Des taxis affirment voir les fantômes du tsunami

Eveil Tv - paranormale

Alors que le Japon commémorera en mars le cinquième anniversaire du tsunami qui a ravagé ses côtes, faisant selon les chiffres officiels 15’893 morts et 2572 disparus, une thésarde se penche sur un mystérieux phénomène: celui des «fantômes du Tsunami» qu’affirment avoir vus certains témoins.




Yuka Kudo, un étudiant en sociologie de l’Université de Tohoku Gakuin, y a consacré sa thèse, et celle-ci intrigue les médias japonais, rapporte le correspondant au Japon du quotidien britannique The Telegraph.

«Suis-je morte?»

Sur la ville côtière d’Ishinomaki, où plus de 6000 personnes sur les 161’000 habitants ont trouvé la mort, 7 chauffeurs de taxi sur 100 interrogés prétendent avoir vu, voire parlé avec des fantômes. L’un d’eux a par exemple affirmé qu’une femme est montée dans son taxi près de la gare d’Ishinomaki, quelques mois seulement après le tsunami, demandant à être conduite dans le quartier de Minamihama. Interloqué, le chauffeur lui aurait dit que toute la zone avait été détruite. Ce à quoi la jeune femme aurait répondu: «Suis-je morte?» Quand il s’est retourné, la voiture était vide, explique-t-il en entretien.

 
Un autre chauffeur assure avoir pris à bord un homme d’une vingtaine d’années, l’avoir conduit dans un autre endroit de la ville, pour trouver la voiture vide à son arrivée. Les deux chauffeurs ont rapporté ces rencontres dans leur journal de bord. Ils avaient mis en marche leur compteur dans les deux cas, puisqu’ils croyaient vraiment avoir affaire à des passagers. Les sept chauffeurs indiquent que les «fantômes» avaient l’air relativement jeunes.

Aucun n’a été traumatisé par ces rencontres, bien au contraire: ils indiquent chérir ces moments privilégiés avec l’au-delà. D’autres avant eux ont indiqué avoir senti ou vu la présence de fantômes, selon le Telegraph et fait appel à des exorcistes pour les aider. source

REJOINDRE EVEIL TV POUR SUIVRE LES ARTICLE




amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *