L’ART DE SE CONNECTER AVEC CERTAINES PERSONNES À PARTIR DU CŒUR

La psychologie de la connexion : l’art de se connecter avec certaines personnes à partir du cœur

La psychologie de la connexion nous apprend que coïncider avec certaines personnes n’est pas la même chose que « se connecter » avec elles. En fait, peu d’états revêtent une signification aussi importante que ce type de magnétisme : ressentir ce rythme partagé, cette syntonie profonde et étrange à la fois, d’où commencent, presque sans savoir comment, les plus grandes amitiés de notre vie ou les amours les plus inattendus.



Il est très possible que beaucoup de nos lecteur-trice-s se sentent surpris-es en ce moment. Existe-il vraiment une « psychologie de la connexion » ? A l’instar de ce qui se passe dans de nombreux domaines de la psychologie, il est fréquent que certaines disciplines développent leurs travaux dans un domaine donné pour finalement découvrir rapidement que les résultats obtenus dans ledit domaine peuvent s’appliquer à d’autres.

Coïncider est un luxe, mais se connecter est un miracle.

L’ART DE SE CONNECTER AVEC CERTAINES PERSONNES À PARTIR DU CŒUR :

Concernant la psychologie de la connexion, nous pouvons dire qu’elle est apparue dans le cadre du travail en entreprise, en particulier dans le domaine du marketing. Les chercheur-e-s et les responsables commerciaux des grandes entreprises étaient intéressé-e-s de connaître quels processus latents font que le/la consommateur-trice se sent davantage « connecté-e » ou attiré-e par un produit particulier, et non par un autre.

Parfois, nos décisions d’achat sont régies par des processus si inconscients, si complexes et inexplicables que les expert-e-s en neuro-marketing s’en trouvent contrarié-e-s. Ainsi, cette approche scientifique – développée sur une décennie – a fourni tant de données et matériaux intéressants que de nombreux-ses chercheur-e-s et psychologues de la personnalité sont légèrement sorti-e-s du cadre commercial pour jeter les bases d’une branche à part entière.



Ce qu’apporte cette nouvelle branche de la psychologie est autant intéressant que révélateur. Il s’agit de processus où s’intègrent à la fois les neurosciences, l’étude de l’esprit et des émotions, domaines donnant forme à ce que nous connaissons déjà comme la psychologie de la connexion profonde.

Les clés de la psychologie de la connexion

Nous disions en introduction qu’il est différent d’être d’accord avec quelqu’un que de se connecter avec cette personne. Il s’agit de quelque chose que nous vivons quotidiennement. Dans nos environnements quotidiens, tels que nos emplois, nos écoles, nos universités, nos communautés de voisins ou nos espaces de loisirs, nous connaissons incontestablement de nombreuses personnes. Nous vivons avec elles ; néanmoins, au cours de notre vie, nous ne parvenons à nous « connecter » en profondeur qu’avec un petit nombre d’entre elles.

Judith E. Glaser, psychologue et anthropologue organisationnelle de l’Université de Harvard, est l’une des principales références dans l’étude et l’application de ce qui est appelé « Deep Connection » (connexion profonde). Ainsi, quelque chose qu’elle nous explique en premier lieu dans beaucoup de ses livres et de ses multiples travaux, est que toute personne possède une voix intérieure qui l’informe en très peu de temps si quelque chose ou quelqu’un peut être pertinent ou significatif pour elle.

Ce que nous appelons « intuition» possède en réalité sa place exacte dans notre cerveau.Voyons à présent quelques-unes des clés.

La connexion profonde : lorsque notre cerveau « s’illumine »

Notre cerveau est une entité gouvernée par une série de besoins très basiques : la sociabilité en est une. Ainsi, lorsque nous rencontrons quotidiennement d’autres personnes notre cerveau, pour ainsi dire, « s’illumine ». L’une des zones qui réagit en premier est le cortex préfrontal Rostromedial.

Cependant, il se trouve une autre partie beaucoup plus profonde, mystérieuse et fascinante qui s’illumine presque comme un arbre de Noël lorsque nous rencontrons quelqu’un avec qui nous nous connectons de manière plus intense. Cet endroit est situé précisément dans cet espace où se rencontrent le lobe temporal et le lobe pariétal.

Les neuro-scientifiques nous disent que c’est là que se développent nos jugements, où se produisent les processus cognitifs les plus abstraits, complexes et même parfois inexplicables.

Les processus qui régissent la psychologie de la connexion

Nous avons tou-te-s entendu dire que, parfois, un simple regard suffit pour se connecter avec quelqu’un. Il est possible de dire que cette donnée est une demi-vérité et qu’elle correspond plus ou moins à ce que nous entendons par « connexion profonde ». Les authentiques expert-e-s en la matière nous font remarquer qu’un lien aussi intime et révélateur traverse néanmoins beaucoup plus de frontières.

* La connexion profonde va au-delà des regards car elle résulte de l’interaction et du traitement, elle provient principalement d’un mot très concret, magique et significatif pour tous : « partager ».
* Lorsque nous partageons certaines intimités avec quelqu’un, lorsque nous révélons des confidences, lorsque nous partageons des valeurs, des goûts et des passions avec d’autres, notre cerveau libère de l’ocytocine.

Cependant, le processus de partage doit être un acte transparent et intégral régi par un autre mot essentiel : la confiance.

Les neuropsychologues nous expliquent que l’ocytocine est ce neurotransmetteur qui agit comme un ingrédient essentiel pour établir de telles connexions significatives avec nos meilleur-e-s ami-e-s ou conjoints. En intégrant ces personnes significatives dans le territoire très privé, profond et charismatique de notre esprit, nous nous sentons en sécurité, confortables et confiant-e-s… mais surtout, nous nous sentons heureux-ses.




Pour conclure, bien qu’il ne soit pas facile d’établir ce genre de relations, de liens aussi magiques et forts au quotidien, nous ne devons pas perdre espoir. Pour y parvenir, nous devrions simplement appliquer trois dimensions simples dans nos interactions quotidiennes : l’ouverture, la confiance et la sincérité.

Ce qui doit arriver arrivera en temps voulu et nous le remarquerons en un laps de temps très court : notre cerveau et notre cœur répondront de manière intense à cette personne si spéciale.

Source L’ART DE SE CONNECTER AVEC CERTAINES PERSONNES À PARTIR DU CŒUR : https://nospensees.fr/ trouvé sur https://www.conscience-et-eveil-spirituel.com




REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

LES ÉMOTIONS SONT DE L’ÉNERGIE

spiritualité - eveil tv

Les émotions sont de l’énergie : elles nous créent et nous transforment




Elles sont la partition qui orchestre notre quotidien. Parfois, la musique est joyeuse, vive et intense mais au bout d’un moment, elle nous enveloppe de sa mélodie triste et pleine de désenchantement.

Ce sont les notes qui nous nourrissent, qui nous offrent l’énergie nécessaire pour transformer notre réalité…

Il existe un vieux proverbe arabe qui dit : “qui ne comprend pas un regard ne comprendra pas non plus une explication”. Une phrase pleine d’une grande sagesse, car c’est d’elle qu’émane la nature des émotions comme langage universel. Vos émotions peuvent être votre grande forteresse ou le cristal qui embue votre existence de brouillard. Si vous apprenez à les connaître et à les gérer, vous serez un artisan de votre réalité, et donc de votre bonheur.

Peut-être que le sujet de l’intelligence émotionnelle vous intéresse et que vous avez beaucoup lu à ce propos.

Pourtant, nous voulons aujourd’hui vous inviter à voir les émotions d’une autre manière : comme une arme de pouvoir, comme une énergie que l’on peut connaître et contrôler pour redéfinir beaucoup d’aspects de nous-même et de notre propre réalité.

Nos émotions créent notre réalité

Selon un travail publié par la psychologue sociale Barbara Fredrickson dans Review of General Psychology (2008), les émotions positives, en plus de nous donner une satisfaction ponctuelle, agissent comme des mécanismes d’apprentissage.

C’est-à-dire que : plus on accumule des émotions satisfaisantes, meilleures sont les ressources personnelles pour affronter les périodes de crise.

En tant qu’être humains, nous désirons tous être heureux. Pour cela, il est nécessaire de se souvenir que parfois, il suffit d’être en paix intérieure, d’être libéré de ses rancœurs du passé, des haines ou des frustrations. Un esprit libre est un cœur qui se permet de sourire…

Si les émotions sont capables de transformer notre réalité, ce n’est pas par magie. Il faut savoir que l’émotion n’est pas seulement un état intérieur, c’est une association de plusieurs éléments puissants :




* Les cognitions, c’est-à-dire, la manière dont nous transformons tout ce qui nous enveloppe, ce que nous voyons, ressentons, expérimentons. Tout acquiert une signification interne pour nous.

* Nos sentiments et la manière dont nous réagissons. Pour comprendre, nous allons vous donner un exemple simple : vous êtes amoureux de quelqu’un et vous n’osez pas le lui dire. Puis, il est trop tard et cette personne disparaît de votre vie. Vous perdez alors l’opportunité de lui dire, au moins d’essayer.

L’émotion que vous ressentirez est la tristesse car vous n’avez pas su réagir à temps quand ce sentiment était positif et intense.

Vous n’avez pas fait l’action adaptée à la situation et votre réalité est maintenant noyée dans un conditionnel que vous ne pourrez plus résoudre : «si j’avais fait ça…».

Notre cerveau, une danse chimique incroyable

Notre cerveau est un réseau complexe qui transforme de grandes quantités d’informations à chaque seconde. Nous transformons les stimuli sensoriels, nous stockons des expériences, des rêves, des décors vus…

La plupart de ces éléments, que vous le croyez ou non, se stockent dans notre cerveau, en fonction de l’émotion ressentie.

Mon regard cherche toujours les belles choses qui m’entourent, et si je ne les vois pas, je l’aide. Car cela ne coûte rien de sourire, car cela ne demande aucun effort de se permettre d’avoir confiance et de rêver aux choses, de penser que l’on mérite d’être heureux et qu’à un mauvais moment, ce n’est pas une raison de se ruiner sa journée.

Souvent, on voit aussi notre cerveau comme un petit chaos biochimique où nous sommes déterminés par l’influence des neurotransmetteurs. En réalité, ce sont d’authentiques facilitateurs de nos émotions.

Les principaux neurotransmetteurs en lien avec les émotions

Les principaux neurotransmetteurs qui agissent comme des facilitateurs d’émotions sont :

* La dopamine est liée aux expériences du plaisir et récompense notre processus d’apprentissage. C’est-à-dire que quand nous faisons quelque chose de bien, nous sommes gratifiés par la sécrétion de dopamine et nous ressentons une sensation de plaisir.

* La sérotonine, de son côté, est un neurotransmetteur lié à la mémoire et à l’apprentissage. Il est important de savoir qu’un déséquilibre des niveaux de sérotonine peut être à l’origine de la colère, de l’anxiété, de la dépression et de la sensation de panique.

* La norepinéphrine, à des niveaux adaptés, garde sous contrôle le stress et l’anxiété.

L’énergie émotionnelle pour transformer votre vie

La docteure Fredrickson, citée précédemment et experte en psychologie émotionnelle, nous explique qu’il existe un paradoxe curieux concernant nos émotions positives : leur intensité est bien plus brève que les émotions négatives.

C’est-à-dire que la sensation de bonheur est plus brève que l’état de tristesse.

Le mieux est d’accumuler beaucoup d’expériences positives qui peuvent contrecarrer de manière plus efficace ces états de négativité. Nous allons vous l’expliquer plus en détails.

La théorie de l’élargissement et de construction des émotions positives

Comment nous l’avons dit dans l’introduction, si l’être humain est capable d’accumuler des émotions positives, il aura les outils basiques les plus compétents pour affronter les moments difficiles.

* Les experts l’appelle la «théorie de l’élargissement et de la construction» et elle se base sur le besoin de multiplier nos expériences positives pour acquérir de nouvelles compétences.

* Alors que les émotions négatives ont pour réponse habituelle l’évitement, la négation ou l’immobilité, nos émotions positives nous «grandissent» et favorisent la relation entre «la pensée et l’action».

Ainsi, selon le principe de cette théorie, nous devrions orienter nos journées vers des émotions positives, vers des choses aussi simples que l’apprentissage de nouvelles choses, avoir des relations sociales, se promener, toucher, danser, sentir, marcher ou lire…




Ce sont de petites pierres de positivité qui édifient petit à petit un changement continu. Osez essayer !

Les émotions, parfois sont comme des étoiles à la dérive qui se meuvent sans contrôle. Quand nous les connaissons et que nous nous connaissons bien nous-même, elles deviennent alors des astres lumineux capables de guider notre chemin.

Source : nospensees.fr & conscience-et-eveil-spirituel.com

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube