lui demande de faire des sacrifices et de s’impliquer pour pouvoir l’obtenir. Il vous primait que vos efforts seront récompensés. Le moment venu le poste est attribué à une autre personne… Mais il vous assure que très prochainement un autre poste se libérera et qu’il sera pour lui.

  • Il vous fait des cadeaux qui n’existent pas

Il veut vous persuader que sans lui, votre situation serait moins confortable. Il cherche à vous culpabiliser en vous énumérant tous ce qu’il a fait pour vous (souvent des choses insignifiantes). Pour garder l’ascendant sur vous il insinue que vous avez une dette morale envers lui. Le PN aime être un créancier et avoir des débiteurs sur qui il appuie son influence. Annulez cette dette imaginaire ! Vous ne devez rien à personne !

  • Il vous isole des autres

Le pervers narcissique n’aime pas partager sa proie auprès d’autres personnes. Dans le cas d’un couple le conjoint manipulateur fait toujours en sorte que son compagnon ou sa compagne soit coupé de sa famille, de ses amis… Une fois la victime isolé le pervers narcissique justifiera d’autant plus sa présence et sa nécessité. Nous verrons dans la deuxième partie qu’une troisième personne peut être utile pour casser la dynamique manipulatrice d’un pervers narcissique.

II) COMMENT S’EN PROTÉGER

L’action d’un pervers narcissique sur sa victime peut être assimilé à du harcèlement, cependant il est difficile de prouver les agissement de ce manipulateur car il veille à ne pas laisser de trace et fait toujours en sorte de donner une image respectable au gens qui l’entourent. Heureusement il existe des mécanismes à utiliser pour se préserver de ces vampires émotionnels. Les voici :

  • Parlez-en !

Côtoyer un pervers narcissique peut rendre fou ! Ils n’ont de cesse de vous pousser à bout parfois jusqu’à la dépression nerveuse et même le suicide. Il faut en parler à une personne adaptée, parents, médecin, psychologue pour avoir un regard extérieur au problème.

  • Gardez des preuves

Comme dirait le proverbe « les écrits restent et les paroles s’envolent » Le PN adore les paroles car elles n’engagent que ses victimes… Étant donné qu’il est sans cesse dans une démarche de manipulation, le PN a le soucis de ne pas laisser de trace de son activité de tortionnaire émotionnel. Il fait tout pour ne pas être pris en contradiction dans ses actes et ses faits. Il préférera toujours les entretiens à huit clos et les conversation téléphonique aux correspondances écrites afin de ne pas laisser de trace de ses agissement. Avec lui, privilégiez les échanges écrits ! Gardez le échanges mails, courriers qui peuvent montrer ses contradictions, ses promesses non tenues…

Attention vous ne pouvez enregistrer une conversation téléphonique sans l’accord de votre interlocuteur !

  • Un témoin neutralise l’action du PN

Comme le voleur, le PN déteste être pris en flagrant délit de son activité. Dans la mesure du possible veillez à ce qu’une tiers personne soit présente dans un entretien avec le PN. Ce dernier déteste avoir une personne entre sa proie et lui… La tierce personne casse toute la dynamique de manipulation du PN, elle rétablit un niveau de normalité et rationalité qui neutralise les actes malsains d’intimidations, de la technique du « chaud et du froid ». Veillez tout de même que la tiers personne ne soit pas elle même perméable aux procédés du PN et qu’elle ne soit pas complaisante envers ses méthodes.

  • Montrez lui que vous n’êtes pas touché par ses attaques

Même si cette technique est difficile à mettre en place car les attaques représentent une souffrance émotionnelle pour la victime, elle est cependant nécessaire pour limiter les attaques du bourreau. Le PN se nourrit des  émotions négatives de ses victimes. Sa proie représente une vraie poule aux œufs d’or pour son bien être émotionnel.

Une seule solution : il faut couper cette rente émotionnelle. Coupez lui les vivres… Si la poule ne la nourrit plus émotionnellement elle ne représente plus d’intérêt à ses yeux et il finit par s’en défaire… Donnez au PN un sentiment d’indifférence vis à vis de ses attaques, même si cela doit vous coutez de vous écrouler sur votre lit de retour chez vous… Plus vous montrerez à votre bourreau que ses actes vous touche, plus il jouira et plus il recommencera…

And last but no least…

  • Éloignez vous de lui !

Le PN est un être qui agit instinctivement et n’a pas conscience des schémas qu’il met en place pour assurer sa survie émotionnelle. Il n’acceptera jamais ses travers car c’est un mécanisme de survie qui est aussi important pour lui que de respirer. En somme il ne changera pas ! N’attendez pas qu’il change et ne croyez pas ses vaines promesses de changement… Éloignez vous de lui, faites le mort, ne répondez plus à ses appels, ne répondez pas à ses sollicitations… Au bout d’un moment il sera -malheureusement- contraint de changer de victime…

La personne qui est sous l’emprise d’un PN se trouve dans un dilemme  : il est à la fois séduit par le personnage, trouve un avantage à le côtoyer mais en même temps souffre de son comportement. Si dans le milieu professionnel il n’est pas souvent facile de se libérer de ces relations toxiques, il n’est pas davantage évident de s’en défaire quand il s’agit d’un conjoint, d’un membre de sa famille car l’attachement affectif s’en mêle… On peut tomber amoureux de son bourreau et en être dépendant affectivement. N’oubliez pas : C’est le Pervers Narcissique qui a besoin de vous, mais vous n’avez pas besoin de lui !

Source https://blogs.mediapart.f Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Une personne qui vous a fait du mal ne vous aidera pas à aller mieux

eveil tv - développement personnel

Gardez bien cela à l’esprit. La personne qui vous a brisé ne peut pas recoller tous vos morceaux. Ne commettez pas cette erreur, ne pensez pas que cette personne pourra vous aider à aller mieux, à surmonter tout ce mal, à éliminer la douleur.

Ne retombez pas si cette relation vous fait du mal, ne retombez pas par peur d’être seul, par peur de ne pas savoir avancer dans la vie sans cette personne à vos côtés. Car les relations dysfonctionnelles, si l’on ne les travaille pas de la façon adéquate, ne se transforment pas du jour au lendemain à coups de baguette magique.

Souvenez-vous que, quand vous avez éclaté en mille morceaux, votre esprit s’est empli d’arguments en faveur d’une vie sans cette personne. Vous aviez mal, vous aviez des raisons de vouloir être à ses côtés mais vous vouliez vous convaincre que sa compagnie n’était pas la meilleure chose pour vous et votre vie.

Tout ce que nous fuyons est condamné à se répéter

Le temps passe et les conflits se répètent. Les humiliations, le doute, la douleur d’une blessure mal cicatrisée. Tout ce que nous fuyons et ne résolvons pas est condamné à se répéter. Freud a établi une théorie sur ce fait en 1920 dans son livre Le principe du plaisir, lui donnant alors le nom de compulsion à la répétition.

Cela signifie que les personnes ont tendance à buter sur la même pierre (chacun ayant sa pierre personnelle, bien sûr). Par conséquent, quand notre pierre est l’établissement d’un type de relation, nous retombons dans ce même schéma de façon systématique.

Le fait que la pierre sur laquelle nous trébuchons ait un “nom de personne” ou représente un “style de personne” signifie que nous avons tendance à nous lier de la même façon, à générer des dépendances émotionnelles, à chercher l’amour d’une façon déterminée et, très souvent, dans une personne concrète.

Ainsi, nous faisons souvent face à des problèmes similaires alors que nous nous trouvons à des étapes différentes de nos vies. Pourquoi? Parce que tout ce que nous fuyons est condamné à se répéter. Si nous ne réfléchissons pas, si nous ne remettons pas en question nos décisions ou notre manière de nous lier aux autres, nous sommes condamnés à commettre indéfiniment les mêmes erreurs.

“Il est toujours nécessaire de savoir quand se termine une étape de la vie. Si tu insistes à vouloir rester en elle au-delà du temps nécessaire, tu perds la joie et le sentiment du reste. Il faut fermer des cercles, ou fermer des portes, ou fermer des chapitres, comme tu voudras le nommer.

L’important est de pouvoir les fermer, et laisser aller les moments de la vie qui se clôturent.

Nous ne pouvons pas être dans le présent en regrettant le passé. Ni même en nous demandant pourquoi. Ce qui s’est passé, est passé, et il faut le lâcher, il faut s’en détacher.

Nous ne pouvons pas être éternellement des enfants, ni des adolescents tardifs, ni des employés d’entreprises inexistantes. Les faits passent et il faut les laisser partir !”

Paulo Coelho

Quand quelque chose se brise à l’intérieur de nous, plus rien n’est comme avant

Quand nous nous brisons en mille morceaux, quand nous ressentons une douleur très intense au fond de nous, nous aspirons à la stabilité, au bien-être que cette personne nous faisait ressentir lorsque nous étions à ses côtés. L’incertitude nous convainc que “nous allions mieux en étant accompagnés”.

Evidemment, ces relations de dépendance ont un passé construit sur un style d’attachement dysfonctionnel ; or, il s’agit d’une chose que l’on peut changer grâce à la ré-élaboration continue que nous offrent nos expériences et réflexions.

Le changement se construit en formant de nouveaux liens d’attachement et en en supprimant d’autres. Si les expériences sont très différentes et significatives, le propre contenu des représentations, des stratégies et des sentiments parvient à changer la tendance consistant à chercher des relations basées sur la dépendance.

Soigner nos failles émotionnelles ne dépend que de nous-mêmes. La tâche consistant à nous reconstruire nous appartient; personne n’a le pouvoir ou la responsabilité de le faire pour nous. Nous devons bien être conscients que tout processus de changement passe automatiquement par de la douleur et des efforts.

Réussir à dire adieu à une personne ne signifie pas reculer; cela signifie séparer ce qui nous enrichit de ce qui nous use, nous concentrer sur notre valeur et cesser de poursuivre les miettes d’un amour qui n’est pas sain pour nous. 

Nous détacher de la douleur nous aide à alimenter notre auto-estime

Nous détacher de tout ce qui implique de l’égoïsme, des intérêts et des absences injustifiées nous aidera à commencer une nouvelle étape, à semer des graines et à récolter des fruits pour notre auto-estime et pour grandir sur le plan émotionnel.

Nous éloigner des liens qui nous ont fait du mal signifie nous libérer, grandir et commencer une nouvelle vie. Une nouvelle vie qui nous sera propre, qui évoluera à partir d’un oxygène psychologique permettant le développement d’une atmosphère fertile.

Recouvrir la douleur de terre n’est pas la garantie d’une prospérité dans la relation. Il faut parfois faire disparaître les points de suspension d’une histoire pour les remplacer par un point final. Cet adieu implique de changer pendant une période de temps indéterminée.

Ceci peut nous angoisser mais les conséquences de cet acte ne seront autres que la reconstruction de notre être et l’harmonie interne. Il s’agit d’être honnêtes et exigeants avec nos compagnies émotionnelles. Ce n’est pas toujours facile mais c’est toujours nécessaire.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

VOICI UN MAGNIFIQUE TÉMOIGNAGE DE JIM CARREY SUR L’EXPÉRIENCE HUMAINE

développement personnel

Quand je pense à un grand professeur bouddhiste, Jim Carrey n’est pas la première personne à qui je pense.

Mais quand-même. L’acteur qui affiche désormais une longue barbe, a créé un buzz quand il a rendu publiques des choses assez profondes à dire sur cette chose compliquée, amusante, difficile et belle que nous appelons l’expérience humaine.

Carrey partage la réalisation saisissante qu’il est devenu après des années de gloire: il est totalement inutile de passer toute notre vie à créer et à organiser une identité spécifique pour nous-mêmes.

C’est tout l’ ego : vouloir être important, être quelqu’un, imposer. En réalité, cette prise d’identité singulière ne nous apporte que peine et souffrance, pour trois raisons principales.

Premièrement, elle introduit une séparation entre nous et tous les autres êtres qui déshonore notre nature inhérente et interconnectée.

Deuxièmement, cela nous fait croire que les choses ne sont pas censées changer, que nous ne sommes pas censés changer.

Troisièmement, cela nous empêche de nous reposer sur notre propre bonté fondamentale , car cela nous fait sentir que nous ne sommes pas assez comme nous le sommes, en ce moment.

L’antidote à cette souffrance est de lâcher ce désir d’être «quelqu’un». Comme le dit si bien Carrey, « le sentiment de complétude est un sentiment différent de celui que nous ressentons réellement.» Pour se sentir entier, nous devons nous arrêter d’essayer de maintenir une image du « moi ».

Puisant dans sa propre expérience, Carrey relie cette vérité à la condition de la dépression:

« Les gens parlent de la dépression tout le temps. La différence entre la dépression et la tristesse est que la tristesse vient du hasard – tout ce qui s’est passé ou n’est pas arrivé pour vous, ou le chagrin, ou quoi que ce soit. La dépression, c’est ton corps qui te dit: je ne veux plus être ce personnage, je ne veux plus supporter cet avatar que tu as créé dans ce monde. C’est trop pour moi.

Vous devriez penser au mot «déprimé» comme «repos profond». Votre corps a besoin d’être déprimé. Il a besoin de repos profond du au personnage que vous avez essayé de jouer. « 

Cela pourrait être la meilleure évaluation de la dépression que j’ai jamais entendue.

Donnons-nous pour ce qui est notre « soi », de toute façon. Une pause et laissons aller toutes les identités que nous avons eu tellement de mal à créer. Vivons plutôt avec un cœur ouvert et un sens de l’humour sur nous-mêmes et notre monde – puisque, selon les mots de Jim Carrey, rien ne compte de toute façon.

Et c’est une pensée réconfortante.~

« Je n’ai aucune dépression dans ma vie, littéralement aucune. J’ai de la tristesse, de la joie, de l’allégresse, de la satisfaction et de la gratitude au-delà de toute croyance. Mais tout comme la météo, qui tourne autour de la planète. Cela ne m’atteint pas assez longtemps pour me tuer. Ce sont juste des idées. « ~ Jim Carrey

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

La Foi Absolue en Qui Je Suis pour m’Accueillir dans ma Totalité…

développement personnel

par Sohie Riehl

Les énergies du moment continuent de grandir et font remonter à la surface tout ce qui n’est pas encore complètement vu et accueilli. Contrairement à ce qui se passe habituellement il n’est plus proposé d’accueillir une chose à la fois mais plusieurs. Ce travail est accentué lorsque nous traversons les pleines lunes, qui participent à notre réalignement aux rythmes universels et galactiques. Nos contractions et nos empêchements remontent, il s’agit donc de cultiver au maximum l’accueil de Soi, la gentillesse et l’innocence pour vivre cela sans en être profondément bouleversé régulièrement.

C’est une accélération bienveillante car nous sommes capables aujourd’hui de l’accueillir. Bien sûr et comme toujours, chacun vit cela à son rythme dans la perfection de là où il se trouve. L’essentiel est d’être clair avec la définition de Qui Je Suis. C’est la Présence, la Lumière et l’Amour les plus absolus qui cherchent à se révéler et à s’exprimer en nous. Et bien sûr cette renaissance fait remonter tout ce qui n’est pas en accord avec cela dans nos mondes intérieurs.

La Reconnaissance de Soi, de Qui Je Suis vraiment nous amène à la Foi Absolue et cela permet d’accueillir, de s’accueillir dans la Totalité de ce “Qui Je Suis”. Cet engagement dans la Foi vivante nous permet de ressentir de manière encore plus concrète la présence de nos frères et sœurs galactiques et intra terriens qui nous soutiennent inconditionnellement. Sachons les inviter dans la présence silencieuse de notre cœur sacré. Prenons le temps, quotidiennement, de nous ressourcer en nous laissant aimer par la Vie et notre famille galactique. Le cosmos est un vaste espace de fraternité et d’amour, nous habitons en ce moment l’étoile Terre qui fait partie intégrante de ce Tout. Il est temps de quitter toute impression de séparation et de solitude pour se laisser porter et inspirer par la Lumière de Vie. La Présence de la Vie en nous et autour de nous devient permanente.

Le lâcher prise est cet acte de Foi Absolue qui ne peut venir que de l’intérieur. Le doute s’efface et l’Amour Créateur devient plus solide, s’impose comme une priorité qui permet de dépasser les défis extérieurs et de relativiser les expériences. L’Union s’installe entre la Lumière la plus haute et la matérialité la plus dense car ce ne sont que les extrémités de la même vie et cette certitude s’installe en nous. Le conflit et la division s’effacent dans ce retour à l’Unité.

A partir du moment où je me reconnais, ou la Foi absolue s’installe, alors plus rien ne peut s’accrocher dans les mailles du filet du mental/égo et peu importe le jeu qui se joue, la contraction n’est plus possible. Je reste alors positionné au centre du jeu et je peux observer la totalité de ma création sans rien rejeter ni rien nier. C’est une vision à 360 degrés de Tout ce qui Est, je m’observe sans donner plus d’importance à une partie ou une autre de Qui Je Suis. J’accueille mes parts “d’ombre” avec autant d’Amour que tout le reste et c’est ce qui me positionne au centre.

La Joie que Je Suis peut alors Grandir et s’exprimer jusqu’au travers du filtre du mental/égo depuis ce centre parfait peu importe ce qui se présente dans l’expérience vécue. La libération est là et la matière n’a plus d’emprise, les attachements se défont car je vibre la certitude que l’Esprit est plus puissant que la matière.

Auteurs : Stéphane Colle et Sophie Riehl

« Chronique trouvée sur lapressegalactique.org » Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

SE CHOISIR EN CONSCIENCE ET FAIRE LE PARI DE SOI !

par Théo Friant

Le « déni de soi » ou comment perpétuer la séparation ?

La première alternative est le choix de la résistance. En effet, tu peux aisément entretenir l’ignorance et le sentiment de séparation, car, c’est ce que tu as choisis de vivre en venant t’incarner en ce monde.

Depuis cet espace, tu verras le mental perpétuer les sempiternels doutes, excuses et blâmes que tu te reproches à toi-même et que tu projettes sur autrui. Ton mental, directeur en chef de ton ego t’enfermera dans un carcan de peurs, ce qui figera ton expansion. Tu ressentiras alors une sensation d’étouffement voire d’écrasement dans ton corps, dans tes nocturnes et de manière générale dans ta vie.

Par ce choix, tu rejettes ce que la vie t’invite à reconnaître dans tes espaces de déni. Alors, tu te condamnes à revivre invariablement l’abaissement de ta vibration, la densification de tes expériences. La conséquence de ce positionnement prendra la forme d’un immense fardeau telle une maladie ou encore un accident.

La voie des audacieux !

La seconde alternative est le choix de voir au-delà de ce qui semble perdu d’avance. Pour cela ouvrir ton coeur n’est pas une option. En effet, par ce puissant choix, tu actives le GPS de ton âme. Allumer le feu en ton coeur, c’est accueillir la lumière à tous les étages de ton temple et surtout voir au-delà du décor en carton-pâte… la majesté que tu es !

Ici, pas de piège, même si cela peut paraître trop simple… Un enfant est en mesure de prendre l’enjeu de ce choix, alors pourquoi pas toi ?

L’alternative proposée est simplement de faire descendre la lumière dans ton corps, de te gorger de l’amour que tu es. Tel l’enfant, connecté à sa joie, tu pourras rire de ce qui semblait dramatique pour l’adulte (qui se prend trop au sérieux). La conséquence de ce choix attirera dans ton sillage des êtres ayant fait, eux aussi, le choix du coeur.

Ce que nous sommes au-delà du monde de la forme n’est pas altérable et encore moins négociable. Nous sommes des êtres sans limites, composés de pur amour et de pure lumière.

Et même si dans le monde de l’illusion de la séparation tout semble s’opposer à la réalisation de tes rêves d’enfant, n’oublie jamais, tu es créateur et tu as la capacité de réconcilier les opposants et marier les contraires.

Je nous aime au-delà des mots et au-delà des clivages qui semblent apparemment nous séparer.

image pixabay

À tout bientôt dans les sessions privées

Théo Friant

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Des traits de personnalité caractéristiques aux gens qui apprécient la solitude

développement personnel

Préférez-vous la solitude à la compagnie des autres personnes? De nombreuses personnes sont dans le même cas que vous, et en tant qu’introverti, vous possédez certaines caractéristiques que les autres n’ont pas.

Évidemment, le besoin de solitude n’est pas spécifique aux introvertis, car même certains extravertis apprécient cela de temps en temps. Mais voici 7 traits de personnalité caractéristiques aux gens qui préfèrent la solitude :

1. Ils sont provocateurs

Les conversations ennuyeuses ne les intéressent absolument pas. Ils s’efforcent plutôt de communiquer véritablement et de parler réellement.

2. Ils apprécient la compagnie d’un ou deux véritables amis

Au lieu de passer des heures entières avec de grands groupes de personnes qui sapent leur énergie, ils apprécient la compagnie d’un ou deux véritables amis.

3. Ce sont de bons auditeurs

Être capable d’apprécier le temps seul permet d’avoir des moments de réflexion. Ainsi, les gens qui aiment vraiment être seuls sont de meilleurs auditeurs.

4. Ce sont de bons chercheurs

Tout ce temps passé seul et à réfléchir loin de la foule fait de vous un bon chercheur car vous êtes capable de découvrir des choses par vous-même.

5. Ils sont à l’écoute de leurs sentiments

Passer plus de temps seul vous permet d’être plus à l’écoute de vos émotions et de vos sentiments. D’autre part, cela vous donne la capacité de déchiffrer les pensées et les émotions négatives et de les séparer du bien.

6. Ils sont indépendants

Quand vous êtes capable de passer du temps seul, vous améliorez vos capacité à ne dépendre que de vous-même, au lieu de dépendre de la présence des autres pour vous sentir bien.

7. Ils sont observateurs

Ceux qui aiment être seuls sont très sensibles à leur environnement. Ainsi, ils sont très bons pour remarquer quelque chose de différent, comme une nouvelle coupe de cheveux ou d’autres détails plus subtils.

Source https://www.sain-et-naturel.com Partagé sur http://eveil.tv

Autre article

Les mêmes situations peuvent être vécues comme des réalités différentes par des personnes différentes

développement personnel

par Mikael

L’impact de toute situation dépend de la signification personnelle, et donc subjective, que la personne lui attribue. Par conséquent, les mêmes situations peuvent être vécues comme des réalités différentes par des personnes différentes.

Par ailleurs, il existe des difficultés pour que les personnes reconnaissent la construction sociale des situations. Même dans la perception d’objets et de situations simples. Ces difficultés ont, en outre, des conséquences, comme nous le verrons plus loin.

Les personnes construisent leurs réalités

Le simple fait de se souvenir est un processus constructif. Ainsi, pour autant que nous soyons doués pour nous souvenir, notre mémoire est imparfaite. En effet, la mémoire est inévitablement influencée par le contexte du souvenir (conversations relatives au souvenir, le nombre de fois que nous y avons songé, la présence d’autres témoins …).

Loftus et Palmer ont démontré “l’effet de l’information erronée” à travers une recherche scientifique connue sous le nom de “l’accident de voiture”. Cette recherche explique comment différentes personnes, face à un même accident, construisirent leurs propres réalités de ce qui s’était passé en fonction de la manière dont elles furent interrogées sur ledit accident. Par exemple, en présence des même faits, l’accident parut moins grave aux personnes qui furent interrogées sur les voitures s’étant heurtées qu’aux personnes interrogées sur les voitures s’étant écrasées.

Différentes fonctions amènent à différentes réalités

Le monde compte différentes formes de structures, de fonctions et d’organisations sociale de la vie et, par conséquent, des réalités très différentes. Par exemple, le concept de famille n’est pas le même pour une tribu que pour un clan, même s’ils sont constitués pour atteindre des objectifs similaires.

Pourquoi est-il si difficile de comprendre parfaitement les autres cultures ? Si nous observons un édifice en construction, nous ne sommes pas surpris par la méthode de construction car il s’agit de la méthode habituellement utilisée das notre réalité. En revanche, si nous observons une ancienne cathédrale, il se peut que nous rencontrions des difficultés pour imaginer quel fut les procédés de construction qui furent mis en oeuvre dans la mesure où ces derniers faisaient partie d’une autre réalité.

Les conséquences de ne pas accepter l’existence de différentes réalités

De même qu’il est fondamental d’accepter le fait que la réalité est quelque chose que nous construisons, nous devons être conscient d’un autre élément : cette construction fusionne très bien avec les objectifs qu’elle pourrait avoir, de sorte qu’il est difficile de la reconnaître. Et si nous ne la reconnaissons pas facilement, quelles sont les conséquences de ne pas reconnaître cette subjectivité ?

La principale conséquence de ne pas prendre en compte la construction sociale est le “biais de faux consensus”. Le biais du faux consensus (la croyance que notre jugement est le plus commun et partagé par les autres) conduit à des biais d’attribution (erreurs dans l’attribution des causes). Les principales conséquences de ne pas reconnaître les différentes réalités expliquent à leur tour le biais du faux consensus :

  • Nous croyons que nos jugements, choix, croyances et opinions sont relativement communs et appropriés aux circonstances.
  • Ne pas considérer que les autres réagissent à une situation différente de la nôtre.
  • Nous surestimons le degré auquel les autres partagent nos croyances, comportements et confions dès lors exagérément en nos prédictions (sur nous mêmes et sur les autres).
  • Ne pas prendre en compte ou ne pas considérer suffisamment la perspective de l’autre.
  • Nous les considérons comme déviants ou inappropriés les réponses alternatives que d’autres personnes apportent à nos croyances.
  • Ne pas reconnaître que la réalité se construit de manière différente.
(image pixabay)

La réalité est comme la personnalité

Chaque personne possède une personnalité unique et irremplaçable, il n’est pas possible de la copier ou de l’imiter à 100%, et il en va de même pour la réalité. S’il nous était demandé comment nous expliquerions à un extraterrestre le monde dans lequel nous vivons, chacun d’entre nous donnerait une réponse différente.

Le contexte et l’apprentissage sculptent notre être dès la naissance, mais notre héritage génétique fait également partie de nous. Nous ne pouvons pas sentir, penser, regarder, respirer, nous souvenir… exactement de la même manière que les autres, de sorte que la réalité sera toujours vécue de manière différente.

Combien de fois avons-nous entendu ou dit que nous devions être réaliste dans une situation donnée ? Il est difficile de comprendre que la réalité en soi n’existe pas et que, par conséquent, chacun possède sa propre vérité. Etre conscient de cela nous donne la responsabilité de respecter et de comprendre les réalités des autres, sans impositions ni jugements de valeur.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

Autre article qui peut vous intéresser

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Vivre pour faire plaisir aux autres est un sacrifice inutile

développement personnel

Le problème auquel nous devons faire face en essayant de faire plaisir à tout le monde c’est qu’en plus de nous oublier, tout ce que nous ferons ne sera jamais du goût de tous.

Faire plaisir aux autres peut être très bien vu, mais cela suppose une grande usure pour la personne si bonne et si complaisante qui pense à tout le monde sauf à elle.

Depuis tout petit on nous enseigne cette attitude, en nous éduquant à faire des choses que nous n’aimons pas mais qui plaisent aux autres.

C’est ainsi que nous commençons à toujours regarder vers l’extérieur, tandis que nous nous oublions.

Lisez : Je suis cette femme qui n’a rien besoin de démontrer
Mais il arrive un jour où la fatigue est si grande que nous nous arrêtons et nous nous demandons « qui suis-je ? », « qu’est-ce que je souhaite? ». Malheureusement, nous ne le savons pas.

Toutefois, en prendre conscience peut être un début sur la voie vers la découverte de nous-même.

Faire plaisir aux autres peut nous faire souffrir

Faire plaisir aux autres peut nous faire beaucoup de mal. Car nous allons faire des choses que nous ne voulons pas et qui, bien souvent, vont à l’encontre de nos valeurs.

Par exemple, si nous sommes en couple et que nous ne tolérons pas l’odeur de tabac chez nous, il se peut que pour faire plaisir à l’autre nous le laissions fumer à l’intérieur sans rien dire.

Ceci provoquera une grande frustration en nous, de la colère et du mal-être qui augmentera avec le temps et qui, tôt ou tard, ressurgira.

De la même manière, il est possible que nos parents veuillent que nous agissions d’une certaine manière qui n’est pas cohérente avec notre manière d’être ou de procéder. Toutefois, si nous faisons le contraire, ils en seront contrariés.

Face à cette situation, l’anxiété devient l’écho de notre intérieur pour activer le bouton de « faire plaisir aux autres ». Ainsi, nous arrivons à y palier en permettant aux autres de se sentir bien.

Mais, à quel prix ?

Au prix de ne pas nous donner la priorité, de nous reléguer au second plant et d’être à la rechercher constante de l’approbation des autres.

Les autres sont-ils votre source de bonheur ?

Il semble paradoxal de se dire que faire plaisir aux autres peut nous faire souffrir. Toutefois, il y a une explication à cela : nous laissons notre propre bonheur dans les mains des autres.

Au moment où nous faisons plaisir pour nous sentir bien, à l’instant où nous essayons que la colère ou la déception de l’autre envers quelque chose que nous n’avons pas voulu faire comme elle le souhaitait, nous angoissons d’inverser la situation.

Nous nous trouvons dans une impasse.

Nous essaierons d’éviter les conflits, nous donnerons notre opinion quand nous saurons ce que les autres veulent entendre et nous nous laisserons guider par ce que veulent les autres, pas par ce que nous souhaitons.

Au final, quelle vie vivons-nous ? La nôtre ou celle que les autres désirent ? Si nous ne prenons pas le contrôle, il se peut que la vie n’ait plus aucun sens.

Nous ne pouvons pas ne pas dormir parce qu’un-e ami-e s’est mis-e en colère parce que nous lui avons dit « non » pour se voir, parce que l’on n’en avait pas envie ou parce qu’on avait mal à la tête.
Nous ne pouvons pas non plus nous inquiéter de ne pas avoir répondu aux attentes des autres.
Nous devons apprendre à accepter la colère, le refus, les mauvaises têtes des autres face à nos propres opinions, actes ou décisions. Cela finira par leur passer !

Commencez à vous faire plaisir

Pour commencer à cesser de faire plaisir aux autres il faut faire un grand travail pour augmenter l’estime de soi, car c’est sans doute cela, ajouté à votre manque d’assurance, qui vous pousse à agir ainsi.

Une fois que votre estime de vous-même se trouve à l’endroit où elle doit se trouver, il faut commencer à changer les vieilles habitudes.

Commencez à dire « non » lorsque vous voudrez dire « non ». Si quelqu’un se met en colère, ne soyez pas désespéré car tôt ou tard cela lui passera (ce n’est pas la fin du monde) et donnez-vous la priorité.

Donnez la priorité à vos décisions, à ce que vous souhaitez, à vos opinions et à vos rêves. Mais surtout, donnez la priorité à votre bien-être.

Vous n’avez pas à faire quoi que ce soit qui vous empêche de vous sentir bien. Vous vous usez pour rien. Vous souffrez et cela se paie en anxiété voire en dépressions.

Pourquoi ne pas commencer à vivre pour vous-même ?

Source : amelioretasante.com

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

La colère joue un rôle sur le corps

Nous naissons et portons déjà en nous la colère. Lpeur et la douleur également. Ces émotions viennent au monde avec chaque être humain, indépendamment des circonstances dans lesquelles chacun naît. Dès la naissance, chacune de ces réalités subjectives sera modelée et prendra le cours que l’environnement induit.

La colère possède différents niveaux. Ils vont de la gène ou de l’irritation pour une quelconque contrariété à la passion aveugle qui conduit aux actes les plus destructeurs de l’être humain. Il s’agit, en fait, de l’une des émotions les plus intenses que nous puissions ressentir. L’une des plus nocives également. Qu’elle explose ou soit réprimée, elle finit par nous rendre malade.

 

” Contre la colère, la procrastination.

Sénèque

L’être humain se trouve donc face à un grand paradoxe. Il ressent de la colère, quoiqu’il advienne. Il n’est pas possible de mutiler cette partie de lui-même. Il doit néanmoins apprendre à la gérer, au risque de tomber malade, du corps et de l’esprit. La bonne nouvelle est que cela est possible. Il est possible de canaliser la colère de manière constructive. Concourir, entreprendre, prendre des risques sont autant de moyens de le faire. Mais si nous n’y parvenons pas, le corps lui-même en paiera les conséquences.

La colère rend malade

Tant les médecines alternatives que conventionnelles insistent sur le fait que toutes les maladies possèdent des composantes émotionnelles. Du point de vue des approches holistiques, toute maladie est une émotion non résolue. Lorsque cette émotion atteint son degré le plus élevé, elle est capable de détériorer considérablement la santé et même conduire à la mort.

Ces perspectives indiquent que chaque émotion affecte une partie du corps en particulier. Dans le cas de la colère, il est connu que celle-ci a des effets principalement sur toute la zone du tronc et de l’estomac.

La colère prend plusieurs formes. Ressentiment, rancœur, haine, etc. Toutes ces formes finissent par générer des répercussions sur la santé. En effet, il s’agit de véritables bombes à retardement qui finissent par se manifester sous forme de calculs biliaires, de problèmes de vésicule biliaire et de différents troubles digestifs.

Les différents effets sur l’organisme

Des chercheurs du National Institute on Aging ont récemment mené une enquête sur les effets de la colère sur l’organisme. Les conclusions de l’étude furent publiées dans le Journal of the American Hearth Association. Il fut vérifié que les personnes qui restent envahis par la colère tendent à montrer des traces de cette émotion dans leur corps.

Il fut constaté que ceux qui se mettent en colère ont souvent tendance à avoir des anomalies dans les artères carotides. Ceci, bien évidemment, augmente le risque d’avoir un accident vasculaire cérébral. De même, il fut découvert que ceux qui ont un caractère de type “antagoniste”, autrement dit très conflictuel, présentent généralement un épaississement des parois artérielles.

Par ailleurs, tout excès de colère provoque une augmentation visible de la production de certaines hormones. Parmi eux, l’adrénaline. L’augmentation de cette substance provoque une altération de l’équilibre de l’organisme et peut éventuellement mener à des crises cardiaques ou à des troubles cérébraux.

Ni la contenir…ni la laisser prendre le contrôle

Nous disposons chaque jour de nombreuses raisons de nous mettre en colère, quels que soient nos intérêts. Rien ne fonctionne parfaitement, et le conflit et la contrariété jalonnent nos journées. Pour canaliser ces sentiments de rejet et d’irritation, la première chose est de reconnaître que nous éprouvons de la colère. Ce simple fait augmente déjà les possibilités de canaliser intelligemment son énergie.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, cette émotion possède différentes facettes. Il en existe essentiellement quatre :

  • La colère incontrôlée
  • La colère “contagieuse” ou transférée d’une personne à l’autre
  • La colère pour couvrir un autre sentiment inconscient, que la personne ne peut pas accepter consciemment
  • La colère qui provient du manque d’affirmation de soi

Les processus de colère proviennent principalement de quatre sources : la peur, la frustration, le doute et la culpabilité. La colère ne résout ni la peur ni la frustration ni le doute ni la culpabilité. Elle ne fait que leur offrir une sortie dangereuse. Elle produit un sentiment de libération momentanée, mais n’élimine pas les causes du problème. Elle présente en outre la circonstance aggravante qu’elle se nourrit elle-même. Plus nous ressentons de colère, moins nous sommes susceptibles de la contrôler, de sorte qu’elle s’intensifie. C’est ainsi qu’elle fonctionne.

La solution ne consiste ni à la réprimer ni à la libérer de manière incontrôlée. Le chemin consiste à accepter que nous ressentons de la colère, de l’exposer face à la conscience. Elle commence alors à se désamorcer. Il suffit de 10 secondes pour faire cet exercice. Il convient ensuite d’essayer d’identifier quelle est la véritable source de la colère. Cela nous donne des indices sur la façon de résoudre le problème qui se trouve derrière.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube