La Réincarnation en Egypte ancienne à la Lumière de la Doctrine Secrète

eveil tv - spiritualité

Alors que la
réincarnation est
une doctrine
communément
admise en Orient,
elle fut bannie en
Occident au VIe
siècle par l’Église
chrétienne. De nos
jours elle suscite de
nombreux débats,
tant auprès des
scientifiques qui
cherchent des
preuves concrètes
de son existence
qu’auprès des
philosophes et
chercheurs spirituels
qui voient en elle un
avenir, un passage
d’un monde à un
autre, un terrain
d’évolution, pour
l’âme. Avons-nous
plusieurs vies ?




Y a-t-il une vie après la mort ? Que devient l’âme des  défunts ? Tout Égyptien, selon les témoignages de
l’époque, croit à la réincarnation, à la possibilité pour
l’âme de s’incarner dans un nouveau corps ou de
continuer son parcours dans le Ciel.

Les Égyptiens croient en la
réincarnation. L’historien
grec Hérodote (484-420 av.
J.-C.) mentionne ce fait  : « Les
Égyptiens sont les premiers à avoir
exposé la doctrine de l’immortalité
de l’âme et le fait qu’au moment
de la mort du corps matériel, l’âme
s’incarne dans un nouveau corps
qui est prêt à naître ; ils affirment
que lorsque l’âme a terminé tout le
cycle des incarnations des animaux
de la mer, de la terre et de l’air, elle
parvient finalement à entrer dans
un corps humain, né ou préparé
pour la recevoir… »
La Doctrine Secrète , écrite par
Héléna Petrovna Blavatsky tente
d’expliquer ce processus par la
constitution de l’homme dont certains
principes immortels, au
contact avec les différents plans de
l’univers, créent l’impact nécessaire
à la renaissance.

Renaître et se transformer

En Égypte, la résurrection est symbolisée
par la grenouille, la déesse
Hekhet, qui vit dans l’air et dans
l’eau . Elle symbolise la capacité
de l’âme à renaître grâce à ses propres
actions dans des niveaux supérieurs
de l’existence.
Pour H.P. Blavatsky, la réincarnation,
« doctrine de la renaissance »,
est représentée par le scarabée,
Kheper, qui signifie « devenir, se
faire former ou construire à nouveau
 » . Le scarabée est celui qui
a la faculté de revêtir toutes les formes
que le mort désire, c’est-à-dire
le plus souvent, revenir sur terre, se
réincarner. Le cœur-conscience est
toujours en relation avec Kheper
car c’est lui qui est en devenir,
l’ego personnel qui est en chacun
d’entre nous doit devenir un serviteur
ou un canal des principes supérieurs,
autrement dit, devenir la
demeure du Ba, l’identité divine de
l’être humain.

Vivre et mourir perpétuellement

Les Égyptiens croyaient que les
âmes pouvaient naître une seconde
fois, mais également qu’elles pouvaient
être envoyées sur la Terre
pour réparer les erreurs commises
dans leurs précédentes incarnations
et qu’elles pouvaient aussi se souvenir
de leurs existences antérieures.
Le célèbre égyptologue Gaston
Maspero (1846-1916) dit :
« L’immortalité pour les Égyptiens
était un mourir et vivre perpétuel
que l’âme traversait en gardant sa
propre identité. L’âme n’a pas vécu
ces vicissitudes uniquement après la
vie humaine. Avant de naître en ce
monde, elle est née et morte dans
de nombreux autres mondes. La vie
terrestre n’est autre qu’un devenir,
Kheper, dans l’ensemble des devenirs,
Kheper, qui ont précédé et qui
suivront. Elle [l’âme] a eu une
durée infinie avant sa naissance
[sur la Terre] et une durée infinie après sa mort. Si je devais résumer
sa condition d’être en un seul mot,
je ne dirais pas qu’elle est immortelle,
mais plutôt qu’elle est éternelle.
 »

Ce qui se réincarne dans l’homme

H.P. Blavatsky nous révèle une des
clés essentielles de la philosophie
ésotérique, c’est-à-dire le concept de
l’homme septénaire, formé par trois
aspects supérieurs et atemporels (qui
dans la tradition hindoue sont appelés
Atma, Buddhi et Manas, la
Monade) et quatre aspects inférieurs
temporels et concrets (les corps physique,
vital, affectif et intellectuel ou
mental rationnel) qui forment la
personnalité.
Selon la théorie de la réincarnation,
les principes qui se réincarnent
sont ceux de la Monade et les
quatre principes inférieurs se désintègrent
après la mort en leurs
éléments constitutifs (terre, eau,
air et feu).

La transformation
de la conscience

Les Égyptiens pensaient que lorsque
l’univers sort de l’Unité primordiale
il est double et que cette
dualité se reproduit dans toutes
les dimensions de l’existence.
Pour réintégrer l’unité et s’accomplir,
il faut transcender les
dualités en provoquant de nouvelles
synthèses ou unions. Ces
unions ou impacts produisent
les différents
egos
ou états de
conscience
de l’âme,
qui permettront
à l’âme de
vivre ou d’expérimenter
de nouveaux plans
de l’univers, chaque
fois plus subtils.

Les différentes renaissances
de la conscience

Dans le Livre des Morts des anciens
Égyptiens [7], la Monade (Unité qui
traverse la matière et l’esprit) du
défunt traverse les plans de l’univers.
Chaque fois qu’elle parvient à
un croisement avec l’un d’entre
eux, elle se transforme, renaît à
une nouvelle conscience, qui se
manifeste par un nouveau véhicule.
Les impacts de l’âme avec les
plans sont les transformations ou
renaissances personnifiées par les
différents egos du septénaire
humain ou véhicules de la
conscience.
Le Livre des Mort des anciens Égyptiens
décrit la situation idéale de
l’âme après la mort, celle de la réintégration
à l’Unité ou à la Lumière.
Cependant, pour devenir un être
victorieux, il fallait que le cœur soit
jugé favorablement.

Le cœur, instrument
de la renaissance




L’ego personnel, symbolisé par le
cœur, a une nature double. Il possède
un aspect
s p i r i t u e l
supérieur du
mental qui
s’exprime
par les facultés de mémoire et
d’imagination. Ce reflet de
l’Intelligence supérieure est
immergé dans un monde de désir et
de dualité terrestre. De cette façon
on peut l’assimiler à une sorte
d’âme inférieure humaine comme
mental de désir.
Les Égyptiens distinguaient deux
fonctions distinctes du cœur nommées
Ab et Hati.
Le Hati est le cœur physique, celui
qui reste sur la Terre, l’aspect temporel,
le siège des passions qui doivent
être dominées pour transcender la
nature inférieure. L’Ab est l’ego personnel,
celui qui va être jugé, en
tant que témoin de l’âme, Ba.
C’est le cœur (Ab, centre de vie de
toute la personnalité temporelle)
qui doit témoigner que l’âme (Ba)
s’est conduite selon la Maât, principe
de Justice Vérité pendant la vie
terrestre.

Renaître sur terre
ou dans le ciel ?

C’est le jugement du cœur qui déterminera
la direction du voyage : soit
se réincarner sur la Terre, soit
continuer ses renaissances
dans le Ciel.
Si le jugement
est positif, l’âme
vivante osirifiée pourra continuer
son itinéraire dans la lumière du
jour, dans le plan d’Atoum. Elle se
purifiera dans le Lac de Feu (Livre
des Morts, chap.CCVI) et avancera
sur le chemin qui la conduira à sa
véritable nature, qui est celle
d’être divinisée et de devenir la
lumière fusionnée et unie à Rê.
S’il ne dépasse pas le jugement, le
coeur (Ba) est attrapé par le monstre
Amhet qui va l’excréter dans les
plans inférieurs, l’envoyer en bas, à
la Douat, la tête en bas, en le transformant
en corps causal d’une
future incarnation.
C’est l’allégorie du Ba qui retourne
vers la tombe, qui peut être interprétée
aussi comme le début du
processus de la nouvelle incarnation,
et plus uniquement comme le
symbole de sa liberté de mouvement.
Le Ba ne revient pas apporter
à la momie des fonctions vitales et
des aliments pour pourvoir à sa survie,
mais indique que ce sera le
germe de sa future personnalité
terrestre.




La momie, corps terrestre ou
destin ultime de l’âme ?

Le corps, après la mort, est transformé
en momie, support dans le
monde terrestre de la recomposition
des composants du septénaire
qui tendent à la dissolution dans le
processus de la mort. Elle symbolise
le but ultime de l’âme dans ses
transfigurations, devenir le corps de
gloire osirien. Comme préfiguration
du corps de lumière, elle est également
appelée Sahu, qu’il faut distinguer
du cadavre, ou corps putrescible,
qui est le Khat, et du Djet, qui
est le corps physique vivant.

Source de l’article http://www.buddhachannel.tv

 

REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube

Les vertus de l’Agate

eveil tv

Vertus et bienfaits de l’agate

Au Moyen Age, on nouait des agates aux cornes des bœufs pour obtenir une bonne récolte. Cette roche a souvent été liée au fil des siècles aux rapports de l’homme avec la nature, favorisant la pousse généreuse des végétaux du jardin, protégeant contre les morsures des serpents, les piqûres d’insectes ou de scorpions. C’était également une pierre protectrice contre les petits maux et ennuis quotidiens. Elle a en effet la réputation de favoriser l’équilibre du corps et de l’esprit, évitant les chutes aussi bien que les blocages énergétiques. Elle atténuerait les problèmes sanguins et cutanés, préserverait la santé des poumons. Cette pierre est associée au deuxième chakra, lié à l’énergie sexuelle, aux relations humaines et à la créativité.
Correspondances astrologiques

L’agate ne correspond à aucun mois de naissance ni anniversaire de mariage, mais, sans doute à cause de ses nombreuses propriétés, elle est associée à la planète Mercure et au dieu de la médecine Esculape (l’équivalent d’Asclépios en Grèce). La teinte verte est liée au signe du Taureau et du Verseau, la jaune au Lion, la rouge à la Balance, la bleue aux Poissons. Lors d’un tirage divinatoire, elle représenterait une amélioration de la situation. En astrologie chinoise, les agates bleue et verte ainsi que l’onyx font partie des douze pierres d’amour censées favoriser la vie sentimentale de leur porteur…




Les conseils de notre gemmologue pour choisir son agate

Il existe de nombreuses couleurs d’agates, à choisir selon ses goûts, des nuances les plus pâles et naturelles aux couleurs chatoyantes des pierres teintées. Mais certaines variétés, souvent plus rares, présentent des particularités intéressantes. Ainsi, on peut citer l’onyx (noir et blanc), la sardoine (brun et blanc), l’agate mousse (inclusions vert mousse, rouille), l’agate flamme (inclusions de jaspe donnant une couleur rouge), l’agate dendritique (gris blanc, taches en forme de fougères), et enfin l’agate paysage qui semble dessiner des paysages surprenants de réalisme…
Entretenir son agate

De l’eau additionnée de liquide vaisselle suffira pour nettoyer en douceur votre agate. Lorsqu’elle se présente en fine tranche décorative, il est évident qu’une chute peut lui être fatale, mais montée en bijou, ce n’est pas une pierre fragile : très résistante à l’abrasion, elle est même utilisée dans certaines techniques de polissage de la céramique ou de la feuille d’or.

Eveil Tv - santé
Quelles sont les vertus de l’Agate?




Les couleurs de l’agate

Les agates naturelles sont généralement dans les tons de gris, parfois bleu doux, ou dans des nuances du jaune au marron. Mais la porosité de cette pierre a permis dès l’époque romaine de développer des techniques de teinture artificielle, par trempage dans des solutions colorées. Aujourd’hui, les couleurs les plus vives (rose, bleu, jaune…) sont obtenues par trempage dans des bains chimiques (acides, sulfates…) suivis d’un chauffage pour fixer la couleur.

Histoire et légende de l’agate

L’agate tire son nom du fleuve Akhatês, aujourd’hui le Dirillo, au sud de la Sicile, où elle se trouvait en abondance. C’est le philosophe grec Théophraste qui lui donna son nom. Présente dans de nombreuses régions du monde et riche de ses belles couleurs, elle fut utilisée dès la Haute Antiquité : en Egypte et Mésopotamie, chez les Hébreux, ainsi que par les peuples de la Vallée de l’Indus, puis les Grecs et les Romains. On en faisait des bijoux et des objets ornementaux, comme des vases, ou encore des objets cultuels. Chez les Celtes, elle est associée à Ceridwen, déesse de la fertilité et de la mort. Pline l’Ancien mentionne dans son ouvrage « Histoire Naturelle » l’agate de Pyrrhus, qui aurait représenté, grâce au dessin naturel de ses couleurs, Apollon jouant de la lyre ainsi que les neuf Muses…

Quel est le métal à associer à l’agate ?

Le métal le plus couramment associé à l’agate lorsqu’elle est montée en bijou est l’argent, dont l’éclat doux et lumineux met en valeur les stries colorées de la pierre. On la trouve aussi taillée de formes diverses, en montages originaux et sobres, sur des cordons noirs par exemple, ou bien enfilée sous forme de perle.

Les caractéristiques minéralogiques de l’agate:

L’agate est une variété de quartz, caractérisée par une texture en zones concentriques ou parallèles de couleurs variées et remplissant généralement une cavité. L’agate est elle-même une variété cryptocristalline de quartz de formule chimique SiO2, qui comprend des variantes telles que l’onyx, la cornaline, la sardoine, le jaspe, l’héliotrope… L’agate, transparente à translucide, est d’une dureté entre 6 et 7, son éclat est vitreux. Sa luminescence est blanche, jaune verdâtre ou verte, le système cristallin est trigonal et le pléochroïsme nul. Densité : 2,58 à 2,64.

Les principaux gisements d’agate

L’agate se forme dans les régions volcaniques, à partir de silice, d’eau et de différents minéraux (oxydes de manganèse, de fer…) qui donnent leur couleur aux bandes formées par une cristallisation rythmique. De belles agates ont été découvertes en Allemagne, Tchécoslovaquie, Russie, Mongolie, Chine, Yémen, Maroc, Islande, Inde… Cependant, aujourd’hui, les principaux gisements exploités se trouvent dans le sud du Brésil (Rio Grande do Sul) et en Uruguay, d’où l’on a extrait des spécimens larges de plusieurs mètres, mais également au Mont-Lyall, au Québec. Cet ancien volcan a produit de la lave il y a 350 millions d’années. En refroidissant, les roches se sont cristallisées sous forme de quartz, d’améthyste, de calcédoine et de cornaline. On y trouve également de l’argile verte thérapeutique. Cette mine est particulièrement intéressante car ouverte à la visite et au ramassage de minéraux. Source de l’article https://www.vuillermoz.fr

TROUVER DE L’AGATE SUR AMAZON

 

eveil tv - chaine youtube




L’Egypte promet de révéler de nouveaux «secrets»

Eveil Tv

Le projet visant à scanner les pyramides apporte déjà des informations.

Une mission appelée ScanPyramids, réunissant des scientifiques égyptiens, français, canadiens et japonais a entamé ses travaux le 25 octobre en mettant en oeuvre de manière inédite et croisée plusieurs technologies non-invasives et non-destructrices: analyses thermiques par caméras infrarouges, radars sophistiqués, radiographie des trajectoires des muons qui les transpercent (ces particules cosmiques qui traversent en permanence la Terre), cartographies à l’aide de drones…

Chambres inexplorées

Le 9 novembre déjà, le ministre des Antiquités Mamdouh al-Damati avait annoncé que la thermographie infrarouge appliquée à la Grande Pyramide de Guizeh, celle qui avait abrité la dépouille du pharaon Khéops et la dernière des sept merveilles du monde antique encore debout, avait révélé de telles différences de températures entre différents blocs de calcaire géants contigus –jusqu’à 6 degrés Celsius– qu’elles pourraient indiquer la présence de chambres secrètes inexplorées.

Et de promettre alors que la monumentale pyramide de Khéops (146 mètres de haut), construite il y a plus de 4.500 ans (sans doute avant l’invention de la roue) et dont on a pas encore percé tous les mystères de l’édification, allait livrer un de ses «secrets» d’ici à la fin de la mission ScanPyramids prévue fin 2016.

Différences de température

Des «anomalies thermiques» importantes ont été relevées notamment sur la face ouest de la pyramide Rouge du site de Dahchour, au sud du Caire, et sur la face nord de celle de Khéops, sur le plateau de Guizeh aux portes de la capitale, a annoncé dimanche Mathieu Klein, de l’Université Laval de Québec.

Ces différences de température importantes entre blocs immédiatement voisins peuvent être le signe de l’existence d’une cavité ou d’un couloir, selon les experts.

«Il y a une claire différence de température», entre 3 et 6 degrés Celsius, «sur la face ouest de la pyramide Rouge, le bas de l’édifice est plus froid que le haut», s’étonnait M. Klein. «C’est intéressant, mais nous n’avons pas encore de réponse (…), est-ce que cela pourrait être dû à la circulation du vent ?», s’interrogeait-il.

«Ces résultats préliminaires nous indiquent qu’il y a de bonnes nouvelles» en perspectives, s’est enthousiasmé le ministre al-Damati, ajoutant: «Nous allons avoir des secrets à résoudre dans les pyramides, mais il est encore bien trop tôt pour dire ce qu’ils sont».

source

REJOINDRE EVEIL TV POUR SUIVRE LES ARTICLE

 

Les mystérieuses anomalies thermiques découvertes dans la pyramide de Khéops fascinent les scientifiques

Eveil Tv
 

Un secret révélé à l’intérieur des pyramides? Plusieurs anomalies thermiques ont été constatées dans quatre grandes pyramides près du Caire, dont la grande Khéops, l’une des sept merveilles du monde antique. L’information a été révélée par le ministre des Antiquités lors d’une conférence de presse organisée à la tombée de la nuit au pied de la pyramide.

Les analyses thermiques ont été effectuées par la mission au nom évocateur de « Scan Pyramids », qui regroupe des scientifiques égyptiens, français, japonais et canadiens.

Les premiers résultats des experts pourraient déboucher sur une découverte de taille.

Eveil Tv

Sur la face est de la pyramide de Khéops, les scientifiques ont remarqué que quelques blocs de pierres présentent jusqu’à 6 degrés d’écart avec les blocs voisins. Difficile de dire exactement de quoi il en retourne, mais cet écart pourrait bien être la preuve de l’existence d’une chambre secrète.

« J’ai des idées, mais je ne peux rien dire tant que je ne suis pas sûr » a annoncé le ministre des Antiquités. La mission Scan doit se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2016. De nouvelles informations pourrait être données d’ici là.

Source:www.atlantico.fr

Livre sur les mystères de l’Egypte

Rejoindre Eveil Tv sur facebook pour suivre les articles

Eveil Tv