contenu de la page

Quelle est la signification de la couleur de tes yeux ?




REJOINDRE LA CHAINE YOUTUBE EVEIL TV AFIN DE RECEVOIR LES NOUVEAUX DOCUMENTAIRES

eveil tv - chaine youtube




 

Les conséquences du non pardon dans votre vie

par Monique Mathieu 

« Nous avons très souvent parlé du pardon car il a une immense importance, importance beaucoup plus que vous ne l’imaginez parce que le non-pardon génère parfois de très gros problèmes dans votre corps physique ; vous faites croître l’énergie de non-pardon qui est associée à l’énergie de peur et à l’énergie , soin énergétique  l’énergie de culpabilité, ce qui forme un cocktail bien souvent destructeur.

Il est donc nécessaire faut vous arriviez à déprogrammer ces énergies.

Le non-pardon est la non-acceptation d’une situation, d’une relation ou simplement de ce que vous êtes et des actions que vous avez pu commettre. Encore une fois, il faut que vous puissiez comprendre que vous êtes en apprentissage au travers de mille et une expériences.




Vous êtes à l’école de la vie, tout comme les élèves qui, sur Terre, vont à l’école pour étudier. Cependant à l’école de la vie, il y a des moments où vous êtes très doué et des moments où vous n’arrivez pas à accomplir le devoir qui vous est présenté. Donc vous redoublez, et on vous le représente, et ainsi de suite… Mais ce n’est pas grave, l’important est de réussir, c’est-à-dire de dépasser les expérimentations que l’Univers ou que vous-même avez choisies de vivre dans votre incarnation.

Mais qu’est-ce réellement que le pardon ? Comment pardonner ?

Pour pouvoir efficacement se libérer du pardon, il faut vous étudier en commençant par essayer de comprendre votre fonctionnement personnel et ne pas en vouloir à l’autre.

Pourquoi en vouloir à l’autre puisque vous savez que l’autre est, en l’occurrence, votre professeur, qu’il est là pour vous faire comprendre ce que parfois vous ne parvenez pas à comprendre ?

Alors, au lieu de le remercier, vous l’accablez (même en pensée) parce que vous trouvez qu’il est injuste, qu’il vous fait souffrir, etc.




Avez-vous pensé au fait que vous êtes parfois le maître et parfois l’élève d’une personne qui vous est chère ou simplement d’un collègue ou d’une relation, quelle qu’elle soit ?

Avez-vous pensé à quel point l’autre vous est utile dans votre évolution, même s’il y a souffrance ou incompréhension ? À partir du moment où vous avez cette réaction, il y a automatiquement évolution !

Quand vous comprenez le « pourquoi », il y a évolution. Si vous le refusez, il y a stagnation ! Il n’y a pas régression car un être ne régresse jamais. Si vous ne comprenez pas votre propre fonctionnement, il peut y avoir somatisation des énergies que vous ne parvenez pas à évacuer.

Nous ne vous demandons pas d’aimer vos tortionnaires, nous n’en sommes pas là ! Pensez à ce qu’à pu vous apporter de positif toute personne que vous avez rencontrée et qui été fort désagréable ou même pire, et essayez de penser à tout ce que vous avez pu lui apporter de positif.

Si vous avez une relation difficile, les deux personnes seront perdantes parce qu’il y aura incompréhension, donc il n’y aura pas évacuation des énergies et il n’y aura pas pardon, bien évidemment. Cette énergie stagnera automatiquement dans les deux personnes qui auront vécu la dualité ou l’incompréhension.

Pour arriver à bien comprendre votre fonctionnement, la première des choses est de pouvoir comprendre que tout ce que vous faites dans votre vie ; même si vous pensez que vous faites une erreur, il ne faut surtout pas la considérer comme telle ! Nous le répétons, toutes les expériences que vous faites dans votre vie sont évolutives !

Vous pourriez nous demander : « ceux qui commettent des actes épouvantables vont-ils pouvoir évoluer au travers de ces actes épouvantables ? »

Nous répondrons ceci : peut-être pas dans cette vie mais dans la suivante, parce qu’ils seront obligés de comprendre leurs erreurs et, à ce moment-là, ils évolueront. De plus, vous ignorez quel est le plan de vie d’une personne, quelles sont les expériences qu’elle a choisi de vivre ! Vous ne pouvez donc juger le comportement de quiconque !

Derrière un comportement complètement irrationnel, de violence ou même de meurtre (puisque le mot peut être dit), vous ne pouvez pas savoir ce que peut vivre l’autre personne et quelle est sa programmation.

Si vous en voulez profondément à cette personne, vous ne l’aidez pas parce que vous renforcez sa problématique et que vous nourrissez ses énergies nocives avec vos pensées et vos comportements.

Parfois, cependant, les personnes qui ont des comportements totalement inacceptables pour la majorité des êtres humains ne sont pas responsables de leurs propres comportements car il y a des manipulations invisibles voulues dans un but bien précis. Nous n’entrerons pas dans les détails, mais nous voulons dire que parfois les êtres humains qui n’ont plus leur libre-arbitre n’ont plus la capacité de fonctionner normalement.

Ces personnes-là se créent-elles un karma ? La réponse est non ! À partir du moment où un être n’est plus libre de lui-même, où il n’est plus libre d’agir en conscience car il est manipulé par telle ou telle force, visible ou invisible, la loi karmique ne s’applique pas.

Parfois, les personnes qui ne parviennent pas à pardonner peuvent générer en elles des désagréments et des dysharmonies importantes ! Que cela soit compris, que cela soit dit également ! Nous le répétons encore une fois : le pardon doit d’abord être fait à soi-même !

Comme nous l’avons déjà dit, nous avons souvent parlé du pardon et nous l’évoquerons encore parce qu’il est très important ! Nous en reparlerons encore et encore, parce que l’être humain doit comprendre qu’il ne doit en vouloir ni à une autre personne, ni à lui-même ; il doit donc être dans l’acceptation qui, automatiquement, génère le pardon ! »

« Chronique trouvée sur lapressegalactique.org »

Soutenez Eveil Tv – rejoignez la chaine Youtube




Voyage aux confins de la conscience, entretien avec Claudes Charles Fourrier

Voyage aux confins de la conscience, entretien avec Claudes Charles Fourrier

« Je suis malade au fond de mon lit, impossible de me rendre à l’anniversaire de mon ami… et pourtant, j’y suis… hors de mon corps… je vois tout, j’entends tout, je pénètre dans les pensées des personnes présentes… Le lendemain, j’appelle mon ami, qui me confirme tout ce que je lui décris… »

Ce livre est né de la rencontre d’une scientifique et d’un psychothérapeute avec un jeune homme qui dit « sortir hors de son corps » depuis l’enfance. Rencontre qui va bouleverser la vie de ce dernier et l’emmener toujours plus loin à la découverte de ses capacités.

Pendant dix ans, tous trois vont tâtonner, explorer, tester et sans cesse repousser les limites de Nicolas Fraisse, en s’appuyant tantôt sur les connaissances de Sylvie Dethiollaz, la scientifique, qui voit ses savoirs théoriques ébranlés, tantôt sur l’expérience de l’humain de Claude Charles Fourrier, le psychothérapeute, qui se réfère à son propre vécu.

Un parcours passionnant, parsemé d’épisodes étonnants et d’anecdotes tout aussi étranges que déroutantes. Une aventure hors du commun, à la découverte des « sorties hors du corps », de la « vision à distance », de la « télépathie » et de bien d’autres phénomènes stupéfiants, qui les conduira à une ultime expérience dont les résultats défient toute rationalité. Une étude qui soulève des questions essentielles quant à la véritable nature de la conscience et de la réalité, et renvoie chacun au mystère de l’existence




DOCUMENTAIRE 5 – EVEIL TV – Voyage aux confins de la conscience

LE LIVRE





Les états modifiés de la conscience, entretien avec Sylvie Dethiollaz – Eveil Tv émission 4

Eveil Tv – Emission numéro 4 « Les états modifiés de la conscience »

Entretien avec Sylvie Dethiollaz de l’institut Issnoé (institut Suisse des sciences Noétiques)  qui nous parle des états modifiés de la conscience .

Un grand merci à Sylvie pour cet interview, voici son site http://www.issnoe.ch

Documentaire 4 – Eveil Tv

Réalisation Frédérique Shine – Eveil Tv

Les expériences de mort imminente – Entretien avec Olivier Chambon


Rejoindre Eveil Tv sur YOUTUBE

youtube- Eveil tv

RED LIGHTS le film

Eveil Tv
phénomènes inexpliqués
Film avec Robert Ne Niro
phénomènes inexpliqués
phénomènes inexpliqués Red Light

Après trente ans de retraite mystérieuse, le parapsychologue Simon Silver (De Niro) revient avec des théories susceptibles de remettre en cause la science établie. Un sceptique, Tom (Murphy), commence avec l’aide d’une psychologue (Weaver) à enquêter sur ce dernier, dont le pouvoir s’accroît au fur et à mesure de l’apparition de phénomènes inexpliqués…

Voici la bande annonce du film et en dessous de la vidéo le lien pour voir le filM complet et GRATUITEMENT

LIEN DU FILM RED LIGHT STREAMING COMPLET ET GRATUIT 🙂

http://streamcomplet.com/red-lights/




 

Soutenez Eveil Tv – rejoignez la chaine Youtube

Science et expérience de Kundalini

Science et expérience de Kundalini
Article de Louis Nahum

Qu’est ce que l’expérience de Kundalini?

Il s’agit de la montée le long de la colonne vertébrale, en partant du sacrum, d’une énergie vitale (appelée kundalini) qui se réveillerait chez l’individu. L’expérience de Kundalini peut être déclenchée par des méditations, des prières, des exercices physiques comme le yoga ou spontanément. Certaines personnes rapportent même avoir été tirées de leur sommeil par une telle expérience. Celle-ci s’accompagne typiquement par des sensations motrices, sensorielles, mentales et émotionnelles extrêmes. Elle pourrait amener à des processus de guérison physique et mentale.




Que se passe-t-il dans le corps et le cerveau durant une expérience de Kundalini?

Faire une expérience de kundalini ne se commande pas facilement et il s’agit d’une expérience très personnelle qui se fait difficilement dans un laboratoire. Néanmoins, nous pouvons inférer sur la base des expériences relatées que le corps en entier réagit très fortement, avec bien entendu des différences entres les personnes. De manière générale, l’activation du corps est très marquée avec une tension musculaire, une augmentation du rythme cardiaque, de la pression sanguine et des mouvement involontaires.

A notre connaissance, il n’existe qu’une seule recherche scientifique sur ce qui se passe dans le cerveau durant une expérience de Kundalini. Cette dernière a été publiée sur internet (http://www.newbrainnewworld.com/?Awakening_of_Kundalini) et n’a pas fait l’objet d’une parution dans un journal scientifique officiel. Il s’agit de l’enregistrement de l’activité cérébrale pendant une montée de Kundalini d’une personne dite « éveillée » spirituellement, disciple des maîtres indiens Amma et Bhagavan. L’auteur, Erik Hoffmann, un psychologue danois, s’est limité à l’utilisation de quatre électrodes placées sur la zone frontale gauche et droite du cerveau, et à l’analyse des ondes gamma: un pattern d’oscillation naturelle des neurones de 40 Hz. Les ondes gamma sont souvent un indice d’effort mental, d’attention augmentée et impliquées également dans la mémoire. L’analyse des données récoltées indique une augmentation de l’activité gamma seulement 12 secondes après avoir donné l’instruction à la personne d’essayer d’avoir une montée de Kundalini. Après 37 secondes, l’activité gamma, telle qu’enregistrée par les deux côtés de la partie frontale du cerveau, est maximale avant de redescendre. Les électrodes gauches indiquent cependant une réponse plus rapide et plus intense que les électrodes placées sur l’hémisphère droite. Par ailleurs, c’est à 37 secondes, quand l’énergie semble maximum, que la synchronisation de l’activité gamma entre les deux hémisphères est la plus élevée.

Si ce travail pionnier et singulier est loin d’être une démonstration suffisante des effets sur le cerveau lors de l’expérience de Kundalini, elle suggère l’existence de phénomènes neuronaux d’envergure, compatibles avec l’intensité des changements perçus par les personnes durant cette expérience.




Est-ce que ces résultats montrent que l’expérience de kundalini est différente d’une autre expérience d’état modifié de conscience ?

Dans l’étude décrite ci-dessus, l’auteur rapporte également les résultats de l’enregistrement électrophysiologique du cerveau de la même personne faisant un autre type de méditation : la méditation de la gratitude. Dans cette méditation, Hofmann observe également une augmentation des ondes gamma. A nouveau, les électrodes gauches mesurent une réponse plus rapide et plus intense que les électrodes placées sur l’hémisphère droite, mais dans un premier temps seulement. En effet, et contrairement à l’expérience de Kundalini, il note la présence d’une deuxième vague d’ondes gamma avec cette fois-ci une moins grande intensité sur les électrodes gauches.

Il est difficile sur la base de ces seuls résultats de conclure que les deux types de méditation soient fondamentalement différents ou non. Il faut souligner le fait que la méthode utilisée – l’électroencéphalogramme – ne mesure qu’une infime partie des phénomènes qui se passent réellement dans le cerveau. Ce que nous pouvons affirmer sans se tromper, c’est qu’il y a des éléments communs.

Source de l’article https://sapprendre.ch




Rejoindre Eveil Tv sur Youtube pour recevoir les nouveau documentaire

YouTube-logo-Eveil tv

 

 




 

La science prouve que vos intentions et vos pensées créent votre monde physique

La science a prouvé que les pensées regroupent solidement le champ d’énergie qui est en constante évolution dans les objets que nous voyons.

Le Dr. Masaru Emoto, célèbre chercheur japonais, docteur en médecine alternative et guérisseur l’a démontré par ses expériences avec la molécule d’eau, présenté dans le film What the bleep do we know ? (extrait) en français …‘Le pouvoir de la Pensée’. Le thème commun qui revenait constamment lors de ses expériences consistait à démontrer que les pensées humaines et les intentions peuvent modifier la réalité physique.

Son expérience réalisée sur le riz était simple et facile à reconstituer. Elle justifie cette attention particulière sur les différents effets de la pensée positive et négative.

Le Dr. Emoto a placé des portions de riz cuit dans deux récipients. Il a ensuite donné le nom de « Merci » à un bocal et « Idiot » à l’autre.

Masuru Emoto a ensuite fait placer les bocaux dans une école, à gauche et à droite de l’entrée des classes. Les étudiants ont été invités tous les jours à dire à haute voix le nom marqué sur les étiquettes des bocaux avant d’entrer dans l’école. Les résultats étaient tout à fait stupéfiants.monde-physique2

monde physique

Après trente jours, on a pu observer un changement notable entre les deux récipients. Le pot étiqueté « Idiot » s’est décomposé à un rythme rapide. Les pensées négatives et les intentions affectaient profondément et d’une manière plus rapide la répartition du riz.

Le pot étiqueté « merci », n’avait quasiment aucune décomposition. La positivité avait permis de maintenir la structure et la santé du riz.

Cette preuve de pensées qui interagissent en évidence avec le physique a des conséquences considérables. Toutefois, il n’est pas encore possible de quantifier l’impact exact que produisent nos pensées, mais les conséquences sont évidentes, simplement dans l’attente de se manifester.

L’Expérience du Reiki et du riz: l’énergie vitale en action, vidéo :


Vous pouvez afficher les sous-titres en franÁais. Appuyez sur lecture puis allez dans options sous-titres « oui » , puis traduire en franÁais

Source monde physique: thespiritscience.net

et http://www.espritsciencemetaphysiques.com/monde-physique.html#sthash.FNkUI6Md.dpuf

Les documentaires Eveil Tv

REJOINDRE EVEIL TV POUR RECEVOIR LES NOUVEAU DOCUMENTAIRES

Les expériences de mort imminente – Entretien avec Olivier Chambon

La vie après la mort, les expériences de mort imminente, le chamanisme, Eveil Tv documentaire numéro  3

Entretien avec Olivier Chambon autour des expériences de mort imminente, les phénomènes vu par la science , parler de la mort aux enfants

Pour recevoir les prochains documentaires, abonnez – vous à la newsletter

 

 

Facebook
www.facebook.com/eveiltv
Réalisation Frédérique.S – Eveil Tv

Si vous aimez les documentaires, merci de les partager 🙏

Lien du nouveau livre d’Olivier Chambon







Rejoindre Eveil Tv sur YOUTUBE

youtube- Eveil tv

une femme de 41 ans en état de mort cérébrale accouche d’un enfant

Une Polonaise en état de mort cérébrale a été maintenue en vie artificiellement pendant 55 jours pour accoucher d’un enfant à l’hôpital universitaire de Wroclaw (Pologne).




Le garçon est né au début de l’année, dans la 26e semaine de grossesse. Il pesait 1000 grammes, déclare Barbara Krolak-Olejnik, cheffe du département de néonatologie. Au bout de trois mois de soins, son état de santé correspond à celui d’un prématuré extrême, sans complications. Il vient de quitter l’hôpital.»

C’était une longue bataille de 55 jours. Toute sa famille a désiré qu’on tente de préserver l’enfant », a indiqué Mme Krolak-Olejnik celui direct matin. Nous, néonatologues, on souhaitait que le petit homme devienne le plus grand possible mais un jour, un danger pour sa vie est devenu réel et nous avons opté pour l’accouchement », une césarienne, a-t-elle précisé.




Au bout de trois mois de soins intensifs, le garçon pèse trois kilos, respire de manière autonome, est nourri au biberon et a quitté l’hôpital. Désormais, « il faut s’armer de patience et attendre de voir comment il va grandir ».

source direct matin




Qui a tué la momie cinq fois centenaire découverte au sommet d’un pic des Andes

Une chambre froide à Arequipa, 1000 kilomètres au sud de Lima,

Pérou. Ce sera là, la dernière adresse de Juanita, douze, quatorze ans à peine. Une enfant sacrifiée il y a de cela 500 ans. Sans doute une vierge. La plus belle momie inca congelée découverte à ce jour. En fait, la seule. Cinq mois déjà, qu’elle a quitté son cercueil de glaces, tout là-haut, au sommet du mont Ampato à 6 300 mètres d’altitude, pour poursuivre sa longue nuit, d’abord dans un frigo de fortune, puis depuis décembre dans sa chambre à moins 15$. Là, Sonia Guillen, à la tête de l’institut Mallqui qui compte 500 momies de tous âges, veille sur elle. Si fragile. Elle a, paraît-il, l’air paisible de ceux qui ont glissé tout doucement dans la mort. Pas de traces de coups. Ni sur la nuque, ni sur les doigts. Pas de signes de strangulation. Enveloppée dans de fins morceaux de laine, peut-être de lama, un châle autour du cou, elle avait sans doute revêtu une tenue des grands jours, dans des tons rouge, crème, brun, jaune safran. Dessous, recroquevillé en position foetale, son corps (chair et organes) serait intact. Seul son visage a vu le soleil. Et si par petites touches, il reste brun et gelé, il s’est décoloré. A commencé à se craqueler. Quelques semaines de plus, et c’en était fini. «Elle a été trouvée juste à temps», dit l’anthropologue Sonia Guillen.

C’était en septembre dernier. L’Américain Johan Reinhard, qui depuis les années 80, écume les sommets des Andes (déjà une centaine) à la recherche de sites incas, jette son dévolu sur le mont Ampato au sud du Pérou. «A vrai dire, j’hésitais, je redoutais la glace et une éruption volcanique.» Mais cet archéologue affilié au Field Museum of Natural History de Chicago se lance, avec son guide le Péruvien Miguel Zarate, dans le froid et les nuages de poussière volcanique. Au point le plus haut, il aperçoit des têtes de statues, le derrière dans le cratère du volcan qui depuis 5 ans s’est réveillé. «J’ai tout de suite compris aux coiffures avec plumes, que c’était de l’inca. Et puis il y avait des graviers, de la glace brisée, des cendres du volcan. Très vite aussi, il m’est apparu qu’il y avait eu une véritable plate-forme, une structure qui s’était effondrée après que le volcan eut fait fondre la glace.» Il s’approche, se penche. C’est là, en contrebas, dans une sorte de ravin que dort Juanita. Dans sa chute, l’enfant qui avait dû périr au sommet, a perdu le tissu qui lui couvrait le visage. Le soleil a commencé ses ravages. Mais le corps est encore glacé. «Je me suis approché, et j’ai voulu la soulever, mais elle était trop lourde. 40 kilos. Et puis la nuit tombait, j’ai glissé plusieurs fois. Je n’ai pas réussi à la dégager et J’ai décidé d’attendre le lendemain.» Péniblement, Johan Reinhard remonte la momie sur son dos, celle-ci finit la descente du mont Ampato à dos de mulet, isolée de la chaleur de la bête par un sac de couchage. Enfin, chargée dans le coffre à bagages d’un bus de nuit, elle gagne l’université catholique d’Arequipa et son frigo de fortune, le 11 septembre.

 

La merveilleuse découverte est tenue secrète. Johan Reinhard sait déjà que Juanita n’était pas seule au sommet de l’Ampato. Il veut repartir dans le calme. En équipe. Cette fois, des 6 300 mètres du sommet à 5 800, la fouille est systématique. Et là, plusieurs sites de cérémonies sont découverts. A chaque fois, ils regorgent de poteries, de statuettes, de figurines, d’or, d’argent, de feuilles de coca et de spondylus, de ces coquillages dont se servaient les Incas pour sculpter leurs figurines… Et puis deux nouveaux corps d’enfants (un garçon et une fille) sont retrouvés. Sans doute offerts comme Juanita à la montagne, que les Incas vénéraient. «L’Ampato nous a livré trois preuves de sacrifices humains. En tout, sur l’ensemble des Andes, cela porte à 12 le nombre de momies dont nous disposons. J’entends par là, momies naturelles, pas à l’égyptienne.» Douze parmi lesquelles seule Juanita est vraiment congelée et en excellent état de conservation. Les autres, souvent, sont congelées sèches, et s’effritent lorsqu’on les touche. Les trésors de l’Ampato sont révélés fin octobre.

 

A cette époque, l’autopsie de Juanita commence à peine. Sortie quelques brefs instants de son frigidaire, par crainte d’un coup de chaud, un premier examen aux rayons X révèle l’extraordinaire état de conservation de son corps. Seulement voilà, la momie est un vrai casse-tête. Son corps a besoin d’humidité, tandis que son visage craquelé ne doit surtout pas être réhydraté. Sonia Guillen décide de faire appel au professeur Konrad Spindler, de l’université d’Innsbruck (Autriche). L’homme qui a coordonné toute l’expertise scientifique d’Ötzie, l’Hibernatus de 5 300 ans découvert en 1991 dans les glaces du Tyrol. Un temps, il est question que Juanita parte se faire expertiser en Autriche. «Finalement, ce serait beaucoup trop compliqué. Au moins autant que d’envoyer Ötzie au Pérou.» Alors, on lui offre une chambre froide. «J’ai préconisé une température moyenne, de -15$, parce qu’au sommet du mont Ampato, il fait entre -10$ et -20$. Pour l’instant, le degré d’humidité est de 70%. Mais je pense que c’est insuffisant», affirme Konrad Spindler qui doit revenir au Pérou en mars, le temps de consulter d’autres chercheurs. Le temps d’analyser les petits bouts de textile et de peau déjà prélevés. «Je veux notamment m’assurer que des champignons qui pourraient abîmer la momie ne sont pas en train de proliférer», dit Konrad Spindler. Le temps aussi qu’une véritable équipe internationale soit totalement constituée. Alors, la momie sera véritablement passée à la question. On veut tout savoir. Juanita a-t-elle vraiment escaladé les 6 300 mètres? «L’examen de ses pieds devrait le dire, explique Johan Reinhard. Mais on peut aussi imaginer qu’on l’a portée. C’est même fort probable, vue l’ampleur du matériel retrouvé, qu’il a dû y avoir tout un convoi, avec des tas de prêtres, leurs assistants, des lamas…», suppute Johan Reinhard. Comment est-elle morte? «Il n’y a aucune trace de violence. On l’a sans doute abandonnée au sommet. Exposée au froid, elle a dû s’endormir, dormir et s’en aller vraiment», suppose Sonia Guillen. Et son expression paisible? Peut-être avait-elle mâché des feuilles de coca: on en a retrouvé sur elle. Et Konrad Spindler traque déjà des traces d’alcaloïdes. Ou alors avait-elle bu de la chicha, cet alcool de maïs? Et ce n’est pas tout, par-delà, une classique autopsie, des fragments d’ADN devraient aussi parler. Etait-elle malade? «En comparant avec l’ADN des autres momies incas, nous voudrions aussi savoir si l’on peut vraiment parler d’un peuple, ajoute Konrad Spindler. Et puis voir aussi à quel groupe d’Indiens actuels on peut rattacher Juanita.»

En attendant, méticuleusement, les Péruviens tentent de déshabiller Juanita. Ils ont commencé par le châle. L’épingle qui l’attachait a fini par être ôtée. De tout petits bouts du tissu sont réchauffés au séchoir, «le plus difficile étant de les décoller sans arracher la chair, explique Sonia Guillen. Ensuite, enlever la tunique sera beaucoup plus simple. Presque aussi facile que de déshabiller une poupée, mais nous n’en sommes vraiment pas là.» Alors, pour quelques semaines encore, Juanita devra dormir enveloppée dans ses mystères, dans sa chambre d’Arequipa, 1000 kilomètres au sud de Lima.

source:   Catherine Mallaval http://www.liberation.fr

 

 




Translate »