5 comportements à adopter pour aider une personne qui vient de perdre un être cher

Il y a des années, ma famille et moi avons déménagé dans une petite ville bucolique en Nouvelle-Zélande, où nous avons été immédiatement emmenés dans un groupe d’expatriés et de locaux. Nous nous sommes sentis profondément liés à cette communauté au moment où j’ai donné naissance à un beau petit garçon à l’hôpital local.

Quand notre fils avait trois mois, un médecin a entendu un souffle cardiaque. Vingt-quatre heures plus tard, il est mort.

Dans les jours et les semaines qui ont suivi, j’étais plongée dans une profonde tristesse pendant que je m’occupais des tâches de la vie de tous les jours: faire les courses, emmener nos autres enfants à l’école, faire les lessives habituelles.

Pendant ce temps, mes nouveaux amis ont gardé leurs distances. Ils ont pris grand soin de m’éviter: changement de trottoir, changement d’allée dans le supermarché en me voyant arriver.

Les invitations ont cessé de venir. Le téléphone est devenu silencieux. Mon deuil était marqué par un isolement plus profond que jamais.

Plus tard, beaucoup de ces gens se sont excusés. Ils m’ont dit qu’ils étaient terriblement tristes et angoissés par ce qui s’était passé, mais qu’ils ne savaient pas quoi dire. Ma perte était si grande que les mots semblaient inadéquats, voire pitoyables.

Ils n’ont rien dit, par peur de dire la mauvaise chose.

Que pouvez-vous dire ?

Bien que ce ne soit pas facile de répondre à cette question, une chose est certaine: c’est pire de ne rien dire que de dire la mauvaise chose. Voici des façons de répondre utilement aux personnes qui ont subi une perte énorme.

1. Gérez d’abord vos propres sentiments.

Lorsque nous apprenons qu’une catastrophe a frappé un être cher, nous ressentons d’abord un choc. Notre rythme cardiaque augmente, nos pensées s’accélèrent ou ralentissent, et nous pouvons ressentir des nausées ou des vertiges.

L’anxiété que nous ressentons est réelle et personnelle. Notre intuition cependant, est de l’ignorer, de trouver des moyens de l’engourdir ou de la minimiser. C’est une erreur.

Si nous gérons d’abord notre propre anxiété, nous serons dans une position beaucoup plus forte pour bien répondre à la personne la plus directement touchée. Faites les choses que vous savez faire pour gérer le stress. Une promenade dans les bois, la méditation ou du yoga, ou de parler à un ami de confiance peut aider.

2. Ensuite, concentrez-vous sur l’autre personne.

Rappelez-vous que l’isolement qu’ils éprouvent est presque aussi douloureux que le choc et la tristesse de la perte elle-même. Si vous les évitez parce que vous ne savez pas quoi dire, cet évitement ne sert que vos besoins.

Nos amis et nos proches ont besoin de notre réconfort, de notre soutien et de notre engagement pendant les moments de deuil.

Bien qu’il n’y ait pas de bonne chose à dire, il y a des choses à ne jamais dire. «Tout arrive pour une raison» ou «Je sais ce que tu ressens.» Comment savez-vous qu’il y a une raison à cela, et quelle différence cela ferait-il pour une personne en deuil, de toute façon? Et vous ne savez pas ce qu’ils ressentent.

3. Avouez que vous ne savez pas quoi dire.

C’est un bon début. Essayez quelque chose de simple qui brise la glace et commencez une conversation, ou au moins envoyez un message à l’autre personne pour lui dire qu’elle n’est pas seule.

« Je suis tellement désolé que tu traverses ça. J’aimerais pouvoir dire la chose parfaite, mais je sais qu’il n’existe aucun mot assez  adéquat pour décrire la situation. Je voulais juste que tu saches que je m’inquiète et que je suis ici avec toi.  »

4. Écoutez.

Si la personne est prête à parler, écoutez. C’est la chose la plus importante que vous puissiez faire.

Écoutez son histoire sans l’interrompre. Ne retournez pas la conversation avec des déclarations comme: «Je sais ce que tu traverses, mon chien est mort l’année dernière. »

Ne lui dites pas ce qu’ils devraient ressentir. Reconnaissez simplement leur douleur et écoutez ce que cela leur fait.

Nous gérons tous le choc et la détresse différemment. Certaines personnes sont en colère, tandis que d’autres semblent engourdies. D’autres encore se tournent vers l’humour de potence. Votre travail n’est pas de les corriger mais de leur donner l’espace nécessaire pour être ce qu’ils doivent être.

5. Au lieu de dire: «Dis-moi si je peux faire quelque chose», proposez de faire quelque chose de concret et de spécifique.

Prendre une tâche ordinaire est souvent le plus utile. Proposez d’aller faire des courses, de conduire les enfants quelque part, ou de cuisiner un repas ou deux. Demandez si vous pouvez appeler demain, ou s’ils veulent rester seuls pendant quelques jours.

Aujourd’hui, même si je me souviens de la perte de mon fils, je pense à la seule personne qui a vraiment été là pour me réconforter. Elle est arrivée chez moi avec une bouteille de brandy et a dit: «C’est le pire cauchemar de tout le monde. Je suis tellement, tellement désolée que cela soit arrivé. »

Puis nous nous sommes assises sur la pelouse et elle m’a versé un verre en écoutant tous les détails horribles.

Quand je regarde en arrière maintenant, je sens toujours à quel point son geste m’a aidé à traverser ces premiers jours de deuil. Elle n’a pas essayé de me consoler ou de donner un sens à ce qui est arrivé. Elle n’a même pas essayé de me réconforter. Sa simple présence a suffi à me réconforter.

Vous ne pouvez pas réparer ce qui s’est passé, mais vous pouvez vous asseoir avec quelqu’un, côte à côte, pour qu’il se sente moins seul. Cela exige seulement l’intention, une volonté de se sentir maladroit, et un cœur ouvert et à l’écoute. C’est le cadeau unique qui peut faire la différence.

Article inspiré de upliftconnect.com  Trouvé sur https://www.sain-et-naturel.com



Eveil Tv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *