7 croyances qui limitent la croissance personnelle

Il existe un dicton populaire que nous entendons constamment, il dit « tout est dans la tête ». Bien que cela soit la vérité, il semblerait que nous perdions de vue la grande vérité qui s’y cache : les pensées gouvernent notre vie, pour le bien et pour le mal. En fait, de nombreuses croyances limitent la croissance personnelle et nous finissons finalement par les accepter.

Il y a un exemple qui montre cela de façon très claire. Supposons que quelqu’un croit aveuglément en un porte-bonheur. Lorsqu’un jour il le perd, il sent qu’à partir de là tout va mal. Cela signifie-t-il qu’un collier ou un bracelet par exemple ont le pouvoir de déterminer la vie ? Si nous y réfléchissons à un niveau rationnel, la réponse serait non, mais ceux qui y croient n’en douteraient pas une seconde.

Vu de l’extérieur, on voit clairement que ce type de croyances limite la croissance personnelle. Mais pour ceux qui ont ce type de convictions ce n’est pas le cas. Aussi, nombreuses sont les personnes qui ne croient pas en ce collier mais en des idées qui ont le même effet que le porte-bonheur. Voici les 7 cas.

« Croire est plus facile que de penser. Ceci est la raison pour laquelle il existe plus de croyants. »

-Anonyme-

1. Le manque ou la déficience, une des croyances qui limitent la croissance personnelle

Ceci est l’une des croyances qui limitent la croissance personnelle car elle base tout sur quelque chose qui n’est pas. Cette croyance est typique des personnes qui se disent personnellement qu’elles ne sont pas suffisamment belles ou intelligentes ou riches, ou une quelconque autre réflexion. Ces personnes pensent que cette déficience est ce qui empêche leur bonheur.

Il s’agit d’une croyance clairement erronée. Elle remplit la fonction de dévier l’attention du véritable problème : ne pas s’accepter comme on est. En fait, avoir quelque chose en excès ne garantit le bonheur à personne. De plu

2. Penser qu’il est mieux de ne pas ressentir

Expérimenter une forte souffrance laisse toujours des marques. En revanche, ces marques se convertissent en véritable stigmatisation chez certaines personnes. L’unique chose qu’elles désirent est de ne plus souffrir et de ne plus non plus expérimenter la douleur. Leur désir est si fort qu’elles finissent par prendre une décision drastique : « Cesser de ressentir ».

Bien entendu, cela est impossible. Ce qui se déroule cependant est qu’elles inhibent leurs sentiments à un point tellement élevé, que c’est comme si elles ne les expérimentaient pas. En revanche, cela les prive également de nombreuses expériences merveilleuses et cela les empêche d’apprendre à affronter les souffrances qui tôt ou tard apparaîtront dans leur vie.

3. Supposer qu’être meilleur que les autres rend heureux

Dans ce cas, les autres sont de simples points de référence pour la personne en question. Un moyen de mesure notre ego. Si nous les dépassons, nous nous sentirons satisfaits. Si nous ne le faisons pas, nous expérimenterons de la frustration et de l’irritation.

Ceci est l’une des croyances qui limitent la croissance personnelle car cela nous mène à voir notre relation avec les autres comme une compétition. Personne n’est meilleur ou pire qu’un autre. Une personne peut simplement agir de manière plus ou moins adéquate, c’est l’une des circonstances spécifiques.

4. Croire que notre vie est plus difficile que celle des autres

Cette croyance est également connue sous le terme de « victimisation ». Il s’agit d’une croyance illusoire qui mène à croire que nous sommes toujours dans une situation pire que celle des autres et que nous sommes les seuls à souffrir autant ou à avoir autant de problèmes.

 

Il s’agit d’une croyance égocentrique qui prétend justifier notre souffrance ou notre frustration. En réalité, dans la vie de n’importe quelle personne il existe des faits et des douleurs. Mesurer l’intensité qu’ils ont chez chacun des individus est absolument impossible.

5. Penser qu’en obtenant quelque chose, on atteindra le bonheur

Le bonheur est surtout une attitude et un sentiment intégral. Il ne dépend pas d’un objet ou d’un fait. Le bonheur implique d’avoir construit un bon niveau d’harmonie dans la vie et également d’avoir développé de l’humilité, de l’optimisme et de l’espérance.

On n’est pas plus ou moins heureux pour quelque chose d’externe. C’est encore une fois un type de croyance qui limite la croissance personnelle. Nous ne nous sentirons pas davantage réalisés, de manière stable, avec une nouvelle voiture ou un nouveau partenaire. Soit le bonheur se trouve en notre for intérieur, soit il ne se trouve nulle part.

6. Se convaincre du fait que la vie n’est que souffrance

On dit souvent qu’on ne peut pas choisir d’avoir ou non des problèmes. Ce que nous pouvons en revanche choisir est de souffrir ou non à cause de nos problèmes. Certains voient dans la difficulté un véritable défi, une opportunité de s’obliger à être meilleurs. D’autres pensent en revanche que c’est quelque chose de totalement négatif.

Dans ce dernier cas, des croyances qui limitent la croissance personnelle peuvent alors se développer : supposer que souffrir pour tout est normal, qu’il n’y a pas le choix, que dans la réalité ce n’est qu’un océan de larmes et que l’on sort d’une douleur pour entrer dans une autre. Les personnes dans ce cas finissent même par penser que le bon est uniquement un présage du mauvais.

7. Croire que quelque chose ou quelqu’un explique notre douleur

Dans la vie, il y en a qui choisissent d’expliquer leurs frustrations ou leurs limites en se cachant derrière un facteur externe. Ils pensent que si ce n’était pas à cause de leurs parents, ou pour le chômage ou pour l’injustice dans le monde, ils seraient totalement heureux. En un mot, ils accusent quelque chose d’extérieur pour ce qu’ils ressentent intérieurement. Ceci est faux. L’être humain a la capacité de surmonter les obstacles, à chaque fois qu’ils se présentent.

Comme nous le voyons, toutes ces croyances qui limitent la croissance personnelle s’infiltrent dans la vie de manière imperceptible. Sans nous en rendre compte nous les convertissons en une sorte de recette qui nous permet de tout interpréter. Finalement elles nous permettent uniquement de nous cacher et nous empêchent de voir toute l’amplitude du panorama que nous avons en face et de chaque côté.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube



Eveil Tv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *