Voici 6 postures simples et rapides de Yoga pour favoriser le sommeil

eveil tv

Insomnies, stress, réveils nocturnes… avec des postures simples et rapides, le yoga du soir est idéal pour retrouver une bonne qualité de sommeil. La relaxation combinée à la respiration vont favoriser le retour des nuits sereines. Voici 6 postures faciles de yoga du soir pour se détendre le corps et l’esprit.

Le yoga du soir pour dormir mieux

Si vous avez des difficultés à trouver le sommeil, des insomnies ou un sommeil agité, le yoga du soir peut être une bonne solution.

En effet, le stress et les préoccupations du quotidien agissent parfois sur la qualité de notre sommeil. La lumière bleue de nos écrans, consultés avant de dormir, peut également être source d’insomnies. Certaines douleurs de dos chroniques peuvent empêcher une bonne nuit de repos.

Pratiquées régulièrement et pendant quelques minutes, les pratiques relaxantes du yoga du soir vont dissiper les tensions physiques et psychiques de la journée.

Le yoga du soir peut avoir d’excellentes répercussions sur votre santé globale :

  • La détente mentale : lâcher-prise émotionnel, lâcher-prise des pensées négatives.
  • La détente musculaire : dans une séance de yoga, la phase de relaxation permet de relâcher les muscles qui sont souvent « sous tension » de façon totalement inconsciente.
  • La détente du dos : le squelette tout entier se détend et principalement la colonne vertébrale. En éliminant les tensions du dos, on retrouve un sommeil de meilleure qualité.

Le yoga du soir : entre respiration et postures physiques

Le yoga combine des exercices de respiration, les pranayamas, et des postures physiques, les asanas. La combinaison de ces deux exercices permet de se ressourcer et de préparer notre corps à un sommeil réparateur et profond.

  • Les postures physiques vont pouvoir détendre vos muscles et votre squelette.
  • La respiration va pouvoir contrôler votre système nerveux et lui envoyer des signaux de relaxation.

Au moment du coucher, éteignez votre télévision et votre téléphone, et préparez-vous pour prendre soin de vous. Accordez-vous un petit moment de relaxation en enchaînant quelques postures de yoga du soir, idéales pour mieux dormir.

Tout au long des exercices, concentrez-vous sur votre respiration, ce qui vous permettra de vous préparer au sommeil. Les résultats devraient se traduire par une sensation de calme avant de dormir ou par un sommeil réparateur et un sentiment de vivacité dès le réveil.

6 postures de yoga du soir pour mieux dormir

Voici un enchaînement de 6 postures de yoga du soir qui vous aideront à améliorer votre sommeil et à retrouver des nuits réparatrices. Vous pouvez également créer une ambiance zen, avec musique douce et bougies pour vous détendre au maximum.

1 . Posture de la Montagne -Tadâsana


yoga du soir

crédit image : Depositphotos

Cet exercice vous permettra d’évacuer les tensions accumulées. Cette posture permet de prendre conscience de son corps et de faire un retour sur soi.

  1. Les deux pieds posés sur le sol, commencez par équilibrer le poids de votre corps.
  2. Étirez bien votre colonne vertébrale pour vous grandir au maximum, jusqu’au sommet de votre tête.
  3. Joignez les mains à la poitrine, paumes réunies, face à face.
  4. Inspirez profondément par le nez, tout en levant les bras vers le ciel, mains jointes et doigts collés et écartés.
  5. Retenez votre souffle quelques secondes, puis relâchez tout en expirant.
  6. Recommencez pendant 2 minutes.

Dans un deuxième temps :

  1. Refaites le même exercice, en ouvrant les mains, toujours doigts écartés et en vous hissant sur la pointe des pieds, comme pour mieux vous grandir.
  2. Bloquez la respiration 2 à 3 secondes de plus que précédemment, puis relâchez en expirant fortement.
  3. Recommencez pendant 2 minutes.

2 . L’angle lié – Baddha Konasana

Yoga du soir : 6 postures simples et rapides pour favoriser le sommeil

Insomnies, stress, réveils nocturnes… avec des postures simples et rapides, le yoga du soir est idéal pour retrouver une bonne qualité de sommeil. La relaxation combinée à la respiration vont favoriser le retour des nuits sereines. Voici 6 postures faciles de yoga du soir pour se détendre le corps et l’esprit.

yoga du soir

crédit image : Depositphotos

Le Yoga du soir : 6 postures idéales pour favoriser le sommeil

Le yoga du soir pour dormir mieux

Si vous avez des difficultés à trouver le sommeil, des insomnies ou un sommeil agité, le yoga du soir peut être une bonne solution.

En effet, le stress et les préoccupations du quotidien agissent parfois sur la qualité de notre sommeil. La lumière bleue de nos écrans, consultés avant de dormir, peut également être source d’insomnies. Certaines douleurs de dos chroniques peuvent empêcher une bonne nuit de repos.

Pratiquées régulièrement et pendant quelques minutes, les pratiques relaxantes du yoga du soir vont dissiper les tensions physiques et psychiques de la journée.

Le yoga du soir peut avoir d’excellentes répercussions sur votre santé globale :

  • La détente mentale : lâcher-prise émotionnel, lâcher-prise des pensées négatives.
  • La détente musculaire : dans une séance de yoga, la phase de relaxation permet de relâcher les muscles qui sont souvent « sous tension » de façon totalement inconsciente.
  • La détente du dos : le squelette tout entier se détend et principalement la colonne vertébrale. En éliminant les tensions du dos, on retrouve un sommeil de meilleure qualité.

yoga du soir

crédit image : Depositphotos

Le yoga du soir : entre respiration et postures physiques

Le yoga combine des exercices de respiration, les pranayamas, et des postures physiques, les asanas. La combinaison de ces deux exercices permet de se ressourcer et de préparer notre corps à un sommeil réparateur et profond.

  • Les postures physiques vont pouvoir détendre vos muscles et votre squelette.
  • La respiration va pouvoir contrôler votre système nerveux et lui envoyer des signaux de relaxation.

Au moment du coucher, éteignez votre télévision et votre téléphone, et préparez-vous pour prendre soin de vous. Accordez-vous un petit moment de relaxation en enchaînant quelques postures de yoga du soir, idéales pour mieux dormir.

Tout au long des exercices, concentrez-vous sur votre respiration, ce qui vous permettra de vous préparer au sommeil. Les résultats devraient se traduire par une sensation de calme avant de dormir ou par un sommeil réparateur et un sentiment de vivacité dès le réveil.

6 postures de yoga du soir pour mieux dormir

Voici un enchaînement de 6 postures de yoga du soir qui vous aideront à améliorer votre sommeil et à retrouver des nuits réparatrices. Vous pouvez également créer une ambiance zen, avec musique douce et bougies pour vous détendre au maximum.

1 . Posture de la Montagne -Tadâsana


yoga du soir

crédit image : Depositphotos

Cet exercice vous permettra d’évacuer les tensions accumulées. Cette posture permet de prendre conscience de son corps et de faire un retour sur soi.

  1. Les deux pieds posés sur le sol, commencez par équilibrer le poids de votre corps.
  2. Étirez bien votre colonne vertébrale pour vous grandir au maximum, jusqu’au sommet de votre tête.
  3. Joignez les mains à la poitrine, paumes réunies, face à face.
  4. Inspirez profondément par le nez, tout en levant les bras vers le ciel, mains jointes et doigts collés et écartés.
  5. Retenez votre souffle quelques secondes, puis relâchez tout en expirant.
  6. Recommencez pendant 2 minutes.

Dans un deuxième temps :

  1. Refaites le même exercice, en ouvrant les mains, toujours doigts écartés et en vous hissant sur la pointe des pieds, comme pour mieux vous grandir.
  2. Bloquez la respiration 2 à 3 secondes de plus que précédemment, puis relâchez en expirant fortement.
  3. Recommencez pendant 2 minutes.

2 . L’angle lié – Baddha Konasana


yoga du soir

crédits images : Depositphotos

Pour bien dormir, voici une posture qui va vous détendre.

  1. En position assise, placez vos plantes de pieds l’une contre l’autre.
  2. Mettez les mains sur vos pieds ou sur vos chevilles.
  3. Inspirez en vous penchant en avant, tout en gardant le dos droit.
  4. Continuez à respirer dans cette position. Vous allez sentir la tension qui s’évacue.
  5. Gardez cette position pendant environ 2 minutes.

3 . La tête d’aiguille – Sucirandhrasana


yoga du soir

crédit image : Depositphotos

Cette posture va permettre à votre corps de s’étirer et de se détendre.

  1. Mettez-vous en position allongée, le dos bien à plat au sol.
  2. Pliez vos genoux et posez la plante des pieds au sol.
  3. Ramenez votre genou droit vers votre poitrine.
  4. En gardant vos hanches bien droites, placez votre cheville gauche au-dessus de votre genou droit.
  5. Attrapez votre cuisse droite et ramenez votre jambe droite vers votre poitrine.
  6. Inspirez et expirez dans cette position en veillant à bien garder vos hanches bien droites.
  7. Restez dans cette position jusqu’à sentir un léger étirement.

Puis, changez de jambe et répétez l’exercice. Une fois l’exercice terminé, relevez-vous doucement.

4 . La posture de l’enfant – Balâsana

yoga du soir

crédit image : Depositphotos

La posture de l’enfant est un exercice de yoga du soir idéal pour s’endormir.

  1. Mettez-vous en position à genoux, et asseyez-vous sur vos talons.
  2. Ouvrez les genoux pour qu’ils soient dans le prolongement de vos hanches.
  3. Inspirez et expirez profondément tout en vous penchant en avant pour placer votre front sur le sol et votre poitrine sur vos genoux.
  4. Vos bras sont au-dessus de votre tête et vous aident à vous étirer.
  5. Ramenez vos bras le long du corps pour que les mains, paumes vers le ciel, touchent nos pieds.
  6. Continuez à respirer profondément.
  7. Gardez la posture pendant 2 minutes, en essayant de visualiser les pensées qui s’échappent de votre tête.
  8. Laissez votre esprit se vider autant que possible.

Une fois l’exercice fini, relevez-vous doucement.

5 . Jambes au mur – Viparita Karani


yoga du soir

crédit image : Depositphotos

Cette posture peut s’effectuer sur son lit aussi bien qu’au sol. Ce mouvement d’élévation des jambes est idéal pour les personnes qui travaillent debout toute la journée.

  1. Proche d’un mur, allongez-vous confortablement sur le dos, en vous assurant que votre nuque est bien soutenue.Vos lombaires et votre pelvis doivent reposer sur le sol (ou le lit).
  2. Levez vos jambes et posez-les contre le mur.
  3. Pour vous étirer au maximum, placez vos fesses contre le mur de manière à ce que votre corps forme un angle droit.
  4. Étendez vos bras de chaque côté de votre corps et étirez vos doigts comme si vous vouliez toucher les murs latéraux tout en respirant profondément.
  5. Assurez-vous d’avoir une respiration paisible. Vous devez vous imaginer en train de vous enfoncer un peu plus dans le sol.
  6. Faites 5 à 10 cycles où vous inspirez en comptant jusqu’à 4 puis vous expirez en comptant jusqu’à 8. Ensuite, arrêtez de faire le pranayama et respirez de façon naturelle pendant environ 5 minutes.

Une fois l’exercice fini, tournez-vous délicatement sur le côté, sans mouvement brusque et relevez-vous doucement.

6 . Le cobra – Bhujangâsana


yoga du soir

crédit image : Depositphotos

Cette posture est idéale pour rééquilibrer vos émotions. La posture du cobra renforcera également votre tronc et ré-alignera votre colonne vertébrale, tout en diminuant la raideur dans le bas du dos.

  1. Allongez-vous sur le ventre, sur votre lit ou au sol.
  2. Collez votre front au sol quelques secondes pour vous relaxer et vous concentrer.
  3. Puis, placez vos mains sous les épaules et écartez légèrement les jambes, à la largeur de votre bassin.
  4. Les pieds sont tendus dans l’alignement du corps.
  5. Poussez le bassin contre le sol, tout en soulevant votre torse en repoussant le sol des mains.
  6. Ouvrez votre cage thoracique en prenant de longues et profondes respirations.
  7. Recommencez de 5 à 10 fois, pendant 2 minutes.

Une fois l’exercice fini, relâchez en abaissant votre poitrine et votre front vers le sol. Relevez-vous doucement.

L’important est de trouver le type de yoga qui correspond à votre besoin. Il existe d’autres postures et enchaînements plus complets, mais quelques exercices choisis peuvent également vous procurer bien-être et relaxation. Les exercices proposés dans cette article sont issus du Yoga Nidra et du Hatha Yoga.

Le Yoga Nidra permet d’associer exercices faits en douceur, relaxation, visualisation et respiration. Il s’agit d’accomplir une relaxation totale et d’atteindre un état entre la veille et le sommeil.
Cette forme de yoga, pratiquée le soir, va également avoir d’excellentes répercussions sur la qualité de votre sommeil.

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Message canalisé : C’est dans les expériences de la vie que vous apprenez !

EVEIL TV

Par Monique Mathieu

 

« Le chercheur de Vérité a besoin de comprendre ; il a aussi besoin de ressentir et de vivre certaines émotions. Le chercheur de Vérité n’est pas l’être qui dort en lui-même ; le chercheur de Vérité est l’être qui s’éveille ; son sommeil est de plus en plus léger. Il arrive un moment où il n’a plus envie de dormir, où il a envie de connaître, où il a envie de ressentir, où il a envie de vivre !

La vie que vous vivez se vit sur plusieurs plans en même temps. Vous connaissez très bien la vie dans la troisième dimension puisque vous y êtes immergé mais, en même temps, vous vivez dans d’autres réalités, dans d’autres dimensions, et vous avez parfois la capacité de ressentir ce que vous pouvez vivre simultanément dans d’autres réalités, dans d’autres fréquences vibratoires.

Plus vous avancerez, plus vous serez dans l’éveil de la conscience et le réveil à ce que vous êtes.

Cependant, la vie dans la matière est prenante ! La vie est prenante parce qu’elle est toute-puissante. Certes, vous êtes énergie, vous êtes vibrations, mais afin de pouvoir vivre les expériences dans la matière, puisque vous êtes venu sur Terre pour cela, il faut que vous soyez densifié ; il faut que la matière ait en quelque sorte le dessus sur vos états énergétiques et vibratoires.

Cependant, il arrive un moment où vous n’avez plus envie que la conscience de votre matière vous domine. Il arrive un moment où vous avez envie d’être beaucoup plus léger, beaucoup plus serein et de vous élever en permanence. Que se passe-t-il à ce moment-là ? Vous avez conscience de la matière qui vous retient et qui veut garder le premier rôle dans votre vie. (L’ego fait aussi partie de la conscience de la matière).

Alors vous faites le yoyo entre ce que vous êtes dans la matière et le profond désir d’élever votre fréquence vibratoire, de devenir de plus en plus éthéré, même avec votre corps de matière ; vous faites le yoyo entre la puissance de la conscience de votre matière et l’éveil de plus en plus important de votre conscience spirituelle, et nous allons ajouter de votre conscience divine.

En ce moment, il se passe beaucoup de choses en vous, nous vous l’avons souvent dit. Si vous êtes à l’écoute de vous-même, vous devez le ressentir.

Imaginez ceci : vous avez une échelle devant vous et vous êtes encore et encore tenté de gravir ses barreaux, mais pour atteindre quoi ? Vous l’ignorez parce que vous ne savez pas ce qu’il y a au bout de l’échelle. Vous avez simplement envie de monter, d’aller toujours plus haut.

Si vous vous retournez, vous êtes pris d’un immense vertige qui peut même vous terrasser. À ce moment-là, que faites-vous ? Vous vous accrochez aux barreaux et vous vous dites :  il faut que je m’assoie. Certes, vous ne pouvez pas vous asseoir sur le barreau mais vous essayez de trouver un palier d’attente, un palier de repos.

Vous êtes toujours poussé à aller plus haut, à aller plus loin. Vous ne pouvez pas stagner, vous ne pouvez pas vous arrêter. Ceux qui ont, en quelque sorte, quitté le chemin, prennent simplement une autre échelle dont les barreaux sont plus faciles à gravir car ils sont moins espacés les uns des autres, ce qui demande moins d’efforts pour continuer à monter.

À partir du moment où une ouverture spirituelle s’est produite à un certain moment de votre vie, cette ouverture spirituelle ne se refermera pas et vous serez poussé à monter, encore et encore.

Vous ne pouvez pas, comme vous dites sur Terre, « dégringoler » de votre échelle, parce qu’il y a quelque chose qui vous colle au barreau où vous vous trouvez. Vous avez cependant le vertige en regardant en bas ! Vous pouvez avoir le vertige de la spiritualité, c’est-à-dire ressentir et vivre des choses que vous n’analysez pas forcément.

Mais ce besoin profond d’évoluer, de comprendre, de vous ouvrir à l’Amour et de vous ouvrir à une nouvelle conscience est plus fort que tous les vertiges, plus fort que  toutes les lassitudes et que  toutes les envies de vous reposer sur le bord du chemin.

À un moment ou à un autre, chacun de vous peut avoir envie de dire : » je voudrais que ça aille encore plus vite, ou tout simplement me reposer ».

Vous ne pouvez pas aller plus vite si vous n’avez pas intégré tout ce que vous avez vécu, tout ce que vous avez appris. C’est dans les expériences de la vie que vous apprenez !

Nous sommes là pour vous aider à vous réveiller, pour vous aider à trouver les clés en vous, pour vous aider et vous donner le courage et l’Amour qui vous permettront encore et encore d’avancer.

Même un être qui n’est pas sur un chemin spirituel, qui n’a pas la connaissance que vous avez, avance tout le temps : il avance au travers de la souffrance, des épreuves de la vie, du manque de nourriture et de la pauvreté extrême. Tout est fait pour que la conscience humaine se peaufine, se transforme.

La souffrance n’est pas nécessaire à l’évolution, nous le réaffirmons, mais elle constitue un élément qui permet aussi d’évoluer. Bien sûr, dans la souffrance il y a révolte et, quand il y a révolte, il n’y a pas toujours évolution. À partir du moment où il y a acceptation, il y a alors ouverture et, à un moment donné, la souffrance n’est plus nécessaire.

Tant qu’il y a révolte ou non-acceptation et rejet d’une souffrance physique, affective ou relationnelle, celle-ci perdure parce que vous la nourrissez. Il vous faut comprendre, accepter et dépasser.

Votre évolution est réelle, mais elle ne se fait pas toujours aussi vite que vous le souhaitez. Il y a alors interrogation, repos sur le bord du sentier, grande lassitude et, pour certains, changement de chemin.

Cependant chacun va où il doit aller et suit sa programmation. Les rencontres, les séparations, les grandes joies, les grandes peines, les grandes souffrances, physiques ou autres, font partie de vos expériences de vie. Vous pouvez le comprendre mais, malheureusement, de très nombreux humains refusent de le comprendre, de l’entendre ou de l’accepter ; ils sont alors terrassés par leurs propres souffrances.

Ceux qui parviennent à comprendre ont la chance d’accepter leur destin. Nous employons le mot « destin » parce que tout le monde parle du destin, de la destinée. La destinée, c’est la programmation !

Bien sûr, vous pouvez aller au-delà d’une programmation, quelle qu’elle soit. Dans ce cas, en plus de la force personnelle qui est la sienne, le chercheur de Vérité, du fait de sa très bonne volonté, recevra des aides précieuses de la part de ses guides ou des Êtres de Lumière ; ces aides lui permettront d’enlever certains voiles ; il pourra ainsi réellement se réveiller et avancer beaucoup plus vite sur son chemin.

Nous aimerions vous dire : Courage ! Le chemin peut parfois paraître très long. Parfois vous avez l’impression de ne pas avancer et vous pouvez même vous sentir inutile… Ne le croyez surtout pas ! C’est parfois dans les moments où vous avez l’impression de ne pas avancer que vous avancez le plus vite. C’est au moment où vous avez l’impression de ne pas aimer que vous pouvez aimer encore davantage, parce que vous vous voilez à vous-même. »

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence à  notre site  http://ducielalaterre.org
  • que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu
  • Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Vivre pour faire plaisir aux autres est un sacrifice inutile

développement personnel

Le problème auquel nous devons faire face en essayant de faire plaisir à tout le monde c’est qu’en plus de nous oublier, tout ce que nous ferons ne sera jamais du goût de tous.

Faire plaisir aux autres peut être très bien vu, mais cela suppose une grande usure pour la personne si bonne et si complaisante qui pense à tout le monde sauf à elle.

Depuis tout petit on nous enseigne cette attitude, en nous éduquant à faire des choses que nous n’aimons pas mais qui plaisent aux autres.

C’est ainsi que nous commençons à toujours regarder vers l’extérieur, tandis que nous nous oublions.

Lisez : Je suis cette femme qui n’a rien besoin de démontrer
Mais il arrive un jour où la fatigue est si grande que nous nous arrêtons et nous nous demandons « qui suis-je ? », « qu’est-ce que je souhaite? ». Malheureusement, nous ne le savons pas.

Toutefois, en prendre conscience peut être un début sur la voie vers la découverte de nous-même.

Faire plaisir aux autres peut nous faire souffrir

Faire plaisir aux autres peut nous faire beaucoup de mal. Car nous allons faire des choses que nous ne voulons pas et qui, bien souvent, vont à l’encontre de nos valeurs.

Par exemple, si nous sommes en couple et que nous ne tolérons pas l’odeur de tabac chez nous, il se peut que pour faire plaisir à l’autre nous le laissions fumer à l’intérieur sans rien dire.

Ceci provoquera une grande frustration en nous, de la colère et du mal-être qui augmentera avec le temps et qui, tôt ou tard, ressurgira.

De la même manière, il est possible que nos parents veuillent que nous agissions d’une certaine manière qui n’est pas cohérente avec notre manière d’être ou de procéder. Toutefois, si nous faisons le contraire, ils en seront contrariés.

Face à cette situation, l’anxiété devient l’écho de notre intérieur pour activer le bouton de « faire plaisir aux autres ». Ainsi, nous arrivons à y palier en permettant aux autres de se sentir bien.

Mais, à quel prix ?

Au prix de ne pas nous donner la priorité, de nous reléguer au second plant et d’être à la rechercher constante de l’approbation des autres.

Les autres sont-ils votre source de bonheur ?

Il semble paradoxal de se dire que faire plaisir aux autres peut nous faire souffrir. Toutefois, il y a une explication à cela : nous laissons notre propre bonheur dans les mains des autres.

Au moment où nous faisons plaisir pour nous sentir bien, à l’instant où nous essayons que la colère ou la déception de l’autre envers quelque chose que nous n’avons pas voulu faire comme elle le souhaitait, nous angoissons d’inverser la situation.

Nous nous trouvons dans une impasse.

Nous essaierons d’éviter les conflits, nous donnerons notre opinion quand nous saurons ce que les autres veulent entendre et nous nous laisserons guider par ce que veulent les autres, pas par ce que nous souhaitons.

Au final, quelle vie vivons-nous ? La nôtre ou celle que les autres désirent ? Si nous ne prenons pas le contrôle, il se peut que la vie n’ait plus aucun sens.

Nous ne pouvons pas ne pas dormir parce qu’un-e ami-e s’est mis-e en colère parce que nous lui avons dit « non » pour se voir, parce que l’on n’en avait pas envie ou parce qu’on avait mal à la tête.
Nous ne pouvons pas non plus nous inquiéter de ne pas avoir répondu aux attentes des autres.
Nous devons apprendre à accepter la colère, le refus, les mauvaises têtes des autres face à nos propres opinions, actes ou décisions. Cela finira par leur passer !

Commencez à vous faire plaisir

Pour commencer à cesser de faire plaisir aux autres il faut faire un grand travail pour augmenter l’estime de soi, car c’est sans doute cela, ajouté à votre manque d’assurance, qui vous pousse à agir ainsi.

Une fois que votre estime de vous-même se trouve à l’endroit où elle doit se trouver, il faut commencer à changer les vieilles habitudes.

Commencez à dire « non » lorsque vous voudrez dire « non ». Si quelqu’un se met en colère, ne soyez pas désespéré car tôt ou tard cela lui passera (ce n’est pas la fin du monde) et donnez-vous la priorité.

Donnez la priorité à vos décisions, à ce que vous souhaitez, à vos opinions et à vos rêves. Mais surtout, donnez la priorité à votre bien-être.

Vous n’avez pas à faire quoi que ce soit qui vous empêche de vous sentir bien. Vous vous usez pour rien. Vous souffrez et cela se paie en anxiété voire en dépressions.

Pourquoi ne pas commencer à vivre pour vous-même ?

Source : amelioretasante.com

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Le Bonheur Facile

DE: MELKI RISH

« Le bonheur veut tout le monde heureux. »  de Victor Hugo

Tu cherche le bonheur, mais il semble te glisser entre les doigts. Tu désire de tout ton cœur l’atteindre jour après jour, mais parfois tu as le sentiment que plus tu l’aborde, plus il s’écarte de toi. Tu crois sincèrement que tu trouveras le bonheur quand ta situation et les événements de ta vie seront différents.

Tu te demande même à quoi consiste le bonheur, si cet état de félicité, cet état de bien-être existe vraiment. Si tu ne trouves pas le bonheur,  c’est peut-être que tu le cherches ailleurs, que tu le cherche en dehors de toi, que tu le cherche dans les biens matériels ou dans les autres.

Le bonheur est avant tout un état d’esprit et une exigence du cœur, il est dans ton attitude et ta démarche face à la vie. Il est d’abord intérieur, dans ton âme et se reflète sur ton visage. Le bonheur est un choix, fait le choix d’être heureux tout simplement. Le bonheur est un état de satisfaction, de contentement et de plaisir. Il est un ressenti, et pour ressentir il faut l’actionner en nous. Active les muscles de ton visage, souris et rie de bon cœur.

Ne cherche pas le bonheur – soit plutôt le bonheur, provoque-le. Fais tout dans un esprit de bonne humeur, dans un esprit de joie et de gratitude. Que ce soit à la maison, au travail ou dans ta vie sociale, soit le bonheur personnifié. Pratique le sourire du lever au coucher du soleil, et ta vie s’illuminera, comme une lampe dans l’obscurité. Tu dois te sentir heureux et bien dans ta peau en le déclenchant en toi. En faisant le simple petit effort de sourire et de vivre dans le contentement en tout temps.

Le plus grand obstacle au bonheur c’est de rêver d’un bonheur trop grand. Sachons cueillir le bonheur au compte-gouttes. Ce sont les plus petites gouttes qui font les océans. Vit une journée à la fois, car cette journée est déjà bien remplie, elle est remplie de chose à faire, de responsabilité, de ses joies et de ses peines, mais elle est véritable, elle est ta vie.

Lorsque dans le miroir ta figure te déplaît, a quoi ça sert de briser le miroir? Ce n’est pas lui qu’il faut casser ! C’est toi qu’il faut changer. Chacun porte son bonheur en soi. Ne force pas le bonheur car cela va justement à l’encontre du bonheur. Le bonheur est le fruit d’un cœur épanoui.

Sache que le bonheur en toi se manifeste en trois agissements simples. Tout d’abord en l’actionnant par tes pensées et gestes, comme par exemple sourire à ta femme ou à ton mari à chaque matin avant de partir travaillé. Active ton corps et ton esprit. Souris, chante et amuse-toi bien. Crée le sentiment de bonheur en toi et transparais-le à la face du monde.

Ensuite en pratiquant la reconnaissance, pour tous ce que tu es et pour tout ce que tu as. Sois reconnaissant pour la nourriture que tu déguste, pour le vêtement qui couvre ton corps, et le toit que tu as sur la tête. Sois conscient de tout ces menues détails, observe toute la richesse que tu as, comparé a beaucoup de gens dans le monde.

Tu dois vraiment être reconnaissant envers tous les petites choses de la vie, car ce sont ces détails qui forment la guirlande du bonheur quotidien.  Que ce soit un chant d’oiseau, un sourire d’enfant, un couché de soleil, un souper entre amis, tout cela est une accumulation de petite joie fréquente.

Troisièment, le pur bonheur est de rendre les gens heureux à l’entour de toi. En rendant les gens heureux tu décuple ton bonheur et en plus, cela a un effet domino, car plus tu rends les autres heureux, plus ces gens veulent suivre ton exemple, ce qui fait en sorte que plus ton cercle de vie va devenir lumineux, plus le monde va se transformer a un monde de pur félicité et de pur bien-être. Sois amoureux des gens et de la nature et cet amour te reviendra sous la couverture du bien-être pour ton âme.

N’oublie pas, le bonheur n’est pas dans les biens matériels comme l’argent ou le mobilier, car ce sont des outils pour ton confort mais non pour cette perception et sensation de bonheur.

Sois heureux dans ce que tu « Es » et dans de que tu « Fais », mais non pas seulement dans ce que tu as, ou dans ton avoir, comme la plupart des gens. Car ces choses sont sans vie et sans cœur. Le bonheur ne se consomme pas, il se construit.

N’envie pas le bonheur des autres car il est relatif à chacun, mais convoite ton propre bonheur. Le bonheur est gratuit et libre. Le bonheur est contagieux : répand-le comme la rosée du matin. Le bonheur est un délice, ressent la délicieuse énergie de cette joie de vivre.

Souris avec ton cœur et voit ton esprit en paix et en harmonie. Le bonheur n’est qu’un mot ou une parole, cesse d’en parler et agit. Sois heureux en ce moment même, motive ton cœur et ton esprit a généré cette sensation de bien-être en l’activant, tel un démarreur électrique. Démarre-le, par ton sourire et roule sur le chemin du bonheur en regardant dans le moment présent touts les petits bonheurs de la vie et partage ton bonheur avec les autres et ainsi ta vie sera une roue sans fin de bonheur.

« Le plaisir n’est que le bonheur d’un point du corps. Le vrai bonheur, le seul bonheur, tout le bonheur est dans le bien-être de toute l’âme. »  De Joseph Joubert

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

LA GRATITUDE : UN EXERCICE CONTRE LE STRESS

Eveil Tv

La gratitude nous aide à jeter un œil derrière soi pour apprécier le chemin parcouru et souffler un peu dans notre quête constante d’atteinte de nos objectifs.

Connaissez-vous des gens qui semblent tout avoir, une vie professionnelle remplie, une vie personnelle en apparence riche, des ressources financières suffisantes, et qui pourtant sont tendus, angoissés et malheureux ? Alors que vous en connaissez d’autres qui, en apparence du moins, ont si peu et semblent malgré tout épanouis et heureux ?

Avez-vous remarqué combien, quotidiennement, nous sommes préoccupés par ce qui nous manque ou par la peur du manque? Manque réel ou peur de manquer de temps, de ressources, d’argent, de santé, de compétence, d’habiletés, d’énergie. Impression ou certitude de manquer de contacts, de contrôle, de motivation, de plaisir, de préparation, de support, de maîtrise, de succès, de valorisation, de confiance, de certitude, de direction, d’amour, de sens, de reconnaissance. Autant d’aspects qui meublent une grande partie de nos conversations et de nos pensées.

Lorsque notre attention est régulièrement centrée sur les manques, surtout quand nous nous sentons, à tort ou à raison, impuissant à y faire quelque chose, la réponse de stress ne peut manquer de se faire dans notre organisme. C’est bien connu, nous devenons ce à quoi nous accordons notre attention de façon consistante.

Que notre attention soit centrée sur le manque n’est pas mauvais en soi et peut même être un moteur de la motivation à agir. Mais lorsque ce manque est associé à un sentiment d’impuissance de notre part, alors l’organisme réagit par l’anxiété et le stress.

Je vous propose donc l’exercice de la gratitude qui, pratiqué régulièrement, peut sans aucun doute modifier votre état d’esprit pour le mieux, réduire votre stress et votre anxiété, et peut-être même, pourquoi pas, vous aider à mieux dormir. Ça ne change pas le monde, sauf que…

L’exercice contre le stress : la gratitude

Dans cet exercice qui ne prend que cinq minutes, je vous propose d’entrer en contact et de vous associer au sentiment du plein, de l’abondance que vous avez dans votre vie. Le plein, ce sont toutes ces raisons qui peuvent faire que vous puissiez éprouver de la gratitude dans votre vie personnelle et professionnelle. Toutes les choses et tous les gens que vous appréciez et qui font que vous vous sentez riche à l’intérieur. La question à se poser pour faire cet exercice est la suivante : de quoi suis-je reconnaissant ou pour quoi pourrais-je éprouver de la gratitude dans ma vie, si je le voulais vraiment ?

Voici donc comment faire cet exercice de la gratitude qui ne prendra que quelques instants de votre journée et qui peut être fait n’importe où à tous les jours. Vous pouvez le faire le matin au lit juste avant de vous lever, en vous rasant ou en prenant une douche, en faisant votre marche quotidienne, vos exercices, dans l’auto en allant au boulot, dans l’autobus, dans le métro, en revenant du bureau à la fin de la journée, au moment d’aller au lit, etc.

Je vous donnerai plus loin ma propre façon de le faire. L’important est de trouver le plus d’éléments possibles pour lesquels vous éprouvez de la gratitude, de vraiment vous associer au sentiment que provoquent en vous ces images, de vous inonder d’une des émotions les plus importantes qui soit. Pour les plus logiques d’entre vous, vous pouvez repasser rapidement les domaines importants de votre vie et voir, dans chacun, ce pour quoi vous êtes reconnaissant.

De quoi êtes-vous reconnaissant quand vous pensez à votre vie familiale, à votre relation avec votre conjoint, à vos enfants, à vos amis, à votre relation avec vous-même ? De quoi êtes-vous reconnaissant quand vous pensez à votre santé physique et votre vitalité, à vos finances, à votre engagement personnel, à votre engagement professionnel, quand vous pensez à vos réussites professionnelles, à vos relations avec vos collègues ?

Faire ce que l’on est

Incarner sa mission d’âme c’est faire ce que l’on est. Le faire est au service de l’être. L’action est au service de l’âme. Lorsque nous incarnons ce que souhaite notre âme, c’est comme si nous exprimions à travers notre être l’aspect le plus élevé de nous-même.

Lorsque nous sommes désalignés de notre mission d’âme, nous nous sentons contraints, enfermés et lourds. Nous avons l’obligation de faire pour faire, pour survivre, pour faire bien, pour correspondre à ce que l’on attend de nous etc…

Personnellement, j’avais l’impression de vivre comme un robot. Un jour en allant au travail, j’ai clairement eu cette sensation de vivre comme un esclave des temps modernes. J’étais le nez dans le guidon car la vie avait pris le dessus sur mon propre rythme. Je ne voyais plus le sens de ce que je faisais et je ne me sentais plus en accord avec moi.

Lorsque nous incarnons notre mission d’âme, nous passons du faire à l’être. On ne fonctionne plus du tout de la même façon. En étant au service de notre âme, nous ressentons à nouveau la joie, la lumière et la connexion avec le Tout. On sait pourquoi on agit et on se sent à notre place. Nous n’avons plus à nous battre. Car personne d’autre que nous ne peut mieux occuper notre poste. Personne ne peut prendre notre place car elle n’attend que nous.

Chacun est unique et offre sa propre singularité. Chacun a sa goutte d’eau à apporter à l’océan du monde. Et aucune goutte d’eau n’est semblable. En incarnant notre singularité, nous exprimons à travers notre filtre humain le plan divin qui est prévu pour nous. (Lire l’article » S’aligner sur le masculin sacré pour agir avec Dieu »)

Rendre manifeste ce qui était latent

Incarner sa mission d’âme, c’est redevenir conscient de qui l’on est vraiment. C’est rendre manifeste ce qui était latent. C’est comme si pendant longtemps nous avions fonctionné uniquement avec la partie émergée de l’iceberg et que peu à peu nous prenions conscience de tout ce que nous transportons dans la partie immergée. Tout ce qui était invisible devient visible, tout ce que nous n’assumions pas est accueilli enfin, tout ce qui était flou s’éclaire. Nous redevenons conscient de nos qualités et de nos dons. Nous nous regardons avec un regard neuf, humble, authentique et clair.

Nous reprenons la responsabilité de notre vie

En incarnant sa mission d’âme, nous nous prenons en main et nous cessons de tenir l’autre pour responsable de ce qui ne fonctionne pas dans notre vie. On cesse d’accuser la société, la famille, les parents, le thérapeute, les professeurs, etc…Et on se dit « D’accord maintenant je sais que je suis responsable et que cela ne sert à rien d’accuser l’autre car cela me fait perdre mon temps et mon énergie. C’est une impasse qui me fait tourner en rond. » Etre responsable ne veut pas dire être coupable. Alors on cesse d’être une victime car on sait qu’il existe un plan divin pour chacun et qu’il suffit que nous l’écoutions et que nous l’acceptions. Nous reprenons alors la responsabilité de notre existence.

Quelques suggestions.

Pour vous aider à comprendre, je vais vous expliquer comment je fais l’exercice moi-même.

Je commence en pensant que, dans cet univers sans fin, c’est une vraie chance d’avoir l’existence, de pouvoir respirer et vivre, d’être une étincelle de vie et d’avoir encore une journée devant moi.

Puis, j’entre en contact avec le privilège que j’ai de pouvoir jouir de mes cinq sens, de pouvoir regarder les beautés de la nature, les œuvres des grands peintres, les sourires des gens. Je pense à la chance que j’ai de pouvoir sentir les odeurs des mets et les meilleurs parfums ; de pouvoir toucher et être touché par le soleil, le vent, une autre personne; de pouvoir goûter les aliments ; de pouvoir entendre les musiques que j’aime, les voix des gens que j’aime, le bruit de la rivière, du vent.

Ensuite, je remercie pour cette santé qui m’habite, pour l’énergie qui m’anime et qui me permet de faire ce que je fais, d’entreprendre et de créer.

Puis je pense aux personnes qui j’aime, qui m’aiment et dont la présence dans ma vie est une vraie bénédiction. Ma conjointe, mes enfants, leurs conjoints, mes petits-enfants, mes amis. Quand je pense à eux, j’imagine clairement leur visage ou j’essaie de ressentir ce que j’apprécie le plus en eux, ce pour quoi je me sens privilégié de les avoir dans ma vie.

Je remercie ensuite pour la chance que j’ai eue de faire des voyages, je revois certains endroits que j’ai visités.

Je pense au confort dans lequel je vis au quotidien, à ma maison qui est chaleureuse et qui permet tant de rencontres agréables avec les enfants, les amis, à l’habitat qui m’entoure, au bonheur que j’ai d’avoir la nature si proche.

J’apprécie à quel point je suis privilégié par la vie de pouvoir vivre dans un pays en paix, de pouvoir profiter de connaissances inépuisables et si facilement accessibles, dans les bibliothèques, par Internet et qui me permettent d’apprendre sur tout ce qui m‘intéresse et me passionne. J’apprécie les facilités incroyables que la technologie met à mon service.

Je rends grâce pour la chance incroyable que j’ai de faire un travail que j’aime et qui me passionne. Je remercie pour tous ces gens qui m’ont donné l’opportunité d’avancer personnellement et professionnellement. Je rend grâce aussi pour les habiletés que j’ai, pour la chance que j’ai de rencontrer autant de gens intéressants.

Vous avez compris que pendant ces trois à cinq minutes, il faut se remplir de tout ce que nous apprécions dans notre vie. Bien sûr, ce qui ne va pas est toujours là et nous vient plus aisément à l’esprit, pour certains plus que pour d’autres. Mais pendant ces quelques minutes, ces éléments n’ont pas leur place. Pourquoi le fait de visualiser et de s’associer à ce que l’on apprécie profondément a-t-il un tel effet sur nous ? En fait, notre cerveau ne fait pas toujours la différence entre ce qui est réel ou ce qui est imaginé.

Nous passons tellement de temps à imaginer le pire, à anticiper l’avenir et à contacter nos manques, avec les émotions et le stress qui s’en suivent. Nous sommes tellement préoccupés à regarder en avant, vers nos objectifs, que nous pouvons oublier de jeter un œil derrière pour apprécier les acquis et le chemin parcouru. Se remettre régulièrement et même quotidiennement en contact avec les choses réelles de nos vies que nous apprécions et pour lesquelles nous éprouvons de la gratitude n’est qu’une façon, finalement, de nous ré-approprier le vrai de nos vies. Il n’est peut-être pas inutile, en terminant, de nous rappeler cette définition du Petit Larousse: Reconnaissance, n.f.: souvenir, gratitude d’un bienfait reçu.

Marc Vachon

Marc Vachon
Psychologue, conférencier, auteur et éditeur passionné par la recherche de moyens pratiques pour être heureux et traverser activement les changements. Il est co-auteur de Oser changer. Mettre le cap sur ses rêves et prépare la sortie d’un prochain livre sur les émotions et le Lâcher-prise.

EXERCICE CONTRE LE STRESS : http://oserchanger.com/

9 Règles pour un nouveau départ

eveil tv




– Chaque nouveau départ vient d’une fin –

Lorsque vous ne pouvez plus trouver une raison pour continuer, pensez à une raison pour un nouveau départ. Il y a une grande différence entre abandonner et recommencer dans la bonne direction. Et il y a trois petits mots qui peuvent vous libérer de vos regrets du passé et vous guider vers l’avenir et un nouveau départ positif. Ces mots sont: «à partir de maintenant …»

Donc, à partir de maintenant …

1 – Laissez aller les choses que vous ne pouvez pas contrôler.-

La plupart des choses occupent une partie de votre vie parce que vous continuez à penser à elles. Les choses positives se produisent dans votre vie si vous vous éloignez sur le plan émotif de ces choses négatives. Alors, arrêtez de vous accrocher à ce qui vous fait mal et faites place à ce qui vous fait du bien. Ne laissez pas ce qui est hors de votre contrôle interférer avec toutes les choses que vous pouvez contrôler.

2 – Acceptez la réalité. –

La vie est simple. Tout arrive ou n’arrive pas pour vous. Tout se passe exactement au bon moment, ni trop tôt ni trop tard. Pour tout ce que vous perdez, vous gagnez quelque chose d’autre et pour tout ce que vous gagnez, vous perdez quelque chose d’autre. Vous n’aimez pas ça, mais c’est plus facile si vous les faites. Donc attention à votre regard sur la vie. Vous pouvez regretter, ou vous réjouir, c’est votre choix.

3 – Changez votre esprit. –

Le changement est comme le souffle, il ne fait pas partie du processus, c’est le processus. En réalité, la seule chose sur laquelle nous pouvons compter c’est le changement. Et la première étape vers un changement positif est de changer votre attitude. Préparez-vous pour le positif. Préparez-vous pour la nouvelle attitude.Laissez-vous emmener dans les zones imprévues de vous-même. La croissance est impossible sans changement. Si vous ne pouvez pas changer votre esprit, vous ne pouvez pas changer votre vie. Parfois, tout ce que vous avez à faire, est de regarder les choses sous un angle différent.

4 – Accrochez-vous aux bonnes choses. –

Lorsque les luttes de la vie vous frappent et vous propulsent dans une fosse si profonde que vous ne pouvez pas voir autre chose que les ténèbres, ne gaspillez pas votre précieuse énergie à essayer de creuser votre chemin. Puisque si vous creusez à la hâte dans l’obscurité, vous êtes susceptible d’aller dans une mauvaise direction et de creuser une fosse encore plus profonde. Au lieu de cela, utilisez ce que vous avez d’énergie pour atteindre et tirer le meilleur parti de vous. La bonté est lumineuse, son rayonnement va vous montrer où se trouve le sommet et éclairer le chemin qui vous y mènera.

9 Règles pour un nouveau départ – image pixabay




5 – Reposez-vous et ressaisissez-vous. –

La force est de choisir votre chemin, vivre avec les conséquences et apprendre d’elles. Parfois, vous faites de votre mieux et vous vous retrouvez dans le pétrin. Lorsque cela se produit, ne vous découragez pas. Vous avez essayé. C’est vraiment tout ce que vous pouvez faire de mieux. Vous n’avez rien raté, vous venez d’apprendre ce qu’il ne faut pas faire.Reposez-vous, ressaisissez-vous et recommencez avec ce que vous avez appris.

6 – Prenez des risques. –

Effectuer un changement dans votre vie ou essayer quelque chose de nouveau peut être effrayant. Mais savez-vous ce qui est encore plus effrayant? Les regrets. Donc, prenez conscience que la plupart de vos peurs sont beaucoup plus grandes dans votre esprit qu’elles le sont en réalité. Vous verrez, que cela est vrai, dès que vous les affronterez. Ne les laissez pas vous arrêter. Vivez votre vie de manière à ne jamais avoir à regretter les chances que vous avez eues.

7 – Continuez à grimper. –

La personne qui se trouve au sommet de la montagne n’est pas tombé du ciel. Les bonnes choses viennent à ceux qui travaillent pour elles. Vous gagnerez en confiance et vous vous renforcerez à chaque expérience dans laquelle vous avez vraiment tout donné pour faire quelque chose que vous ne pensez pas que vous pourriez faire. Si vous restez figé debout dans ce lieu de l’entre-deux, incapable de revenir en arrière, mais trop peureux pour aller de l’avant, vous ne pourrez pas profiter de la vue, si vous n’êtes pas prêt à monter.

8 – Appréciez ce que vous avez appris. –

Rien n’est plus beau et plus puissant qu’un sourire qui a lutté pour traverser les larmes. Ne regrettez pas votre temps, même les moments douloureux. Souriez parce que vous avez appris d’eux et avez acquis la force pour vous élever au-dessus. En fin de compte, ce n’est pas ce que vous avez vécu qui définit qui vous êtes, c’est comment vous l’avez vécu. Ce que vous avez traversé a fait de vous, la personne que vous êtes aujourd’hui et la personne que vous serez capable d’être demain.




9 – Réalisez que chaque étape est nécessaire. –

Rien n’est jamais mauvais. Nous apprenons à chacun de nos pas. Tout ce que vous avez fait aujourd’hui était une étape nécessaire pour arriver à demain. Donc, soyez fier de vous. Peut-être que vous n’êtes pas aussi bon que vous le voulez, ou aussi grand que vous le souhaitez, mais grâce à toutes les leçons que vous avez apprises en cours de route, vous êtes tellement mieux que vous l’étiez auparavant.

Source: http://www.question-de-vie.com/

Partagé par laPresseGalactique.org

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube




Wayne Dyer: Les pensées

eveil tv - spiritualité

Wayne Dyer: La sagesse authentique

wayne« Croyez que la vie est digne d’être vécue et elle le sera » – William James
« Rien n’est bon ou mauvais en soi, à part si la pensée le rend tel » – William Shakespeare




Chaque pensée que vous avez peut être évaluée de manière à savoir si elle vous fortifie ou vous affaiblit. A vrai dire, il y a un test musculaire simple que vous pouvez faire avec chaque pensée que vous avez à un instant donné. Il fonctionne ainsi: tenez votre bras écarté de chaque côté; demandez à quelqu’un de tenter de le pousser vers le bas et tentez de résister. Pensez à un mensonge, et remarquez comme vous êtes plus faible que si vous pensiez à une vérité.Cela peut-être réalisé pour chaque pensée qui provoque une réaction émotionnelle, comme indiqué dans le livre intitulé « Puissance contre force » où David Hawkins apporte des précisions sur cette méthode et fournit une carte de la conscience pour montrer au lecteur la manière dont chaque pensée opère pour vous affaiblir ou vous renforcer.La sagesse authentique est la capacité de vous contrôler à chaque instant pour déterminer votre état relatif de faiblesse ou de force, et de se débarrasser de ces pensées qui vous affaiblissent. De cette manière, vous restez dans un état optimiste de conscience supérieure, et vous empêchez vos pensées d’affaiblir tous les organes de votre corps. Quand vous utilisez votre esprit pour vous fortifier, vous faites appel à ce qui développe et élève vos pensées.

Les pensées qui vous affaiblissent

Si une simple pensée peut rendre le muscle de votre bras plus faible ou plus fort, imaginez ce que cela doit être pour tous les autres muscles ou organes de votre corps! Votre cœur est un muscle qui est affaiblit par des pensées qui vous marginalisent. Vos reins, foie, poumons et intestins sont tous entourés par des muscles, qui sont également affectés par vos pensées.La pensée qui affaiblit le plus la majorité des gens est la honte, ce qui génère l’humiliation. L’importance de vous pardonner ne peut pas être répété suffisamment. Si vous trainez des pensées de honte par rapport à ce que vous avez fait dans le passé, vous vous affaiblissez à la fois physiquement et émotionnellement. De la même manière, si vous utilisez une technique d’humiliation ou de honte sur quiconque pour le contrôler, vous allez créer une personne faible qui ne se renforcera jamais ou seulement si ces pensées de honte et d’humiliation sont retirées. Vous libérer de vos propres pensées de honte implique votre volonté de lâcher prise, de voir vos comportements passés comme des lessons que vous aviez à apprendre, et de vous reconnecter à votre essence même à travers la prière et la méditation.Après la honte, ce sont les pensées de culpabilité et d’apathie qui vous affaiblissent le plus. Elles produisent des émotions de culpabilité et de désespoir. Vivre dans la culpabilité anéantit vos instants présents, immobilisés par ce qui a déjà transpiré. Aucun degré de culpabilité n’enlèvera jamais ce qui a déjà été fait. Si vos comportements passés vous amènent à apprendre de vos erreurs, cela n’est pas de la culpabilité, cela s’appelle apprendre du passé. Mais se complaire dans l’instant présent sur vos soi-disant erreurs, cela s’appelle de la  culpabilité; et elle peut seulement exister dans l’instant présent.

Se libérer de la culpabilité c’est comme retirer un énorme poids de vos épaules. La culpabilité est libérée grâce au renforcement de pensées d’amour et de respect envers vous-même. Vous vous renforcez grâce à l’amour et au respect, en oubliant les normes de perfection et en refusant de gâcher la précieuse devise de votre vie, l’instant présent, en ayant des pensées qui continuent de vous faire échouer et de vous affaiblir. Au lieu de cela, vous pouvez  faire le vœu d’être meilleur que vous ne l’aviez été, ce qui est là la véritable lettre de noblesse.

Les pensées apathiques créent le désespoir. Ce sont des pensées qui vous empêchent d’être engagés dans la vie. L’apathie découle de l’apitoiement sur  soi et  d’un besoin de se divertir en permanence pour éviter l’ennui. Vous ne pouvez jamais être apathique ou vous sentir seul si vous aimez la personne que vous êtes.

Chaque instant de chaque jour présente un nombre illimité d’options pour vivre pleinement et être connecté à la vie. Vous n’avez pas besoin d’un téléviseur ou d’une radio qui hurle constamment pour éviter l’apathie. Vous possédez votre propre esprit, qui est un royaume de potentiel illimité.




Vous avez le choix chaque jour de vous réveiller et  de vous dire soit: « Bonjour  Dieu » ou bien « Bon Dieu, c’est le matin! » Cela reste toujours un choix. Chaque moment que vous remplissez avec des pensées d’ennui et d’apathie vont vraiment vous affaiblir physiquement, émotionnellement et spirituellement. Pour moi, c’est une insulte à ce merveilleux univers, rempli de centaines de millions de miracles que de me permettre des pensées  d’ennui ou d’apathie.

Les autres pensées proéminentes qui sont en concurrence pour vous rendre faible sont la peur et la colère. Ces deux catégories de pensée emploient une force, qui produit une résistance et une atmosphère intérieure de tension et de faiblesse. Quand vous avez peur, vous vous éloignez de l’amour. Rappelez-vous: « L’amour parfait bannit toute crainte. » Ce que vous craignez, vous ne le supportez pas et finalement commencez à le haïr. Ainsi, la dichotomie de la haine et de la peur sont à l’œuvre en vous, vous affaiblissant toujours plus.

Chaque pensée qui vous traverse lorsque vous êtes dans un état de peur vous éloigne de votre chemin, et vous affaiblit simultanément. Vos pensées craintives vous invitent à rester immobilisé. Lorsque vous vous trouvez dans un mode craintif, arrêtez vous immédiatement et invitez Dieu sur la scène. Tournez la peur envers votre partenaire divin avec ces mots: « Je ne sais pas comment faire face à cela, mais je sais que je suis connecté à Vous, la miraculeuse force créatrice de  l’univers. Je vais mettre mon ego de côté et vous le remettre ». Essayez. Vous serez surpris par la rapidité avec laquelle cette énergie supérieure de l’amour va annuler et dissoudre vos pensées de crainte et vous fortifier en même temps.

De même, la colère est une réaction émotionnelle aux pensées qui énonce: « Je veux que le monde soit comme je le veux, pas comme il est, par conséquent, je suis en colère ». La colère est souvent perçue comme normale, mais elle vous rendra toujours plus faible. Souvenez-vous de ce principe: la sagesse évite toutes les pensées qui vous affaiblissent. Vous n’avez pas à être en colère pour réparer un tort ou pour œuvrer pour un monde meilleur. Lorsque vous devenez plus calme, vous n’aurez que la paix à donner. Des moments de frustration ne déclencheront pas la colère, ils vont vous aider à être plus conscients, et puis ils vont vous amener à une solution.

Chaque pensée de colère vous éloigne de l’amour, et vous amène à la violence et à la vengeance, qui sont les forces qui entraînent des résistances, ce qui affaiblit tout personne impliquée. Toutes ces pensées de honte, de culpabilité, d’apathie, de peur et de colère sont des énergies, puisque tout élément dans notre univers a une fréquence de vibration. Celles qui vous affaiblissent sont de basses ou lentes fréquences, et elles ne peuvent être dissolues qu’en mettant les énergies supérieures ou rapides de l’Esprit en leur présence.

Les pensées qui vous fortifient

Lorsque vous passez d’une pensée qui est d’une vibration dont l’énergie est très faible à une autre d’une fréquence plus élevée, vous passez d’un état faible à fort. Lorsque votre pensée est occupée à blâmer les autres, vous êtes affaibli. Mais quand vous vous tournez vers l’amour et la confiance envers autrui alors vous devenez fort. Vos pensées ont une énergie d’accompagnement, de sorte que vous pourriez très bien passer à celles qui vous fortifient. Une fois que vous réalisez que ce que vous pensez est la source de votre expérience de la réalité, alors vous allez commencer à prêter plus d’attention à ce que vous pensez à tout moment.

Il y a plusieurs années, dans un programme audio très populaire appelé: « Le plus étrange des secrets« , Earl Nightingale a enseigné à beaucoup d’entre nous que nous devenons ce que nous pensons tout au long de la journée. Vos pensées déterminent si vous êtes fortifié ou affaibli — si vous êtes heureux ou triste, talentueux ou non. Tout se rapporte à une pensée que vous portez en vous. Les pensées heureuses créent des molécules heureuses. Votre santé est en grande partie déterminée par les pensées que vous avez. Pensez passionnément que vous n’aurez pas un rhume, et votre corps va réagir à vos pensées. Refusez d’entendre les pensées de la fatigue, du décalage horaire, ou des maux de tête, et votre corps réagira à vos pensées.

Votre esprit dit à votre corps de produire les ressources dont il a besoin pour rester en bonne santé. Donnez à quelqu’un un comprimé de sucre et convainquez le que c’est un médicament antiarthritique, alors le corps de cette personne va réagir au placebo par la production accrue d’énergies antiarthritiques. L’esprit est un outil puissant dans le maintien de la santé. C’est lui qui crée également les relations divines, l’abondance, l’harmonie dans les affaires, et même, les places de parking! Si vos pensées se concentrent sur ce que vous voulez attirer dans votre vie, et que vous soutenez cette pensée avec une ferveur absolue, vous finirez par agir sur cette intention, parce que ce qui précède chaque action est une pensée.

Les pensées les plus riches que vous puissiez avoir sont celles de  paix, de joie, d’amour, d’acceptation et de volonté. Ces pensées ne créent pas de résistance. Des pensées de joie, de puissance, d’affection proviennent de votre volonté de permettre au monde d’être comme il est. Alors vous vous trouvez dans un état de béatitude intérieure où la sérénité remplace le combat, une révérence des substituts de la vie contre l’avidité et l’anxiété ; alors la compréhension supplante le mépris. Vous devenez optimiste. Plutôt que de voir le verre à moitié vide, vous le voyez à moitié plein.

Tout cela n’est rien de plus qu’une décision consciente de votre part d’être en charge de votre pensée. Sachez qu’à tout moment de  votre vie vous avez toujours le choix sur les pensées que vous autorisez dans votre esprit. Personne d’autre ne peut y mettre une pensée. Quelles que soient les circonstances dans lesquelles vous vous trouvez, cela reste votre choix.




Choisissez de remplacer des pensées paralysantes et affaiblissantes par des pensées d’une fréquence spirituelle supérieure. N’essayez pas de vous convaincre que ce n’est pas possible ou que c’est plus facile à dire qu’à faire. Il vous appartient de contrôler votre esprit. Vous êtes le créateur et le maître de vos pensées. Vous pouvez les changer à volonté. C’est un héritage donné par Dieu, votre coin de liberté que personne ne peut enlever. Personne ne peut avoir le contrôle de vos pensées sans votre consentement. Alors choisissez d’éviter les pensées qui vous affaiblissent, et vous connaîtrez la vraie sagesse. C’est votre choix!

Wayne Dyer
Titre original: Authentic Wisdom Source www.humanitysteam.fr

Le livre de Wayne Dyer




REJOINDRE EVEIL TV SUR FACEBOOK ET SUIVRE LES ARTICLES

Eveil Tv

Translate »