Prévisions mensuelles d’avril 2019: DES NOUVELLES ÉNERGIES DE LIBÉRATION

Prévisions mensuelles d’avril 2019.

par Bertrand Duhaime

C’est lancer un truisme que de dire que le mois de mars, rempli de surprises des plus agréables ou d’événements bousculants, selon les besoins de chacun, a été très puissant, au sens qu’il a comporté autant les défis et les marques d’encouragement qui s’imposaient à chacun pour le rendre plus vrai et réel. En effet, depuis quelques années, à part de rares accalmies, les énergies du renouvellement n’ont cessé de s’amplifier et de s’intensifier. Cette amplification et cette intensification énergétiques se sont surtout signalées dans l’accélération du temps.  À dire vrai, chaque jour n’a pu que vous paraître écourté de quelques heures, chaque semaine, de quelques jours et le mois, de plus d’une semaine, tellement avril semble s’être présenté à l’improviste. Et cette impression n’aurait pu que s’avérer encore plus probante si les dérèglements de la Nature n’avaient pas assez souvent concentrés l’attention des habitants de chaque région sur le temps qui passait : excès d’eau dans certaines régions, sous forme de pluie, de neige, de grésil ou de verglas ou, ailleurs, sécheresse, consécutive à la rareté des pluies.

En janvier et février, les choses bougeaient surtout dans les profondeurs, affleurant à peine à la surface, ce qui empêchait de voir clairement ce qui se préparait, que presque tous ressentaient pourtant, mais voilà qu’en mars, ces courants sous-jacents ont émergé à la surface en vagues énormes délogeant plusieurs réalités de leur position habituelle. Dans ce contexte, ceux qui ne s’étaient pas harmonisés avec les énergies du Monde nouveau n’avaient plus qu’un choix, celui d’affronter leur destin en tout courage et en toute intégrité, s’ils comptaient éviter que les situations ne se compliquent davantage. C’est-à-dire qu’ils ont dû interpréter les faits en faisant abstraction de notions extérieures, fondées sur la dualité, puisque qu’il ne restait que ce moyen de discerner la réalité, au-delà des apparences, donc de saisir ce qui se passait vraiment. Rien ne peut plus s’interpréter avec justesse qu’à partir d’un plan supérieur dont la plupart d’entre vous ne connaissez encore que très peu la nature et sur lequel vous détenez peu de repères.

eveil tv - psychologie

Pour briser les résistances, les événements de mars ont porté des coups plutôt durs afin de forcer l’abandon des anciennes positions, sans accorder la moindre possibilité de maintenir le statu-quo, de retrouver les zones de confort, de retourner en arrière, de régresser. Sans vouloir insinuer que pendant le dernier mois, tous ceux qui ont transité dans un autre monde faisaient partie des résistants, ceux qui ont tenté de se cramponner trop fortement au passé ont été délogés de force de leurs positions ou le seront prochainement, s’ils n’ont pas dû choisir de mettre un terme à leur expérience sur la planète Terre.

C’est dire que, d’une façon ou d’une autre, en mars, pour la plupart, de bon ou de mauvais gré, vous avez traversé ces Portails subtils qui rendent désormais impossible toute régression ou tout retour en arrière. Vous avez compris que le moment se prêtait à la libération du passé, une notion qui, à titre de leitmotiv du présent mois, sera encore plus d’actualité, parce qu’il se teintera à peu près tous les aspects de l’expérience terrestre. Ainsi, le temps est venu de vous libérer complètement des comportements, des croyances et des réactions fondés sur la dualité, des anciennes manières de faire les choses, de la perception limitée, des vieux paradigmes.

Cette libération s’impose de toute nécessité parce que, plus ou moins consciemment, vous êtes en train de modifier le plan directeur de votre évolution — à comprendre au sens d’élévation de la conscience ou d’ascension – ce qui vous situe dans un autre calendrier. La passage dans un nouveau calendrier comporte la révélation du nouveau modèle évolutif que gère votre âme; il implique aussi de nouvelles échéances parfaitement ajustées à la réalité du Monde nouveau. C’est parce que vous êtes placé au centre de ce grand changement que se renforce votre sentiment que, dans les coulisses, la Vie véritable vous attend. Et, pour certains, elle pourrait se manifester en un éclair, dès qu’ils s’y seront correctement préparés.

En ce moment, les diverses chronologies, que d’autres appellent les lignes du Temps, comportent des décalages. Ces derniers engendrent des ondes qui se répercutent jusque sur votre passé. C’est dire qu’ils influent sur des événements qui ont pu se produire il y a fort longtemps. Certains le constatent par ces rêves aberrants qui mélangent des faits et des personnages de diverses époques.

Pour bien comprendre ce phénomène, il faut vous rappeler que, dans le Grand Jeu amoureux du Grand Rêveur divin, toute la présente éternité a déjà été vécue en un instant. Depuis, dans votre jeu d’apparente individualisation, vous ne faites que repasser vos diverses expériences, en centrant votre attention sur une trame particulière de vos innombrables expériences multidimensionnelles, vous contentant, pour ainsi dire, d’en corriger au passage certains épisodes discordants, de manière à mieux les conformer au plan directeur de votre âme, qui vise à vous amener à reconnaître et comprendre votre Être total ou à être plus pleinement votre Individualité divine dans la Conscience de l’Unité. En d’autres termes, par analogie, vous ne faites rien d’autre que de repasser une à une les images des diverses trames de la grande bobine cinématographique de votre éternité sur ses différentes fréquences, au gré de votre ouverture de conscience, de sorte que votre vie actuelle ne représente rien d’autre que le maintien du point focal de votre conscience sur certaines de ses images, sur un plan de conscience précis, plutôt que sur d’autres.

En fait, vous repassez la manière que, individuellement, en lien avec la collectivité humaine et cosmique, vous avez effectué avec votre Ascension spirituelle, qui n’a jamais été une réalité à engendrer, mais à reconnaître. Ainsi, à un moment ou à un autre de la révision de votre Grande Vie, il vient un moment où s’impose le changement d’une croyance, entretenue plus ou moins longtemps, parce que vous réalisez que cette hypothèse, dans sa part de fausseté ou d’incomplétude, ne pouvait qu’affecter, de manière négative, tout votre destin postérieur, en plus de retarder votre accès à une vie meilleure. Comme nous vous l’avons déjà appris, en pareil cas, les vieilles pierres de fondation — la concrétisation, par leur entretien, de vos anciennes croyances erronées — ne peuvent que se positionner autrement, pour permettre que leurs effets pernicieux disparaissent de votre matrice personnelle. Du coup, vous obtenez une perspective infiniment différente de vos conceptions antérieures grâce à la modification de votre perception de toutes les expériences qui les ont précédées.

Évidemment, les expériences des dernières années ont fini par vous fatiguer, même par en épuiser ou exténuer certains, de sorte que pour la plupart, vous avez dû vous imposer des pauses, si elles ne se sont pas imposées elles-mêmes. À travers elles, dans l’impossibilité d’intervenir, vous avez découvert votre faculté de choisir de ne pas faire, dès que vous avez compris pareil choix vous servait, ce qui vous a porté à modifier votre rythme.

Nous pourrions résumer l’expérience du mois de mars par l’affirmation qu’il a assuré le début de la traversée de certains portails subtils d’une nature bien particulière. La traversée de chacun d’eux rend immédiatement impossible toute régression ou tout retour en arrière dans le réflexe malencontreux de tenter de maintenir ou de reproduire le passé. Les énergies d’avril ne pourront que confirmer l’impossibilité de la tentative d’inverser le Cours de la Grande Vie maintenant que vous avez traversé le Voile d’Illusion.

Actuellement, vous continuez de ressentir, dans les divers choix individuels et collectifs, une polarisation extrême et singulière que, souvent, vous ne parvenez pas trop à vous expliquer.  Vous voyez des groupes progressistes proposer des idées nouvelles qui suscitent l’opposition farouche de groupes conservateurs aux idées très réactionnaires et passéistes. Il en ressort une peur de l’inconnu et des étrangers qui réveille diverses formes de nationalisme, même de racisme et d’ostracisme des groupes marginaux que nombre de gouvernements savent très bien exploiter par le recours au populisme.

En cela, il vous faut saisir l’influence de la constellation d’Orion, surtout des trois étoiles de son Baudrier (ou de sa Ceinture) sur le système solaire, que tente notamment de pondérer le système infiniment plus lumineux des Pléiades et de Sirius. Le dit Baudrier comporte en son centre l’étoile AN, encadrée des étoiles EL et RA, qui diffuse les énergies de la Vie nouvelle. Elle représente l’effort d’équilibrer l’influence de l’étoile de gauche et l’étoile de droite, l’une de prépondérance négative (sombre) et l’autre de prépondérance positive (lumineuse).

Dans l’étoile centrale AN, il existe un Conseil directeur qui se regroupe de part et d’autre de ce que nous pourrions appeler une Table de Gestion, un dispositif énergétique en forme de fer à cheval qui, idéalement, devra finir par former un cercle parfait. La configuration de ce dispositif énergétique, responsable de l’Illusion de Dualité et de la Séparation d’avec Dieu, existe depuis le Début des Temps ou de l’Éternité présente. Ce n’est que lorsqu’il épousera la forme d’un Cercle lumineux que, dans les plans inférieurs qu’il régit, l’impression de dualité s’évanouira. Le fait que la Table du Conseil de l’Organisation des Nations unies épouse la même forme ne vous fournit-il pas quelques compréhensions relatives à certains de ses fondateurs?

Pour ceux qui n’ont pas compris, il existe une Éternité dans les Éternités de Manifestation de la Source divine unique. Chaque Éternité représente un Cycle d’Émanation complet du Grand Rêveur divin, l’Être Un et Unique, dans son Grand Jeu amoureux d’une apparente Contemplation de lui-même, qui, dans l’impression d’un Sujet qui observe et d’un Objet qui est observé, engendre le principe de Cause à Effet (la dualité apparente de la Réalité dans les plans inférieurs de la Conscience divine). Au terme de chaque Éternité, donc d’un long Cycle d’Émanation d’apparence infinie, le Créateur se referme sur lui-même en un point infime d’énergie très concentrée, pour y cogiter un nouveau projet, qui constituera le plan directeur de la prochaine éternité.

Ledit dispositif énergétique du Conseil d’Orion regroupe, de part et d’autre, des membres des deux étoiles qui l’entourent, soit des Seigneurs lumineux et des Seigneurs sombres. Non, il ne s’agit pas d’un récit de science-fiction, mais de la Réalité pure, telle qu’elle se présente encore! Il y a fort longtemps, bien cantonnés dans leur rôle fonctionnel respectif, ces Seigneurs se sont lancés dans une discussion sans fin, ponctuée de disputes acerbes, par rapport au destin des plans inférieurs de la Conscience divine qu’ils se croient seuls à régir.

Pour comprendre la dynamique, imaginez que les Seigneurs lumineux lancent constamment, de leur cœur, des rayons subtils chaleureux et humides, sidérants et brûlants, aux Seigneurs sombres, qui, de leur intellect, leur retournent des rayons lourds, froids et secs à glacer et à paralyser. En raison de l’enracinement profond de la conception de son rôle respectif, chaque clan a fini par si bien jouer son rôle, qu’il s’est démontré peu enclin à se mettre un moment à l’écoute de l’autre. En conséquence, l’ensemble de ces Seigneurs ne parvient jamais à résoudre le moindre problème que suscite la rémanence de la dualité.

Ce sont les effets de ces débats houleux, extrêmement polarisés, que, dans son processus ascensionnel, l’humanité ressent présentement de manière plus puissante. Mais il faut ajouter que, dans leur résistance, certains des Seigneurs d’Orion se sont attirés la nécessité de s’incarner sur Terre, de manière à développer un point de vue plus pondéré, plus rapproché de la Vérité. Sauf que pour le moment, après avoir accédé à des postes-clés de la planète Terre, dans leur reliquat d’ignorance, ils amplifient les divisions

Au plan de l’humanité, dans leurs oppositions de plus en plus grandes, les familles, les amis, les collègues, bref, les diverses sortes de relations subissent de plus en plus de tiraillements, engendrent de plus en plus de situations conflictuelles. Continuant de diviser la Réalité en Bien et en Mal, la plupart des êtres humains défendent la cause, devenue si chère, qu’ils ont choisie, dans le clan de l’Amour ou celui de la haine, sans écouter les autres. Ils ne divisent plus les expériences qu’en «bon» ou en «mauvais», en «blanc» et en «noir», en «beau» et en «laid», en «faux» ou en «vrai», en «correct» ou en «incorrect», en «juste» ou en «injuste», en «permis» et en «défendu», incapables de pondération. Tout s’exprime de manière crue, sans nuances. Et tout se vit dans les extrêmes.

Ainsi, pour le moment, dans leur individualisme, leur égotisme et leur égoïsme, bien peu d’êtres incarnés s’intéressent à découvrir une solution commune par le truchement d’un dialogue visant à établir la compréhension mutuelle et un consensus général, en élevant le débat du Destin universel sur un plan supérieur. Loin de là, le fossé qui sépare les gens bien ancrés dans la dualité de ceux qui émergent dans la Réalité nouvelle s’élargit jour après jour. Comme vous le voyez, dans les présents déboires de la planète Terre, tous les problèmes locaux ne relèvent pas de la responsabilité de l’humanité, qui n’en devient pas pour autant une victime innocente, dans son refus d’assumer sa liberté et sa souveraineté et de refuser la volonté, déterminée par leur rôle fonctionnel, des Seigneurs d’Orion.

Pour en revenir au Baudrier d’Orion, aucune des entités qui y agit n’est foncièrement bonne ou mauvaise. Il faut savoir que, à l’origine, l’entité cosmique qui acceptait le rôle de Seigneur de la lumière ou Seigneur des ténèbres savait qu’elle se joignait, par déguisement, à une équipe déterminée, dans l’intention de participer, temporairement, au Grand Jeu amoureux de la Vie, un peu comme un athlète terrestre peut se joindre à une équipe sportive plutôt qu’à une autre, à partir de ses talents et de ses affinités. Autrement dit, chacune de ces entités savait assumer, temporairement, une fonction particulière. Vous pouvez présumer qu’elle répondait à l’appel cosmique que le Créateur avait lancé aux entités qualifiées de divers schèmes supérieurs : «Qui accepterait d’assumer le rôle de Seigneur lumineux ou de Seigneur ténébreux au Conseil central de la constellation d’Orion, afin d’entretenir l’équilibre de la dualité dans ses schèmes inférieurs et d’assurer le bon déroulement de l’expérience d’individualisation, par densifications successives, de certains de mes Atomes spirituels?».

Dès son acceptation d’un poste, ce Seigneur lumineux ou ténébreux veillait à exercer ses attributions propres. Ainsi, à l’origine, dans leur Amour et leur pureté d’intention, un Seigneur ténébreux autant qu’un Seigneur lumineux pouvait faire ressortir les incohérences du membre de l’un des deux clans.   Pour ainsi dire, à l’usage, dans le feu de l’action, n’importe quel membre des deux clans pouvait se corrompre, dans la perte progressive de son intégrité. Sauf que d’une part, un membre du clan des Seigneurs lumineux aurait probablement commencé à dissimuler ses intentions dans un langage plus châtié, donc plus doux et fleuri, que celui du clan des Seigneurs ténébreux.   D’autre part, malgré la corruption progressive d’une entité de l’un ou l’autre clan, certains Seigneurs ténébreux ont toujours maintenu leur degré d’Amour et d’intégrité. Somme toute, tout s’est passé sur An comme cela peut se passer sur votre planète, où il existe des gourous dépourvus de scrupules et des gangsters résolument intègres et fidèles à leur clan.

Pour l’instant, le Conseil central d’Orion comporte autant des Seigneurs lumineux au cœur fermé que de Seigneur ténébreux rationnels à l’excès. Dans leurs prétentions, les uns témoignent d’un manque de compréhension et perçoivent les dissidents comme des adversaires et des entités inférieures à dominer et à museler. Et surtout, certains tiennent mordicus au maintien de leur rôle fonctionnel dans ce qu’ils ont fini par le définir. Ils se sont attachés à leur ancienne position, dérivée de leur rôle fonctionnel, celui d’entretenir la dualité, parce qu’ils l’ont perçu comme immuable, comme la seule Réalité éternelle. Mais, même s’ils font partie de ceux qui ne savent plus se mettre à l’écoute de leurs collègues, ceux-ci ne développent plus assez de force pour contrer les influences bienfaisantes, bénéfiques, salutaires ou tutélaires qui proviennent du Grand Soleil central et d’autres horizons cosmiques et qui baignent le système solaire, aidant à rappeler aux hommes qu’ils sont leur propre Maître, qu’ils restent les premiers artisans de leur Destin personnel et collectif.

Beaucoup d’êtres humains agissent de la même manière : ils n’éprouvent ni empathie ni compassion pour certains de leurs frères d’incarnation plus faibles ou dans le besoin et ils ne portent pas davantage d’attention à la nécessité de guérir la planète et d’assurer le bien-être de créatures d’autres espèces et d’autres règnes. Nul ne pourrait pour autant les qualifier d’êtres ignobles, car, au fond, plusieurs d’entre eux ont bon cœur. Sauf que, perdu dans les illusions, ils ont oublié que Tout ne fait qu’UN, d’où ils ont forgé leur croyance d’être séparés de Dieu et de leurs semblables. Dès lors prévaut la loi du plus fort qui les incite à se protéger de ceux qu’ils perçoivent dangereux, à cause de leur différence.

Chez d’autres êtres humains, c’est tout le contraire qui se produit, car leur sensibilité s’affinant et leur conscience s’ouvrant, leur compréhension s’approfondit et leur compassion grandit. Chez d’autres, la compassion s’approfondit. Leur conscience augmente et leur sensibilité grandit. Aussi, quand ils observent ce qui se passe actuellement sur la Terre, leur cœur remué peut se briser à chaque injustice et à chaque iniquité. Pourtant, ils maintiennent leur Amour pour tous : toujours, ils saisissent les incohérences et ils ressentent les faussetés du vieux monde, car ils savent sortir d’eux-mêmes et se soucier de plus en plus des autres. Alors, certains d’entre eux essaient de trouver une manière de servir. Toujours plus ouverts, malgré les difficultés et les erreurs, ils ne savent pas abandonner. Ils sentent trop bien que la montée du sentiment de séparation des populations expose l’humanité au péril. Au plus profond d’eux-mêmes, il leur reste ce sentiment que le monde terrestre n’est fait que d’illusions qui empêchent la reconnaissance de cette vérité que Tout ne fait qu’Un.

Maintenant, il deviendrait trop facile de vous dire qu’il n’existe que deux revers à une médaille, pour témoigner des aspects de la dualité, le bien et le mal, car ce serait nier l’existence de la tranche, le lien qui les unit, ce facteur d’équilibre, de concorde, d’harmonie.   En ce moment, vous vivez au cœur des derniers jours de la dualité de sorte que déjà, plus rien n’est comme auparavant ou comme cela semble être. Même au Conseil d’Orion, il se produit des phénomènes exceptionnels, il se vit des expériences pleines de promesses, dans leur différence, de ce qui s’y est trop longtemps passé : la division des clans a tendance à s’atténuer du fait que des membres, autant d’un clan que de l’autre commencent à éprouver de la compréhension et de la compassion les uns pour les autres.

Ainsi, le rôle fonctionnel des Recteurs d’Orion, qui les divisait en Seigneur lumineux et en Seigneurs ténébreux, tend à s’atténuer. On y voit de moins en moins un «bon» et un «mauvais côté».  Des membres de chaque clan reviennent à la Vérité, ce qui décuple leur Amour mutuel. Autrement dit, une reconfiguration profonde, sans précédent, s’y produit. Pour eux, il n’existe plus d’êtres lumineux et d’êtres sombres, il n’existe plus que des Auxiliaires au service du Plan divin. Il n’existe plus qu’une seule équipe appelée à modifier au plus tôt, certains aspects des anciens rôles fonctionnels.

Pour ce qui a trait à l’humanité, même si vous désiriez volontiers très ardemment tendre la main à vos semblables, les tenants du clan de la dualité, leur assurant que, au-delà des apparences et malgré leurs interférences, tout suit un Plan directeur et se passe pour le mieux, vous ne pouvez rien pour eux, car pour la plupart, ils n’acceptent plus d’influence extérieure. Dans ce contexte, choisirez-vous de participer à leurs désaccords et à leurs disputes interminables pour déterminer qui a raison et qui a tort? Si vous avez accepté de vivre dans le Monde nouveau, vous avez déjà échappé à la dualité, ne gagnerez-vous pas à tout percevoir comme sacré,  à cesser de diviser la Réalité unique en Lumière et en Ténèbres? Ne serait-il pas plus sage que, plutôt, vous perceviez comme l’Être divin vrai et réel que vous êtes?

Au point actuel de l’Ascension de votre Univers, tout ce à quoi vous pouvez vous appliquer, c’est à renforcer votre détermination d’habiter le Monde nouveau dans l’Immédiateté, donc Ici et Maintenant. Il ne s’agit pas d’une réalité à engendrer, mais à accepter. Lorsque cette Réalité nouvelle aura pris suffisamment de consistance, ceux qui ont choisi l’Éveil la ressentiront ou la verront, de sorte qu’ils s’éveilleront d’eux-mêmes. Certains pourraient encore y parvenir. Même si ce n’était pas le cas de certains de vos êtres chers, de vos bien-aimés, vous gagnerez à continuer d’avancer dans la Vérité, rempli d’Amour, pour l’approfondir. Qu’est-ce que la Grande Sagesse, à laquelle vous aspirez, si ce n’est la Vérité exprimée dans l’Amour pur ou l’Amour pur exprimé dans toute sa Vérité? Ne reconnaissez-vous pas en cela votre raison de vivre présentement sur la planète Terre, tout en exprimant parfaitement Qui-Vous-Êtes-Vraiment?

Si vous avez vraiment quitté le plan de la Densité régi par la dualité, vous n’oserez même plus porter de jugement sur qui que ce soit, pas même sur les Seigneurs lumineux et ténébreux du Conseil central d’Orion, qui n’ont jamais, comme vous, qu’assumé leur rôle fonctionnel, avec les défis que leur fonction comportait. De toute manière, nous pouvons vous assurer que, en ce moment même, la plupart d’entre eux se sont joints aux autres Adjuteurs de votre système et s’occupent de transcender complètement la dualité par la modification des systèmes de réalité. Dans leur propre processus ascensionnel, ils se libèrent de l’ancien rôle fonctionnel qu’ils jouaient dans la trame désuète de la dualité et ils gagnent en Vérité et en Réalité. Même que actuellement, beaucoup de ces entités retirent leurs vieux habits usés et se retirent du Conseil d’Orion pour se permettre de revêtir de nouveau leur Habit de Lumière.

Au gré de leur démission, sautent les attaches qui maintenaient leur univers dimensionnels ancrés dans la dualité, ce qui retentit sur votre système solaire et votre planète. Ne le ressentez-vous pas dans chaque cellule de votre être? Veuillez croire qu’Orion, qui recèle la Réalité d’An ou du Monde nouveau, détient une clé majeure, même essentielle, dans le destin que vous allez connaître d’ici la fin de la présente année…

Lire la suite sur sur https://larchedegloire.com/

© 2018, Bertrand Duhaime (Dourganandâ). Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Intelligence et sagesse : 5 différences qu’il est bon de connaître

eveil tv - psychologie

Intelligence et sagesse ne veulent pas dire la même chose, même si nous utilisons ces deux termes de manière indistincte dans le langage quotidien.

Nous vivons dans une société où l’on valorise l’efficacité et les résultats et où, apparemment, seuls les plus intelligents sont destinés à triompher. Cependant, seuls les plus sages atteignent un bonheur authentique car ils se laissent guider par les valeurs, font usage de la bonté et appliquent une vision plus optimiste à la vie.

Si nous cherchons maintenant dans le dictionnaire le terme de sagesse, nous trouverons une définition simple: faculté des personnes à agir avec bon sens, prudence ou discernement. La première question qui nous vient à l’esprit est la suivante: l’intelligence ne nous donne-t-elle donc pas la même capacité de vivre au quotidien ? Un quotient intellectuel moyen ou élevé ne nous garantit-il pas le pouvoir de prendre des décisions justes?

« La véritable sagesse consiste à savoir reconnaître sa propre ignorance. »

-Socrate-

La réponse est si, et il est vrai que quand nous parlons d’intelligence, plusieurs nuances apparaissent. Ainsi, le style de personnalité et la maturité émotionnelle sont des conditions qui influent sans doute sur le rendement de la personne brillante, ainsi que son potentiel plus ou moins habile à cultiver son propre bien-être et celui des autres.

L’intelligence et la sagesse sont deux concepts intéressants qu’il convient de nuancer, d’analyser et de séparer; l’objectif est d’aboutir à une idée plus précise et utile. Car s’il y a quelque chose que nous souhaitons, au-delà du fait d’avoir un Q.I. élevé, c’est de pouvoir développer une sagesse de vie exceptionnelle et de donner forme à une vertu éblouissante, celle qui va un peu plus loin que le domaine cognitif et émotionnel.

wallup.net

Ainsi, les différences entre intelligence et sagesse sont les suivantes.

L’expérience en elle-même ne nous rend pas plus sages

Cette idée est intéressante et fait s’effondrer un mythe classique. On dit souvent que l’expérience apportée par la vie nous fournit aussi de la sagesse. Cependant, il n’y a pas d’association directe et forte entre le fait d’avoir beaucoup ou peu vécu et le fait de devenir sages. Cette vertu ne vient pas naturellement avec l’âge.

Qui plus est, dans l’actualité, plusieurs chercheurs dans le champ de la psychologie et de la sociologie essayent de comprendre un peu plus ces processus sociaux, émotionnels et cognitifs qui transforment l’expérience en sagesse. Le fait est qu’il existe d’autres variables qui servent de mesure entre les deux, comme la capacité de réflexion conditionnée par l’association contemplée dans le mythe (expérience/sagesse).

L’intelligence nous rend efficaces et plus compétents d’un point de vue éthique

Les personnes intelligentes ont un grand sens de l’efficacité et de ce qu’elles considèrent comme « juste ». De cette façon, quand quelque chose ne s’ajuste pas à leurs attentes, la frustration fait souvent son apparition. Ces personnes sont normalement concentrées sur des objectifs, des résultats concrets et, avant tout, probables.

Cette vision les fait souvent tomber dans des états très fatigants car -en général- les personnes avec un Q.I. élevé ne tolèrent pas trop l’incertitude et ce facteur est précisément celui qui les différencie des personnes sages. Ces dernières sont capables d’accepter l’imprévu, ce qui ne s’ajuste pas, ce qui ne se déroule pas comme on l’espérait… Elles savent relativiser et adopter un regard plus patient, tranquille et compréhensif face à la réalité.

Les personnes sages prennent de meilleures décisions

Nous souhaitons préciser, une fois de plus, qu’il existe beaucoup de différences individuelles entre les personnes qui possèdent un Q.I. élevé. Certaines prennent des décisions justes et responsables tandis que d’autres se laissent tout simplement porter par un côté pratique ou objectif, sans prendre en compte d’autres nuances.

image pixabay

Or, s’il y a bien une différence assez claire entre l’intelligence et la sagesse, c’est que cette dernière dimension se caractérise par son association avec des esprits plus ouverts, par l’intégration de quelque chose qui va bien au-delà de la simple connaissance pratique. Les personnes sages disposent d’une expérience réfléchie, d’un sens profond de la vie et ce dernier leur a fait accepter les incertitudes et les moments difficiles.

Par ailleurs, elles ont une conscience plus précise de la façon dont les événements se déroulent avec le temps. Tout cela leur confère un plus grand sens de l’équilibre, un sens mieux défini.

L’intelligence peut être utilisée pour la bonté ou la malveillance

La grande intelligence peut être appliquée à des fins nobles ou, au contraire, peut servir à manipuler, conspirer, trahir ou mettre en place des actions sophistiquées dans un but pervers. Elle peut aussi être orientée vers des objectifs plus nobles et élevés.

La sagesse, de son côté, est lié au sens le plus authentique de la bonté; elle a toujours eu cette connotation chargée de savoir-faire, d’humanité et d’un sens de la spiritualité qui inspire d’autres personnes à cultiver de bonnes actions.

Le sage est optimiste

Une autre différence intéressante entre l’intelligence et la sagesse est que cette dernière vertu partage presque toujours une vision très positive de la vie, des personnes et de la réalité. Cette attitude majoritairement pleine d’espoir et fraîche est liée à ce que nous avons décrit auparavant, son sens de la bonté. C’est pour cela que les personnes sages ont le don inné de nous émouvoir, de nous doter d’énergie et de motivation pour continuer à avancer, pour écouter leurs conseils et imiter leur vision personnelle des choses.

Pour conclure, il est possible qu’une fois arrivés à ce point, nous nous demandions s’il vaut mieux être sage ou très intelligent. En fait, aucune dimension n’est meilleure que l’autre car il existe des sages qui ne sont ni brillants, ni intelligents mais qui, dans leur quotidien, sont extrêmement efficaces et heureux.

Par conséquent, nous pouvons aspirer (dans la mesure de nos possibilités) aux deux dimensions. Nous pouvons entraîner nos processus cognitifs, améliorer notre intelligence émotionnelle et intégrer chaque expérience d’un point de vue plus sensé, tranquille et optimiste.

En fin de compte, la sagesse est l’art de savoir ce qui importe le plus à chaque moment et la faculté d’appliquer des réponses et des stratégies adéquates pour atteindre le bien-être et pouvoir en apporter aux autres. C’est là que réside la véritable clé.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube