PRÉPARONS LA CROISSANCE À VENIR

eveil tv

FARABER LE FAUNE DU FIGUIER transmis par Alain Titeca

Bonjour à toi, Je suis Faraber le faune protecteur de ce figuier et gardien de ce secteur.

Nous sommes dans les jours de renaissance qui succèdent à Imbloc. Le flux de la vie circule partout dans la nature. Les premiers signes du renouveau de la vie apparaissent mais restent encore fragiles. Sur tous les arbres naissent les bourgeons. D’ici une quinzaine de jours si les températures sont clémentes vous pourrez commencer à les récolter pour en faire des remèdes.

La période actuelle qui suit Imbloc est essentielle pour tous les élémentaux mais aussi pour le bon déroulement des cycles naturels à venir sur l’ensemble de l’année. Tout d’abord la période marque l’avènement d’un nouveau cycle de vie pour la nature. Chacun s’affaire et s’emploie à préparer l’arrivée de la vie. Cette période est véritablement un temps de préparation des floraisons ainsi que des fructifications à venir. Chaque être du monde végétal, animal et élémentaire s’attache à poser les bases de la croissance future. La période reste sensible, le moindre accroc dans le redémarrage de la vie est susceptible de compromettre la suite. Un commencement est toujours un moment d’une délicatesse extrême.

www.eveil.tv (image pixabay)

Dans ce passage, la collaboration avec votre monde humain est bienvenue. Durant cette période beaucoup de jardiniers aiment travailler la terre. Je voudrais aujourd’hui attirer votre attention sur le fait que la terre n’a pas besoin d’être retournée en profondeur. En effet Gaïa possède ses propres moyens de régénération. Elle a besoin avant tout de respect, de compassion et d’amour. Vous êtes des semences d’étoiles et votre pouvoir est immense, bien plus grand que ce que vous imaginez. Vous pouvez faire rayonner la vibration de l’Amour partout où vous passez. Souvenez-vous chaque petite graine d’amour semée dans l’instant laisse une trace éternelle. Tout ce qui vient du cœur se répand à l’infini dans l’univers, alors rayonnez.

Comme tout est un, dans chaque endroit que vous visitez, à chaque fois que vous déposez la vibration de l’Amour grâce à votre seule présence, c’est Gaïa dans sa globalité qui s’en nourrie.

Humilité et Gratitude

Alain Titeca

Découvrez mon site: www.alaintitecasexologue.com/

Partagé par www.eveil.tv

Trouvé sur https://pressegalactique.com

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Lunaire ☾ Pleine Lune du 19 février ☽ en vierge

astrologie

par Ozalee

Ressens. Dans ton corps. Ressens comme le renouveau a pris possession de ton être. Les idées n’ont pas forcément pris forme, mais elles ont une direction. Tu as une direction. Oh, peut-être ne peux-tu pas la nommer, la définir encore totalement, mais lâche prise là-dessus veux-tu? La chenille ne sait pas qu’elle sera un papillon, mais la transformation a tout de même lieu. Alors aie la foi. Foi que ce passage par lequel tu passes jusqu’à la prochaine nouvelle lune va te donner des ailes. Pour aller où? Ce n’est pas la bonne question. Pour vivre quoi? Serait plus approprié. Parce-que ce qui compte aujourd’hui n’est pas le résultat – ce qui est fini – mais l’expérience que tu vis. Pour certains cette expérience est d’ores et déjà florissante. Les portes semblent s’ouvrir d’elles-mêmes et il n’y a plus qu’à organiser, planifier…sans oublier de se ramener au présent et de se souvenir: c’est toi qui est important, pas ce que tu fais.




Pour d’autres, les portes semblent rester silencieuses, t’obligeant – n’est-ce pas là une chance?– à rester centré sur toi afin d’ancrer et d’assainir tes fondations parce-que le voyage qui s’annonce va t’amener plus loin que tu ne peux l’imaginer.

Nous te le disons de suite: la vie est chaotique. Elle ne répond à aucune logique que ton mental peut assimiler. Et c’est en cela également que tout est possible. Si tu crois dur comme fer que pour obtenir un résultat donné, il faut absolument suivre une méthode pour y parvenir, alors tu t’enfermes, tu te coupes les ailes. Par contre, si tu as conscience que les méthodes sont avant tout présentes pour donner un soutien à ton oeuvre (comme le chevalet pour la toile), que tu y mettes de ta couleur – souviens toi de ta différence – alors tu seras libre et vivant.

Pour le dire autrement, tu peux rester cloisonné dans tes croyances, mais nous te rappelons que ces dernières viennent bien souvent te limiter. Alors? À quoi ressemblent les murs de ta prison? Quelles graffitis – croyances – sont écrits au marqueur et viennent t’arrêter dès que tu te mets à rêver?

Il est essentiel en cette période de prendre de la hauteur. Pour ne plus se heurter aux murs, mais les voir se dissiper. Pour ne plus être esclave de ses propres peurs, mais en voir les contours, les aimer, et ainsi s’en libérer. Sans oublier que ces peurs, mêlées parfois de colère ou de frustration, sont comme une alarme qui te rappelle que: tu souhaites vivre autre chose. Mais quoi? Pour le savoir il convient de ne pas t’identifier aux émotions, aux pensées ou encore aux projets. Il convient d’aller au-delà du désir de reconnaissance, afin de commencer à vibrer du message que tu souhaites véhiculer: pas forcément par la parole, mais par ton attitude, ta façon d’être, plus que celle de faire.

wallup.net

Quand le jeune cherokee demande à son grand-père quel loup va gagner la bataille, dans la majorité des récits qui nous sont parvenus, le vieil homme répondra par l’affirmation suivante: celui que tu choisis de nourrir gagnera. Cependant, il existe aussi une autre version qui est peut-être plus intéressante.

Dans cette dernière, le vieux guerrier cherokee indique à l’enfant qu’en réalité, les deux loups doivent gagner car cette bataille n’est pas un jeu de forces mais un jeu d’équilibre. Il faut nourrir les deux loups parce que les deux en ont besoin, nous devons être capables de les guider tous deux sur le bon chemin…

Ne nourrissez pas qu’un loup : les deux doivent être pris en considération

Il y a des moments dans notre cycle vital où nous avons la très nette sensation d’être dans une montagne russe. Tout est composé de montées et de descentes, d’instants où nous profitons d’une chance incommensurable et de moments où, presque sans savoir pourquoi, nous sommes touchés par l’adversité, la tristesse, la rage et le désespoir.

La vie peut être gaie ou triste, bienveillante ou brutale, l’être humain tisse de complexes histoires d’amour et de haine, de sérénité et de pertes, en étant conscient que, effectivement, à l’intérieur de lui, il y a toujours deux forces opposées qu’il ne sait pas très bien contrôler et qui se livrent des batailles féroces.

Ainsi, la légende cherokee des deux loups nous explique qu’il ne s’agit pas de nourrir un seul loup et de laisser l’autre mourir de faim. L’être humain est l’essence même du yin et du yangde cette dualité qui, au lieu d’écarter une partie, de l’éliminer ou de la mettre dans un coin obscur, doit être prise en compte, être mise en avant et être contrôlée pour être vécue en équilibre.

Mais comment? Sans plus céder à la panique, sans plus rejeter cet inconfort qui peut prendre de plus en plus de place – pour certains – dans ton quotidien. Ne plus attendre que l’extérieur te sauve, mais devenir ton plus grand serviteur en allant trouver l’information qui te manque, en t’ouvrant au monde, et non pas en te barricadant. N’oublie pas: tu n’es pas seul. Grâce à ta présence, l’humanité tout entière avance, évolue, change. Tu es relié à tous les autres. Et s’il était temps de faire connaissance?

Ainsi tu permettras au mouvement, à la vie elle-même, de circuler.

En cette période, certains peuvent aussi camper sur leurs positions et crier à qui ne veut pas l’entendre qu’ils ont raison. La raison au même titre que le cœur n’a pas besoin de se revendiquer. Alors quelle est la part de toi qui a mal et qui se protège en voulant avoir raison? Parce-que des incompréhensions pourraient avoir lieu, chacun étant sincère dans son ressenti, mais dans l’impossibilité de communiquer justement ce ressenti. Alors? Il n’y a rien à dire, tout à ressentir et à vivre encore une fois.

C’est aussi en cela que cette période va vous aider à ressentir votre justesse. Vous pourriez ainsi vous sentir fatigué ou encore tomber malade afin de ralentir, vider l’esprit et le reste, et vous retrouver. Ce sera ainsi un temps appréciable pour revenir à vos fondamentaux et à vous rendre compte que vos valeurs – ce qui compte le plus pour vous – sont en pleine transformation.

Ce qui est beau, c’est que vous vous sentirez prêts à mettre en avant ces nouvelles valeurs. Vous vous sentez prêts à commencer un nouveau chapitre de votre vie. Vous avez le goût d’exister! Et sachez que tout le long de cette année cette envie de vivre, d’exister, sera fort présente. Vous serez ainsi confronté à votre besoin de reconnaissance. Vous remarquerez que vous attendez ainsi de l’extérieur plus qu’il ne peut vous offrir. Alors, il est d’ores-et-déjà temps de vous reconnaître vous-même.

Qu’aimerais-tu entendre de la part des autres?

Eh bien, dis toi ces choses. Prends soin de toi. Simplement. Aime toi.

Auteur: Farah Sahbi – Ozalee

Partagé par www.eveil.tv

Trouvés sur https://lapressegalactique.com




 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Le langage corporel de la peur

Le langage corporel de la peur se manifeste d’abord dans les micro-expressions faciales. Des sourcils légèrement relevés, un front tendu et une bouche entrouverte sont des signes indubitables que la peur s’est emparée d’une personne.

Bien que la peur soit normale et parfaitement légitime, il y a des situations où son externalisation n’est pas dans notre meilleur intérêt. Un entretien d’embauche, par exemple, ou une exposition publique, voire un procès. Malheureusement, ou heureusement, il existe un langage corporel de la peur qui raconte souvent l’histoire de ce qui se passe en nous.

Bien qu’il n’existe pas de dictionnaire pour interpréter le langage corporel de la peur, nous sommes tous équipés d’une sorte de radar qui nous permet de lire ses signaux. Ce n’est pas une interprétation rationnelle de l’ensemble. Nous sentons simplement que quelqu’un a peur et agit inconsciemment en conséquence. C’est-à-dire, nous nous méfions de ceux qui se méfient d’eux-mêmes ou nous avons un sentiment de plus grande puissance quand nous percevons la vulnérabilité de l’autre.

Il est important de connaître le langage corporel de la peur. Si nous en maîtrisons les manifestations, nous pouvons alors avoir un peu plus de contrôle sur celui-ci. En principe, nous obtenons deux avantages : le premier est de capturer la peur des autres, même s’ils ne l’expriment pas ouvertement. Et deuxièmement, gérer notre propre attitude et notre posture de manière à ne pas permettre que la peur se projette, si nous ne le souhaitons pas. Nous allons désormais vous présenter les principales clés de ce langage.

« Le timide a peur avant le danger, le lâche au milieu du danger, le courageux après le danger. »

-Jean-Paul Richter-

Eveil Tv
Reconnaître les Peurs

Les micro-expressions de notre visage

Le visage est peut-être l’élément le plus bavard du langage corporel de la peur. C’est dans le visage que la peur se reflète d’abord. Parfois le geste est très évident, d’autres fois caché, mais il se produit. D’autre part, le fait qu’elle soit plus ou moins évidente dépend dans de nombreux cas de l’intensité de l’émotion.

Quoi qu’il en soit, il y a des gestes qui sont assez faciles à identifier. Le premier consiste à lever un peu les sourcils, tandis que l’espace entre les sourcils reste tendu. Si la peur suit la surprise, le mouvement des sourcils sera plus évident. S’il s’agit d’une situation qui engendre la peur, mais dans laquelle il n’y a pas de surprise, la tension entre les sourcils prévaudra.

Les paupières inférieures sont généralement tendues. De même, la bouche s’entrouvrira un peu, mais les coins des lèvres seront rejetés en arrière. En général, c’est comme si tout le visage était contracté à l’envers. Comme s’il y avait quelque chose qui tire sur le visage, alors même qu’il y a une résistance à cette traction.

image pixabay

La posture et le langage corporel de la peur

La posture est également un élément très important du langage corporel de la peur. En général, lorsque nous avons peur, nos muscles se contractent et nous adoptons des postures dans lesquelles nos organes vitaux sont protégés. La première chose qui arrive, c’est que nous nous abaissons ou que nous nous taisons (nous prenons moins de place). C’est une expression qui dénote un désir de se réfugier en soi pour se protéger.

L’insécurité, la nervosité et l’anxiété sont des manifestations de la peur. Ces trois états sont généralement révélés lors de mouvements rapides ou compulsifs. Une personne qui a de la difficulté à rester immobile est une personne qui n’est pas calme. Lorsque la peur est très forte, les mouvements sont également susceptibles d’être plus abrupts ou maladroits.

De la même façon, il est courant pour quelqu’un qui a peur de croiser les bras. Ce geste est un signe de défense. La personne génère une sorte de barrière qui la protège et la sépare du monde. Cette barrière peut aussi être une manifestation du désir de préserver les siens, de rejeter ce qui n’est pas à soi.

Les autres gestes qui trahissent la peur

Il y a d’autres gestes et expressions qui font partie du langage corporel de la peur. Par exemple, le regard. La nervosité rend le regard évasif, tandis que la fréquence des clignotements augmente. Mais si une personne ressent de la peur, pure et dure, elle laisse généralement ses yeux immobiles, fixe son regard et cligne à peine des yeux. C’est un mécanisme activé par la peur. Le but étant de garder un œil sur la menace.

D’autre part, les mains font aussi partie de la communication et expriment des émotions. La peur ne fait pas exception à cette règle. Lorsqu’une personne ressent de la peur, elle se tord et entrelace souvent les mains. Il est également fréquent que les poings soient fermés ou que les mains soient cachées. Ne pas laisser voir les extrémités est un acte instinctif de défense, car elles sont une cible commune d’attaques dans le monde animal.

En général, lorsqu’une personne a peur, elle a tendance à avoir des mouvements courts, rapides et erratiques. Et quand quelqu’un est franchement terrifié, c’est le contraire qui se produit : il est paralysé. Dans le premier cas, la personne ne reste pas immobile ; dans le second, elle reste très statique, le corps rétréci et penché vers l’avant. C’est ainsi que se manifeste le langage corporel de la peur.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Combattre la peur selon le bouddhisme

eveil tv

Savez-vous comment procèdent les bouddhistes pour éradiquer la peur ?

Pour le bouddhisme, combattre la peur est un travail intérieur qui tourne autour de la perception. En fait, les bouddhistes considèrent la peur comme une erreur perceptive, qui se traduit par des images fantastiques et horrifiantes qui finissent par s’approprier notre esprit. Le danger n’est pas hors de nous : il est en nous.

« Un mot apportant de la paix vaut mieux que mille mots vides. »

-Bouddha-

Le rejet et la peur de souffrir

Les bouddhistes signalent que l’essence fondamentale de la peur est le rejet de la souffrance. Ils affirment aussi que la douleur est inévitable alors que la souffrance n’est qu’optionnelle. La première est liée à la compréhension du monde et la seconde, à la façon de l’accepter.

La peur de souffrir naît de notre rejet des sensations désagréables qui viennent des pertes, des conflits, de l’absence de coïncidence entre nos désirs et la réalité. Cependant, nous ne sommes pas obligés de souffrir à cause de cela. La souffrance n’est qu’une des réponses qui se trouvent à notre portée.

Nous pensons à tort que la douleur va nous faire du mal. Or, ce ne sera pas nécessairement le cas. Pour combattre la peur, il faut aussi savoir faire face à la douleur. Celle-ci perd beaucoup de force quand nous l’acceptons et la laissons exister. Et encore plus quand nous cherchons et trouvons l’apprentissage qu’elle veut nous apporter.

image pixabay

Pour combattre la peur, faisons attention au présent

D’une façon ou d’une autre, la peur s’articule autour de notre passé ou de notre futur. Nous restons parfois attachés à des expériences qui nous ont fait peur et nous ont laissé une marque profonde. Nous avons donc peur que la même chose se reproduise.

Une chose similaire se produit avec le futur. Il nous effraye parce que nous imaginons ou supposons qu’il apportera des difficultés ou des situations douloureuses. Nous nous sentons petits face au lendemain et cela nous fait peur.

Le bouddhisme insiste donc pour dire que l’une des façons de combattre la peur est de nous concentrer sur le présent, sur l’ici et maintenant. L’attention pleine empêche notre esprit de se remplir de fantaisies qui ne font que nourrir des peurs superflues.

L’attachement est source de peur

La paix mentale et spirituelle se trouve à l’opposé de l’attachement. Pour les Occidentaux, il est très difficile de comprendre cette idée car toute notre logique tourne autour de la possession. Nous ne faisons pas seulement référence aux possessions matérielles mais aussi aux biens affectifs ou spirituels.

Le bouddhisme est une philosophie dans laquelle on cherche à ne pas posséder, c’est-à-dire à se détacher. Nous devons comprendre que rien ne nous appartient, pas même notre propre vie. Tout ce qui arrive dans nos vies et tout ce que nous sommes n’est rien de plus qu’une réalité transitoire.

Ne pas comprendre ce concept implique de voir surgir l’attachement et, avec lui, la peur de la perte. C’est l’une des peurs les plus puissantes qui soient car elle se transforme en cercle vicieux. Plus l’on s’attache, plus l’on a peur, et plus l’on a peur, plus l’on s’attache. Laisser couler et accepter que tout est transitoire nous rend moins craintifs.

S’échapper n’est jamais une option

Pour le bouddhisme, chacun de nous est son propre maître. La raison d’être de nos erreurs est l’apprentissage. Lorsqu’on n’accepte pas les choses de cette façon, l’esprit commence à se remplir de peur et d’anxiété. C’est comme si on avait une dette en attente, une dette qui fait peser une pression sur nous.

Eveil Tv

Quand on laisse passer une erreur sans rien en tirer, la situation qui a donné lieu à cette erreur a tendance à se répéter. C’est à ce moment qu’on perd le contrôle de sa vie. Cela permet bien évidemment aux peurs d’émerger, tout comme une sensation de faiblesse.

Tous ces principes bouddhistes pour combattre la peur sont des exercices complexes. Ils s’apprennent à travers une pratique continue et en faisant preuve de patience. Il faut savoir qu’ils entrent souvent en conflit avec nos modèles occidentaux et c’est pour cela qu’ils ne sont pas faciles à assimiler. Cependant, si nous sommes constamment en proie à des peurs, il serait bon de les analyser attentivement.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Hypersensibles, comment me protéger?

evei tv

Je m’appelle Frédérique, je suis médium guérisseuse et j’ai pour vocation d’aider mon prochain. Je suis hypersensibles comme chaque thérapeute médium et je ressens tout, chose que j’ai du apprendre à gérer pour me sentir bien et gérer ses beaux outils qui s’offrent à moi.

 

L’Hypersensibilité est un bel outil mais quand on ne le gère pas il peut être vécu comme un fardeau! Je vous explique comment vous protéger dans cette vidéo, en espérant qu’elle vous apportera quelque chose de positif dans vos vies 🙂

Voici mon site si vous désirez prendre un rendez-vous pour une consultation avec moi http://shine-medium.e-monsite.com Vous pouvez également me contacter directement par email : info@eveil.tv www.eveil.tv

Amicalement, Frédérique Shine

 

Eveil Tv

Des autres articles du même auteur

Depuis plusieurs jours beaucoup d’entre vous vivent un grand bouleversement!

Depuis quelques jours et encore pendant plusieurs mois, les personnes qui sont en éveil spirituel, en prise de conscience, qui sont des canaux médiumniques vivant pour la majorité un grand bouleversement qui peut se traduire par une sensation de déprime, une sensibilité plus forte qu'habituellement, des douleurs physiques, un grand besoin d'isolement et de calme, [...]

Une habitude importante à adopter et accessible à tous !

Dans cette société où nous sommes conditionnés à vivre à mille à l’heure, certains souffrent d’angoisses, d’autres souffrent de douleurs chroniques. La Fibromyalgie par exemple est « la maladie chronique du siècle », beaucoup de personnes sont touchées par cette maladie très mal comprise, moi même d’ailleurs j’ai été diagnostiquée fibromyalgique en 2012. (adsbygoogle = [...]

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Voici 3 différences entre les émotions et les sentiments

Eveil Tv psychologie

Il vous est sûrement déjà arrivé de confondre une émotion avec un sentiment. Dans la pratique, nous ressentons ces deux phénomènes en même temps et ils sont donc compliqués à différencier. Or, il est très important de connaître les différences entre émotions et sentiments car la façon de les gérer diffère et les besoins qu’ils génèrent ne sont pas les mêmes.

Dans cet article, nous parlerons brièvement des trois principales différences entre émotions et sentiments. L’objectif est de savoir les différencier pour atteindre une plus grande intelligence émotionnelle, être plus réflexif et éviter d’avoir des remords. Car les émotions et les sentiments peuvent nous mener à faire des choses qui sont le fruit de la « chaleur » du moment. Or, si nous faisons un effort pour les identifier et les différencier, il nous sera plus facile de les modifier (Goleman, 1996).

eveil tv

(image pixabay)

)Voici donc les trois principales différences entre émotions et sentiments.

1. Leur origine automatique VS raisonnée

Tandis que les émotions trouvent leur origine dans le système limbique et la partie la plus primitive du cerveau, les sentiments appartiennent au lobe frontal. En d’autres termes, les sentiments sont le fruit de la pensée abstraite alors que les émotions sont innées et sont génétiquement déterminées en tant que fruit de l’évolution. Ainsi, même si cela peut nous sembler étrange, il existe un nombre limité ou « maximal » d’émotions que nous pouvons ressentir. Or, il n’y a pas de nombre maximal de sentiments.

En fait, les sentiments (comme nous le verrons plus tard) se définissent sur le plan verbal tandis que les émotions se définissent sur le plan psycho-physiologique. Les sentiments viennent de l’interprétation cérébrale que nous faisons des événements et des sensations. Les émotions, elles, proviennent du système nerveux des réponses rapides (sympathique et parasympathique). 

« Tandis que les émotions trouvent leur origine dans le système limbique et la partie la plus primitive du cerveau, les sentiments appartiennent au lobe frontal. »

système limbique et différences entre émotions et sentiments

2. La rapidité avec laquelle ils/elles apparaissent et changent

Les émotions se caractérisent surtout par leur immédiateté. Elles sont le système d’alarme et de survie de l’organisme. Une fois que nous avons compris ce qu’il s’est passé et pourquoi nous nous sentons de telle ou telle façon, nous parlons de sentiments et non d’émotions. Pour avoir un sentiment, il est nécessaire de penser à ce qu’il s’est passé (évaluer l’émotion) et de réfléchir à la façon dont nous nous sommes comportés. C’est ainsi que nous commençons à l’élaborer sur le plan psychologique.

Etant donné que les émotions naissent et meurent rapidement, notre organisme a un autre mécanisme d’évaluation et de motivation: les sentiments. Le sentiment serait ce qu’il « reste » de l’émotion. En fait, l’une des principales différences entre émotions et sentiments est que le sentiment se développe petit à petit: il peut se modifier et être présent pendant des jours, des semaines, des mois et même des années.

3. L’intensité: les émotions sont extrêmement puissantes tandis que les sentiments sont plus « doux »

Dans un premier temps, si nous comprenons que les émotions sont le principal système d’alarme et de motivation avec lequel nous naissons, nous pouvons comprendre qu’elles seront très intenses et puissantes. Les émotions de base et universelles sont: la joie, la colère/rage, la surprise et la tristesse. Elles sont très intenses et nous poussent toujours à agir ou à cesser de le faire. Ainsi, si nous affinons cette idée, la surprise serait une émotion neutre dont la fonction est « d’être alerte et attentif à ce qu’il va se passer ».

Si vous avez vu le film Vice-versa (Inside Out), vous avez pu remarquer comment les émotions nous poussent toujours à « faire quelque chose » ou à « arrêter de le faire ». Par exemple, la tristesse vous pousse à vous éloigner des autres, à vous isoler et à vous connecter à la souffrance que vous ressentez. Les sentiments, eux, sont beaucoup plus variés et lents. Ils nous invitent à réfléchir à la meilleure chose que nous puissions faire pour cesser de nous sentir mal.

Comment les gérer ?

Il est par ailleurs nécessaire de souligner que la gestion des émotions désagréables peut être atteinte à travers des techniques de désactivation et de reconduite de l’attention. En outre, la gestion des sentiments est possible à travers des expériences correctives sur le plan sentimental, un dialogue socratique et une réflexion guidée. Ainsi, des techniques de désactivation et de relaxation rapide peuvent vous aider.

Finalement, nous pouvons comprendre que puisqu’il y a des différences entre les émotions et les sentiments, la façon de gérer ces expériences est sensiblement distincte. Tandis que les émotions requièrent un moment de déconnexion (par exemple pour ne pas voir augmenter la rage et perdre le contrôle), les sentiments ont besoin d’être écoutés et reconduits (que m’arrive-t-il ? Que puis-je faire pour améliorer ma situation ?). Dans tous les cas, la régulation des émotions et la réinterprétation des sentiments sont possibles et nous aident à avoir une meilleure santé psychologique (Bigman, Sheppes & Tamir, 2017).

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Le syndrome du sauveur

Aider les autres est l’un des comportements qui jouit d’une grande reconnaissance sociale. En général, lorsque nous sommes altruistes, nous améliorons la vie de l’autre personne. C’est donc pour cela que sur le plan social, il s’agit de l’une des façons d’agir les plus récompensées. Cependant, est-ce toujours une bonne chose d’aider les autres? L’existence du syndrome du sauveur semble remettre cette idée en cause.

Le syndrome du sauveur est une condition psychologique qui fait qu’une personne ressent constamment le besoin d’aider les autres. Cette façon d’être pousse l’individu à agir de façon un peu extrême et ses actes peuvent même devenir très nocifs.

Dans cet article, nous essayerons de comprendre en quoi consiste cette façon d’être. Vous pourrez ainsi l’identifier chez vous et chez les autres personnes. Et vous pourrez aussi éviter des situations au cours desquelles l’aide peut devenir très nocive pour les autres.

En quoi consiste le syndrome du sauveur

Selon la définition officielle, une personne souffrant du syndrome du sauveur ressent constamment le besoin de sauver les autres. Ces personnes ont souvent tendance à chercher des individus qui ont besoin d’aide et d’assistance et sacrifient même leurs propres besoins, désirs et aspirations.

Le problème est que ces caractéristiques peuvent facilement déboucher sur la création de relations toxiques. En général, les personnes qui souffrent de ce complexe ont tendance à vivre des relations de couple co-dépendantes. Dans la majorité des cas, il s’agit de l’un des pires types de relation qui puisse exister.

Dans ces relations, l’un des individus a constamment besoin de l’aide de l’autre pour se sentir bien. Il pense qu’il ne peut pas vivre sans cette personne. Le sauveur, lui, se sent plus fort grâce à la dépendance de son/sa conjoint-e. Mais au bout d’un certain temps, il finira par se lasser et se sentir limité par le besoin de l’autre.

Ainsi, dans un couple co-dépendant formé par le syndrome du sauveur, aucun des membres n’est réellement heureux. La personne accro à l’amour aura de moins en moins d’estime de soi et de confiance en soi tandis que l’autre se sentira étouffé et rejettera la faute sur son/sa conjoint-e.

Il faut souligner que cette dynamique ne se produit pas seulement dans les relations de couple. Il est possible de la voir apparaître entre des amis, des membres de la famille, des collègues de travail… Cependant, elle a généralement lieu dans le domaine des relations amoureuses.

Comment éviter cette dynamique

Vous allez maintenant trouver une série de clés qui vous aideront à éviter de former des relations de co-dépendance. Si vous pensez que, dans une certaine mesure, vous souffrez de ce syndrome du sauveur, les appliquer à votre vie pourra vous être d’une grande aide.

    • Souvenez-vous que vous n’êtes responsable que de vous-même. Chaque personne doit prendre les rênes de sa propre vie, de ses émotions et de ses actions. Vous n’êtes pas obligé-e de sauver les gens si cela ne vous rend pas heureux-se.<Apprenez à dire non. Pour beaucoup de personnes, refuser de faire ce qu’un proche leur demande est extrêmement difficile. Cependant, ne pas le faire mène inévitablement à la dépendance et au ressentiment. Dominer des techniques comme l’assertivité peut donc énormément vous aider à améliorer vos relations.

Fixez des limites. Si vous avez des caractéristiques liées au complexe du sauveur, cela veut sûrement dire que vous aimez aider les autres. Vous devez donc savoir jusqu’où vous pouvez aller. Y a-t-il quelque chose que vous n’appréciez pas particulièrement? À quel moment le fait d’aider les autres devient-il trop lourd pour vous?

  • Votre bonheur est votre priorité. Nous avons toujours grandi avec l’idée que se préoccuper de son propre bien-être avant celui des autres est un peu égoïste. Or, si une action va vous rendre malheureux-se, la réaliser n’a aucun sens. Si vous voulez vraiment aider, essayez de trouver une façon de le faire en évitant de souffrir.

En définitive, si vous voulez vous libérer du syndrome du sauveur, vous devez vous examiner de manière complètement honnête. Ce n’est qu’en le faisant et en vous rappelant que vous êtes responsable de votre bonheur que vous pourrez créer et entretenir des relations qui vous apportent du bien-être.

Changez vos pensées, changez votre vie : La sagesse du Tao

dévelloppement personnel eveil tv

livre développement personnel

Cinq cents ans avant la naissance de Jésus, Lao-Tseu, originaire de la Chine ancienne, a écrit le no Te Kin , un livre de sagesse unique et intemporel qui parle de la voie qui mène à une vie équilibrée et spirituelle. Après avoir passé une année entière à lire des centaines de traductions du ho Te King, à interpréter et à méditer les messages de Lao-Tseu, le Dr Wayne W. Dyer les a mis en pratique chaque jour de sa vie. Ce qu’il en a retiré fut au-delà de ses espérances : un sentiment d’harmonie et de paix absolue. Changez vos pensées, changez votre vie est un livre savourer, un chapitre par jour, pour vivre joyeusement et simplement.

Le livre

Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

AMÉLIORER VOTRE POUVOIR DE MANIFESTATION

eveil tv - développement personnel

par Ronna Herman

Maîtres bien aimés, alors que vous arpentez le chemin de retour dans les domaines de dimensions supérieures d’existence connu comme la Rivière de Lumière / Vie, ou quelquefois, le Pont Arc-en-Ciel de Conscience Cosmique, les modèles vibrationnels en vous et autour de vous sont dans un état constant de changement. Ceci a abouti à une expansion de conscience toujours en augmentation, état grâce auquel les filtres à travers lesquels vous voyez votre monde de réalité ainsi que les structures de croyances que vous avez construites autour de vous, sont peu à peu remplacés par des vérités plus élevées, qui vous investissent de davantage de puissance. Le monde que vous avez créé et ceux qui y interagissent vous refléteront toujours les croyances et les attentes que vous avez acceptées comme votre vérité.

Dans une situation pénible ou qui affaiblit, il y a toujours des croyances et des attachements déformés ou déséquilibrés qui vous maintiennent emprisonnés dans une fausse réalité d’illusions. Les croyances qui contrôlent quotidiennement beaucoup de vos actions et de vos réactions se dissolvent doucement et sont remplacées par des concepts auto investissants de puissance que vous acceptez peu à peu comme votre nouvelle version – vision – de la réalité.

Vous êtes en plein dans le processus d’expansion de votre conscience de Soi et vous développez une conscience en profondeur plus focalisée de ceux avec lesquels vous interagissez et aussi des domaines au-delà de votre présente capacité de vision. Vous avez souvent entendu le dicton disant que « tout est une illusion ». Ceci ne signifie pas que tout ce qui a été créé dans le domaine physique d’existence ne soit pas solide, n’ait pas de structure ou ne soit pas réel. Cela ne signifie pas non plus que les domaines supérieurs soient des domaines d’illusions sans structure ni définition tangibles. Chaque niveau d’existence partout dans cet Univers semble aussi réel à ceux qui y résident que votre habitat terrestre le semble pour vous. Le Créateur et Son influence qui englobe tout sont, sans aucun doute, du plus réel, tout comme nous le sommes.

L’illusion est votre perception du monde, une réalité que vous voyez à travers des filtres de croyances, des structures, des tabous et des limitations de votre propre fabrication que vous avez encodés au sein de votre subconscient et que vous avez acceptés comme votre vérité. Chacun voit le monde et les événements quotidiens à travers un voile constitué de ses propres croyances et d’un niveau modifié de conscience. C’est pourquoi beaucoup voient toutes choses à travers un filtre de négativité, tandis que les Âmes Allégées et Eclairées font l’expérience d’une vie à travers un filtre d’amour et de non jugement.

eveil tv
image pixabay

Pendant ces temps de transformation accélérée, vous faites l’expérience de grands changements à la fois en vous et à l’extérieur de vous. Les membranes entre le subconscient, le conscient et le super conscient deviennent plus fines, de ce fait permettant que vous accédiez à l’information subjective, auto limitante que vous avez besoin de lâcher et aux concepts déformés que vous avez besoin de guérir afin de revenir à l’équilibre en vous, alors que vous vous efforcez de reconquérir la maîtrise de Soi. Les hémisphères droit et gauche de votre cerveau, tout autant que la matrice de vos subconscient, conscient et super conscient sont en cours de fusion et de retour à un état unifié de super – ou macro conscience. De nombreuses façons, le dicton « tel qu’il était au début, tel il sera de nouveau » s’applique aux processus de transformation dont l’humanité fait l’expérience maintenant.Toutes observations via les sens physiques qui produisent une impression sur vous, ainsi que toutes actions, interactions et réactions, sont automatiquement transmises et enregistrées à l’intérieur des Atomes Semences de Cellules de Mémoires du subconscient. De nouveau, nous insistons, votre subconscient est subjectif. Il prend chaque pensée ou expérience littéralement et est, en conséquence, affecté par vos préjugés individuels. Le subconscient continuera à répondre aux vieux modèles de pensée et les rejouera encore et encore jusqu’à ce que les conceptions erronées soient résolues et reprogrammées.

Votre monde de Troisième et Quatrième Dimensions est hasardeux et chaotique, tandis que le continuum temps / espace des niveaux supérieurs de la Quatrième Dimension et au-delà est plus flexible et fluide. Alors que vous intégrerez les modèles vibrationnels des dimensions supérieures, tout ce qui n’est pas compatible montera à la surface pour être résolu ce qui aboutira à une sagesse supérieure. Ceux qui ont développé leur vision intérieure savent que les pensées sont des choses tangibles. Ils sont conscients que la qualité ou les modèles de fréquences d’une pensée déterminent sa couleur, tandis que la nature d’une émotion détermine la forme qu’elle prendra. Plus une pensée est focalisée et détaillée, plus le contour en sera clair.

Les pensées d’un bas niveau de fréquences sont sombres, ternes et déformées, tandis que les octaves supérieures de pensées, celles infusées d’amour, sont plus délicates et plus lumineuses. Vous devez accepter le fait que vos pensées ont une substance et qu’elles ont un effet sur vous et le monde autour de vous.

Vous devez être désireux d’examiner les idées préconçues concernant les traditions, structures et limites complexes de votre vie, et vous devez lâcher ou transformer les croyances qui vous maintiennent englués dans les limitations structurelles auto infligées. Libérer les attachements, les habitudes et les concepts dépassés est un processus en cours qui demande une vigilance et une mise à jour constantes. Nous sommes conscients que vous avez construit des zones de confort autour de vous dont il est difficile de sortir, même si elles sont inconfortables et restreignantes. Mais c’est exactement ce que vous devez faire, bien-aimés, si vous êtes amenés à étendre votre conscience et à devenir les maîtres de cocréation que vous êtes censés être.

Lâcher est libérant et vous donne le pouvoir d’étendre votre conscience et votre monde. Plus vos modèles vibrationnels s’élèvent, plus les restrictions autour de vous deviennent fluides. Ne vous attachez pas aux structures de vie que vous avez construites autour de vous. Vous devez réaliser que le changement est une part importante de la croissance. Vous prenez des décisions et faîtes des choix chaque jour et en tant que maîtres en devenir, il est impératif que vous vous efforciez toujours de faire les choix les plus élevés. Les limites de votre spectre de dualité deviendront plus étroites et le pendule du choix oscillera dans une amplitude moindre de droite à gauche par rapport au centre. En conséquence, votre perception et votre conscience éveillée s’étendront et seront élevées de façon exponentielle. « Un maître choisit toujours le chemin étroit qui mène vers le haut ». C’est une vérité ancienne qui s’applique toujours. Vous devez toujours chercher votre vérité la plus haute et puis la vivre au mieux de votre capacité.

image pixabay

Il est important que vous soyez conscients qu’il y a une séquence ordonnée des Cycles Cosmiques de Création qui définit et met en évidence une grande variété d’expression divine. Par conséquent, il est important que vous appreniez à vous couler dans les changements du temps et à vous y adapter, à abandonner les croyances limitantes, restreignantes de la réalité de Troisième et Quatrième Dimensions, alors que vous acquérez la sagesse, cherchez des vérités supérieures et croissez plus près de votre « Etat de Divinité » originel.

Nous sommes en plein dans l’un des plus grands cycles de transformation dont cet Univers ait fait l’expérience ; cependant, il est important que vous compreniez qu’il y a eu beaucoup de cycles mineurs de changement sur Terre et que chacun d’entre-vous a fait l’expérience de ces temps de transformation d’une façon ou d’une autre.

La Septième Race Souche à venir sera hautement évoluée et accordée spirituellement et sera influencée par le septième rayon de transformation, purification, liberté et rédemption. Chacun et chaque chose sur Terre seront affectés par le rayonnement du Septième Rayon, la Flamme Violette de Transmutation. Nombre des enseignements anciens, dépassés, sont en train d’être abandonnés, alors que vous grandissez en sagesse et élevez vos modèles de fréquences. Les croyances religieuses basées sur l’amour et qui investissent de puissance seront retenues, tandis que les concepts basés sur la peur qui contrôlent sont doucement abandonnés. Pendant la transition vers l’âge de l’illumination, les religions, qui survivront seront celles qui sont désireuses d’étendre leur philosophie pour incorporer les vérités supérieures, révélées, du Créateur.

De nouveaux cycles d’« Être » sont initiés grâce à un empressement au changement et ces mises à niveau ont été conçues de sorte que vous puissiez les incorporer peu à peu avec aisance et grâce. Cependant, pour ceux qui sont résistants, ce sera à travers le chaos et le conflit. Beaucoup dépend de votre capacité à attirer, répondre et absorber (ou rejeter) et puis transmettre les énergies plus raffinées connues comme « vérité supérieure ». Votre Âme et votre Soi Supérieur se rappellent la raison pour laquelle vous avez choisi de vivre et d’exprimer des situations douloureuses – non pas comme une punition mais pour une résolution.

Il est d’une importance capitale que vous vous efforciez de renforcer votre autodétermination et votre désir d’accomplissement. Vous devez évoluer d’un mode égoïste au service de l’ego à un état au service de l’Âme. Votre Âme est la part de vous qui est connectée au Tout Universel. Vous gagnez la compassion soit par le difficile chemin de douleur et de souffrance (conduit par l’ego), soit par le chemin facile grâce au processus de réunion avec votre Soi Supérieur et le Rayon Divin (inspiré par l’Âme).

Rien ne peut échapper au rayonnement et à l’influence magnétique de la Lumière raffinée du Créateur – appelée Particules Adamantines – qui filtre maintenant dans cet Univers, ce Sous Univers, cette galaxie, ce système solaire, la Terre et l’humanité. Les chakras sont comme des batteries électromagnétiques à l’intérieur du corps. Les vibrations des fréquences électromagnétiques communiquent avec les nombreux niveaux de conscience. Vous devez être en harmonie en vous-mêmes avec les vibrations des fréquences vibrationnelles et y être accordés afin de les intégrer. Les fréquences supérieures de Lumière, de pensées et de son vibrent à travers votre sang, vos cellules, organes, os, muscles et tissus, enrichissant votre sensation de bien-être. Les fréquences inférieures de l’environnement de Troisième / Quatrième Dimension restreignent le flot d’énergie qui donne la vie et accroissent la densité dans vos systèmes des quatre corps inférieurs. Votre sang transporte des Atomes Semences de Mémoires, des encodages génétiques de votre lignée terrestres, mais plus important, de votre lignée cosmique et de votre héritage Divin.

Mes chers porteurs de Lumière, nous vous demandons de voir chaque test et défi comme une opportunité pour libérer des pensées dépassées et des modèles vibrationnels qui ne servent plus notre plus grand bien. Nous vous implorons de voir vos expériences de vie à travers les filtres de votre Cœur Sacré / Mental Sacré, alors que vous attirez à vous les Particules de Vie / Lumière du Rayon de Diamant et que vous les infusez de votre amour avant de les rayonner à l’extérieur dans le monde et à l’humanité. Nous sommes tous dans cette danse cosmique d’évolution, et ensemble, nous réussirons. je suis l’Archange Michaël.

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Intelligence et sagesse : 5 différences qu’il est bon de connaître

eveil tv - psychologie

Intelligence et sagesse ne veulent pas dire la même chose, même si nous utilisons ces deux termes de manière indistincte dans le langage quotidien.

Nous vivons dans une société où l’on valorise l’efficacité et les résultats et où, apparemment, seuls les plus intelligents sont destinés à triompher. Cependant, seuls les plus sages atteignent un bonheur authentique car ils se laissent guider par les valeurs, font usage de la bonté et appliquent une vision plus optimiste à la vie.

Si nous cherchons maintenant dans le dictionnaire le terme de sagesse, nous trouverons une définition simple: faculté des personnes à agir avec bon sens, prudence ou discernement. La première question qui nous vient à l’esprit est la suivante: l’intelligence ne nous donne-t-elle donc pas la même capacité de vivre au quotidien ? Un quotient intellectuel moyen ou élevé ne nous garantit-il pas le pouvoir de prendre des décisions justes?

« La véritable sagesse consiste à savoir reconnaître sa propre ignorance. »

-Socrate-

La réponse est si, et il est vrai que quand nous parlons d’intelligence, plusieurs nuances apparaissent. Ainsi, le style de personnalité et la maturité émotionnelle sont des conditions qui influent sans doute sur le rendement de la personne brillante, ainsi que son potentiel plus ou moins habile à cultiver son propre bien-être et celui des autres.

L’intelligence et la sagesse sont deux concepts intéressants qu’il convient de nuancer, d’analyser et de séparer; l’objectif est d’aboutir à une idée plus précise et utile. Car s’il y a quelque chose que nous souhaitons, au-delà du fait d’avoir un Q.I. élevé, c’est de pouvoir développer une sagesse de vie exceptionnelle et de donner forme à une vertu éblouissante, celle qui va un peu plus loin que le domaine cognitif et émotionnel.

wallup.net

Ainsi, les différences entre intelligence et sagesse sont les suivantes.

L’expérience en elle-même ne nous rend pas plus sages

Cette idée est intéressante et fait s’effondrer un mythe classique. On dit souvent que l’expérience apportée par la vie nous fournit aussi de la sagesse. Cependant, il n’y a pas d’association directe et forte entre le fait d’avoir beaucoup ou peu vécu et le fait de devenir sages. Cette vertu ne vient pas naturellement avec l’âge.

Qui plus est, dans l’actualité, plusieurs chercheurs dans le champ de la psychologie et de la sociologie essayent de comprendre un peu plus ces processus sociaux, émotionnels et cognitifs qui transforment l’expérience en sagesse. Le fait est qu’il existe d’autres variables qui servent de mesure entre les deux, comme la capacité de réflexion conditionnée par l’association contemplée dans le mythe (expérience/sagesse).

L’intelligence nous rend efficaces et plus compétents d’un point de vue éthique

Les personnes intelligentes ont un grand sens de l’efficacité et de ce qu’elles considèrent comme « juste ». De cette façon, quand quelque chose ne s’ajuste pas à leurs attentes, la frustration fait souvent son apparition. Ces personnes sont normalement concentrées sur des objectifs, des résultats concrets et, avant tout, probables.

Cette vision les fait souvent tomber dans des états très fatigants car -en général- les personnes avec un Q.I. élevé ne tolèrent pas trop l’incertitude et ce facteur est précisément celui qui les différencie des personnes sages. Ces dernières sont capables d’accepter l’imprévu, ce qui ne s’ajuste pas, ce qui ne se déroule pas comme on l’espérait… Elles savent relativiser et adopter un regard plus patient, tranquille et compréhensif face à la réalité.

Les personnes sages prennent de meilleures décisions

Nous souhaitons préciser, une fois de plus, qu’il existe beaucoup de différences individuelles entre les personnes qui possèdent un Q.I. élevé. Certaines prennent des décisions justes et responsables tandis que d’autres se laissent tout simplement porter par un côté pratique ou objectif, sans prendre en compte d’autres nuances.

image pixabay

Or, s’il y a bien une différence assez claire entre l’intelligence et la sagesse, c’est que cette dernière dimension se caractérise par son association avec des esprits plus ouverts, par l’intégration de quelque chose qui va bien au-delà de la simple connaissance pratique. Les personnes sages disposent d’une expérience réfléchie, d’un sens profond de la vie et ce dernier leur a fait accepter les incertitudes et les moments difficiles.

Par ailleurs, elles ont une conscience plus précise de la façon dont les événements se déroulent avec le temps. Tout cela leur confère un plus grand sens de l’équilibre, un sens mieux défini.

L’intelligence peut être utilisée pour la bonté ou la malveillance

La grande intelligence peut être appliquée à des fins nobles ou, au contraire, peut servir à manipuler, conspirer, trahir ou mettre en place des actions sophistiquées dans un but pervers. Elle peut aussi être orientée vers des objectifs plus nobles et élevés.

La sagesse, de son côté, est lié au sens le plus authentique de la bonté; elle a toujours eu cette connotation chargée de savoir-faire, d’humanité et d’un sens de la spiritualité qui inspire d’autres personnes à cultiver de bonnes actions.

Le sage est optimiste

Une autre différence intéressante entre l’intelligence et la sagesse est que cette dernière vertu partage presque toujours une vision très positive de la vie, des personnes et de la réalité. Cette attitude majoritairement pleine d’espoir et fraîche est liée à ce que nous avons décrit auparavant, son sens de la bonté. C’est pour cela que les personnes sages ont le don inné de nous émouvoir, de nous doter d’énergie et de motivation pour continuer à avancer, pour écouter leurs conseils et imiter leur vision personnelle des choses.

Pour conclure, il est possible qu’une fois arrivés à ce point, nous nous demandions s’il vaut mieux être sage ou très intelligent. En fait, aucune dimension n’est meilleure que l’autre car il existe des sages qui ne sont ni brillants, ni intelligents mais qui, dans leur quotidien, sont extrêmement efficaces et heureux.

Par conséquent, nous pouvons aspirer (dans la mesure de nos possibilités) aux deux dimensions. Nous pouvons entraîner nos processus cognitifs, améliorer notre intelligence émotionnelle et intégrer chaque expérience d’un point de vue plus sensé, tranquille et optimiste.

En fin de compte, la sagesse est l’art de savoir ce qui importe le plus à chaque moment et la faculté d’appliquer des réponses et des stratégies adéquates pour atteindre le bien-être et pouvoir en apporter aux autres. C’est là que réside la véritable clé.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube