Émodiversité : une variété d’émotions comme clé de la santé mentale

eveil tv

Dans la nature, plus il y a de diversité dans un écosystème, plus celui-ci est fort, riche et résistant. L’émodiversité suit ce même principe. Ainsi, plus notre palette d’émotions sera hétérogène, plus nous serons flexibles et forts. En effet, comprendre cet univers sans être seul dans les extrêmes, c’est investir dans sa santé. C’est gagner en intelligence et en maturité.

Comprendre ses émotions pour être plus fort

Si nous y réfléchissons bien, une idée qui est mise en avant par la société elle-même, en plus d’un grand nombre de livres d’aide personnelle, consiste à penser que pour atteindre le bien-être nous devons expérimenter exclusivement des émotions positives. Ceci nous emmène, presque sans nous en rendre compte, dans un voyage arthurien à la recherche de ce graal du bonheur ou l’on esquive toutes les couleurs comme la tristesse, la déception, la frustration ou la rage.

 

image pixabay www.eveil.tv

Ce que l’on oublie peut-être, c’est qu’il n’existe pas de meilleure stratégie que celle consistant à comprendre notre propre ennemi. Fuir les émotions négatives, c’est se bander les yeux. C’est comme se priver d’un apprentissage vital nous permettant de disposer de meilleures armes face à n’importe quelle circonstance. Parce que la vie, comme les émotions, est diverse et hautement complexe. Seuls ceux qui se permettent d’approfondir chaque sentiment et émotion pour les comprendre pourront s’adapter au mieux au va et vient du quotidien.

Nous avons été conditionnés pour croire que les sentiments négatifs sont un ennemi du bien-être. Pire encore, certains pensent que ceux qui passent de la joie à la colère, de la déception à l’illusion dans la même journée sont instables et même volubiles. C’est le moment de faire le point sur ces termes. Il faut introduire dans notre langage une idée essentielle pour la santé mentale : l’émodiversité.

« Je n’arrêterai pas de souligner l’importance d’apprendre à utiliser les émotions négatives pour ce qu’elles sont, un appel à l’action. »

-Tony Robbins-

 

Qu’est ce que l’émodiversité ?

L’émodiversité désigne notre capacité à ressentir et expérimenter une large gamme d’émotions. Plus nous ressentons d’émotions différentes, mieux c’est. Cette capacité, ou plutôt, le fait de se permettre de ressentir chaque sentiment sans le bloquer ou le nier, suppose un avantage adaptatif.  Ainsi, non seulement nous parvenons à être plus authentiques, mais cela nous permet également de compter sur davantage de ressources pour affronter les difficultés et améliorer notre santé mentale.

Cette idée n’est pas nouvelle. En 2012, une étude publiée par la revue Emotion a émis une conclusion qui fait réfléchir. Des chercheurs de l’Université de Queensland se sont demandés comment l’idée consistant à penser que le bonheur correspond aux émotions positives pouvait affecter les populations australienne et japonaise. Ce principe culturel pousse les populations à ne pas savoir comment gérer leur émotions négatives, et ainsi à fuir. La recherche du bonheur (de ce point de vue) génère tôt ou tard du malheur.

Démonter le mythe du bonheur

Pour apprendre à être heureux il faut, pour ainsi dire, appuyer sur le bouton qui redémarre notre disque dur mental. Effacer une grande partie de ce que nous savions jusque là. Un premier aspect que nous devons considérer est le suivant : les émotions négatives ne sont pas nuisibles. Toute émotion ressentie et acceptée est un engagement pris avec soi-même. Un engagement pour se comprendre, pour assumer la réalité et être responsable au moment de trouver des solutions ou de créer des changements.

Un deuxième aspect qu’il faut intégrer dans notre « programmation » interne, c’est que nous devons nous permettre d’expérimenter la plus grande quantité d’émotions possibles, et ainsi gagner en résistance émotionnelle, en santé mentale et en habilité psychologique. Celui qui se permet uniquement de ressentir les émotions positives manquera d’outils pour faire face aux difficultés et aux frustrations. D’autre part, celui qui ressent seulement les émotions négatives présente un risque plus grand de développer une dépression, des troubles de l’anxiété, etc.

En 2014, les universités de Yale, Pompeu Fabra de Barcelone et de Cambridge ont réalisé une large étude pour analyser les bénéfices de l’émodiversité. Cette dimension, comprise comme cette capacité de nous permettre d’expérimenter une ample gamme d’émotions, a un impact direct sur notre santé physique et émotionnelle.

Les responsables de cette étude ont remarqué que les personnes qui niaient les émotions négatives ou qui focalisaient leur vie sur cet état perpétuel de frustration, de découragement et de mauvaise humeur ne développaient pas seulement des troubles psychologiques, mais voyaient aussi leurs défenses immunitaires s’affaiblir.

Les émotions affectent notre qualité de vie et impactent notre santé de manière directe.

Prendre soin de notre écosystème émotionnel

Un écosystème émotionnel riche en sensations, où les émotions sont acceptées, qui soit nourri par des sentiments appréciés et vus comme de précieux apprentissages instaure un environnement psychologique plus fort et plus sage. Nous devons donc apprendre à prendre soin de notre émodiversité, et ce en étant sincères et courageux envers nous-mêmes.

La tristesse, la rage, la peur ou la déception ne sont pas des mauvaises herbes qu’il faut arracher. Ce ne sont pas ces graines de baobab que craignait le Petit Prince ; en effet, selon lui, elles feraient exploser sa petite planète. Les émotions considérées comme négatives combinées aux positives font ce que nous sommes. Nous ne pouvons pas agir comme des prédateurs occultant ou niant ce qui ne nous plaît pas.

Nous nous devons donc de conjuguer avec elles, de les manœuvrer, les transformer. Il nous faut comprendre que toute cette richesse de notre écosystème psychologique et émotionnel nous donne de précieux outils pour faire face l’adversité. Ainsi, nous pouvons mieux nous préparer pour atteindre une forme de bonheur réel.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

VOICI 5 ÉTAPES VERS LA LIBÉRATION TOTALE

eveil tv

par Dorian Vallet

1. L’INTENTION ET LE CHOIX

Tout part toujours d’une intention, qu’elle soit consciente ou inconsciente. La plus pure des intentions est celle qui émerge de la profondeur et jaillit de votre cœur.

Beaucoup d’entre Vous (âme) ont pris cet engagement de se Retrouver. C’est un engagement envers Vous-même.

Permettez-vous de déposer cela à travers la parole et l’écriture pour densifier la vibration de ce par quoi vous vous sentez appelé.

Ce n’est pas un engagement ou un choix mental. Vous savez au fond de vous si vous avez à cœur d’incarner l’Être Divin que Vous êtes ici et maintenant ou si ce n’est pas le juste moment.

2. LA DISSOLUTION ET L’EFFONDREMENT

Cela concerne à la fois votre vie, vos habitudes, mais aussi votre égo, vos ombres, etc. C’est tout ce que vous devez libérer, transmuter, laisser partir et qui entrave votre pleine Expression.

L’effondrement fait partie du processus. Laissez se déposer ce dont vous n’avez plus besoin ici et maintenant dans cet espace-temps, parce que votre vibration et votre engagement ont changé.

C’est une phase qui peut être plus ou moins longue dans cette période de libération des traumas, karmas, etc. Et cela peut aussi être extrêmement rapide.

3. DÉVELOPPEMENT DE LA PRÉSENCE

Vous ne pouvez pas déroger à cela. Tout fond dans la Présence.

Lorsque vous vous déposez dans cette Présence Absolue, alors rien ne peut plus avoir d’accroche.

développement personnel
image pixabay www..eveil.tv

Ce qui doit se révéler se révèle et ce qui doit se libérer se libère.La plupart des gens s’accrochent à l’ancien, aux acquis, aux objets, aux constructions, etc. Alors le nouveau ne peut se révéler et prendre toute la place.

C’est ce dont je vous parlais dans la vidéo sur la mort de la matrice 3D qui ne subsiste que parce que la majorité des gens la nourrissent encore.

Vous allez forcément passer par cette Conscience dans le Cœur, le ventre, les pieds et vous laisser vous incarner pleinement.

Beaucoup de personnes viennent me voir avec ce statut de victime qui subit la société, sa vie, les autres, etc. Elles croient que la Vie est contre elles.

Cultivez cette Présence et laissez fondre le reste.

4. LES ÉNERGIES CRISTALLINES ET CHRISTIQUES

Les énergies christiques sont cet Amour Universel qui n’appartient pas au monde 3D mais bien à la multidimensionnalité. En s’y reconnectant et en leur laissant de plus en plus de place, on se reconnecte à cet Amour véritable, à la mémoire cellulaire qui connait cela.

Les énergies cristallines sont celles qui permettent de se brancher à la 5e Dimension et de se libérer de toutes les entraves de la matrice. Elles permettent une élévation vibratoire sans précédent et de vivre l’éveil véritable ici sur Terre.

Ces énergies combinées permettent d’activer la magie dans votre vie et elles sont tellement accessibles dans cet espace-temps que ce serait dommage de ne pas en profiter à mon sens.

Les énergies cristallines permettent aussi de transmuter notre structure carbonée (lourde, 3D) en silice qui est la base du Cristal et de la conscience de 5e Dimension.

5. LIBÉRATION ET ACTIVATION DE L’ADN

L’ADN est un support d’information unique en son genre. Il peut stocker une quantité de données incroyable. Nous avons de multiples vibrations, connaissances, programmes dans l’ADN.

Beaucoup de ces potentiels sont endormis et d’autres programmations nous limitent fortement. C’est un des principes phares de la manipulation de la population humaine.

Source: https://terrecristalline.fr/

Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Ne laissez pas l’imprévu vous paralyser

eveil tv

Nous organisons tous nos vies dans un cadre sécurisant comme si nous avions activé le mode pilote automatique, jusqu’à ce qu’un jour, nous soyons confrontés à ces imprévus qui nous obligent à sortir de notre zone de confort. Nous n’avons alors pas d’autre choix que de désactiver le pilote automatique pour prendre nous-mêmes les commandes. 

Comment interpréter ces imprévus ?

Selon le regard que nous portons sur nos situations, nous pouvons par exemple voir les imprévus de la vie comme de simples événements aléatoires n’ayant aucune signification particulière. Dans ce cas, notre rôle serait d’éliminer les obstacles qui se posent en travers de notre chemin pour rétablir l’équilibre perdu, et les imprévus seraient alors de simples difficultés ou menaces contre lesquelles il faudrait se battre dans un univers hostile.

Nous pouvons également voir les imprévus comme des “maîtres” obéissant à un plan qui nous dépasse, dont le but serait de nous aider à grandir, apprendre et évoluer. Même si nous décidons de porter sur ces imprévus un regard aléatoire dépourvu de sens, nous pouvons également être réactifs, sans toutefois réfléchir sur les événements survenant dans notre sphère privée, mais en laissant notre égo répondre à des modèles de conduite automatiques, comme le conflit, le drame, la préoccupation, la dépression et l’angoisse.

On en déduit aisément que cette réactivité touche à son tour les zones réactives des personnes de notre entourage, ce qui provoque alors une réaction en chaîne chaotique, que certains appellent le karma. En revanche, si nous portions sur les imprévus un regard rempli de sens, nous ne les verrions plus comme des intrus mais plutôt comme des visiteurs inattendus mais bien intentionnés, qui dans un premier temps nous surprennent et nous perturbent, même si en notre for intérieur nous savons que nous pouvons leur faire confiance.

Ces regards que nous portons ont un effet à la fois apaisant et émouvant, car nous cessons d’être réactifs pour nous calmer et devenir des étudiants attentifs, avides d’apprendre sur nous-mêmes et sur nos possibilités de transformer les situations obscures en situations claires et limpides. Pour cela, nous remplaçons nos schémas réactifs par de nouvelles stratégies créatives, pour affronter les événements grâce à l’amour, la paix et l’union.

Conseils pour ne pas rester paralysé devant les imprévus

Notre tendance naturelle à la réactivité nous demande une certaine attention pour ne pas plonger dans le mélodrame et le chaos, car en un claquement de doigt l’imprévu peut prendre la forme d’un cauchemar.

Voici quelques astuces pour sortir de l’obscurité des imprévus :

  • eveil tv
  • www.eveil.tv
  • Respirez profondément : certes on vous l’a déjà répété maintes fois, mais c’est une technique qui fonctionne. Grâce au biofeedback, un message apaisant est envoyé au cerveau et se répercute sur tout notre organisme. Par ailleurs, cela permet de limiter et d’empêcher l’impulsivité et la réactivité qui se servent de nos modèles de conduite automatiques pour semer le trouble.

 

  • Demandez-vous quel est le sens de cet imprévu. Pour cela, analysez l’impact qu’il a sur vous, sur quel aspect de votre vie et pour quelle raison.

 

  • Observez votre esprit : quel dialogue interne s’active face à cette situation : autocritique ? jugement envers les autres ? peur ? Puis prenez conscience que vos pensées et vos émotions ne sont pas ancrées dans votre nature, elles surgissent à l’image des petits nuages passagers qui viennent cacher temporairement le soleil. N’oubliez jamais que vous êtes la lumière, fermez les yeux et connectez-vous à cette lumière.

 

  • Acceptez l’imprévu tel qu’il est, sans pour autant réagir de manière passive, mais en adoptant une attitude d’élève assidu, disposé à apprendre sur vous-même et à réagir en conséquence de manière proactive et sereine.

 

En temps d’imprévus, nous avons le pouvoir de transformer le monde simplement en laissant briller notre nature, qui est lumière et sagesse, en se mettant avec humilité au service de cette grande leçon qu’est la vie, pour notre bien personnel et celui des autres.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

QUE SE PASSE-T-IL QUAND ON MEURT ?

eveil tv

Que ressent-on quand on meurt ? Voilà une question que l’on est tous amené à se poser un jour ou l’autre. Heureusement, de nombreuses études portent sur le sujet et des expériences ont été faites, des témoignages ont été recueillis… On sait désormais ce qui arrive au corps et au cerveau à l’approche de la fin.

Un sujet peu joyeux il est vrai, et pourtant extrêmement intéressant. Qui n’a jamais voulu savoir ce que l’on ressent lorsque l’on meurt ? Est-il impossible d’en avoir la réponse ? Pas vraiment. Des études, des textes (comme How we Die de Sherwin Nuland) attestent des expériences vécues par des patients, des personnes âgées… Les témoignages ne concordent pas toujours, mais des points reviennent très souvent, si bien que l’on peut savoir ce qui arrive au corps et au cerveau à l’approche de la fin.

 

Ce que l’on ressent au niveau du corps quand on meurt

Sachez que la mort est avant tout un processus, pas un point fixe avant lequel il y aurait la vie et à partir duquel il n’y aurait rien. On parle par ailleurs de mort clinique et de mort biologique, pourquoi ? La mort clinique survient lorsque le cœur cesse de battre, que la circulation sanguine stoppe, et que votre respiration s’arrête. La mort biologique intervient 5 ou 6 minutes plus tard, lorsque toutes les cellules de votre corps cessent de fonctionner, cerveau inclus.

eveil tv
www.eveil.tv

Ceci est la définition de la mort d’un point de vue légal et purement scientifique. Mais qu’en est-il du processus, quand on sait que des chercheurs pensent pouvoir ramener à la vie des personnes en état de mort cérébrale ? Selon James Hallenbeck, spécialiste en soin palliatifs, les derniers jours passés sur Terre sont connus comme étant la phase de « mort active ». La personne concernée commence à perdre ses besoins naturels, dans cet ordre précis :

  1. On arrête d’avoir faim
  2. On arrête d’avoir soif
  3. On commence à ne plus pouvoir parler
  4. On commence à ne plus pouvoir voir
  5. On commence à ne plus pouvoir entendre
  6. On commence à ne plus pouvoir ressentir (le toucher)

Tout ceci s’accompagne d’effets que l’on peut qualifier de secondaires, ils surviennent dans un ordre non défini : dépression, anxiété, respiration affaiblie, fatigue extrême, confusion mentale, nausée, incontinence… Le cerveau préfère en fait sacrifier quelques fonctions non vitales dans le but de vous maintenir en vie. Vous serez alors trop faible pour tousser, avaler, et la respiration émet alors un son bien spécifique, le « râle d’agonie ».

Ce râle ne fait pas mal au mourant, mais les médecins sont encore incertains en ce qui concerne la souffrance ressentie lors de la mort (naturelle). Quoi qu’il en soit, le corps finit par lâcher, et le cerveau ne peut alors plus le « prendre en main ». Mais qu’arrive t-il à notre cerveau ?

Ce que l’on ressent au niveau du cerveau quand on meurt

Une fois le corps « perdu » par votre cerveau, ce dernier prépare votre conscience à ce qui va suivre. Des études montrent que plus une personne se trouve proche de la mort, plus elle la prend comme étant positive. Ceci peut s’expliquer par l’acceptation que l’on en fait au fur et à mesure qu’elle devient moins abstraite, et également par la présence de dernières pensées heureuses et calmes.

L’activité du cerveau est plus intense pour une personne sur le point de décéder. 88% des participants à une expérience scientifique conduite dans un hospice à New York ont indiqué avoir eu des visions ou des rêves qui semblaient plus réels qu’habituellement. Des personnes ont rêvé d’une réunion avec d’autres personnes déjà décédées, et d’autres ont imaginé voyager ailleurs. Enfin, d’autres personnes se sont remémorées des événements marquants de leur passé.

À la mort clinique, le cerveau relâche plus de substances neurochimiques qu’habituellement. C’est à ce moment précis que ces diverses expériences surviennent. Les personnes ayant eu une expérience de mort imminente rapportent le plus souvent avoir vécu l’une de ces choses :

  • Une sensation de conscience totale, rêvée, on a l’impression que tout va pour le mieux
  • Une « out of body experience », la personne a l’impression de flotter au dessus de son corps
  • La vie qui défile devant les yeux, ou plutôt des moments particulièrement marquants
  • Une réunion avec des êtres chers, parfois même des ancêtres que l’on a jamais vu
  • Une sensation absolue de calme et de repos, probablement due au surplus d’endorphine que le cerveau produit
  • La lumière au bout du tunnel, possiblement causée par votre système visuel qui devient trop sensible à la lumière

Il est à priori possible d’expérimenter seulement une de ces choses, ou plusieurs à la suite. Selon les survivants des expériences de mort imminente, ces choses rendent la mort acceptable. Nous ne saurons donc probablement jamais ce qu’il arrive après la mort, si quelque chose arrive, mais une chose est néanmoins certaine : votre cerveau tentera coûte-que-coûte de la rendre la plus confortable possible.

Source: https://www.papergeek.fr/

Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

LA VIE N’EST PAS STATIQUE

eveil tv

par Daniela

La Vie n’est pas statique, elle s’inscrit dans un mouvement continu et dans une

transformation permanente.

Plus nous allons désespérément nous attacher à des objets, à des principes, à

des habitudes, à des traditions qui nous donnent l’impression d’une sécurité et

d’une protections illusoires, plus nous allons souffrir.

Frédérique Eveil Tv
image pixabay wwww.eveil.tv

Chaque vague de la Vie sait où elle veut nous conduire, sait ce qu’elle veut

nous montrer, de quoi elle veut nous débarrasser, de quoi elle veut nous vider.

Laissons-nous tout simplement guider par cette Intelligence Extraordinaire qui

nous prend chaque jour par la main pour nous mener à l’Essentiel par la

simplicité,sans attachement, sans le ballast du mental et sans l’émotionnel

humain.

Dans ce voyage, il dépend de chacun de nous de ce qu’il est prêt à accepter, à

lâcher puis à abandonner sur sa route.

En fonction de tout cela, l’expérience peut devenir agréable, légère, ou pleine

de souffrances.

Faisons CONFIANCE à la Vie !

Source: la Presse Galactique Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Le phénomène du BOOM MYSTÉRIEUX se poursuit dans le monde entier sans aucune explication officielle

eveil tv

Le phénomène du boom mystérieux se poursuit dans le monde entier sans aucune explication officielle. Bien que ces incidents se produisent un peu partout dans le monde, les similitudes entre tous ces bruits et tremblements inexpliqués sont trop frappantes pour les ignorer. Plus frappant encore est le silence assourdissant des forces de l’ordre et des organismes gouvernementaux. S’agit-il simplement d’événements naturels sans lien entre eux ? Alors pourquoi cette augmentation soudaine et brutale de ces fréquences ?

Février a vu des villes partout en Amérique du Nord secouées par de puissantes et mystérieuses explosions sonores. Le phénomène s’est poursuivi cette semaine alors que des villes de la Caroline du Sud, de l’Arkansas, du Kentucky et de l’Angleterre ont été secouées par un boom inconnu. Tout a commencé le 18 février lorsque les habitants de Charleston, en Caroline du Sud, ont senti le sol trembler et ont entendu un puissant boom. Les géologues du Collège de Charleston ont dit que le bruit était probablement un bang sonique. La région abrite la Joint Base Charleston, un complexe militaire qui abrite des unités de toutes les branches de l’armée.

Le lendemain, les habitants de Nottingham, en Angleterre, ont rapporté une « explosion » nocturne à des kilomètres à la ronde. Des résidents inquiets ont décrit le bruit comme » l’explosion d’une bombe » et ont soupçonné la présence d’une météorite ou d’un engin explosif. Louise Hunt, de St. Ann’s, a déclaré que le bruit était trop puissant pour avoir été d’origine terrestre et croit que cela venait de l’espace :

« C’était comme une grosse explosion, j’ai écrit sur Facebook et quelques uns de mes amis m’ont répondu qu’ils l’avaient entendu aussi. C’était vraiment étrange, car nous n’avons pas entendu de sirènes par la suite, puis mon partenaire m’a suggéré qu’il pourrait s’agir d’une météorite qui a explosé quelque part dans l’atmosphère. »

image pixabay www.eveil.tv

Lorsqu’on a demandé des commentaires aux policiers du Nottinghamshire, ils ont simplement haussé les épaules et ont dit qu’ils n’avaient « reçu aucun rapport » et sont probablement retournés à leurs mots croisés.De retour aux États-Unis, une autre série de boums d’une intensité terrifiante a fait trembler Fort Knox, au Kentucky, le 22 février – bien que ceux-ci semblent avoir une explication. Le Détachement des Marines de l’armée américaine a organisé cette semaine un entraînement aux chars d’assaut, créant des barrages flottants assez bruyants pour être entendus à 30 milles de distance. Alors que les résidents de Fort Knox sont habitués aux bruits forts générés par les exercices militaires, les résidents des environs disent que les bruits ne se déplacent généralement pas si loin. Pourquoi ce changement soudain ?

Le mois des booms mystère s’est poursuivi dans les villes de Ward et Beebe, en Arkansas, où les habitants ont entendu une explosion forte et inexpliquée le 24 février. Les forces de police locales ont reconnu le phénomène mais ont demandé aux résidents de ne pas les appeler à moins qu’il n’y ait une  » vraie  » urgence.

Pendant ce temps, les habitants de l’est du Tennessee continuent d’être terrifiés par des booms inexpliqués qui ont recommencé dans leur ville. L’Agence de gestion des urgences de Morristown-Hamblen tente de rassurer les résidents en leur disant de rester calmes et qu’elle a transmis des rapports locaux aux organismes de sécurité de l’État.

Chaque semaine, je fais un tour d’horizon des boums-mystères de la semaine, et chaque semaine, je me demande ce qu’il y a derrière le phénomène. Il y a beaucoup trop d’incidents identiques qui se répètent pour que ce ne soit qu’une coïncidence. Quelqu’un sait quelque chose que le public ignore.

Peut-être s’agit-il simplement de phénomènes naturels insignifiants et sans lien entre eux. Mon obsession pour ces booms est-elle un exemple de l’effet Baader-Meinhof où les individus remarquent d’abord un phénomène ou une occurrence pour ensuite voir le même phénomène partout ? Si seulement j’entendais ces bruits,  je le penserais, mais le fait qu’ils reçoivent l’attention, du-moins sur les médias locaux, montre que le phénomène a été entendu et ressenti par des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes dans le monde. Quelle est la cause de ces boums mystérieux ?…

Source: https://galacticconnection.com/

Traduction la Presse Galactique

Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Méditer pour élever votre taux vibratoire

Eveil tv

 

 

La méditation est un outil très utile pour qui désire élever son taux vibratoire. Il n’y a pas une technique unique pour méditer et augmenter son taux vibratoire. C’est plutôt un concept à comprendre, un principe à saisir pour l’appliquer et pour diriger son travail méditatif dans le bon sens. Vous aussi, vous pourrez bientôt méditer et élever votre taux vibratoire.

Taux vibratoire et méditation

Comment élever son taux vibratoire

Notre taux vibratoire s’élève à mesure que l’on devient conscient du monde, que l’on s’ouvre à lui et que l’on affine notre perception de ce qui nous entoure, de ce qui existe plus ou moins loin de nous. Il nous faut devenir de plus en plus conscient et toujours chercher à déceler de plus en plus précisément ces éléments qui ne font tout d’abord que nous effleurer. Lorsqu’on les perçoit dans toute leur puissance malgré leur apparente légèreté, on a alors élevé son taux vibratoire, on a affiné nettement l’énergie que l’on diffuse.

eveil tv
image pixabay www.eveil.tv




Il faut aussi chercher à nous débarrasser des éléments négatifs nous empêchant d’avancer. En ne nous focalisant plus sur les seuls parties négatives de ce qui nous entoure, nous nous ouvrons à la lumière de chaque chose, à l’énergie positive qui peut alors venir nous enrichir et nous élever à notre tour.

Méditer pour élever son taux vibratoire

Méditer pour élever son taux vibratoire demande donc un travail conscient d’affinage de ses perceptions. Il faut en permanence chercher à percer à jour ce qui repose dans l’ombre. En le portant ainsi à la lumière de notre être, il est possible de s’en enrichir, sans jamais rien ôter de leur beauté, de leur richesse à ces objets de l’esprit que l’on observe et découvre. Il faut également chercher à rendre toujours plus fortes les impressions ténues que l’on ressent à peine. On affine alors son être, sa capacité de sensations. D’un être brut, lourdaud, l’on peut devenir un être de plus en plus raffiné, sans rien sacrifier de sa force, de sa puissance, en sachant simplement bien mieux les maîtriser et les diriger pour en faire des outils toujours plus efficaces.




En méditant, il nous faut découvrir par un long travail de recherche en soi ce que sont les boulets que l’on a attachés à ses pieds. Il faut s’assurer de ne jamais être entraîné vers le fond par des poids qui n’ont pas de raisons d’être. Ce sont souvent des jugements que l’on porte, des ennemis que l’on se crée que viennent les difficultés. À nous de ne pas nous alourdir inutilement, de savoir traverser l’existence en se consacrant plus à la découverte qu’à la critique. Cela, la méditation peut nous l’apprendre en nous montrant les causes de toute chose, en faisant de nous des êtres capables de déceler ce que d’autres ne peuvent seulement imaginer.

Vous pouvez, si vous le voulez, appliquer une technique tout simple.

  1. Imaginez une lumière pure, aussi pure que vous pouvez le concevoir.
  2. Laissez-la entrer en vous, visualisez cette lumière avec autant de réalité que possible. Efforcez-vous de la créer, de lui donner vie, de ne plus seulement l’imaginer. Lorsqu’elle entre en vous, par la tête, la lumière vous purifie. Elle ne se charge pas de vos basses vibrations, elle est trop pure pour cela, mais elle vous débarrasse des vôtres.
  3. Laissez cette lumière descendre, ressentez la bienveillance en elle à votre égard. Voyez comme elle se diffuse à travers votre être et en dépasse les frontières, parce qu’elle rayonne pour l’instant bien plus que vous ne le pouvez.
  4. Lorsque vous êtes empli de lumière, profitez de sa chaleur, de sa pureté aussi longtemps que vous le pouvez.
  5. Lorsque vous sentez qu’elle vous fuit, prenez le temps de l’accompagner, de la faire sortir en douceur, en vous sentant plein d’énergie, de sensations nouvelles, fines, précieuses.

Méditer pour élever son taux vibratoire est simple, mais long, parce qu’il faut s’appliquer à exercer un être qui n’est tout d’abord que fruste, maladroit, grossier dans ses manières. Puis à mesure que l’on travaille, l’on découvre ce qu’il est possible d’atteindre, et l’on ne peut que s’en inspirer.

Lien pour des méditations guidées

 

JOIE DE VIVRE, S’INSPIRER DES ENFANTS

Eveil Tv

Les enfants escaladent les arbres, sautent dans des flaques d’ eau, sont plein de spontanéité et d’ insouciance… Essayons de nous inspirer d’ eux, cela nous fera le plusgrand bien.

Les enfants sont plus courageux et entreprenants que nous, et en plus, ils savent communiquer
avec les autres et déléguer les corvées ! Pour leur plus grand bonheur, les enfants viventl’ instant présent, ne pensent ni au passé ni à l’avenir. Si nous pouvions conserver toute notre
vie cette légèreté de l’ enfance, nous serions heureux, plus décontractés, moins stressés.

Quoique… Nous avons également besoin de sérieux et de sens des réalités.
Sans retomber dans l’ enfance, nous pouvons tout de même reprendre à notre compte quelques points forts des jeunes enfants pour plus de bien-être!

  •     Ils rient le plus souvent possible 


Les enfants rient environ 400 fois par jour , tandis que nous, les adultes , seulement en moyenne 15 fois …
Pour cette raison, les enfants sont de meilleure humeur, plus optimiste et en meilleure forme.

Comment s’ en inspirer ?

 Faites vous contaminer consciemment. Regardez plus de comédies, entourez-vous de personnes  gaies qui voient la vie du bon côté. C’ est contagieux.

  •     Ils ont une capacité à s’ étonner des choses 


Il est rare de voir un adulte ouvrir grand les yeux et la bouche par respect et/ou par étonnement comme le font les enfants face à quelque chose qui les impressionne.

Pourtant, associer une attitude imperturbable à l’expérience, au savoir et au savoir-faire est un tort! Les personnes qui paraissent trop sérieuses ne sont pas intelligentes, mais blasées. A l’ inverse,  les hommes et les femmes très instruits et cultivés comme les  chercheurs, ou , tout simplement ceux qui ont une passion sont capables de s’ étonner avec respect.
Or, le fait de s’étonner rend enthousiaste et plus heureux.

image pixabay www.eveil.tv

Comment s’ en inspirer ?

Essayez de trouver des réponses aux interrogations des enfants et, surtout, posez-vous
des questions sur des choses qui vous paraissent aller de soi, comme ouvrir les yeux et
redécouvrir les merveilles de la nature.

  •    Ils se moquent de la valeur matérielle


Les enfants n’ accordent pas d’importance au prix ou à l’ apparence d’un objet.
La preuve, essayez de remplacer leur nounours sans œil ou sans oreille par un jouet
flambant neuf … Un enfant mise sur des objets qui l’ ont rendu heureux dans le passé,
qu’ il affectionne, et peu importe s’ ils sont abîmés !

Comment s’ en inspirer ?

En tant qu’ adulte, il nous est impossible d’ignorer la pression sociale autour des biens
matériels.
Par ailleurs, il est satisfaisant de pouvoir s’ acheter de beaux objets. Mais se souvenir de
ce qui est réellement important permet de prendre un peu de distance avec la valeur des
choses et les biens de consommation. De temps en temps, cela fait du bien !

  •     Ils savent être insouciants 
 
Bien sûr, un enfant peut être préoccupé, triste, de faire du souci : mais quelques instants
 après,il est capable de penser à autre chose et de retrouver son insouciance. La vie n’ a
jamais autant de simplicité que pendant l’ enfance !
Comment s’ en inspirer?
 
Interrogez-vous régulièrement sur l’importance des problèmes qui vous tourmentent.
 Cela vous permettra, dans la grande majorité des cas, de vous rendre compte à quel
point ce qui nous enlève notre insouciance s’avère, en réalité, le plus souvent parfaitement
 insignifiant !
  •  Ils prennent le temps de l’ observation.

 

Comment fait l’ araignée pour tisser sa toile ? Comment le chien trouve-t-il un objet
caché? Un enfant sait répondre à ce genre de questions, mais aussi à d’autres, car il observe
 de la même  façon le comportement des humains et questionne: » Pourquoi tu pleures? » ou
 « pourquoi dis tu que ce monsieur est handicapé?

Comment s’en inspirer?

Observer, se poser des questions est une attitude qui nous permet, nous, adultes de mieux
comprendre les réactions des autres et de réajuster notre comportement. Quand on observe
bien et que l’on pose des questions directes, nous évitons malentendus, vexations, silences …

  • Ils arrivent vraiment à se concentrer 
 
Souvent, les enfants sont tellement plongés dans leur activité qu’ils oublient tout ce
qui est autour d’eux, ce qui provoque une sensation (et plus tard des souvenirs) d’un
 bonheur profond.
Comment s’ en inspirer?
 
L’ immersion totale dans une activité n’est possible que si elle nous plait.Pour y arriver,
oubliez la capacité trop souvent valorisée de faire plusieurs choses à la fois! elle ne mène
qu’au stress et à la médiocrité.
Si vous voulez accomplir une chose à la perfection, accordez-lui toute votre attention et
donnez-vous tous les moyens pour réussir! vous en retirerez alors de la satisfaction et une
profonde sensation de bonheur.

  • Ils font preuve d’un peu d’égoïsme
Les enfants demandent sans hésitation, et sans mauvaise conscience :  » Tu peux lacer
mes chaussures ? Tu peux m’ouvrir le paquet de biscuits ? » Ils acceptent des cadeaux
sans se sentir aucunement obligés de rendre la pareille et ils se réjouissent sans vergogne
de leurs succès, de leurs progrès et du moindre compliment.
Comment s’ en inspirer ?
 
Si l’ on vous complimente sue votre  tenue, ne répondez pas :  » Elle est toute vieille ».
Dites plutôt:  » Merci, je l’aime beaucoup » et faites ,vous aussi, des compliments: en se
réjouissant du bonheur des autres,  et en le montrant, on augmente la probabilité que les autres réagissent de la même façon devant nos réussites.
  • Ils vont vers les autres et font le premier pas sans hésiter 
Nous remarquons immédiatement le nouveau venu asiatique à la maternelle. Nous
nous demandons alors : sait-il parler français ? Pourra-t-il jouer avec notre enfant ? Les
enfants, eux, haussent les épaules quand on leur demande s’ils ont remarqué quelque chose
de particulier chez le nouveau venu. De leur point de vue, chaque enfant est un camarade
de jeux potentiel, et il ira lui demander de jouer avec lui.
Comment s’ en inspirer?
 
Beaucoup d’adultes partent de l’idée qu’ils ne sont pas assez intéressants pour aller vers les
 autres, ce qui les empêche d’ être décontractés et plus confiants dans leurs démarches.
Pourquoi ne pas oser une tentative d’ approche ? Si l’ autre n’ est pas intéressé, tant pis
pour lui. A l’ inverse, beaucoup partent de l’ idée que si l’ autre est différent, c’ est qu’il
est inintéressant.  Pourquoi ne pas oser une tentative d’ approche ? Vous pourriez être
surpris de ce que peut vous apporter l’ autre en termes de richesse intérieure et de
chaleur humaine.
  •  Ils pardonnent facilement 
Les enfants ne sont pas rancuniers. Capables de se disputer, de se bagarrer, ils se
réconcilient quelques instants après. Sans ressasser par la suite de vieilles histoires.
Comment s’ en inspirer ?
 
La rancœur empoisonne la vie sans apporter la moindre solution! Or, notre rancœur est
la conséquence en même temps que le fruit de notre réaction.
Soit, nous rendons l’autre responsable d’un fait, soit nous allons essayer de comprendre la
situation qui l’ a poussé à se comporter de façon si déplaisante. Essayer de comprendre les
réactions de quelqu’un permet de lui pardonner.
  • Ils ne se découragent pas après l’échec 

Avant de faire ses premiers pas , un enfant tombe en moyenne 500 fois ! Et même s’ il

pleure, il n’ abandonne jamais. Il apprend de ses erreurs et ne se décourage pas. Sinon,
il ne ferait pas de progrès.
Comment s’ en inspirer ?
 
Imaginez votre réussite ainsi que ce que vous allez ressentir après avoir surmonté tous
les obstacles. La fierté, l’ euphorie et le bonheur méritent bien une deuxième tentative !
Si vous continuez à douter, établissez une liste avec tout ce que vous avez réussi jusqu’à
présent dans la vie: cela augmente l’estime de soi et encourage à continuer !
 
 
                                   Nous ne sommes que de grands enfants 

Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Le couple est peu à peu devenu une « prison de haute sécurité »

par Hervé Bijaoui

Salut à tous chers Âme-is de Lumière!

Le 14 février nous célébrons habituellement la fête des Amoureux, celle du couple. Vous me direz que c’est une bien belle journée et elle l’est à maints égards, car le mot « Amour » porte par essence la vibration d’unité et de joie qui a présidé à la Création depuis la Source Une de tout ce qui Est. Cependant… les filtres humains liés à l’expérience de la dualité et l’illusion de la séparation ont fortement teinté et dénaturé cet « Amour Divin » pour laisser de plus en plus la place à ce qu’on pourrait appeler « la peur »…

Le jeu auquel nous avons accepter de jouer à travers ce cheminement terrestre nous a permis de faire l’expérience de nous « couper » artificiellement et temporairement de la Conscience Unifiée de la Source et donc de cet Amour Divin dans lequel d’autres parts de nous (notre Soi, notre Âme) sont toujours restées. Ayant créé et entretenu la croyance que nous étions séparés de La Source d’Amour Universelle, nous avons alors progressivement créé des mécanismes de compensation afin d’être sûrs de toujours « recevoir » un peu de cet Amour.

Notre plus grande peur (et illusion à la fois) étant de ne plus être « Amour », de ne plus être dans l’Amour de La Source, un des stratagèmes de survie que nous avons développé a été d’aller chercher cette source d’amour à l’extérieur de nous à travers la relation à l’autre et notamment la relation de « couple ». Par les liens émotionnels et charnels qu’elle génère « naturellement » cette relation de couple est devenue progressivement l’espace idéal pour combler ce manque d’amour dont nous souffrions en apparence et ainsi retrouver la trace de ce bonheur ineffable présent en nous-même et dont les voiles de la dualité nous ont fait perdre la trace… Nous avons alors mis en place des contrats, des règles, des obligations individuelles, collectives, de manière orale ou écrite afin que cette source d’amour extérieur soit durable et puisse combler le plus longtemps possible cette peur « illusoire » mais si fortement ancrée en nous.

C’est ainsi que le couple est peu à peu devenu une « prison de haute sécurité » pour ces parts de nous en détresse. Des vies et des vies durant, nous avons entretenu cette peur à travers des mécanismes de sécurité comme le « mariage » qui bien qu’étant à l’origine une cérémonie sacrée célébrant l’Union du Divin à travers deux êtres, est devenu le symbole de cette enfermement séculaire dans une conscience de dualité et de peur, se manifestant dans le besoin d’une « promesse » et d’un « engagement » à nous combler mutuellement de ce manque d’Amour dans lequel nous avons cru être. C’est dans ce champ de conscience que sont nés tous les mécanismes d’attachement, d’exclusivité, de possessivité, d’attente, de demande… Le « partenaire de couple » est alors devenu le garant de notre bonheur, de notre bien-être car nous lui avons donné le pouvoir et la lourde charge de nous offrir cet Amour dont nous avions oublié qu’il était déjà ce que nous Sommes de toute éternité…

image pixabay

Alors qu’en est-t-il aujourd’hui? A l’heure ou plus que jamais est cultivé et diffusé un peu partout cette croyance en un bonheur qui serait généré par un Amour « extérieur » à nous-même? C’est cette question que je vous invite à vous poser aujourd’hui, non pas pour avoir votre réponse, mais pour que vous puissiez être à l’écoute de votre Âme et recevoir votre propre réponse, depuis votre temple intérieur, en toute transparence et sincérité avec vous-même. Est-ce que votre couple est source de joie, de paix, d’harmonie, et surtout… de liberté? Vous sentez-vous réellement libre dans ce couple? Libre… libre d’Aimer! Libre de pouvoir se dire « merci pour cette Amour que nous partageons dans ce couple que nous formons, je nous aime et suis heureux que nous cheminions ensemble » mais également libre de pouvoir se dire le moment venu « merci pour cet Amour que nous avons partagé dans ce couple, je nous aime et je suis heureux que nous cheminions chacun de notre côté ».

Il n’y a pas d’Amour sans liberté, aujourd’hui encore la grande majorité des relations de couple est basée sur la peur, l’attachement, les habitudes…. Mais l’Amour mes Amis, ne connaît ni peur, ni attachement, ni habitude, l’Amour est par Essence joie, liberté et spontanéité, il ne connaît aucune exclusivité ni hiérarchie… L’Amour est partout, tout le temps et lorsque nous le recontactons à l’intérieur de nous, nous redevenons libre de le vivre pleinement quel que soit le contexte : avec nous-même dans notre intériorité sans avoir besoin d’être « en couple », avec une autre étincelle de vie ou autre… Et ce sans la moindre obligation, sans le moindre « contrat » mais simplement dans cette joie, cette résonance, cette évidence de l’instant présent qui se moque bien de savoir si elle peut durer une heure, un jour, un mois, un an, une vie…

Alors pour cette période de Saint-Valentin 2019, je nous souhaite à tous d’incarner et de vivre pleinement cet Amour, d’accueillir avec douceur et bienveillance envers nous-même tous ces mécanismes, mémoires et reliquats de peur qui pourraient encore se vivre dans notre couple, qu’il soit intérieur ou extérieur et de lâcher avec amour ces vieilles programmations qui ont joué leur rôle mais qui ne peuvent plus embarquer avec nous dans ce nouveau voyage, cette nouvelle aventure de retour à la Conscience d’Unité que le Divin nous offre de vivre aujourd’hui. Je nous souhaite à tous de nous vivre toujours plus depuis l’Espace de notre Cœur, dans la résonance de l’instant, libre des attachements, des contraintes, des obligations, des habitudes que nous nous sommes trop souvent créés et qui ne reflètent pas la réalité de ce que nous Sommes : des électrons libres d’Amour, de Joie, de Paix, d’Unité issus du Grand Noyau de Vie qui en est la Source Infinie et Éternelle…

Chers Frères et Sœurs, recevez tout mon Amour et ma Gratitude en ce jour, soyez bénis dans la Lumière de l’UN.

De Cœur à Cœur, d’Âme à Âme 
Hervé Bijaoui https://www.leretouralame.com/

Trouvé sur laPresseGalactique.org Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Le langage corporel de la peur

Le langage corporel de la peur se manifeste d’abord dans les micro-expressions faciales. Des sourcils légèrement relevés, un front tendu et une bouche entrouverte sont des signes indubitables que la peur s’est emparée d’une personne.

Bien que la peur soit normale et parfaitement légitime, il y a des situations où son externalisation n’est pas dans notre meilleur intérêt. Un entretien d’embauche, par exemple, ou une exposition publique, voire un procès. Malheureusement, ou heureusement, il existe un langage corporel de la peur qui raconte souvent l’histoire de ce qui se passe en nous.

Bien qu’il n’existe pas de dictionnaire pour interpréter le langage corporel de la peur, nous sommes tous équipés d’une sorte de radar qui nous permet de lire ses signaux. Ce n’est pas une interprétation rationnelle de l’ensemble. Nous sentons simplement que quelqu’un a peur et agit inconsciemment en conséquence. C’est-à-dire, nous nous méfions de ceux qui se méfient d’eux-mêmes ou nous avons un sentiment de plus grande puissance quand nous percevons la vulnérabilité de l’autre.

Il est important de connaître le langage corporel de la peur. Si nous en maîtrisons les manifestations, nous pouvons alors avoir un peu plus de contrôle sur celui-ci. En principe, nous obtenons deux avantages : le premier est de capturer la peur des autres, même s’ils ne l’expriment pas ouvertement. Et deuxièmement, gérer notre propre attitude et notre posture de manière à ne pas permettre que la peur se projette, si nous ne le souhaitons pas. Nous allons désormais vous présenter les principales clés de ce langage.

« Le timide a peur avant le danger, le lâche au milieu du danger, le courageux après le danger. »

-Jean-Paul Richter-

Eveil Tv
Reconnaître les Peurs

Les micro-expressions de notre visage

Le visage est peut-être l’élément le plus bavard du langage corporel de la peur. C’est dans le visage que la peur se reflète d’abord. Parfois le geste est très évident, d’autres fois caché, mais il se produit. D’autre part, le fait qu’elle soit plus ou moins évidente dépend dans de nombreux cas de l’intensité de l’émotion.

Quoi qu’il en soit, il y a des gestes qui sont assez faciles à identifier. Le premier consiste à lever un peu les sourcils, tandis que l’espace entre les sourcils reste tendu. Si la peur suit la surprise, le mouvement des sourcils sera plus évident. S’il s’agit d’une situation qui engendre la peur, mais dans laquelle il n’y a pas de surprise, la tension entre les sourcils prévaudra.

Les paupières inférieures sont généralement tendues. De même, la bouche s’entrouvrira un peu, mais les coins des lèvres seront rejetés en arrière. En général, c’est comme si tout le visage était contracté à l’envers. Comme s’il y avait quelque chose qui tire sur le visage, alors même qu’il y a une résistance à cette traction.

image pixabay

La posture et le langage corporel de la peur

La posture est également un élément très important du langage corporel de la peur. En général, lorsque nous avons peur, nos muscles se contractent et nous adoptons des postures dans lesquelles nos organes vitaux sont protégés. La première chose qui arrive, c’est que nous nous abaissons ou que nous nous taisons (nous prenons moins de place). C’est une expression qui dénote un désir de se réfugier en soi pour se protéger.

L’insécurité, la nervosité et l’anxiété sont des manifestations de la peur. Ces trois états sont généralement révélés lors de mouvements rapides ou compulsifs. Une personne qui a de la difficulté à rester immobile est une personne qui n’est pas calme. Lorsque la peur est très forte, les mouvements sont également susceptibles d’être plus abrupts ou maladroits.

De la même façon, il est courant pour quelqu’un qui a peur de croiser les bras. Ce geste est un signe de défense. La personne génère une sorte de barrière qui la protège et la sépare du monde. Cette barrière peut aussi être une manifestation du désir de préserver les siens, de rejeter ce qui n’est pas à soi.

Les autres gestes qui trahissent la peur

Il y a d’autres gestes et expressions qui font partie du langage corporel de la peur. Par exemple, le regard. La nervosité rend le regard évasif, tandis que la fréquence des clignotements augmente. Mais si une personne ressent de la peur, pure et dure, elle laisse généralement ses yeux immobiles, fixe son regard et cligne à peine des yeux. C’est un mécanisme activé par la peur. Le but étant de garder un œil sur la menace.

D’autre part, les mains font aussi partie de la communication et expriment des émotions. La peur ne fait pas exception à cette règle. Lorsqu’une personne ressent de la peur, elle se tord et entrelace souvent les mains. Il est également fréquent que les poings soient fermés ou que les mains soient cachées. Ne pas laisser voir les extrémités est un acte instinctif de défense, car elles sont une cible commune d’attaques dans le monde animal.

En général, lorsqu’une personne a peur, elle a tendance à avoir des mouvements courts, rapides et erratiques. Et quand quelqu’un est franchement terrifié, c’est le contraire qui se produit : il est paralysé. Dans le premier cas, la personne ne reste pas immobile ; dans le second, elle reste très statique, le corps rétréci et penché vers l’avant. C’est ainsi que se manifeste le langage corporel de la peur.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube