La découverte de Soi

eveil tv

par Patrice Bailly

La plupart d’entre nous, de part notre éducation, des concepts extérieurs, avons perdu confiance en la vie, en ce que nous sommes, notre intuition profonde, et n’arrivons plus à poser un regard simple sur ce qui est ici et maintenant, dans la paix et la joie du coeur.

L’éducation nous a amené petit à petit à commenter, à analyser, à nommer, à comprendre, à savoir et à devoir à tel point que notre présence, notre « être avec », notre « voir » avec le cœur, tout cela a disparu pour un monde de bruits, de conflits, de discussions, de vrai, de faux, de bien de mal, de j’aime, j’aime pas, de mieux et de moins bien, de définition, un monde mental et illusoire.

Nous ne voyons plus la vie et sa beauté telle qu’elle se présente à nous, nous ne voyons plus la beauté de nos semblables, nous ne voyons plus la grâce et ces petites choses de chaque instant, nous n’avons plus accès en notre cœur à cette plénitude, nous ne dansons et ne chantons plus beaucoup la mélodie de la vie, la liberté qu’est le vivant.

Nous vivons à travers des histoires, avec distance, des illusions, nous posons des filtres qui nous donnent l’impression d’un moi, d’un je séparé, un moi qui possède sa vie et son histoire.

Ainsi nous nous comparons et nous défendons afin de ne pas perdre pied dans cette illusion d’existence vide au delà des mots, au delà du rêve.

Nous nous cramponnons au vide, de peur de tomber et de rencontrer la mort, nous sommes dans l’ignorance, celle qui apporte souffrance, peur, angoisse, attachements au corps, aux pensées, aux émotions, au matériel.

Cette connexion avec l’intérieur, que j’évite presque de nommer aujourd’hui « spiritualité », « éveil », « moment présent », tellement ces mots n’ont plus de sens tellement le mental en a fait une mode de nos jours, cette connexion qui n’est au fond que notre véritable nature nous est pratiquement inconnue, nous sommes endormis au travers de concepts, nous nous sommes extériorisé de nous.

Pourtant, devant toute cette souffrance, de plus en plus d’êtres humains ressentent le besoin de renouer avec leur âme, leur cœur, de retrouver une réelle liberté de vivre.

Nous savons tout au fond de nous, que si nous souffrons c’est justement parce que nous nous sommes éloignés de nous et avons laissé faire les choses et nous voulons retrouver cette paix intérieure, cette détente, cette présence, ce vivant.

Il est effectivement temps de quitter cette illusion, de la voir, de s’en libérer et ainsi de revenir à notre véritable nature et de vivre dans un monde qui nous ressemble.

De retrouver l’amour, l’absence de distance, de mots, pour des sentiments purs, pour des actions de cœur et d ‘unité. Ensemble et non contre. Il est temps de laisser apparaître et de ne plus paraître.

Depuis trop longtemps nous avons cultivé un amour qui plutôt que d’aimer, écarte, éloigne, attaque, combat, élimine, demande, manipule, suspecte, ment, trompe, attache, souffre …

Depuis trop longtemps ce moi qui n’a pensé qu’à lui même a tout fait pour jouir du maximum à travers les autres, les biens, et le voilà aujourd’hui à bénéficier de beaucoup et de jamais ne s’être senti aussi vide, aussi loin des autres, aussi mal d’être.

Nous ressentons pour un grand nombre aujourd’hui qu’il est temps de faire ce chemin vers la joie, et de partager au sens véritable du terme, c’est à dire de retrouver l’unité de l’être parce que libéré de l’individu.

Etre cet « ensemble » sans effort, dans la plus grande simplicité, sans isolement.

Il est temps d’être cet amour inconditionnel, cette vie, cette créativité immédiate, cette joie de l’instant, cette présence qui à travers l’autre ne nous fait que découvrir encore plus ce que nous sommes nous même.

Il est temps de mette fin à cette illusion par la pratique de surveillance de cette folie qu’est l’autre en moi, cet invisible qui m’écarte de la liberté et m’emprisonne dans un monde hors du monde.

Il est temps d’être unique dans l’un, de choisir la paix en soi et ainsi de vivre un monde qui nous ressemble, il est temps d’abandonner ce chemin vers nul part pour ici, pour la Joie, temps de nous découvrir.

Patrice Bailly

http://www.vibrer-l-ici-et-maintenant.com/

L’Egypte promet de révéler de nouveaux «secrets»

Eveil Tv

Le projet visant à scanner les pyramides apporte déjà des informations.

Une mission appelée ScanPyramids, réunissant des scientifiques égyptiens, français, canadiens et japonais a entamé ses travaux le 25 octobre en mettant en oeuvre de manière inédite et croisée plusieurs technologies non-invasives et non-destructrices: analyses thermiques par caméras infrarouges, radars sophistiqués, radiographie des trajectoires des muons qui les transpercent (ces particules cosmiques qui traversent en permanence la Terre), cartographies à l’aide de drones…

Chambres inexplorées

Le 9 novembre déjà, le ministre des Antiquités Mamdouh al-Damati avait annoncé que la thermographie infrarouge appliquée à la Grande Pyramide de Guizeh, celle qui avait abrité la dépouille du pharaon Khéops et la dernière des sept merveilles du monde antique encore debout, avait révélé de telles différences de températures entre différents blocs de calcaire géants contigus –jusqu’à 6 degrés Celsius– qu’elles pourraient indiquer la présence de chambres secrètes inexplorées.

Et de promettre alors que la monumentale pyramide de Khéops (146 mètres de haut), construite il y a plus de 4.500 ans (sans doute avant l’invention de la roue) et dont on a pas encore percé tous les mystères de l’édification, allait livrer un de ses «secrets» d’ici à la fin de la mission ScanPyramids prévue fin 2016.

Différences de température

Des «anomalies thermiques» importantes ont été relevées notamment sur la face ouest de la pyramide Rouge du site de Dahchour, au sud du Caire, et sur la face nord de celle de Khéops, sur le plateau de Guizeh aux portes de la capitale, a annoncé dimanche Mathieu Klein, de l’Université Laval de Québec.

Ces différences de température importantes entre blocs immédiatement voisins peuvent être le signe de l’existence d’une cavité ou d’un couloir, selon les experts.

«Il y a une claire différence de température», entre 3 et 6 degrés Celsius, «sur la face ouest de la pyramide Rouge, le bas de l’édifice est plus froid que le haut», s’étonnait M. Klein. «C’est intéressant, mais nous n’avons pas encore de réponse (…), est-ce que cela pourrait être dû à la circulation du vent ?», s’interrogeait-il.

«Ces résultats préliminaires nous indiquent qu’il y a de bonnes nouvelles» en perspectives, s’est enthousiasmé le ministre al-Damati, ajoutant: «Nous allons avoir des secrets à résoudre dans les pyramides, mais il est encore bien trop tôt pour dire ce qu’ils sont».

source

REJOINDRE EVEIL TV POUR SUIVRE LES ARTICLE

 

Le pouvoir de l’intention

Eveil Tv

Selon Wayne W. Dyer, un des grands sages de notre époque, il existe un champ d’énergie pure et illimitée… l’intention. Lorsque nous sommes connectés à l’intention, une harmonie règne en nous et autour de nous ; on se sent inspiré et heureux, nos projets se réalisent, les relations deviennent sereines, les événements s’agencent en notre faveur. En nous connectant et en activant cette source, nous pouvons transformer nos existences de façon miraculeuse. Le pouvoir de l’intention est un potentiel de notre esprit, utilisé en réalité par tous les maîtres spirituels, les shamans et les personnes de talent. Le pouvoir de l’intention n’est pas un livre comme les autres. Il révèle des vérités qui changeront radicalement votre vie.

Lien du livre

REJOINDRE EVEIL TV POUR SUIVRE LES ARTICLE




Prophétie des Andes: voici les 11 révélations

eveil tv

1. Les coïncidences qui façonnent nos vies :




La première révélation de la Prophétie des Andes concerne l’éveil à la conscience. Quand nous observons nos vies, nous nous rendons compte qu’il se passe beaucoup plus de choses que nous ne le pensions. Au-delà de notre routine et de nos problèmes quotidiens, nous pouvons déceler une mystérieuse influence divine : des » coïncidences significatives » semblent nous envoyer des messages et nous guider dans une direction particulière. D’abord nous ne faisons qu’entrevoir ces coïncidences : nous passons à toute vitesse à côté d’elles et ne leur prêtons presque aucune attention. Mais nous finissons par ralentir notre marche et observer plus attentivement ces évènements. L’esprit ouvert et vigilant nous développons notre aptitude à repérer le prochain phénomène synchronique. Les coïncidences semblent affluer et refluer, tantôt elles se succèdent rapidement et nous entraînent brusquement, tantôt elles nous immobilisent. Néanmoins, nous savons que nous avons découvert le processus de l’âme qui guide nos vies et les fait progresser. Les révélations suivantes expliquent comment augmenter l’occurrence de cette mystérieuse synchronicité et découvrir l’ultime destin vers lequel nous sommes conduits.




2. Une vaste perspective

La deuxième révélation de la Prophétie des Andes nous enseigne que notre perception des mystérieuses coïncidences de la vie est un événement important sur le plan historique. Après l’effondrement de la vision médiévale du monde, nous avons perdu la sécurité morale que nous procurait l’explication de l’univers fournie par l’Église. Par conséquent, il y a cinq cent ans, nous avons collectivement décidé de dominer la nature, en utilisant la science et la technologie pour vivre dans ce monde. Nous avons cherché à créer une sécurité matérielle pour remplacer les certitudes spirituelles que nous avions perdues. Pour nous sentir plus rassurés, nous avons systématiquement écarté et nié les aspects mystérieux de la vie sur cette planète. Nous nous sommes fabriqué l’illusion que nous vivions dans un univers entièrement explicable et prévisible, où les évènements fortuits n’avaient aucun sens. Pour entretenir cette illusion, nous avons eu tendance à nier toute preuve contraire à nos convictions, à entraver la recherche scientifique sur les évènements paranormaux, et nous avons adopté une attitude de scepticisme absolu. Explorer les dimensions mystiques de la vie est devenu presque un tabou. Petit à petit, cependant, une prise de conscience se fait jour. Elle nous permet de nous libérer de l’obsession du bien-être matériel qui a caractérisé l’âge moderne, et d’ouvrir notre esprit à une nouvelle conception du monde, plus juste.

3. Une question d’énergie

La troisième révélation souligne la dynamique énergétique de notre nouvelle vision de l’univers. Lorsque nous considérons le monde qui nous entoure, nous ne pouvons plus penser que chaque chose est faite de matière. Grâce aux découvertes de la physique moderne et aux efforts croissants de synthèse avec la sagesse de l’Orient, nous commençons à percevoir l’univers comme un vaste champ d’énergie, un monde quantique, où tous les phénomènes sont reliés entre eux et interagissent les uns sur les autres. Grâce à la sagesse orientale, nous savons que nous avons nous-mêmes accès à cette énergie universelle. Nous pouvons la projeter vers l’extérieur par nos pensées et nos intentions, influencer notre vie et celle des autres.




4. La lutte pour le pouvoir

La quatrième révélation de la prophétie des Andes explique que les êtres humains se sont souvent coupés eux-mêmes d’une connexion intérieure avec cette énergie mystique. Le résultat est que nous avons eu tendance à nous sentir faibles et peu sûrs de nous-mêmes, et que nous avons souvent cherché à récupérer des forces en nous procurant de l’énergie auprès d’autres êtres humains. Nous le faisons en cherchant à manipuler ou à absorber l’attention de l’autre. Si nous pouvons forcer son attention, alors nous sentons qu’il nous donne du tonus, nous rend plus forts grâce à son énergie, mais évidemment cela l’affaiblit. Souvent les autres réagissent contre cette usurpation de leur force, créant ainsi une lutte de pouvoir. Tous les conflits en ce monde proviennent de cette bataille pour l’énergie humaine.

5. Le message des mystiques

La cinquième révélation permet à chacun de se relier intérieurement à l’énergie divine. En recherchant et en explorant la dimension divine à l’intérieur de nous-mêmes, nous pouvons personnellement entrer en contact avec l’expérience mystique. Au cours de notre quête de cet état modifié de conscience, nous apprenons à distinguer entre la description intellectuelle de cette conscience et cette conscience elle-même. Pour cela nous employons certains critères expérimentaux qui indiquent que nous sommes reliés à l’énergie universelle. Par exemple, sentons nous notre corps plus léger ? Nous sentons nous légers sur nos pieds, comme en apesanteur ? Avons nous une perception plus aiguë des couleurs, des odeurs, des goûts, de la beauté ? Eprouvons nous un sentiment d’unité, de sécurité absolue ? Et surtout, atteignons nous l’état de conscience qu’est l’amour ? Non pas envers quelqu’un ou quelque chose, mais comme une sensation constamment à l’œuvre dans nos vies, en arrière-plan. Nous ne voulons plus parler seulement de prise de conscience mystique. Nous avons le courage de mettre en pratique ces méthodes pour véritablement chercher cette relation avec le divin. C’est cette relation avec l’énergie totale qui résout tous les conflits. Nous n’avons plus besoin d’obtenir de l’énergie d’autres personnes.

6. Clarifier le passé

La sixième révélation permet de prendre conscience du moment où nous perdons notre lien intérieur avec l’énergie divine. Dans ces moments là, nous recourons souvent à notre technique personnelle, inconsciente, de manipuler autrui pour lui prendre son énergie. Généralement, ces manipulations sont soit passives, soit agressives. La plus passive est la réaction de la Victime, ou du Plaintif : toujours envisager les évènements de façon négative, compter sur l’aide des autres, décrire les faits de façon à les culpabiliser (et les obliger ainsi à vous fournir de l’attention et de l’énergie). Prendre ses distances – la stratégie de l’Indifférent – est moins passif : donner des réponses vagues, ne s’engager en rien, faire que les autres s’efforcent de le comprendre. Quand ils lui courent après, il capte leur attention et donc leur énergie.

7. Déclencher l’évolution

Selon la septième révélation, nous devenons conscients que les coïncidences nous ont conduit vers la réalisation de nos missions et la quête de nos questions existentielles. Jour après jour, cependant, nous nous élevons en comprenant et en donnant suite aux plus petites questions provenant de nos objectifs plus larges. Si nos questions sont justes, nos réponses nous arrivent toujours à travers de mystérieuses occasions. Chaque phénomène synchronique, quel que soit son apport à notre développement personnel, provoque toujours en nous une autre question importante ; nos vies se déroulent à travers un enchaînement questions/réponses/nouvelle question tandis que nous évoluons le long de nos chemins spirituels. Des réponses synchroniques peuvent provenir de nombreuses sources ; rêves nocturnes, rêves éveillés, pensées intuitives et, le plus souvent, d’autres personnes qui se sentent inspirées pour nous apporter un message.




8. Une nouvelle éthique des relations

Selon la huitième révélation, la majorité des phénomènes synchroniques ont lieu grâce aux messages que les autres nous font parvenir ; en outre, une éthique spirituelle nouvelle envers autrui favorise ce synchronisme. Si nous ne sommes pas en compétition avec autrui pour recevoir de l’énergie, si nous restons reliés à l’énergie mystique à l’intérieur de nous-mêmes, alors nous pouvons élever les autres avec notre énergie, en nous concentrant sur la beauté de chaque visage, en voyant les qualités supérieures qui se trouvent en chacun. L’énergie que nous envoyons quand nous nous adressons à son MOI supérieur amène l’autre à une conscience plus complète de ce qu’il est, de ce qu’il fait ; et cela accroît la possibilité de transmission d’un message synchronique. L’élévation des autres est particulièrement importante quand il existe une interaction au sein d’un groupe, quand toute l’énergie collective peut se porter sur celui qui a intuitivement pris la parole. Il est également important de partir de cette éthique quand on s’occupe d’enfants ou quand on a affaire à eux. Pour élever des enfants, il nous faut nous adresser à la sagesse de leur MOI supérieur et les traiter avec intégrité. Dans les relations amoureuses, il faut s’assurer que l’amour euphorique ne se substitue pas à notre relation avec l’énergie mystique intérieure. Ce sentiment d’euphorie dégénère toujours en une lutte de pouvoir, du fait que les deux membres du couple deviennent dépendants de l’énergie de l’autre.

9. La culture de demain

La neuvième révélation prédit la manière dont se déroulera l’évolution lorsque nous mettrons en pratique les huit autres. Comme le synchronisme augmentera, nous serons attirés par des niveaux de vibrations de plus en plus élevés. Nous en viendrons alors à nos missions véritables, en changeant de profession ou de vocation ou en inventant nos propres entreprises pour travailler dans le domaine qui nous convient le mieux. Pour beaucoup, ce travail consistera à automatiser la production des produits et des services fondamentaux : la nourriture (en dehors de celle que chacun fera pousser dans son jardin), le logement, l’habillement, les moyens de transports, l’accès aux médias, les loisirs. Cette automatisation sera considérée comme un progrès parce que la plupart d’entre nous ne considérerons plus ces industries comme le centre de leur vie. On ne fera pas un usage abusif de ces biens parce que chacun suivra sa voie de progression spirituelle de façon synchronique et ne consommera que le strict nécessaire. La pratique de la dîme, consistant à donner à ceux qui nous apportent une révélation spirituelle, complètera les revenus et nous libèrera des cadres rigides du travail. Enfin, le besoin d’argent disparaîtra au fur et à mesure que les sources d’énergie gratuites et les biens durables permettront à l’automation de se généraliser. Comme l’évolution continuera, la progression synchronique augmentera nos vibrations jusqu’au moment où nous passerons dans la dimension d’après la vie, fusionnant ainsi cette dimension avec la nôtre et mettant fin au cycle naissance/mort.




10. Conserver la vision

Cette dixième révélation nous fait comprendre qu’à travers l’histoire, les êtres humains ont toujours inconsciemment lutté pour mettre en application cette vie spirituelle sur Terre. Chacun de nous vient ici avec une mission, et au fur et à mesure que nous sortons cette compréhension de notre inconscient, nous pouvons nous rappeler une vision de naissance plus large, et ce que nous voulions accomplir dans nos vies. Plus nous pourrons nous souvenir d’une vision commune du monde, plus nous trouverons la manière de travailler ensemble pour créer une nouvelle culture spirituelle. Nous savons que notre challenge est de maintenir cette vision, avec intention, et nous prions pour cela chaque jour.

11. L’extension des champs de prières

Cette onzième révélation est la méthode précise pour conserver la vision. Depuis des siècles, les écrits religieux, les poèmes et les philosophies ont désigné un pouvoir latent de l’esprit chez chacun de nous qui nous aide mystérieusement à avoir une incidence sur l’avenir. Cela est appelé le pouvoir de la foi, la pensée positive et le pouvoir de la prière. Ce pouvoir est maintenant suffisamment pris au sérieux pour amener une meilleure connaissance de celui-ci à la portée d’un public non averti. Nous savons que la prière est un champ d’intention, que nous projetons à l’extérieur de nous, qui peut être prolongé et renforcé, et plus particulièrement quand nous sommes connectés avec les autres dans une vision commune. C’est la puissance avec laquelle nous conservons la vision d’un monde spirituel et nous établissons l’énergie en nous mêmes et dans les autres qui fera de cette vision une réalité.

LES LIVRES liens

Eveil Tv




Les 7 lois spirituelles du succès

Eveil Tv

1ère loi: Loi de Pure Potentialité

Cette loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes:

  • Prendre l’habitude de méditer seul au moins deux fois par jour pendant 30 minutes à chaque fois.
  • Prendre le temps chaque jour de communiquer avec la Nature et de témoigner silencieusement de l’intelligence présente en toute chose vivante.
  • Pratiquer le non-jugement. Commencer la journée par cette résolution: « Aujourd’hui, je ne jugerai rien de ce qui arrivera » et s’y tenir.
 




 

2ème loi: Loi du Don

Cette loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes:

  • Prendre l’habitude de donner quelque chose à toutes les personnes que l’on rencontre. Ce peut être un don matériel (objet, argent…) ou spirituel (sourire, prière…).
  • Accepter avec gratitude tous les dons que l’on reçoit. Il peut s’agir de ceux de la Nature (lumière du soleil, chant des oiseaux, pluie d’automne) mais aussi des présents que d’autres personnes nous offrent, que ceux-ci aient une forme matérielle comme l’argent ou spirituelle comme un compliment ou une prière.
  • Prendre l’habitude de protéger la circulation de la richesse dans sa vie en donnant et en recevant les biens les plus précieux de l’existence: l’attention, l’affection, le respect et l’amour.
 

 

3ème loi: Loi du Karma ou Loi de cause à effet

Cette loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes:

  • Prendre l’habitude d’être témoin de ses choix. Le meilleur moyen de préparer le futur est en effet d’être totalement conscient du présent.
  • Chaque fois que l’on doit prendre une décision se poser les deux questions suivantes: « Quelles sont les conséquences du choix que je suis en train de faire? » et « Apportera-t-il satisfaction et bonheur à moi-même comme à tous ceux qui en seront affectés? »
  • Ecouter les réactions de son corps. Si le choix que l’on s’apprête à faire apporte du confort alors on pourra s’y abandonner. Dans le cas contraire, il est nécessaire de réexaminer les conséquences de son action.
 

 

4ème Loi: Loi du Moindre Effort

Cette loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes:

  • Pratiquer l’abandon. Prendre l’habitude d’accepter les personnes, les évènements, les circonstances et les situations comme elles se présentent. Accepter les choses comme elles sont et non comme nous voudrions qu’elles soient.
  • Assumer la responsabilité de notre situation en face de tous les évènements que nous considérons comme des problèmes. Ne blâmer personne, y compris nous-mêmes. Prendre conscience que tout problème constitue une opportunité déguisée.
  • Abandonner notre besoin de défendre notre point de vue. Rester ouvert à tous les points de vue sans chercher à s’attacher à un d’entre eux.
 

 

5ème loi: Loi de l’Intention et du Désir

Cette loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes:

  • Etablir une liste de tous ses désirs et se la remémorer régulièrement, notamment le soir avant de se coucher et le matin au réveil.
  • Confier ses désirs à la matrice de la création. Prendre conscience que si les choses ne se présentent pas comme prévu, c’est qu’il y a une raison à cela.
  • Prendre l’habitude de pratiquer la conscience du moment présent. Accepter ce présent comme il vient et créer la manifestation du futur par son attention et ses désirs les plus profonds et les plus chers.
 

 

6ème loi: Loi du détachement

Cette loi se met en oeuvre en prenant les décisions suivantes:

  • Prendre l’habitude d’offrir à soi-même comme à autrui la liberté d’être ce que l’on est. En ne cherchant pas à tout prix une solution à ses problèmes, on évitera de s’en créer d’autres. Participer à tout avec un engagement détaché.
  • Accepter l’incertain parce que c’est le seul chemin vers la liberté.
  • Prendre l’habitude d’entrer dans le champ de tous les possibles et anticiper le bonheur de rester ouvert à une infinité de choix.
 

 

7ème loi: Loi du Dharma ou but de la vie

Cette loi se met en œuvre en prenant les décisions suivantes:

  • Prendre l’habitude de nourrir avec amour le ou la déesse qui vit au plus profond de son âme.
  • Établir une liste de ses talents particuliers, ce que l’on aime faire.
  • Se poser chaque jour les deux questions suivantes: « Comment puis-je aider? » « Comment puis-je servir? »
Noter: Deepak Chopra suggère de consacrer chaque jour de la semaine un moment pour la méditation et de se focaliser sur une loi: le dimanche la première loi, le lundi la deuxième loi et ainsi de suite jusqu’au samedi qui est dédié à la dernière loi.

LIEN DU LIVRE

Les techniques modernes de neuroimagerie ont fourni l’explication à ce pouvoir de la pensée sur le corps : répéter mentalement et pratiquer une activité activent les mêmes zones du cerveau, autrement dit « s’imaginer, c’est faire ». Des résultats similaires ont été obtenus pour la gestion de la douleur par hypnose : Pierre Rainville, de la faculté de médecine dentaire de Montréal, a montré que sous état hypnotique, si on suggère au patient que sa souffrance diminue alors l’activité de la zone du cerveau impliquée dans la sensation de la douleur (appelée cortex cingulaire antérieur) diminue. Là aussi, s’imaginer souffrir moins, c’est déjà souffrir moins.

Paradoxalement, aussi convaincantes soient-elles, ces découvertes semblent donner raison aux sceptiques de l’hypnose. Ceux-là remettent en cause la pierre angulaire même de la guérison hypnotique : le pouvoir de la suggestion. Pour eux, la suggestion n’existe tout simplement pas : le sujet hypnotisé réagit en réalité parfaitement consciemment aux suggestions de l’hypnotiseur (du genre « Vous allez moins sentir la douleur » ou « Vous dormirez mieux ce soir »), mais son envie fervente de croire en l’hypnose l’empêche de reconnaître qu’il s’agit d’un acte délibéré. Une façon de réduire l’hypnose médicale à un super effet placebo (par ailleurs réellement efficace): le patient guérit tout bonnement parce qu’il est convaincu de guérir. Après tout, la science a bien montré la puissance de l’imagination sur le corps, non ?

En 2005, par une expérience spectaculaire, Amir Raz, professeur assistant de neuroscience clinique à l’université de Columbia, a réfuté cette théorie. Amir Raz est un personnage singulier, ancien magicien devenu chercheur pour étudier les phénomènes hypnotiques. Il a reproduit sous hypnose une expérience classique en psychologie expérimentale : on demande aux sujets de quelle couleur sont écrits des mots, l’astuce étant que les mots eux-mêmes désignent des couleurs. Par exemple, la réponse pour VERT est rouge. Le résultat habituel de ce type d’expérience est que les personnes répondent correctement, mais seulement après une fraction de seconde de réflexion. C’est l’ »effet Stroop » : le réflexe de lire est si ancré que nous devons nous violenter pour ne pas répondre « vert » mais « rouge ».

Dans le protocole d’Amir Raz, les sujets étaient au préalable hypnotisés et il leur était suggéré que les mots qu’ils allaient lire n’étaient que des symboles sans signification. Conclusion : les sujets ont répondu instantanément ! La suggestion avait annulé l’effet Stroop ! Soit un comportement normalement impossible à outrepasser. L’expérience de Amir Raz a montré que la suggestion hypnotique ouvre véritablement une porte vers l’inconscient. Ce serait cette porte qu’emprunte l’hypnothérapeute pour soigner. Même si cela reste à démontrer.

La suggestion ne serait pas la seule clé du succès de l’hypnose médicale. Cette réussite thérapeutique tiendrait également dans sa façon « plus humaine », que dans la médecine scientifique, de prendre en charge les patients. « L’amour, le plaisir, les émotions… ne sont pas considérés par la médecine scientifique, note Jean-Marc Benhaïem, alors qu’il est prouvé qu’ils modulent la souffrance et, de façon plus générale, notre expérience de la maladie. » Par conséquent, il arrive qu’une séance d’hypnothérapie prenne des airs de psychothérapie, avec recherche de tout ce qui pourrait influencer de près ou de loin le mal du patient. Nous aider à démêler, grâce à la force de la suggestion, l’écheveau de nos émotions et de nos troubles physiques : voilà peut-être une des explications à la réussite de l’hypnose médicale.

03.Les limites de l’hypnose et les peurs qu’elle suscite

Hypnose et sevrage du tabac

L’hypnose peut, notamment, être employée auprès des personnes qui souhaitent arrêter de fumer. Le taux de réussite est variable selon les patients.
© SXC
L’hypnose peut-elle guérir tout le monde ? Autrement dit : existe-t-il des personnes plus réceptives à l’hypnose que d’autres ? Étrangement, il semblerait que la réponse soit oui aux deux questions. « Environ 20 % des gens sont peu hypnotisables, rappelle Jean-Marc Benhaïem, c’est-à-dire qu’ils offrent une résistance à entrer en transe hypnotique. Mais des études cliniques ont montré que même ces personnes réagissent aux suggestions. » La suggestibilité ne serait donc pas un critère d’efficacité thérapeutique. Avis à ceux qui partent difficilement dans l’imaginaire, les portes de l’hypnose leur sont tout de même ouvertes.

L’hypnose guérit-elle à tous les coups ? Clairement non. Si les réussites spectaculaires, par exemple sevrage du tabac ou de l’alcool en une seule séance existent, elles ne doivent pas cacher le taux d’échec important. Difficile d’avoir des statistiques en la matière. En ce qui concerne le tabac, selon l’expérience de Jean-Marc Benhaïem, un tiers des patients parviendraient à arrêter la cigarette après un traitement d’une à trois séances (un taux de réussite constaté six mois après l’arrêt du traitement). « Au-delà, on ne s’acharne pas, confie le docteur. Cela signifie que le patient n’est pas prêt : il continue à idéaliser le tabac, il a peur du changement…, il y a mille raisons. »

Si le médecin ne dispose pas de taux de réussite pour les autres troubles qu’il soigne, une chose est sûre : certaines maladies prêtent plus le flanc aux entraves psychologiques que d’autres. La palme reviendrait aux pathologies chroniques, telles les douleurs chroniques, comme les rhumatismes, particulièrement rétives à l’approche hypnotique : malgré eux, les malades se sont « habitués » à ces pathologies et il est d’autant plus difficile de leur montrer la maladie sous un nouvel angle. Au final, si « toute personne peut bénéficier de l’hypnose, résume Jean-Marc Benhaïem, rien ne garantit que le changement va être radical, car les raisons de ne pas changer sont aussi fortes et nombreuses que les raisons de changer. »

Une complexité qui se manifeste parfois par la substitution de symptômes : une personne ayant arrêté le tabac grâce à l’hypnose peut se transformer subitement en boulimique, remplaçant son addiction de la cigarette par celle de la nourriture. Selon le docteur Benhaïem, ces cas de figure, rares, révèlent plus une erreur médicale qu’un défaut intrinsèque de la méthode hypnotique. Dans l’exemple donné, l’hypnothérapeute n’a pas su découvrir que son patient fumait pour pallier un stress, stress qu’il s’est empressé de compenser, à défaut de tabac, par l’alimentation. Le thérapeute doit alors rectifier le tir en travaillant avec le patient simultanément comportement alimentaire et tabagisme. À l’inverse d’un psychothérapeute qui sans doute aurait choisi de remonter tout de suite aux racines du problème (le stress), l’hypnotiseur lui, travaille d’abord à dissocier la cause (le stress) des symptômes (tabagisme, boulimie), quitte ensuite, si vraiment le mal persiste, à envisager une autre stratégie.

Malgré la démonstration de son potentiel thérapeutique, l’hypnose continue d’alimenter des peurs. Des peurs déraisonnées selon les thérapeutes. En tête, le risque de manipulation mentale : sous état hypnotique, le patient verrait sa volonté diminuer et ne serait plus qu’une marionnette aux mains du thérapeute qui pourrait tout autant lui demander de sauter dans le vide ou de commettre un crime. « Il y a bien une certaine baisse de la volonté durant l’hypnose, confirme Jean-Marc Benhaïem, mais c’est au profit de sensations plus larges. Donc le patient est au contraire plus vigilant vers ce qui est un danger. » Pas de risque donc de se voir transformer en criminel….

Autre angoisse : celle de ne pas se réveiller de la transe hypnotique. En vérité, l’imaginaire populaire exagère la profondeur de la transe où se trouve un patient en thérapie. Il est rare que le patient s’endorme au cours d’une séance. Cependant en fin de séance, « il faut effectivement veiller à ce que les patients soient tout à fait sortis de l’état hypnotique ; une petite marche suffit pour cela », note le docteur.

04.L’hypnothérapie dans d’autres civilisations

Rituel chamanique - Sibérie

Sibérie : rituel de soin chamanique pour des enfants malades du village. Pendant la cérémonie, une place importante est accordée au groupe, aux liens les autres, les animaux, les pierres, l’univers, les esprits. Car, dans le chamanisme, tout dans la nature est animé, divinisé mais aussi lié, interconnecté.
© Film Médecine d’ici, médecine d’ailleurs / I. Célestin-Lhopiteau & R. Hamon / 2007
L’hypnose médicale, née européenne avant d’atteindre l’Amérique du Nord, n’est pas propre à la civilisation occidentale. Elle apparaît, sous d’autres formes dans des populations du monde entier qui recourent à des transes de guérison : les Gwana du Maroc, les Indiens Navarro, les peuples du golfe du Bénin qui pratiquent le vaudou, les adeptes du candomblé au Brésil… Chez ces peuples, lorsqu’un membre de la communauté est malade, le chaman, qui tient le double rôle de prêtre et de guérisseur, organise une cérémonie dont les points d’orgue sont le sacrifice d’un animal et le plus souvent une danse. Cette danse, souvent rythmée par des tambours, est censée plonger le sujet en transe.

Tout comme en hypnose, « l’idée de la transe est de saturer la conscience du sujet afin de l’amener à ouvrir ses perceptions, décrit Isabelle Célestin-Lhôpiteau, une hypnothérapeute de l’hôpital Trousseau qui se rend régulièrement chez ces populations pour étudier le potentiel thérapeutique de leurs pratiques. L’hypnose réalise cela par la parole. Les médecines traditionnelles, par la danse et la musique. »

Si la transe équivaut à un état hypnotique, les populations à culture chamanique ne l’interprètent évidemment pas ainsi : pour eux, la transe est avant tout une porte vers le monde des esprits. Par la cérémonie de guérison et la transe, elles espèrent pouvoir communiquer avec les divinités de la nature et ainsi retisser le lien rompu entre le malade, la nature, et le monde des esprits, rupture qui est la source du mal.

Isabelle Célestin-Lhopiteau l’a constaté plus d’une fois : aussi éloignées soient-elles de la médecine scientifique, ces médecines traditionnelles guérissent. Pour l’essentiel, comme l’hypnose thérapeutique, des pathologies chroniques : migraines, douleur de dos, maladies de la peau, crises drépanocytaires en Afrique (la drépanocytose est une maladie des globules rouges qui provoque des crises abdominales très douloureuses), asthmes…

Un détail paraît pourtant séparer l’hypnose de ces médecines : si chez les Gwana, c’est bien le malade qui se livre à la danse purificatrice, dans d’autres populations, comme celles vivant sur les rives du lac Baïkal, en Sibérie, c’est le chaman qui entre en transe et est le vecteur de la guérison, le malade se contentant d’assister à la cérémonie. Sort-on alors du cadre de la thérapie hypnotique ? Non, selon Isabelle Célestin-Lhopiteau : pour comprendre comment le malade guérit alors, « il faut passer par la représentation du monde de ces cultures, où si l’on touche un individu, une maille de la société, cela a des répercussions sur les autres. »

Dans leur ouvrage Du cœur à la raison, paru en 1989, la philosophe Isabelle Stengers et le psychiatre Léon Chertok soulignaient également le rôle de cette réciprocité dans l’approche hypnotique occidentale : « L’hypnose se produit à deux : celui qui se définit comme expérimentateur (l’hypnotiseur) est aussi, d’une manière qu’il ne contrôle pas, partie prenante dans ce qu’il suscite. » Les auteurs expliquaient que l’hypnose, comme l’état de veille, met en jeu un flux continu de processus distincts, conscients et inconscients, et dès lors fait participer à la fois le malade et le thérapeute.
C’est sans doute ce manque de contrôle de l’expérimentateur sur son action qui alimente la peur de l’hypnose.

Ce serait également par le jeu de ces forces mystérieuses que le chaman, en transe, parviendrait à guérir le malade, simple spectateur. Freud, qui a forgé la psychanalyse après avoir pratiqué l’hypnose sur ses patients (et l’a délaissée parce qu’elle était trop imprévisible), parlait de « l’énigme hypnose ». Presque un siècle après, on peut reprendre son mot.

Source:http://www.savoirs.essonne.fr

LIVRES SUR L’HYPNOSE, EXPLICATION ET PRATIQUE

REJOINDRE EVEIL TV POUR SUIVRE LES ARTICLE




Voici deux exercices simples pour couper les liens d’attachement

Eveil Tv
Voici deux exercices simples pour couper les liens d’attachement
 
couper les liens d'attachement-eveil tv
couper les liens d’attachement-eveil tv
 
Ces deux exercices vous permettront de couper les liens toxiques qui vous relient à l’autre tout en conservant les liens d’amour. Il est conseillé des les appliquer assez régulièrement ou dès que vous en ressentez le besoin.

On peut ressentir immédiatement les bienfaits ou bien constater des changements dans les jours suivants comme la résolution d’un problème, une sensation de paix, des nouvelles inattendues d’une personne.

Une fois ces techniques faites, il est bon de lâcher prise, de laisser faire les choses. De remettre les soucis ou la relation en question entre les mains de l’univers.

 

 Les petits bonhommes allumettes pour couper les liens d’attachement : 

Cet exercice de Jacques Martel est simple et ludique. Prenez une feuille de papier, un crayon et une paire de ciseau. Suivez les instructions de la vidéo et vous obtiendrez un joli dessin, digne du grand artiste que vous étiez lors de vos années de maternelle.

 

La technique en vidéo : 

                                                                    

 

Couper les cordes étheriques pour couper les liens d’attachement :

Cet exercice est tiré du livre « Être à l’écoute de vos anges«  de Doreen Virtue.

« Chaque fois qu’une personne établit avec vous des liens qui sont fondés sur la peur (notamment la peur que vous la quittiez ou la croyance que vous êtes sa seule source d’énergie ou de bonheur), une corde se tisse entre vous deux. Quiconque est clairvoyant peut la voir, et quiconque est intuitif peut la palper. Les cordes ressemblent à des tubes chirurgicaux et marchent comme des tuyaux pour l’essence. Quand une personne qui a besoin d’attention s’attache à vous, elle pompe votre énergie par cette corde éthérique.
 
Il se peut que vous n’en soyez pas conscient mais que vous en sentiez les effets : vous vous sentez fatigué ou triste sans savoir pourquoi. C’est parce que la personne à l’autre bout de la corde a aspiré votre énergie ou vous a envoyé de l’énergie toxique par la corde. Ainsi, dès que vous aidez quelqu’un ou que vous vous sentez léthargique, triste ou fatigué, il est bon de « couper la corde ». En rompant le lien, vous ne rejetez ni abandonnez la personne; vous n’en divorcez pas non plus. Vous sélectionnez simplement la partie non fonctionnelle, craintive et dépendante de la relation. La partie aimante reste attachée à la relation. »  Doreen Virtue, Etre à l’écoute de vos anges.

Exercice pratique :

Asseyez-vous dans un endroit calme, détendez-vous et prenez de grandes respirations Imaginez des cordes tout autour de vous, chacune vous reliant à quelqu’un d’autre. Peu importe si vous percevez ou non la personne au bout de la corde. Si vous sentez que vous devez couper une corde avec quelqu’un en particulier, vous pouvez définir l’épaisseur de la corde d’après l’intensité de l’attachement que vous ressentez. L’étape suivante est une prière à l’Archange Michael. Mais, si vous n’êtes pas à l’aise avec les anges, envoyez simplement votre intention à l’Univers. « Archange Mickaël, je fais appel à vous maintenant. Veuillez couper les cordes de la peur qui drainent mon énergie et ma vitalité. Merci. » Maintenant, visualisez l’Archange Michael sectionnant chacune des cordes de son épée. Sentez-vous libéré de tous ces liens d’attachement . Il se peut que certaines cordes soient plus coriaces que d’autres. Visualisez jusqu’à ce que toutes les cordes aient été sectionnées. En général, j’accompagne cette visualisation par une méthode de purification toujours extraite du même livre de Doreen Virtue. Visualisez l’Archange Michael (ou votre guide si vous préférez) poser un long tube à aspiration sur votre tête. Le tube entre légèrement à l’intérieur de votre crâne. Imaginez alors qu’il aspire toute votre énergie négative. Visualisez l’aspiration dans chacun de vos membres, de vos organes. Maintenant, inversez le mécanisme pour qu’une lumière blanche et épaisse descende par le tube. Cette lumière pénètre chacune des parties de votre corps. Imaginez cette lumière blanche soit en train de vous remplir. Alors, comment vous sentez-vous maintenant que vous avez coupé les liens d’attachement ? Source :philosophine

REJOINDRE EVEIL TV POUR SUIVRE LES ARTICLE