Voici 11 signes qui indiquent que vous êtes trop critique envers vous-même

La plupart d’entre nous aspirent consciemment à atteindre le meilleur de nous-même via le chemin le plus approprié. En ce sens, un bon outil pour mesurer nos efforts et nos réalisations est l’auto-analyse. Il ne fait aucun doute qu’il est admirable de s’inquiéter de faire les choses du mieux possible et d’être critique envers soi-même. Et d’essayer d’être la meilleure personne possible. C’est ce qui donne un sens à reconsidérer les expériences négatives et d’essayer de faire mieux à la prochaine occasion.

Cependant, bien que l’auto-analyse soit un excellent moyen d’observer notre propre comportement. Et d’apprendre à surmonter nos faiblesses et nos mauvaises habitudes. Trop d’auto-critique peut nous amener à nous sous-estimer. En ce sens, avoir une trop forte critique de soi au fil du temps est préjudiciable à la réussite. Et à une bonne santé mentale. Être trop auto-critique nuit excessivement à l’estime de soi et à la confiance. En fait, elle est directement lié à la faible estime de soi. Et au perfectionnisme.

Être auto-critique affecte négativement notre estime de nous-mêmes.

Êtes-vous trop auto-critique ?

Le problème survient lorsque nous nous mettons en mode «pilote automatique». Nous entrons alors sur le terrain de l’auto-critique. C’est pourquoi il est nécessaire de se réveiller et de se rendre compte des dommages que nous nous infligeons sans le vouloir. Pour savoir si vous êtes trop critique, consultez la liste suivante. Si trop de situations quotidiennes vous sont caractéristiques, il est temps de réfléchir à la situation et de commencer à prendre un peu plus soin de vous, mentalement parlant.

  • Rien n’est assez bien pour vous et vous n’êtes pas assez bon: Pensez-vous que vous ne faites jamais assez bien ? Pensez-vous que les choses ne sont pas comme elles devraient être ? Pensez-vous que tout ce qui vous entoure n’est pas à la hauteur, y compris vous-même ?
  • Vous vous blâmez pour toute situation négative: vous sentez-vous personnellement responsable quand quelque chose de mal arrive ? Ressentez-vous rapidement de la culpabilité, en ignorant d’autres facteurs qui, bien qu’externes et incontrôlables, peuvent être liés à ce qui s’est passé ?
  • Vous êtes déçu de vous-même, même si vos échecs sont des choses concrètes et spécifiques: Ressentez-vous un échec chaque fois que vous faites quelque chose de mal ? Supposez-vous que vous êtes un gros nul à chaque fois que vous faites une erreur ou quelque chose ne va pas, quelque chose de concret et spécifique, ce qui ne concerne qu’une partie de vous ? Êtes-vous incapable de vous concentrer sur le comportement à l’origine du problème et, au lieu de ça, vous généralisez ?
  • Vous évitez de prendre des risques: Vous ne vous aventurez pas à faire quelque chose de différent parce que vous pensez que vous allez échouer ? Pensez-vous que les choses vont mal tourner, parce que ça vous est arrivé à d’autres occasions ? Êtes-vous convaincu que la meilleure chose, que la chose la plus sûre est de ne rien faire ?
  •  Vous évitez d’exprimer votre opinion: avez-vous peur de dire quelque chose de stupide, d’absurde, hors de propos ? Pensez-vous que ce que vous avez à dire n’est pas intéressant ? Pensez-vous que ce que vous pensez sera malvenu ou ennuyeux ?
Astrologie, www.eveil.tv spiritualité, développement , santé, bien – être, ésotérisme , amour couple, joie, bonheur

  • Vous n’êtes jamais satisfait de vos réalisations: vous voyez des échecs toujours et encore dans ce que vous faites ? Pensez-vous que si vous ne faites pas quelque chose d’excellent, il vaut mieux ne pas le faire ? Êtes-vous enclin à insister sur les défauts inévitables, même lorsque vos résultats sont positifs ?
  • Dans tous les scénarios probables, vous voyez des fantômes: Prévoyez-vous toujours les pires scénarios possibles ? Est-ce que le « et si … » est la façon dont vous posez toutes les options, en invoquant des problèmes et en voyant toujours le pire ? L’échec personnel est-il le filtre à travers lequel vous prévoyez toutes vos actions futures? Craignez-vous l’humiliation et l’échec ? est-ce plus important à vos yeux que le succès et le triomphe?
  • Vous avez des problèmes avec votre image personnelle: avez-vous des complexes que vous ne pouvez oublier ? Pensez-vous que ce que vous considérez comme négatif peut affecter les autres, dans la façon dont ils vous apprécient, dans l’estime qu’ils ont pour vous ? Pensez-vous que votre image personnelle vous empêche ou peut vous empêcher de progresser professionnellement et socialement ?
  • Vous analysez vos erreurs de façon appuyée, mettant l’accent sur les fautes: investissez-vous beaucoup de temps et d’énergie dans l’analyse de ce qui a mal tourné et comment vous en êtes responsable, mais sans tirer des conclusions qui vous permettent de regarder le passé avec optimisme ? Ruminez-vous la culpabilité et ce dont vous avez manqué, ce que vous n’avez pas fait, au lieu d’analyser des alternatives possibles pour sur une prochaine fois ?
  • Vous vous mettez sur la défensive face aux commentaires: avez-vous tendance à vous sentir contrarié lorsque les gens vous formulent une critique justifiée ou constructive ? Est-ce que vous réagissez de manière exagérée aux commentaires des autres ? Prenez-vous les commentaires pour quelque chose de personnel ?

Laissez tomber l’auto-sabotage qu’implique l’auto-critique

Une auto-critique intense et fréquente est une forme d’auto-sabotage. Autrement dit, en faisant des auto-critiques, nous faisons exactement le contraire de ce qui est le plus sain pour nous. Pourquoi le faisons-nous alors ? Parce que cela fait partie d’un paysage psychologique familier plus large, où le rejet, la peur ou l’oppression deviennent un engagement habituel, un fardeau que nous nous habituons à porter.

Ainsi, la négativité devient un défaut émotionnel duquel il devient difficile d’échapper. Et comme il nous est familier, comme quelque chose qui nous appartient, nous nous y accrochons, recherchant cette négativité fut-ce en mode « pilote automatique », car sans elle nous nous sentons nus. En ce sens, vaincre l’auto-critique et avec elle l’auto-sabotage exige une grande prise de conscience de soi-même. Cela nécessite également de revoir de notre dialogue interne, de ce qui se passe, en nous et autour de nous.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

La psychologie de la superstition

La psychologie de la superstition accompagne l’Humanité depuis qu’elle est dotée de conscience. La superstition a toujours existé. D’ailleurs, chaque culture possède des superstitions différentes. Par exemple, dans certaines régions de Russie, briser un objet de vaisselle est de bonne augure. C’est comme si chaque croyance superstitieuse avait une sorte d’utilité dans la vie quotidienne.

Dans notre culture, nous avons de nombreuses superstitions latentes qui apparaissent de manière furtive. Nous connaissons tous quelqu’un qui nous rappelle toujours la malchance que nous apporte le fait de croiser un chat noir ou de briser un miroir. Il est paradoxal que les personnes superstitieuses, malgré le fait qu’il n’existe aucun argument logique ou scientifique qui le prouve, aient tendance à conditionner leur vie en fonction de leur superstition. Dans certains cas, il s’agit de petits gestes sans importance. Mais parfois, cela peut se transformer en vrais rituels.

Qu’est ce que la superstition ?

La superstition, c’est la croyance qu’il existe un lien entre des évènements alors qu’aucun argument logique ne le soutient. Par exemple, le fait d’avoir une patte de lapin comme porte-clefs apporte de la chance. Il n’existe aucune preuve, mais certaines personnes y croient. D’autres exemples de superstitions sont :

  • Faire un vœu lorsqu’on voit une étoile filante
  • Avoir un trèfle à quatre feuilles sur soit porte chance
  • Croiser les doigts lorsqu’on fait un vœu pour qu’il se réalise
  • Sortir de son lit avec le pied droit en premier en pensant que cela rendra notre journée plus simple
  • Penser que certains objets portent chance, tel que le fer à cheval

eveil tv astrologie

Normalement, les superstitions sont une manière d’attirer la chance ou d’éloigner la malchance. C’est une forme (supposée) d’attirer le succès ou d’éloigner l’échec. Nous pensons qu’ainsi, la vie sera plus facile et qu’elle nous apportera argent, amour ou succès. Bien qu’il existe une série de superstitions globales, chaque personne peut développer les siennes.

Quelle est l’origine de la psychologie de la superstition ?

Le principe à la base de la psychologie de la superstition est le conditionnement dit opérant, identifié par B.F Skinner. Il a commencé à travailler avec des pigeons. Quand ces animaux appuyaient sur un bouton situé à l’intérieur de leur cage, ils recevaient de la nourriture.

Avec le temps, ils ont « appris » que ce bouton leur permettait d’avoir accès à de la nourriture et ils l’ont associé à la sensation d’avoir faim. Plus tard, le système fut modifié. Ainsi, quand les pigeons exécutaient certains mouvements, ils recevaient leur récompense. Ils ont fini par développer des « comportements superstitieux » liés à leurs mouvements avec l’intention de recevoir leur nourriture.

Aussi, cela est très similaire a ce qui arrive chez les êtres humains. Une personne peut associer une conséquence positive ou négative à un comportement particulier. Si, par exemple, nous allons à un examen avec une chemise particulière et obtenons un bon résultat, il est possible que nous allions aux prochains examens avec le même chemise.

Il existe d’autres phénomènes qui favorisent la superstition, comme la prophétie autoréalisatrice ou le biais de confirmation. Ce biais oriente l’attention des personnes vers ces faits/évènements qui confirment l’hypothèse de départ, tout en ignorant ou en prêtant peu attention à ceux qui ne le font pas. Ainsi, si nous croyons qu’un chat noir amène la malchance et que nous en croisons un, il est facile de relier tous les évènements négatifs de la journée à la rencontre avec ce chat noir tout en associant les positifs à d’autres causes.

Problèmes de la psychologie de la superstition

En général, la superstition n’est pas un mal en soi. Elle représente simplement un ensemble de croyance qui sont dans notre esprit. Cependant, elle peut devenir un problème si elle atteint un certain niveau :

  • On peut en arriver à dépendre d’un objet ou d’une amulette au point de ne pas se sentir en sûr de soi sans
  • La superstition nous brouille la vue et l’oriente vers la croyance en des sciences ou méthodes peu fiables. Par exemple, l’horoscope
  • Notre rendement peut se voir affecté si nous ne nous adonnons pas à certains rituels au préalable

Tout cela fait accentue notre niveau d’anxiété et fait baisser la confiance que nous avons en nos propres capacités. Dépendre d’un objet ou d’un comportement à ce point dévalorise notre capacité à réussir les choses par nous-mêmes. C’est une façon subtile de nous démériter et de dévier ce mérite sur quelque chose qui en réalité n’y est pour rien.

Comment combatte la superstition ?

La meilleure façon de lutter contre la superstition consiste à utiliser le pouvoir de notre esprit. Adopter un regard critique sur les associations que nous établissons et avec lesquelles nous fonctionnons est une bonne manière de se protéger contre ce genre de convictions. La proactivité sélective limite la quantité d’idées qui nous gouvernent, de façon à ce qu’indirectement, nous soyons plus libres.

S’exposer à des situations dans lesquelles on peut se sentir sans défense car on ne porte pas ses amulettes est une bonne manière d’atténuer l’anxiété que cela génère. Finalement, la superstition n’est rien de plus qu’une croyance et non une loi de la nature. C’est aussi pour cela qu’il est important d’apprendre à contrôler son anxiété. Et cela non seulement dans les cas où on est superstitieux, mais aussi dans la vie en général.

Pour conclure, il est probable que la superstition – et donc la psychologie de la superstition – nous accompagne pour toujours. Ses bénéfices peuvent être variés : réduire les incertitudes ou augmenter la sensation de contrôle. Par contre, la partie négative apparaît lorsque cela nous limite ou génère en nous de l’anxiété.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

La Joie du Coeur n’est pas un paradigme existentiel

par Yvan Poirier

La conjoncture des événements qui se produisent en ce moment nous confronte à nos illusions, à tout ce qui est éphémère, afin de le transcender en Éternité.

Toutes les dimensions, tous les plans subtils et intermédiaires ainsi que toutes les lignes de temps convergent présentement vers le Point Zéro de notre Unification. La conscience ordinaire se dégage de ses mémoires existentielles, émotionnelles et séculaires, afin d’entrer en communion vibratoires avec la conscience de l’infini. Il s’agit en somme de cette conscience de l’IN(connu) que nous découvrons de plus en plus grâce à un lâcher- prise plus Évident que jamais.

La conscience de l’IN(connu) se veut libératrice et unificatrice afin que nous retrouvions enfin ce QUI nous sommes dans les profondeurs de notre multidimensionnalité et dans la révélation intime de notre Éternité. C’est ce que nous appelons l’Évidence qui ne peut être que reconnue à sa juste valeur vibratoire et en résonance avec l’infini. Cette réunification s’ajuste en fonction de ce que nous étions originellement avant notre création. Cette Réunion de notre Infinie Présence Éternelle nous permet de traverser les voiles du temps linéaire afin de nous orienter vibratoirement vers l’Ultra-temporalité des mondes, des plans subtils et intermédiaires ainsi que celle des dimensions que nous  redécouvrons.

eveil tv

Il est essentiel de prendre conscience qu’il n’y a plus rien à faire, ni à comprendre, ni à prier, ni à méditer, ni à croire, ni à réclamer, mais plutôt à continuer d’être dans l’Être afin de sortir de l’illusion de la personne. C’est dorénavant l’Intelligence de la Lumière qui se charge de nous aiguiller afin de nous aider à nous affranchir de l’éphémère.

Savoir Être cette Joie est bien au-delà des duels infernaux qui nous forcent à ne pas l’actualiser. Ce Savoir doit s’avérer instantané et effervescent, parce qu’il rend la conscience plus efficiente et plus Autonome. Ce savoir est issu du Coeur Vibral et de l’induction spontanée de l’Esprit qui permet d’accéder à l’IN(connu) qui est déjà en nous. Il s’agit de la Vie Intime de l’Impersonnalité située au Coeur du Coeur qui nous amène à vivre consciemment ce Savoir être sans que la personne/ego intervienne pour le saboter avec ses tergiversations, ses craintes et ses doutes.

La Joie du Coeur n’est pas un paradigme existentiel, mais bien l’immensité de l’Amour Indicible dont elle est issue sans condition préalable. C’est de cette façon que nous arrivons à vivre un Savoir instantané issu de cet IN(connu). Nous savons spontanément sans plus, parce que l’Essence même de l’Esprit Divin nous empêche de réfléchir.

Le prochain séminaire VIVRE SA VIE vous invite à retrouver dès à présent la Paix, la Joie et l’Amour indicibles, dans la simplicité de chaque petit moment de votre vie.

Avec tout mon Amour

Partagé par www.eveil.tv trouvé sur https://pressegalactique.com

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube