Certaines personnes ne se laissent-elles pas aider, découvrez les raisons ..

Nous avons tout rencontré plus d’une fois des personnes auxquelles il est difficile de donner un coup de main car elles ne se laissent pas aider. Le plus habituel est qu’elles correspondent à l’un de ces deux cas : soit elles font partie des personnes qui sont disposées à aider tout le monde mais qui ont du mal à recevoir de l’aide, soit il s’agit de personnes qui ont un graveproblème et qui, même dans ce cas, n’acceptent l’aide de personne.

Dans les deux cas, la situation est très frustrante pour les autres. Ceux qui croisent des personnes comme cela ne comprennent pas pourquoi elles ne se laissent pas aider alors qu’elles en ont besoin. L’affaire devient parfois irritante et pourrait être interprétée comme une négligence ou un manque de volonté pour solutionner les problèmes.

“Le plus grand spectacle est un homme s’efforçant de lutter contre l’adversité; mais il y en a un autre plus grand: voir un autre homme lui porter secours.”

-Oliver Goldsmith-

Le fait est que les choses ne se déroulent presque jamais ainsi. Les raisons pour lesquelles certaines personnes ne se laissent pas aider résident dans un problème de fond. Même si elles souffrent et ont besoin des autres, elles ont beaucoup de mal à accepter de recevoir de l’aide. Ce peut être à cause d’un blocage inconscient ou simplement parce qu’elles ont du mal à reconnaître qu’elles ont besoin de changer.

Ceux qui aident tout le monde mais ne se laissent pas aider

Il est relativement fréquent de voir que ceux qui aident tout le monde ont des problèmes pour demander ou accepter l’aide des autres. Il s’agit de personnes qui ont construit une identité à partir de laquelle elles peuvent donner, mais pas recevoir. Elles croient qu’elles ont le devoir de répondre aux besoins des autres alors qu’elles-même se débrouillent ou ignorent les leurs.

D’une façon ou d’une autre, elles ne se laissent pas aider par les autres parce qu’elles pensent que, de cette façon, elles trahiraient leur “mission” dans la vie, étant donné qu’elle serait incohérente avec l’image et la personne qu’elles veulent construire (totalement indépendante). Elles peuvent aussi avoir l’impression qu’accepter l’aide des autres suppose un dérangement pour ces derniers. En d’autres termes, leur causer des problèmes. Cela leur fait honte.

Il est aussi possible qu’elles ne se laissent pas aider parce qu’elles pensent que bénéficier de cette aide génère une dette que l’autre pourra réclamer quand il le souhaitera, pour n’importe quoi. Elles ne comprennent pas que les autres puissent être contents d’aider et que cela ne crée pas d’obligations de compensation. C’est pour cela qu’il est parfois nécessaire de le leur montrer, en faisant preuve d’affection.

Avoir besoin d’aide mais ne pas en accepter en retour

L’autre cas concerne ces personnes qui ne se laissent pas aider alors qu’elles traversent des situations très difficiles. Il est évident qu’elles ont besoin de l’aide des autres mais si quelqu’un essaye de les aider à sortir de leurs problèmes, elles rejettent cette personne. L’exemple le plus typique est celui d’une personne qui souffre d’une addiction. Le plus habituel est qu’elle refuse, parfois obstinément, d’accepter que d’autres lui donne un coup de main pour sortir de la situation dans laquelle elle se trouve.

Dans ces cas, il est normal que la personne n’admette même pas qu’elle a un problème. Elle se laissera donc encore moins aider. Une partie de son problème consiste précisément en la négation de ce dernier. Cela se produit avec les personnes souffrant d’addictions mais aussi avec celles qui souffrent de dépression, d’anxiété ou d’un autre trouble et qui n’en ont pas conscience ou en ont une vision biaisée.

Aussi étrange que cela paraisse, dans ce cas, le symptôme même est une réponse adaptative que la personne a construite pour supporter sa vie. Elle est “adaptative” dans le sens où elle lui permet d’interpréter la réalité d’une façon qui l’aide à aller de l’avant. Par exemple, une personne déprimée imagine qu’elle est triste parce qu’elle est plus sensible que les autres personnes et pas parce qu’elle est malade. Cependant, cette illusion lui permet d’expliquer sa vie et de continuer à la vivre, même au prix d’une grande souffrance.

Que faire avec ceux qui ne se laissent pas aider ?

Dans le premier cas, celui de ceux qui aident tout le monde mais ne se laissent pas aider, nous vous conseillons de contribuer à éclaircir la situation. Leur faire voir, avec affection, que notre aide naît d’une véritable estime. Et que pouvoir leur donner un coup de main est source de satisfaction et ne représente pas un sacrifice ou un grand effort.

Dans le second cas, celui de ceux qui ne se laissent pas aider alors qu’ils en ont besoin, la situation est un peu plus complexe. Il faut ici faire preuve de plus de patience et de tact. Être présent, s’intéresser à cette personne et essayer de l’accepter telle qu’elle est constitue une excellente clé pour que l’autre nous ouvre sa porte et nous laisse entrer. Le plus important est de ne pas céder à la tentation de leur mettre la pression pour qu’elles changent. Parfois, la préoccupation vis-à-vis de cette personne prend cette forme et notre intervention, pleine de bonnes intentions, finit par lui être nocive.

Il faut respecter les rythmes de chaque personne. La majorité du temps, elles ont besoin de temps pour comprendre qu’elles ont besoin d’aide. Dans les cas les plus graves, il convient de consulter un professionnel pour savoir comment nous pouvons être aidés de manière efficace.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

5 façons de faire face aux personnes toxiques

Toutes les personnes, individuellement, peuvent changer. Nous pouvons faire l’effort d’améliorer ce qui ne nous plaît pas. Cependant, nous ne pouvons pas changer les autres personnes. C’est quelque chose qu’il ne faut pas oublier lorsque nous sommes confrontés aux personnes toxiques. Face à eux, nous avons seulement deux possibilités : les éviter ou s’y confronter.

Beaucoup de personnes préfèrent fuir les personnes toxiques, mais quand vous n’avez plus le choix et que vous devez faire face à quelqu’un, le mieux est de chercher à le faire de manière intelligente. Finalement, les personnes toxiques trouvent toujours le moyen de dilapider leur négativité, en la transmettant aux autres personnes, en créant un mauvais sentiment et environnement, en ruinant l’instant.

Les personnes toxiques défient la logique des relations personnelles. De fait, certaines, même si c’est inconscient dans la plupart des cas, ne sont heureuses que quand elles créent un impact sur les autres. D’autres obtiennent une satisfaction en créant le chaos dans la sensibilité d’autrui. Dans tous les cas, les personnes toxiques créent inutilement de la complexité, des conflits et du stress.

“Les personnes toxiques se collent à vous comme des blocs de béton attachés aux chevilles, et ensuite vous invitent à nager dans leurs eaux empoisonnées.”

-John Mark Green-

Voici les 5 façons intelligentes de faire face aux personnes toxiques 

1. Face personnes toxiques l’intelligence émotionnelle

Cela fait longtemps déjà que les études ont démontré que le stress peut avoir un impact irréversible et négatif sur le cerveau. Même si c’est pendant quelques jours, l’exposition au stress compromet l’efficacité des neurones dans l’hippocampe, une zone importante du cerveau, responsable du raisonnement et de la mémoire. Si le stress dure pendant plusieurs semaines, il finit par endommager les dendrites neuronales (les petits ‘bras” que les cellules cérébrales utilisent pour communiquer entre elles). S’il se prolonge pendant plusieurs mois, le stress peut détruire des neurones de manière permanente.

Une recherche récente du Département de Psychologie Biologique et Clinique de l’Université de Friedrich Schiller en Allemagne a montré que l’exposition à des stimulations qui provoquent de fortes émotions négatives -le même type d’exposition que l’on obtient aux côtés des personnes toxiques- fait que le cerveau des sujets a une réponse massive au stress.

Ainsi, à travers la négativité, la cruauté ou la victimisation (entre autres stratégies), les personnes toxiques provoquent chez les autres un état de stress qui requiert une gestion émotionnelle intelligente pour disparaître.

La clé pour agir de manière intelligente face à ce type de comportements toxiques est de cultiver votre capacité à gérer vos émotions et de rester calme sous la pression. De fait, l’une des plus grandes qualités de ceux qui savent gérer leur stress est leur capacité à neutraliser les effets des personnes toxiques.

“Faites fi de l’opinion des gens toxiques, libérez-vous de leurs critiques et vous vous libérerez de chacun de leurs mots et de leurs actions. N’idéalisez pas. N’attendez rien de personne.”

-Bernado Stamateas-

2. Ignorez les gens toxiques qui recherchent votre attention

Les gens toxiques ne portent pas une insigne qui permette de les distinguer. Mais, nous savons tou-te-s qui autour de nous sont les sources de conflits et de mal être. Nous savons le mal qu’ils peuvent causer. Nous savons aussi par où ils nous attaquent. Vous savez qui vous cherche, et vous savez aussi qui vous trouve. Et quand on vous trouve, ici même, dans ce lieu, vous savez que vous êtes perdu-e.

Si, quelle qu’en soit la raison, vous ne pouvez pas éviter cette personne toxique, alors essayez de ne pas tomber dans ses filets. Vous savez qu’elle va rechercher votre attention, qu’elle va vous provoquer. Ne vous laissez pas “embrouiller”. Faites en sorte qu’elle ne vous trouve pas. Ne vous laissez pas provoquer par ses interruptions, ses commentaires ou ses actions. Soyez bienveillant-e. Soyez patient-e. Prêtez-lui le moins d’attention possible. Mordez-vous la langue si c’est nécessaire pour que son venin ne vous atteigne pas. Soyez assertif-ve s’il est nécessaire de marquer une limite.

“Partagez des choses uniquement avec ceux qui peuvent vous donner des informations et du soutien. Quand vous rencontrez des gens négatifs, fermez la bouche.”

-Israelmore Ayivo-

3. N’acceptez pas le comportement d’une personne toxique : évitez la contagion

La caractéristique principale de la toxicité est qu’elle est contagieuse. C’est ce qui arrive avec les gens toxiques : leur attitude se transmet. Si vous répondez avec un comportement toxique, vous avez perdu la bataille. Même si cette personne toxique parvient à trouver le bouton de votre culpabilité, tout n’est pas perdu. Rester calme devant son pire venin, l’injection de la culpabilité, est possible.

Que ce soit possible ne signifie pas qu’il est facile d’ignorer les demandes d’attention d’une personne toxique. De fait, les gens toxiques ont souvent tendance à ridiculiser la personne en public quand ils ne parviennent pas à la confrontation directe, s’ils ont opté pour cette méthode. C’est pour cela que garder le contrôle sur ses émotions est essentiel dans une telle situation.

D’autre part, maintenir une distance émotionnelle demande de la conscience. Vous ne pouvez pas toujours empêcher les autres d’appuyer sur vos points sensibles. Quand cela arrive, vous devez surmonter vos peurs et vos complexes, et aller de l’avant. D’une certaine manière, mieux vaut ignorer ce qui s’est passé, car il sera ainsi plus facile de contrôler vos émotions. Mais il y a une autre option : défendre vos limites.

“Celui qui disqualifie a pour objectif de contrôler notre estime de nous-mêmes, de nous faire croire que nous ne sommes rien face aux autres, pour pouvoir briller et devenir le centre de l’univers.”

-Bernardo Stamateas-

4. Mettez et défendez vos limites

Vous devez savoir que l’attaque d’une personne toxique ne sape pas votre dignité. De fait, votre dignité peut être attaquée et ridiculisée, mais vous ne pouvez jamais la perdre à moins que vous ne la donniez volontairement. Ainsi, vous n’avez pas à vous défendre avec des arguments mais à clarifier vos propres limites.

N’est pas offensé-e celui/celle qui veut, mais celui/celle qui peut. Si vous vous mettez sur la défensive, vous démontrez à l’autre qu’iel peut vous atteindre. Si vous posez vos limites, vous lui faites comprendre qu’il ne peut pas vous attaquer.

Face à une personne toxique, les raisonnements et les explications ne valent pas grand chose. Il faut clarifier les choses, avec fermeté et assertivité, pour que votre autorité dans vos propres décisions soient claires, et en même temps montrer votre responsabilité.

Sachez que pour établir une limite, vous devrez le faire de manière consciente et proactive. Si vous laissez les choses arriver naturellement, vous vous verrez dans l’obligation de vous retrouver systématiquement dans des conversations difficiles. Si vous établissez des limites, vous pourrez contrôler une grande partie du chaos provoqué par une personne toxique.

3. Pratiquez la compassion

Comme nous l’avons vu, face à quelqu’un de toxique, nous pouvons adopter une attitude d’attaque, une position sur la défensive ou simplement l’ignorance. Mais nul besoin de toujours faire cela. Parfois, cela a du sens d’être sympathique avec les personnes toxiques. Peut-être qu’elles traversent une période difficile, une situation émotionnelle qu’elles ne savent pas comment gérer.

Cependant il est triste de constater que le comportement toxique de quelqu’un est souvent une façon d’affronter une situation personnelle difficile. Bien sûr, ce n’est pas juste et honnête de faire payer sa douleur aux autres. Mais il n’y a pas non plus de soulagement personnel quand les autres sont blessés. Au fond, il n’y a pas toujours de la méchanceté, de la rancœur ou de la colère envers les autres dans le comportement toxique.

Cela ne signifie pas que vous devez tout laisser tout passer ou que vous devez tout accepter. Finalement, nous avons chacun nos propres problèmes, nos propres démons. Face à une telle situation, affrontez la situation avec compassion, en pardonnant. Sans suivre la même route et en marquant bien vos limites, bien sûr, mais sans tenir trop compte l’attitude de l’autre car ce n’est rien d’autre qu’une ombre de sa très douloureuse et agitée vie intérieure.

Source Source : nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

La simplicité est une qualité de personnes extraordinaires

La simplicité est une vertu merveilleuse et pas aussi commune qu’elle devrait l’être. Il s’agit de l’un de ces attributs dont les autres disposent. Elle est toujours associée à l’humilité et dénote la noblesse et la maturité. Par conséquent, même cela peut paraître paradoxal, seules les personnes extraordinaires disposent réellement de cette qualité.

Certains définissent la simplicité comme “la célébration du peu. En d’autres termes, celui qui est simple est capable de profiter des petites choses. Il en est également reconnaissant. Il ne met ni ses attentes ni ses ambitions dans quelque chose de trop élevé. Par conséquent, le premier bénéficiaire de la simplicité est celui qui la possède.

Pour agiter le drapeau de la simplicité il est nécessaire de savoir s’adapter et de savoir s’accepter soi-même et accepter. Ces caractéristiques permettent d’obtenir la fluidité, sans la forcer ou modifier son cap. Tout cela favorise la spontanéité, autre vertu présente chez des personnes équilibrées et en bonne santé.

Simplicité dans les relations avec les autres

La simplicité se retrouve également dans notre façon d’interagir avec les autres. Une personne qui dispose de cette vertu extraordinaire est très respectueuse d’elle-même et des autres. Elle s’accepte et, par conséquent, accepte les autres. L’un et l’autre sont liés.

Une autre caractéristique marquant leurs relations est l’horizontalité de ces dernières. Quiconque agit avec simplicité donne la même valeur aux puissants et aux personnes modestes. Ces personnes ne changent pas leur personnalité, ni leur manière de traiter les autres en fonction de qui elles ont en face d’elles.

La simplicité nous conduit par ailleurs à valoriser les réussites des autres. A être heureux de ce que les autres ont réussi à accomplir et à partager leurs tristesses le cas échéant. Les autres sont considérés comme des égaux, raison pour laquelle les personnes simples possèdent un sentiment de solidarité intrinsèque. La simplicité nous permet de comprendre que nous appartenons tous à la communauté humaine et que nous sommes inévitablement unis par un lien commun : l’humanité elle-même.

Le chemin qui mène à la simplicité

Nous devenons généralement “coincés” ou “compliqués” parce que nous nous laissons envahir par les peurs. Peur de ce que les autres pourront dire. Peur du rejet. Inquiet du fait de croire que nous devrions peut-être être davantage, meilleur ou plus puissant, riche ou beau. En un mot, parce que nous ne parvenons pas nous accepter tels que nous sommes ou à évaluer les circonstances dans lesquelles nous vivons.

C’est assurément ici que se trouve la clé de beaucoup de nos souffrances. Nous construisons souvent de fausses croyances sur ce que nous sommes et ce que nous devrions être. Nous vivons davantage en fonction du fait d’obtenir ce que nous n’avons pas et non pour profiter de ce dont nous disposons.

La simplicité ne signifie pas conformisme ou passivité. Nous pouvons avoir des objectifs très élevés tout en appréciant tout ce qui a été accompli et ce que nous sommes. En effet, la simplicité nous aide à marcher plus léger à travers la vie et à avancer toujours dans un sens évolutif.

Source https://nospensees.fr Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

7 étapes pour oublier un amour impossible

développement personnel

Un amour impossible est celui qui ne parvient jamais à se transformer en relation stable ou qui finit avant d’avoir commencé ou d’avoir mûri. Cela peut sembler paradoxal mais ce sont ces amours qui donnent lieu aux deuils les plus profonds et qui sont parfois les plus difficiles à oublier. Et c’est aussi paradoxal parce que si, finalement, elles ne se sont pas développées, elles ne devraient pas – en théorie – engendrer autant de souffrance.

Les plus pragmatiques ne se compliquent pas la vie avec un amour impossible. Quand iels voient qu’il n’y a pas de bonnes conditions pour construire ou maintenir un lien amoureux, iels l’acceptent et mettent un point final à temps. D’autres, cependant, ont plus de mal à renoncer aux attentes, aux espoirs et aux rêves qui se sont formés autour d’une relation. Le sentiment est plus fort que les preuves de son impossibilité.

D’une façon ou d’une autre, un amour impossible ne s’oublie jamais. Il laisse de grandes traces, précisément parce qu’il n’a pas été vécu ni consommé au moment où l’on doit y renoncer ; l’idéalisation ne s’est pas brisée. Mais, même s’il ne s’oublie pas complètement, il est quand même possible de traiter ce sentiment et de réussir à le mettre de côté pour continuer à aller de l’avant. Et voici 7 conseils pour y parvenir.

“L’amour est comme une guerre, facile à commencer, difficile à terminer, impossible à oublier.”

-Henry Louis Mencken-

1. Définissez ce qui le transforme en amour impossible

Il existe une grande différence entre un amour difficile et tumultueux et un amour impossible. Ce dernier n’a aucune chance d’exister. Le cas le plus typique, et qui entraîne le plus de difficultés émotionnelles, concerne l’amour qui n’est pas réciproque. Une personne aime l’autre, mais l’inverse n’a pas lieu. Il serait d’ailleurs peut-être plus exact de dire qu’une personne aime et a besoin de l’autre, mais que cet autre ne ressent pas la même chose. L’amour véritable fonctionne toujours à deux.

Bien sûr, on peut essayer de conquérir quelqu’un qui n’est, au début, pas intéressé. Mais il est aussi important de comprendre qu’il arrive un moment où il est nécessaire d’accepter que cette entreprise n’a pas de futur. La même chose s’applique pour d’autres impossibilités qui ont normalement le même élément en commun : l’un aime et l’autre non. S’il n’y a pas de sentiment mutuel, il n’y a pas de viabilité

D’une façon ou d’une autre, un amour impossible ne s’oublie jamais. Il laisse de grandes traces, précisément parce qu’il n’a pas été vécu ni consommé au moment où l’on doit y renoncer ; l’idéalisation ne s’est pas brisée. Mais, même s’il ne s’oublie pas complètement, il est quand même possible de traiter ce sentiment et de réussir à le mettre de côté pour continuer à aller de l’avant. Et voici 7 conseils pour y parvenir.

“L’amour est comme une guerre, facile à commencer, difficile à terminer, impossible à oublier.”

-Henry Louis Mencken-

1. Définissez ce qui le transforme en amour impossible

Il existe une grande différence entre un amour difficile et tumultueux et un amour impossible. Ce dernier n’a aucune chance d’exister. Le cas le plus typique, et qui entraîne le plus de difficultés émotionnelles, concerne l’amour qui n’est pas réciproque. Une personne aime l’autre, mais l’inverse n’a pas lieu. Il serait d’ailleurs peut-être plus exact de dire qu’une personne aime et a besoin de l’autre, mais que cet autre ne ressent pas la même chose. L’amour véritable fonctionne toujours à deux.

Bien sûr, on peut essayer de conquérir quelqu’un qui n’est, au début, pas intéressé. Mais il est aussi important de comprendre qu’il arrive un moment où il est nécessaire d’accepter que cette entreprise n’a pas de futur. La même chose s’applique pour d’autres impossibilités qui ont normalement le même élément en commun : l’un aime et l’autre non. S’il n’y a pas de sentiment mutuel, il n’y a pas de viabilité

Même s’il s’agit d’un beau fantasme, cela ne correspond pas à la réalité. Les êtres humains ont une infinie capacité d’aimer. Quand on vit une relation, on affronte son final et on en tire une expérience et une sagesse qui permettent, en général, de mieux vivre la relation suivante.

Nous pouvons toujours recommencer et chaque nouvelle expérience peut être meilleure que la précédente. En fait, les années nous préparent à aimer avec une plus grande générosité et une plus grande tolérance si nous ne restons pas ancrés dans des rêves impossibles.

3. Reconnaissez les aspects négatifs

Le fait d’être amoureux-se, et non l’amour, nous pousse facilement à idéaliser les personnes et les situations. Parfois, nous leur donnons des vertus et des attributs qu’elles n’ont pas réellement ou qu’elles possèdent uniquement dans une certaine mesure. Pour diluer ces constructions mentales, il est très important de commencer à évaluer les éléments négatifs.

Quels défauts a cette personne que vous croyez tant aimer ? Quels aspects insatisfaisants existaient ou existent dans les situations que vous partagiez ou partagez avec lui/elle ? Pourriez-vous imaginer la façon dont ces défauts et ces erreurs se manifesteraient d’ici 10 ans ? Voici les questions que vous devez vous poser et auxquelles vous devez essayer de répondre en toute honnêteté. Au final, il est probable que votre point de vue soit plus réaliste.

image pixabay

4. Acceptez qu’il est temps d’oublier

Il s’agit de l’étape la plus difficile. Il a été vérifié que quand une personne désire vivre une relation amoureuse avec quelqu’un et que celle-ci n’est pas possible, des réactions similaires à celles d’un-e drogué-e qui ressent un syndrome d’abstinence se produisent. Le mal-être émotionnel, voire même physique, est parfois difficile à tolérer.

Et comme c’est le cas pour toutes les addictions, le plus difficile à accepter est que la dépendance existe, qu’elle crée une profonde tristesse et qu’on se sent impuissant face à elle. Cela semble facile à admettre, mais ça ne l’est pas. Nous sommes parfois capables d’inventer et de rationaliser n’importe quel prétexte pour ne pas accepter que nous sommes effectivement victimes d’une dépendance. Quand vous parvenez à l’accepter, vous franchissez l’étape la plus importante. Cela clarifie les pas à suivre après cette étape.

5. Éliminez les liens et supprimez les souvenirs

Après avoir accepté l’idée selon laquelle il est temps de laisser cet amour impossible, il faut commencer à couper tous les liens qui subsistent. Cela suppose de ne pas appeler la personne, de ne pas essayer de la voir, de prendre ses distances avec ses ami-e-s et de faire tout ce qui nous permet de rompre les liens qui restent présents avec cette personne. Il faut, en particulier, couper toute relation dans les réseaux sociaux.

Dans ce même ordre d’idées, il est nécessaire de supprimer tous les souvenirs. Éliminez les photos, éloignez les cadeaux. Si vous n’êtes pas prêt-e à vous en défaire, réunissez-les et rangez-les dans un endroit difficilement accessible. Et si votre décision est plus ferme, mettez tout à la poubelle. C’est une façon d’atténuer et de diluer la présence de cet amour impossible.

6. Changez votre routine, essayez de nouvelles choses

Il est temps de commencer une nouvelle étape. Cet amour impossible a peut-être occupé la majorité de votre temps, de vos journées et même de vos années. Le laisser partir ne sera absolument pas simple. Cependant, si vous prenez réellement la décision d’effectuer ce changement, tout deviendra beaucoup plus facile. Il y a sûrement des choses que vous avez toujours voulu faire et que, pour une raison ou une autre, vous avez remises à plus tard. Il est donc temps de se concentrer sur ces nouveaux défis.

Le moment de l’adieu définitif est aussi l’occasion de s’aventurer vers de nouvelles choses ou de nouveaux endroits. Voyager est toujours une excellente alternative. Et si vous releviez ce défi ? Il est aussi utile d’explorer vos facultés, de vous inscrire à un cours qui vous poussera à connaître de nouvelles personnes ou de pratiquer une nouvelle activité intéressante. La vie continue et il y a des milliers de choses à faire.

7. Donnez du temps au temps

Il y a de nombreuses amours, et certaines laissent des traces si profondes qu’elles ne partiront jamais. Un amour impossible est toujours enraciné pendant un long moment, et le fait de ne pas l’évoquer ne suffit pas à le faire disparaître. C’est une chose que l’on n’atteint pas du jour au lendemain. Cela exige du courage et du caractère. Ce sera difficile, il y aura des rechutes mais le temps vous aidera à grandir.

Si vous êtes sûr-e que vous ne pouvez plus continuer avec cet amour impossible, si vous coupez les liens et êtes décidé-e à commencer une nouvelle vie, vous réussirez petit à petit à faire occuper une place différente à cette personne, aussi bien dans votre cœur que dans votre esprit. Vous sentirez progressivement une plus grande paix dans votre âme. Vous découvrirez que, après avoir aimé et laissé partir cette personne, vous avez beaucoup appris et mûri.

Renoncer à des choses impossibles est un acte quotidien, et l’amour n’est pas une exception à la règle. Sans le vouloir, beaucoup de personnes sont des rêveuses éperdues. Nous n’acceptons pas si facilement le fait qu’il y ait des limites et que nous ne pouvons rien faire d’autre que de les respecter. Mais il y a une chose merveilleuse : en découvrant les frontières de nos propres possibilités et en les acceptant, nous franchissons un cap et apprenons à être de meilleures personnes.

Tout ce que vous vivez en vaut la peine. Même ces frustrations qui nous font autant de mal se transforment, par la suite, en semences pour nos plus grandes réussites. Elles constituent aussi la base sur laquelle nous bâtissons notre personnalité adulte. Il s’agit d’une manière d’être, à travers laquelle on comprend que la limite de nos fantasmes amoureux se trouve dans ce que les autres souhaitent, en toute liberté.

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Le petit guide essentiel de la gratitude

développement personnel

Être reconnaissant, pratiquer la gratitude. Voilà une façon simple et efficace de reconsidérer positivement sa vie dans son ensemble et ses propres actions, et d’augmenter sensiblement sa satisfaction de vie et son bien-être.

Le manque de confiance en soi amène généralement une attitude négative, pessimiste et défaitiste.

Plutôt que de s’attaquer frontalement à ce manque de confiance, il pourrait être judicieux de s’en prendre en premier lieu à cette attitude négative.

Pourquoi ? Et bien pour 2 raisons essentielles :

  1. la première est qu’il est plus simple et plus facile de changer une attitude négative en une attitude positive que de conquérir une grande confiance en soi ;
  2. la seconde est qu’une attitude positive est d’une grande aide pour retrouver confiance en soi.

Un premier pas vers une telle attitude positive, c’est la gratitude, c’est à dire être reconnaissant de ce que nous possédons et de ce que nous faisons, de même que des événements qui nous arrivent.

D’une manière générale, ce qui est négatif (les mauvaises nouvelles, les mauvaises circonstances, les échecs, …) nous marque plus que ce qui est positif. La nature humaine est ainsi faite. Si en plus nous y ajoutons une attitude et un état d’esprit négatif propices à les cultiver …

La gratitude permet, à l’inverse, de cultiver une attitude positive. Sa force vient du fait qu’elle est au carrefour entre le monde extérieur (les autres, les événements, le résultat de nos actions, …) et notre monde intérieur (notre perception, nos sentiments, …).

Elle nous permet de dicter la façon dont nous interprétons et ingérons les circonstances extérieures plutôt que de nous laisser influer par eux.

Les bienfaits de la gratitude

Cicéron désignait la gratitude comme la mère de toutes les vertus.

Je ne sais pas si la gratitude mérite un tel statut. Mais les récentes découvertes scientifiques tendent à montrer qu’elle est d’une toute première importance pour une satisfaction de vie accrue.

Jusque durant les années 1990, la psychologie avait tendance à s’occuper essentiellement des troubles psychologiques. La psychologie pouvait nous expliquer comment être moins malheureux (ou malade …) mais pas comment être plus heureux.

Puis, sous l’impulsion de plusieurs praticiens, dont le Docteur Martin Seligman ou le Docteur Mihály Csíkszentmihályi, le champ d’investigation de la psychologie a évolué et s’est tourné vers la psychologie positive. La science s’attelait enfin à nous expliquer comment être heureux !

Et donc ?… Qu’est-ce que la recherche nous apprend ?

Pour parler plus spécifiquement de la gratitude, elle est reconnue comme ayant 5 bénéfices majeurs :

  1. un bonheur accru : la pratique active de la gratitude permet d’accroître la sensation de bonheur de 25 % (si tant est que cela mesure …) ;
  2. un bonheur durable : la pratique active de la gratitude pendant 3 semaines a des effets notables pendant quelques mois (jusqu’à 6 🙂 ) ;
  3. un matérialisme réduit : les biens matériels sont moins importants, moins recherchés et moins significatifs de votre réussite ;
  4. une sociabilité accrue : être reconnaissant rend plus empathique, serviable et disposé à être disponible pour les autres ;
  5. une meilleure santé : cultiver la gratitude diminue le stress, améliore la qualité du sommeil, augmente la capacité de concentration, …

De plus, une vie sociale plus active et nourrissante est en soi une source de bien-être et de satisfaction accrus.

À la lumière de tout cela, il ne fait aucun doute que vous devriez vous engager sur la voie de la gratitude.

Tenir un journal de gratitude

La méthode la plus simple est de tenir un journal de gratitude.

Le conseil souvent donné est de remplir un tel journal tous les jours. Or la recherche scientifique nous montre que vous n’avez pas besoin d’être aussi assidu : faire cela 4 fois par semaine est suffisant pour ressentir les premiers effets.

À l’inverse, il est important d’être constant sur la durée : il est nécessaire de faire cela 3 semaines de suite. Et vu que 3 semaines semble être un minimum pour prendre une habitude, il est fort probable que vous preniez le pli définitivement 🙂

Vous pouvez par exemple faire cet exercice :

  • le mardi, le jeudi et la samedi pour ressortir le positif par paire de journées ;
  • le dimanche pour prendre de la hauteur et faire la même chose pour la semaine ou le mois écoulé.

Une autre organisation pourrait être :

  • le mardi et le jeudi pour ressortir le positif par paire de journées ;
  • le vendredi pour ressortir le positif de la journée écoulée puis de la semaine (orientation professionnelle) ;
  • le dimanche pour ressortir le positif du week-end (orientation privée) puis prendre de la hauteur et évaluer votre semaine dans son ensemble.

Ou alors 1 jour sur 2, tout simplement. Sans se soucier de la semaine, du week-end ou du mois.

Essayez et adoptez le rythme qui vous convient le mieux.

Comment bien pratiquer la gratitude

Quelques derniers conseils.

Privilégier la qualité à la quantité

Il n’est pas nécessaire de lister des dizaines d’éléments. En fait, il est préférable d’en lister moins mais de vous assurer que vous êtes réellement reconnaissant et que vous pouvez aussi expliquer pourquoi vous êtes reconnaissant, pourquoi c’est significatif et important pour vous. Indirectement, cela vous permet aussi de vous connaître encore mieux et de comprendre encore mieux ce qui a de l’importance pour vous.

Privilégier les personnes

Voilà qui entre en résonance avec la sociabilité …

L’exercice sera encore plus bénéfique si vous êtes attentif aux personnes de votre entourage. Il s’agit autant d’être reconnaissant des interactions avec votre entourage (comment vous les avez aidé ou comment eux vous ont aidé) que de ce qu’il peut leur arriver de positif. Par exemple, vous pouvez être reconnaissant du fait que votre partenaire ait pu obtenir une promotion alors que vous n’en bénéficiez pas directement et que vous n’y êtes pour rien. Mais vous êtes content pour lui/elle.

Se rappeler des surprises

N’oubliez pas les surprises et tous les événements inattendus. Il sont d’autant plus importants qu’ils sont associés à une émotion positive et heureuse. Ils ont donc un effet majeur sur votre bien-être. Se les rappeler est une excellente façon de faire perdurer leur effet.

Ne pas devenir accroc

Cela fait écho au premier conseil.

Il ne faut pas confondre « être reconnaissant de … » et « voir le positif partout ». Chercher le positif, c’est bien : cela permet de ne pas s’apitoyer longtemps. Par exemple, après une chute, vous pouvez vous féliciter de n’avoir qu’une fracture car cela aurait pu être bien pire. Mais il n’y a pas vraiment de quoi être reconnaissant outre mesure : une fracture reste une fracture. C’est handicapant et douloureux. Point. Bien sur, si cela touche votre enfant, c’est d’un tout autre niveau …

Pour prendre un exemple plus trivial, il n’y a pas à être reconnaissant de ne pas être obligé d’aller faire les courses ce soir 🙂

Conclusion

Les effets de la pratique régulière et prolongée de la gratitude a des effets bénéfiques sur votre niveau de bien-être et de satisfaction de vie, ainsi que sur votre santé plus généralement.

Prenez l’habitude, 1 jour sur 2 au minimum, de noter les événements de vos journées dont vous êtes le plus reconnaissant. Votre vie n’en sera que plus satisfaisante.

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Cinq pensées parasites (et comment les neutraliser)

Vous avez le sentiment de ne pouvoir compter sur personne. Cela a peut-être été vrai à un moment de votre vie, mais est-ce pertinent aujourd’hui alors que tout va bien?

« Je suis trop gentil », « on m’utilise et après, on me jette »… Vous avez le sentiment que le sort vous maltraite. Et si vous y étiez un peu pour quelque chose? Les conseils du coach Jean-Yves Arrivé* pour vous libérer de ces constats négatifs.

On est tous plus ou moins habités par des croyances qui nous minent et nous freinent dans une carrière ou un projet professionnel. Il est pourtant possible de les dépasser, en en prenant conscience et en acceptant d’agir progressivement pour les contrecarrer. Illustrations.

Pensée n°1: « Je suis trop ordinaire (moyen) pour faire une belle carrière »

Au moindre challenge proposé – un nouveau poste, une négociation de haut vol -, vous partez perdant. « Je ne suis pas au niveau, pas brillant comme untel… »: vous vous comparez, à votre désavantage. Soit il s’agit d’un manque de confiance en vous, soit d’un processus de victimisation, en vue de vous faire plaindre…

A faire. Revenez à des faits, à des réalités. Réalisez un tableau avec 3 colonnes. 1/Les compétences que vous possédez. 2/Celles que vous pouvez développer. 3/Celles qui vous semblent inaccessibles. Ne remplissez les n°2 et n°3, que si vous récoltez des éléments pertinents dans la n°1, vérifiés par des actions concrètes. L’objectif est de considérer la fierté des tâches accomplies, et de révéler votre potentiel en étant bienveillant avec vous-même!

Pensée n°2: « Je dois me battre pour réussir »

Savoir être un « winner », un « killer » … Autant de vertus glorifiées chez les commerciaux et qui ont fait tache d’huile. Ces mots, ancrés en vous, sont une variante de la ritournelle qui vous serine: « sois fort ». Or, il n’est pas nécessaire de créer des rapports de force pour être reconnu, valorisé ou pour garder sa place face à un nouvel embauché talentueux. Le risque de déchoir ou d’être évincé est dans votre tête.

A faire. Jouez la complémentarité. Persuadez-vous du bienfait de nouer des alliances plutôt que de combattre. Notez sur un papier, tout ce qui vous pousse à vous battre et tout ce qui vous pousserait à coopérer. Confrontez les réponses, et choisissez-en 2 ou 3 positives afin de bâtir un plan d’action. Exemples: « Je connais mon job, je peux laisser mes clients s’exprimer un peu plus ».

Pensée n°3: « Je dois toujours m’en sortir seul »

Vous avez le sentiment de ne pouvoir compter sur personne. Cela a peut-être été vrai à un moment de votre vie, mais est-ce pertinent aujourd’hui alors que tout va bien? Face à la difficulté, vous refusez de demander de l’aide, craignant que celle-ci ne soit jamais au rendez-vous. Risqué.

A faire. Sollicitez des coups de main, en démarrant par des choses simples. Vous prévoyez une surcharge sur un dossier à rendre dans un mois? Recherchez le soutien modeste d’un collègue sachant que vous aurez le temps de vous retourner s’il dit non. Et si c’est lui qui suggère son appui répondez: « Qu’est-ce que tu proposes? », l’amenant ainsi à préciser son offre, sans avoir à formuler vous-même la demande.

Pensée n°4: « J’échoue toujours dans la dernière ligne droite »

C’est le syndrome de l’éternel second. Vous êtes toujours dans la short-list des candidats à une promotion, sans jamais parvenir à décrocher le job. Ou encore, vous n’arrivez pas à conclure ce fichu contrat avec le client. In extremis, vous êtes rattrapé par un doute: « ça ne va peut-être pas marcher! ». Et patatras, vous perdez le contrôle de la situation. Stimulé au départ, devant l’obstacle vous calez, prêt à laisser la place.

A faire. Travaillez sur l’image que vous renvoyez, sur vos objectifs, pour montrer aux autres votre détermination. 1/Listez vos atouts et vos défauts sur le plan professionnel, en interrogeant aussi des proches, et ce que vous voudriez changer. 2/ Exercez-vous, hors du bureau, à tenir la distance de vos désirs: mener à son terme un match de tennis, résister au découragement lors d’une partie de cartes, etc.

Pensée n°5: « On sait m’utiliser, et après on me jette comme un kleenex »

Serviable, trop gentil, vous avez l’impression de vous faire avoir. Or, par votre comportement, vous faites naître chez l’autre un sentiment de gratitude, une sorte de dette symbolique qui satisfait votre soif de reconnaissance. Cela devient un mécanisme, qui crée un chantage affectif de la part de l’entourage. « Si tu ne fais pas ça, tu ne m’aimes plus, donc moi non plus. » Votre estime de soi est en jeu.

A faire. Apprenez à dire « non », en vous mettant sur un pied d’égalité. « Je suis heureux que tu aies pensé à moi sur ce dossier, je veux bien contribuer, qu’est-ce que j’y gagne? ». Dire non, ne signifie pas que l’on va se détourner de vous. Et repérez ce qui se cache derrière vos « oui »: des affects, des émotions à canaliser objectivement.

* Fondateur de Co-Acting, Jean-Yves Arrivé vient de publier  » Se Libérer des pensées parasites « , Larousse, février 2017.

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Prenez du recul et relativisez pour garder confiance en vous et en la vie

Prendre du recul est important. Pour ne pas sombrer dans le défaitisme et le pessimisme. Pour garder confiance en soi et en la vie. Mais ce n’est pas la tendance naturelle de l’Homme. Nous devons donc apprendre à prendre du recul. Voici un point de départ.

Dans le flot sans fin des mauvaises nouvelles et des contraintes, il n’est pas forcément simple de se couper de ce flux, de sortir la tête de l’eau, de relativiser et de prendre du recul.

Pourtant, prendre du recul est véritablement important pour garder confiance en soi et ne pas se noyer.​

La question qui se pose alors est « comment prendre du recul ? »​

Je vous propose quelques pistes …

Coupez court aux pensées négatives

La première chose qui va vous empêcher de prendre du recul, c’est vous-même. Et les pensées négatives que vous ressassez en boucle. Ou les problèmes et autres contraintes sur lesquels vous restez bloqué.

Aussi longtemps que vous ne verrez que le mauvais côté de toutes choses, vous attirerez davantage les aspects négatifs dans votre vie. Alors que des aspects positifs existent bel et bien. Mais vous ne les regardez pas.

Apprenez à contrôler et chasser vos pensées négatives.​

Revenez à aujourd’hui, et à maintenant

Une peur classique et récurrente, c’est la peur de l’avenir. Et il y a son pendant, la nostalgie et les regrets du passé.

Entre les 2, il y a le seul moment qui compte : maintenant.

« C’était mieux avant », ce n’est qu’illusion. Sur quels critères pouvez-vous dire que vos parents, et les parents de vos parents, vivaient mieux que vous ? Uniquement sur vos suppositions et votre imagination ? Ou les histoires des nostalgiques ? Quant au futur, et bien il n’est pas encore là. Alors pourquoi s’inquiéter d’un avenir que, de fait, vous ignorez ?

Revenez et restez essentiellement dans le moment présente, concentrez-vous sur votre attitude et vos actions quotidiennes.​

Distinguez ce qui dépend de vous, ignorez le reste

Sachez faire la différence entre ce qui dépend de vous et ce qui ne dépend pas de vous. Puis apprenez à ne pas vous inquiéter et à ne pas vous focaliser sur ce qui ne dépend pas de vous. Vous n’y pouvez rien ? Donc pourquoi vous en préoccupez ? À part vous faire du mauvais sang, vous miner le moral et rester dans une spirale négative.

La seule que vous pouvez faire de ce qui ne dépend pas de vous, c’est justement de ne pas vous en occuper. Vous économiserez du temps et de l’énergie. Que vous pourrez investir dans ce qui dépend de vous.​

Souvenez-vous de vos réussites​

Je suis sur que vous avez la mémoire courte.

Vous vous inquiétez des défis à venir, des problèmes à surmonter, des imprévus qui surviendront.

Mais vous rappelez-vous de tout ce que vous avez surmonté ? De tout ce que vous avez réussi ?

Je suis sur que cette liste est très longue. Surtout, elle est bien plus concrète que celle des problèmes qui pourraient arriver.

Si vous avez été capable de ces réussites, pourquoi ne le seriez-vous plus ? Listez ces moments, et aussi les apprentissages que vous en avez tirés. Cela permet de gagner confiance en soi et en la vie.​

Informez-vous avec intelligence et parcimonie​

Les actualités sont anxiogènes. Et les médias vous présentent un monde inquiétant et en proie à des problèmes sans fin. Surtout si vous les recevez sans sélection ni effort d’approfondissement.

Une première solution pourrait être de se déconnecter complètement. Une alternative est d’en faire un usage raisonnable :

  1. ​ne pas rester branché en continu sur les actualités ;
  2. s’accorder un unique mais long moment dans la journée pour s’informer ;
  3. diversifier ses sources ;
  4. approfondir afin de remettre en perspective ce que nous entendons au fil des flashs infos.​

Revenez à votre propre ressenti

Vous consommez maintenant les actualités intelligemment. Vous comprenez bien mieux les « crises » actuelles du monde. Cela étant, soyez honnête, ce n’est pas parce que c’est la crise par ailleurs que c’est la crise dans votre vie.

Dans votre vie, maintenant et tout de suite, comment êtes-vous concerné et touché ? Cette petite question vous permettra de réaliser l’écart entre le discours global et les actualités, et votre propre vécu.

Pour bien relativiser, il faut minimiser l’impact que peuvent avoir certains éléments dans votre existence.​

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

LÂCHER PRISE ET ACCUEILLIR

Hello les Âmis

Aujourd’hui nous allons parler de ce bon vieux lâcher prise, ou si vous préférez, comment je le perçois, comment je l’envisage dans ma vie de tous les jours.

Avant tout, il nous faut définir ce dont on parle. Qu’est ce que le lâcher prise ?

À mon sens c’est un « état de Conscience » plutôt qu’une action à mener.

Un état de Conscience ou si vous préférez un « état d’Être ».

Alors bien sûr, vous n’êtes pas obligé de vous rouler dans l’herbe comme sur la photo (lol), mais ça reste quand même une bonne illustration de cet « état intérieur » que nous recherchons toutes et tous. Un état qui est « naturel ». Un état qui est toujours là mais que nous ne savourons pas toujours, faute de bruit mental qui vient camoufler, voir parfois étouffer cet état naturel qui fait partit de nous et qui ne pourra jamais nous être retiré.

Cette Paix de l’Esprit ne peut pas nous être retirée, mais comme je mentionnais ci-avant, peut se retrouver enfouie sous tout un tas de vacarme intérieur. Un vacarme considéré à ce jour comme faisant partit des meubles, comme étant normal.

Mais alors que retrouve t’on dans ce vacarme ? Et comment s’en affranchir

On y retrouve principalement des pensées rattachées à toute une panoplie de Peurs.

Cette panoplie incessante va ensuite déclencher le « mode survie ». Le mode survie à son tour va déclencher le « mode contrôle ». Et c’est bien ce mode en question qui vient masquer le lâcher prise déjà présent à l’intérieur de nous.

Ce « contrôle » ou si vous préférez, ce besoin de tout contrôler, de tout penser, de tout régir, de tout surveiller, de tout anticiper, de tout blabla, blabli, et blabla (lol).

Un blabla oui, mais un blabla qui naît d’un MANQUE DE CONFIANCE en l’intelligence de la Vie. Ce manque de confiance vient, comme vous l’avez compris, étouffer votre état de Conscience naturel.

Un état de Conscience CONFIANT, qui ne se préoccupe pas de son devenir au sens apeuré du terme. Un état de Conscience plus LUCIDE, car la Vérité c’est que vous êtes soutenu et accompagné à chaque seconde de votre Vie, même si vous ne le voyez pas, même si vous n’y croyez pas, même si vous n’entendez pas, même si vous pensez l’inverse, même si …

Alors donc que retenir de mes propos ?

Que vous n’avez pas besoin de vous faire de soucis pour votre devenir mais qu’il serait plus productif d’ACCUEILLIR ce qui se présente et se présentera dans l’instant. Que votre sentiment de contrôle est une illusion car vos choix de Vie se réalisent à un niveau bien plus profond que dans votre petit mental.

Que ces « soucis chroniques » sont la cause de votre carence en lâcher prise.

Que cette carence est responsable de vos maux, de vos manques, de la dureté de votre parcours. Dureté dans le sens où vous vivez dans la Peur.

Ainsi, il devient évident et judicieux de nourrir la CONFIANCE, plutôt qu’un contrôle illusoire, car c’est le meilleur moyen de ne rien contrôler du tout, ou toutefois de ne pas recouvrer votre état d’être naturel et si précieux :

LE LÂCHER PRISE

Auteur : Jérôme RodAnge

Source : www.guidancelumiere.com

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Pouvoir de l’intention : 3 expériences scientifiques

Le pouvoir de l’intention et de nos émotions sont puissants : l’esprit interagit avec la réalité et la matière de manière naturelle. Voici 3 expériences scientifiques qui mettent en lumière ce phénomène. Mieux comprendre ce phénomène permet de mieux se servir de nos pouvoirs créateurs dans notre vie.

Je vous propose, dans cet article, d’aborder 3 expériences scientifiques qui montrent l’influence de l’intention et des émotions sur la matière.

Les magnifiques pouvoirs de l’esprit humain

Certains phénomènes présentés comme des évidences dans des voies mystiques et spirituelles commencent à être démontrées de manière scientifique, avec l’avènement de l’ère du quantique et des théories nouvelles sur la réalité.

Parmi ceux-là, on peut citer :

  • l’influence de nos pensées et de nos croyances sur nous-même et l’extérieur
  • l’influence de nos émotions sur nous-même et l’extérieur
  • notre connexion à tout ce qui est
  • Notre interaction omniprésente avec un champs d’information et d’énergie
  • notre capacité à influencer la matière extérieure
  • Le pouvoir de l’intention

Il est de plus en plus reconnu que ces éléments ont un rôle fondamental non seulement dans notre bien-être, mais aussi dans notre capacité à créer notre réalité : réalité personnelle, mais aussi réalité collective.

Les expériences scientifiques

La science est, d’une manière collective, le pont entre le concevable et l’admis.
Les expériences scientifiques viennent appuyer les théories et en permettent la validation. Ensuite alors, les phénomènes sont alors communément admis.
Bien que nous ayons chacun une science individuelle (qui dépend de nos expériences propres), la Science avec un grand S est l’institution qui représente cela au niveau du collectif.

La science moderne s’intéresse d’une manière grandissante à pousser plus loin la compréhension que nous avons de l’Univers et de l’humain: nous cherchons une théorie qui unifie le grand et le petit, le cosmique et le quantique, la matière et la conscience.

Depuis les années 90, des recherches ont été menées en laboratoire afin de mieux comprendre les interaction entre l’homme et son ADN.

Qu’est-ce que l’ADN ?
L’ADN est le principal constituant des chromosomes et se trouve à l’intérieur du noyau de toutes les cellules vivantes. L’ADN contient sous forme codée toutes les informations nécessaires à la vie d’un organisme, du plus simple au plus complexe. C’est un peu notre bibliothèque génétique.

On peut dire que l’ADN est le plus petit constituant biologique qui contient notre personnalité unique.

Voici trois expériences menées en laboratoire, et leurs conclusions :

Expérience 1 : L’effet Fantôme de l’ADN

Cette expérience a été menée par un physicien russe, Vladimir Poponin, au début des années 1990.
Il voulait investiguer la relation entre l’ADN humain et la matière dont notre monde est constituée.

Son expérience consistait à prendre un tube en verre et provoquer le vide à l’intérieur (en retirant l’air). Il reste des photons à l’intérieur, des petites particules de lumière.

Il mesure alors la répartition du champs de photons dans le tube, en faisant passer un laser à travers.
En étudiant le laser obtenu et en le comparant à celui émis, ils déduisent par leurs calculs que les photons sont répartits aléatoirement.
Tout va bien, c’était le résultat attendu.

Maintenant, ils placent dans le tube de l’ADN humain.
En faisant passer un laser à l’intérieur du tube, ils s’aperçoivent que le laser se courbe, et est affecté par le champs créée dans le vide par l’ADN.
En fait, ils s’aperçoivent que les photons dans le tube ont l’air de s’agencer en fonction de l’ADN qui est présent.
L’ADN humain modifie l’agencement du champs de photon environnant.
Le laser se courbe et semble suivre les courbes des hélices de l’ADN.

Ensuite, ils retirent l’ADN du tube.
Ils s’attendaient à voir que le champs invisible est redevenu normal et que le laser ne soit plus affecté, c’est à dire comme avant de mettre l’ADN.
Et bien non!
Même après avoir retiré l’ADN du tube, le champs de photon est toujours modifié d’une manière anormale.

Le champs invisible est impacté par la présence de l’ADN, même une fois qu’il est parti! Il est affecté de manière résiduelle par la présence passée de l’ADN.
C’est ce qu’on appelle l’ADN fantôme. L’effet a été mesuré avec des lasers différents, et reste jusqu’à un mois après le retrait de l’ADN.

Conclusion :

L’ADN humain et donc, par extension, l’humain a un impact sur le monde extérieur qui l’entoure.
L’ADN humain laisse une trace de son passage dans un champs invisible (même une fois retiré, le champs invisible est marqué de sa présence).

Sources :
The DNA Phantom Effect: Direct Measurement of A New Field in the Vacuum Substructure by Dr. Vladimir Poponin
Source 1 & Source 2 

Expérience 2 : Effets de l’intention, des images et émotions sur des cellules cancéreuses

Le but de l’expérience était de comparer l’influence des pensées, images, et intentions.
Pour réaliser ce test, un guérisseur (énergétique) de métier avait été choisi, Dr Leonard Laskow.
L’étude a été menée sur des cultures de cellules cancéreuses, car à l’époque ils avaient les moyens de mesurer très précisément leur évolution dans le temps.

Plusieurs cultures différentes sont présentés au guérisseur.

Pendant la manipulation des cultures :

  • Le guérisseur maintient un état méditatif profond et d’amour inconditionnel
  • Il se focalise sur une image (ou pas)
  • Il se focalise sur une intention (ou pas)

Voici différents tests qui ont été réalisés :

  • Rendre aux cellules leur état originel (avant d’être cancéreuses)
  • Se connecter aux cellules et faire circuler l’énergie (Technique Taoiste : orbite microcosmique)
  • Laisser la volonté divine circuler
  • Amour inconditionnel (aucune intention)

Les résultats sont les suivants :

  • L’état d’amour inconditionnel et d’appréciation, sans intention particulière, n’a donné aucun résultat : 0%.
    On conclut que l’état émotionnel positif sans intention n’a aucun résultat.
  • Rendre aux cellules leur état originel donne un déclin de population cancéreuse de 39%.
  • Laisser la volonté divine circuler donne seulement 21%.

On conclut que l’état émotionnel allié à une intention précise donne des résultats.
Aussi, on en déduit que l’intention posée dans le processus est déterminante dans l’efficacité du résultat obtenu.

Dans l’état de Circulation Énergétique (orbite microcosmique), le résultat dépend de l’image maintenue par Laskow :

  • En maintenant dans son esprit l’intention qu’il restait seulement 3 cellules cancéreuses dans la culture, le déclin de la population cancéreuse est de 18%.
  • Par contre, en visualisant que les cellules étaient très nombreuses, la population augmenta de 15%.

On conclut que l’intention est déterminante dans l’effet obtenu.

Lorsque l’expérience est répétée avec l’intention de rendre aux cellules leur état originel, le résultat dépend aussi de l’imagerie utilisée par Laskow :

  • S’il ne visualise rien (avec son écran mental), alors l’intention seule provoque la diminution des cellules cancéreuses est de 20%.
  • S’il appuie son intention d’une imagerie mentale (il se concentre sur la vision qu’il reste très peu de cellules atteintes), alors il atteint 40% de diminution.

On conclut que le résultat est beaucoup plus efficace lorsque l’intention est soutenue par une visualisation (imagerie créée mentalement).

Conclusion :

L’état émotionnel d’amour et d’appréciation (connecté en état méditatif) permet à l’intention d’être véhiculée.
L’intention conditionne le résultat. Certaines intentions provoquent de meilleurs résultats que d’autres.
Combiner intention et imagerie mentale est encore plus efficace.

Source :
EFFECT OF CONSCIOUS INTENTION ON HUMAN DNA – Glen Rein, Ph.D. (Quantum Biology Research Labs, P.O. Box 157, Northport, N.Y. 11768)
Source1

Expérience 3 : Influence du cœur et des intentions sur l’ADN

Cette expérience a été faite à l’institut HeartMath. C’est un institut qui étudie le cœur, son champs magnétique et l’impact qu’il a sur tout le reste du corps.
Le but de l’expérience est d’utiliser , puis de proposer aux personnes d’interagir avec de l’ADN, tout en posant des intentions différentes, et d’observer le résultat.

L’idée est d’observer l’impact de l’intention, et celui de l’émotion.

Pour faire rentrer les personnes dans un état de transe et leur instiller un état émotionnel calme d’appréciation et d’amour, ce sont les techniques de cohérence cardiaque développées par l’institut HeartMath qui sont utilisées. Elles proposent en fait de synchroniser la respiration et le coeur.
En très bref : ils ont observé que lorsque les battements du coeur sont liés à l’état émotionnel (en observant l’ECG et le coeur). Etat émotionnel instable : les battement du cœur varient de manière erratique. Etat émotionnel stable : les battements sont réguliers. De manière réciproque, avec un peu de pratique, en proposant au corps un battement régulier, on instaure un état émotionnel stable.

L’expérience met en oeuvre 38 personnes :
10 personnes entraînés aux techniques de cohérence cardiaque développés par HeartMath
18 individus pour qui la cohérence cardiaque est totalement inconnue (groupe contrôle).

L’intention posée par les participants sera de de provoquer un changement dans l’ADN : soit l’enroulement soit le déroulement de ses brins

Les 10 personnes entraînés à la cohérence vont tour à tour :

  1. Entrer en état de cohérence (appréciation et amour) + émettre l’intention de changer l’ADN
  2. Entrer en état de cohérence (appréciation et amour) + émettre aucune intention
  3. Rester en état normal                                                        + émettre l’intention de changer l’ADN

Les 18 personnes du groupe de contrôle vont tour à tour :

  1. Entrer en état de cohérence (appréciation et amour) + émettre l’intention de changer l’ADN

Les résultats sont les suivants :

1. Entrer en état de cohérence (appréciation et amour)    +    émettre l’intention de changer l’ADN

Le changement observé sur les échantillons des 10 personnes entraînés est en moyenne de 10% (l’ADN était enroulé ou déroulé à 10%). Pour certains participants, cela allait jusqu’à 25%. (Les participants ayant la plus haute cohérence cardiaque montraient les meilleurs résultats)
Le changement observé sur les échantillons des 18 personnes du groupe contrôle est en moyenne de 1% (l’ADN était enroulé ou déroulé à 1%). C’est à dire l’impact est quasi nul.

2. Entrer en état de cohérence (appréciation et amour)    +    émettre aucune intention
Changement sur les échantillons du groupe de 10 personnes : 1%. C’est à dire effet négligeable.

3. Rester en état normal    +    émettre l’intention de changer l’ADN
Changement sur les échantillons du groupe de 10 personnes : 1%. C’est à dire effet négligeable.

Conclusion :

Être capable d’entrer en cohérence avec soi-même est décisif pour avoir une influence sur la matière.
Seules les personnes étant capable d’entrer dans un état émotionnel stable d’appréciation et d’amour peuvent influencer la matière avec leur intention. Plus cet état est profond, et plus les changements se font voir.

L’intention sans émotion (positive) n’a pas d’influence. L’émotion sans intention n’a pas non plus d’influence.
C’est l’intention couplée à l’état émotionnel qui permet d’avoir une influence sur la matière.

Source :
MODULATION OF DNA CONFORMATION BY HEART-FOCUSED INTENTION – Rollin McCraty, Ph.D. Mike Atkinson, and Dana Tomasino, B.A. – HeartMath
Source1

Conclusion de ces expériences

Ces expériences nous montrent plusieurs phénomènes qui sont admis par les mystiques depuis des milliers d’années:

  • Nos pensées et nos émotions influencent la réalité qui nous entoure
  • Le pouvoir de notre intention est puissant.
  • Nous interagissons à un niveau subtil avec les choses qui nous entourent

La capacité à entrer dans un état de cohérence, dans un état émotionnel stable et positif profond, permet de véhiculer une intention précise qui saura influencer la réalité.
C’est pourquoi la méditation, le lâché prise, et le développement d’une relation à soi positive sont si importants!

Intention et Émotion sont les composantes de la création délibérée.
L’intention donne la direction, et l’état émotionnel amène de la puissance qui permet de manifester.

Ces découvertes sont fabuleuses et laissent entrevoir une toute nouvelle myriade de possibilités et de potentiels.
La visualisation créatrice utilise ce phénomène : c’est la capacité à utiliser le pouvoir de son esprit, de son intention et de son imagerie mentale afin de manifester ce que l’on souhaite.
En utilisant des images mentale, une intention, et le pouvoir des émotions, on est capable d’influencer notre réalité intérieure, et extérieure.

Je vous laisse imaginer les possibilités qui s’offrent avec de telles capacités.

Source :www.sciencedesoi.com/ trouvé sur www.conscience-et-eveil-spirituel.com

Partagé par www.eveil.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

La lithothérapie

 

832753472010 04 17 14 56 23 png

Chakra1 pierresCache 2430941609

 

Qu’est ce que la lithotérapie ? La lithothérapie est une médecine non conventionnelle qui cherche à soigner par le biais des cristaux (améthyste, quartz, œil de tigre, labradorite, aigue-marine, rubis, turquoise, etc.) Elle considère que les cristaux émettent naturellement une « résonance » ou une « vibration » singulière capable d’améliorer le bien-être de la personne à son contact ou à proximité.

Lorsque vous utilisez les pierres et cristaux pour pratiquer des soins énergétiques il faut les utiliser sur des chakras particuliers en fonction du symptôme ou problème que vous souhaitez traiter.

Lorsqu’une maladie ou un problème dépend de plusieurs chakras il faut équilibrer les chakras concernés avec les pierres dont la couleur correspond au chakra.

Vous trouverez ci-dessous la liste de chaque chakra, son champ d’action sur le plan physique et mental ainsi que les couleurs des pierres à utiliser.

Vous pouvez ensuite aisément décider des pierres et cristaux que vous souhaitez acheter en fonction de vos besoins.

1er chakra – chakra racine – couleur des pierres : noires, rouges, couleurs foncées

Le 1er chakra agit sur :



plan mental : peur, stress, angoisse, énergie, vitalité, dépression, manque de confiance en soi, fatigabilité, difficulté à persévérer dans ses entreprises, sentiment d’irréalité, problèmes de coordination, peu de goût pour l’activité physique, tension psychique et nerveuse, attaque psychique, crise de panique

plan physique: hémorroïdes, varices, système immunitaire, organes sexuels, colonne vertébrale, os, dents, cheveux, sommeil, système sanguin et circulatoire, pieds, hanches, zone inférieure du bassin, addictions, anorexie, constipation, glaucome, obésité, perte de poids,diarrhée, hypertension, calculs rénaux, sciatique, prostate, troubles cutanés, maux de dos, mauvaise circulation dans les jambes, eczéma

Le chakra racine gouverne aussi les chakras des pieds, le chakra du genou et le chakra étoile de la terre

Pierres à utiliser pour équilibrer le chakra racine, chakras des pieds, chakra du genou, chakra étoile de la terre

2e chakra – chakra sacré – couleur des pierres : jaune foncé à orange

Le 2e chakra agit sur :

plan mental:  adaptabilité aux changements, souplesse d’accommodation, tolérance, sens de la fraternité, sens esthétique, profondeur des sentiments, sexualité épanouie, manque de concentration, vitalité  insuffisante, identité émotionnelle instable, tendance à se restreindre, attachement excessif au passé, culte du souvenir des disparus, insatisfaction de sa valeur personnelle, envie, jalousie, superficalité, snobisme,  égoïsme

plan physique : digestion, sexualité, reproduction, sciatique, troubles gynécologiques, gros intestin, ovaires, testicules, reins, colon, appendice, vessie,  organes de l’abdomen inférieur, gonades, organes génitaux externes, acidité gastrique, cystite, problèmes de fertilité, fausses couches, fibromes, troubles rénaux, problèmes menstruels, crampes musculaires, kystes ovariens, frigidité

Pierres à utiliser pour équilibrer le chakra sacré:

pierres oranges | pierres jaune foncé

3e chakra – chakra du plexus solaire – pierres de couleur jaune

Le 3e chakra agit sur :

plan mental : personnalité, confiance en soi, optimisme, courage, adaptation au changement, expériences, générosité

plan physique : diabète, hypoglycémie, anorexie, boulimie, tension nerveuse, fatigue chronique, métabolisme, système digestif, pancréas, beauté de la peau, estomac, foie, intestin grêle, rate, vésicule biliaire, système nerveux, aérocolie, aérophagie, allergies alimentaires, problèmes digestifs, calculs biliaires, hépatite, maladie du foie, hyper acidité, pancréatite, ulcère, problèmes d’estomac,  jaunisse, problèmes de vessie, anémie, brûlures d’estomac, gastrite, faible résistance aux maladies, fatigue chronique, crampes abdominales.



Dans tous les travaux de guérison le 3e chakra agit sur les chakras des mains utilisés pour capter et diriger les énergies positives

Pierres à utiliser pour équilibrer le chakra du plexus solaire

pierres jaunes

4e chakra – chakra du cœur – pierres de couleur verte et rose

Le 4e chakra agit sur :

plan mental :  toutes les relations amoureuses, compassion, partage, confiance, sécurité affective

plan physique : fatigue, moelle épinière, cœur, diaphragme, rythme cardiaque et respiratoire,  diaphragme, anémie, pression sanguine, cancer du sein, problèmes de circulation sanguine,  fatigue, maladies cardiaques, troubles immunitaires,  poumons, bronchite, pneumonie, congestion thoracique, grippe, asthme, toux, respiration difficile, essoufflement, douleur dans les bras inférieurs et les mains, hyperventilation, allergies , troubles du sommeil, hypertension.

Le chakra du coeur gouverne aussi les chakras des mains et les chakras des épaules

Pierres à utiliser pour équilibrer le chakra du cœur, le chakra des mains et le chakra des épaules :

pierres vertes |pierres roses

5e chakra – chakra de la gorge – pierres de couleur bleu clair à bleu foncé

le 5e chakra agit sur :

plan mental :  communication, expression, language, l’esprit d’ouverture, indépendance

plan physique : maladies liées à la gorge et à la bouche, aux oreilles et au système respiratoire, cervicales, poumons, grippe, acouphène, asthme, bronchite, infections de l’oreille, problèmes d’audition, perte de voix, aphtes, maux de gorge, mal de dents et des gencives,  thyroïde, amygdalite,  rhume, raideur de la nuque, douleurs dans le haut du bras, coqueluche, laryngite.
Le chakra de la gorge gouverne aussi les chakras des oreilles

Pierres à utiliser pour équilibrer le chakra de la gorge

pierres bleues

6e chakra – chakra du 3e œil – pierres : bleu, indigo, violet, jaune

Le 6e chakra agit sur :

plan mental : imagination, connaissance, études, intuition, intelligence, organisation de la pensée, cerveau, yeux, système nerveux, mémoire

plan physique : migraine, insomnie, cataracte, dyslexie, insomnie, clairvoyance, migraine, myopie, problèmes de sinus, allergies, surdité, évanouissements, certains cas de cécité, astigmatisme,  glaucome, strabisme, problèmes liés au cuir chevelu, maux de tête,  nervosité, hypertension artérielle,  dépression nerveuse, amnésie, fatigue chronique, étourdissements, déséquilibres hormonaux, problèmes de croissance ou de développement, troubles de l’image corporelle.

Le chakra du 3e œil gouverne les chakras des yeux

Pierres à utiliser pour équilibrer le chakra du 3 oeil et les chakras des yeux :
pierres bleues | pierres violettes mauves | pierres jaunes

7e chakra – chakra coronal – pierres blanches, violettes, jaunes

le 7e chakra agit sur :

plan mental : évolution spirituelle, clairvoyance, communications avec les esprits et les forces cosmiques, parties supérieures du cerveau

plan physique :  maladie d’Alzheimer, dépression, étourdissements, épilepsie, sclérose en plaques,  paralysie, maladie de Parkinson, schizophrénie, troubles du système immunitaire,  cancers,  troubles osseux, troubles du système nerveux, difficultés d’apprentissage, trouble de la personnalité, névroses, psychoses, céphalées, vertige ou étourdissement, maux de tête, migraine, insomnie, perte de cheveux, anémie

Le 7e chakra gouverne le 8e chakra, le chakra de l’âme

Pierres à utiliser pour équilibrer le 7e chakra :
pierres blanches | pierres violettes | cristal de roche



REJOINDRE EVEIL TV POUR SUIVRE LES ARTICLE